Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 111 fois
  • 122 J'aime
  • 10 Commentaires

Le fantasme de la baby-sitter

Chapitre 7

Divers

Le lendemain, Nina alla à la crèche, puis au parc, et à la maison avec les deux petits garçons. Ils étaient au lit, et la jeune fille s’assit sur le canapé sans vraiment quoi faire. Elle retourna dans la chambre d’amis, où elle et David avaient fait l’amour deux fois. Soudain, elle entendit une porte s’ouvrir. Annabelle venait de franchir la porte de sa maison. Nina l’accueillit avec le sourire. Mme Darma lui rendit son sourire. C’était agréable de rentrer chez soi, et d’être accueillie par une jeune fille aussi jolie.


— Tu es vraiment jolie ! fit Annabelle en posant ses lèvres sur celles de Nina.


La jeune fille sursauta, mais elle ne se rebiffa pas, et ne sembla pas particulièrement dégoûtée de cette situation. Annabelle sourit et proposa un verre à la jeune fille. Nina regarda par la fenêtre, son bus partir sans elle.


— Oh, tu as raté le bus. Ne t’inquiète pas, dès que David sera rentré, je te ramènerai.


Nina but un verre de jus d’orange, en s’installant sur le canapé. Annabelle au-dessus d’elle, plongea son regard dans son décolleté.


— Tu as mis le soutien-gorge que je t’ai donné ? demanda Annabelle.


Nina hocha la tête, elle avait espéré pouvoir impressionner David, mais ils n’allaient sans doute pouvoir rien faire ce soir, puisque sa femme était là. Nina trouvait cela dommage, et elle n’était pas très à l’aise en compagnie d’Annabelle, en sachant ce qui s’était passé la veille dans sa maison. Mais... il y avait autre chose que Nina n’arrivait pas identifier.


Annabelle se leva et vint se mettre derrière Nina, et commença à lui faire un massage. Elle posa ses mains sur ses épaules. Et descendit doucement sur ses seins, mais resta sur le haut avant de remonter sur ses épaules et son cou.


— Détends-toi, ma jolie ! fit Annabelle.


Nina ferma les yeux, c’était un bon massage, Annabelle glissa ses mains sur le corps de la jeune fille, et vint les poser sur ses seins. La jeune baby-sitter sursauta et ouvrit les yeux.


— Je ne vais pas te faire du mal, tu sais. J’ai bien senti que tu sentais bien, fit Annabelle en se penchant vers elle, et déposa des bisous sur la nuque de la jeune fille, tout en lui pinçant les tétons.


Nina était figée pendant quelques instants, elle ne savait pas si elle devait lui dire d’arrêter, de continuer. Il n’y avait que deux paires de mains qui avaient touché ses seins. Ses mains à elle, et celles de David. Mais c’était très agréable ce que Annabelle était en train de lui faire. Elle pencha la tête en arrière, et la femme de David vint poser sa bouche sur celle de Nina.


— Tu es parfaite, ma jolie, fit Annabelle.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Elle passa bien un bon quart d’heure, à lui caresser les seins. Elle passa ses mains sous son tee-shirt, elle détacha son soutien-gorge, et posa ses mains directement sur les seins de la jeune fille. Elle avait une belle poitrine, à la taille idéale entre ses mains. Annabelle titilla ses tétons qui étaient durs. Mme Darma cessa soudain toutes caresses, et releva ses mains du décolleté de la jeune fille. Nina entendit la voiture de David se garer dans l’allée du jardin. La jeune fille se redressa doucement, et réussit à refermer son soutien-gorge. Elle rougit et croisa le regard d’Annabelle qui la déshabillait du regard avec le sourire.


— Bonsoir, mon chéri, fit Annabelle en se serrant contre lui.


David embrassa sa femme dans un baiser profond, et leva son regard vers sa poupée qui les regardait, l’air un peu hagard.


— Je ramène Nina, et je suis tout à toi, murmura Annabelle en récupérant ses clés, puis elle fit signe à la jeune fille de monter dans la voiture.


David échangea un regard avec sa poupée, un peu déçu, il aurait aimé la ramener chez lui, mais sa femme était déjà dans la voiture. Il observa sa femme et sa poupée monter dans la voiture, et quitter l’allée du jardin.


Annabelle conduisit, et s’arrêta sur le parking d’un centre commercial, désert à cette heure-ci de la soirée. Il était déjà 21 heures. Le magasin était fermé depuis une heure maintenant.


— Annabelle ? demanda Nina, inquiète de la situation.

— Ma jolie... ce que j’ai commencé à faire... Est-ce que tu es d’accord pour que ... je t’apprenne ... les choses de l’amour ? demanda-t-elle.


Nina se fit toute petite dans son siège, elle ne savait pas du tout comment se sortir de cette situation. Elle avait aimé que la femme lui touche les seins, et ... il fallait avouer qu’elle avait envie d’en savoir plus. Mais il y avait David... qui lui avait dit exactement la même chose. Elle était censée faire quoi ?


— Tu n’es pas obligée de me répondre... maintenant, ma jolie, fit-elle.


Annabelle se pencha vers la jeune fille, et l’embrassa. Leurs langues se mêlèrent l’une à l’autre, dans une danse sensuelle. Elle sentit la main de Mme Darma se poser sur sa tête. Nina se mit à gémir.


— Je te ramène chez toi ! fit Annabelle.


Elle démarra la voiture, et déposa Nina devant chez elle. La jeune fille, les joues en feu, entra dans sa chambre, en silence, puisque sa mère et ses petits frères étaient au lit. Elle se glissa dans les draps de son lit. Sans savoir ce qu’elle devait faire ni ce qui lui arrivait vraiment ?


Le lendemain, son quotidien continua, elle alla s’asseoir dans sa salle de classe pour suivre les cours de mathématiques, français, science, sports et autres. Puis elle prit le bus pour aller à la crèche chercher les enfants. Ensuite avec John et Jack, ils allèrent au parc, ensuite ils rentrèrent à la maison, ils jouèrent pendant qu’elle préparait le repas, puis ils mangèrent, le bain et au lit. Nina se retrouva alors assise sur le canapé du salon, en se demandant qui allait rentrer en premier. Et ce qu’elle devait faire ? Devait-elle accepter la proposition d’Annabelle, elle avait un peu peur de lui dire non. Et puis... devait-elle en parler avec David ? Elle avait peur de compliquer la situation dans leur couple.


David fut le premier à rentrer, Nina se précipita vers lui, avec le sourire. Le jeune homme regarda sa poupée lui faire la fête, il prit son visage dans un baiser long et profond. Elle s’ouvrit comme une fleur au soleil.


— J’ai un cadeau pour toi... fit-il en lui donnant un paquet.


Nina l’ouvrit et découvrit un ensemble de dentelles, un soutien-gorge et une culotte. David exigea qu’elle porte ceci demain toute la journée.


— Même au lycée, fit-elle d’une voix timide.

— Oui. Demain, nous sommes mercredi. Vous n’avez pas cours l’après-midi ? Que fais-tu d’habitude ? demanda David.

— Euh... je reste chez moi ! répondit-elle.


Nina aurait aimé lui répondre quelque chose de plus trépidant, comme passer l’après-midi avec des amies, mais elle ne pouvait pas le dire, puisqu’elle n’avait pas d’amies.


— Donc demain, tu me réserves ta journée. Tu viendras ici... je t’attendrai ! dit-il en serrant la jeune fille dans ses bras contre lui.


Demain, il allait pouvoir jouer avec elle. Il savait maintenant, pourquoi enfant, il aimait tant les poupées, ce n’était pas parce qu’il était gay comme son père avait pu le sous-entendre, mais parce qu’il aimait jouer à la poupée... Et il avait trouvé la poupée idéale aujourd’hui. Annabelle rentra quelques instants plus tard, et elle raccompagna Nina chez elle, mais comme la veille, elle se gara sur le parking désert.


— As-tu pu réfléchir à ma proposition ?

— Oui, fit timidement Nina.

— Et ?

— Et je ne sais pas très bien ce que je devrais faire, ça me fait un peu peur...

— Il ne faut t’en inquiéter, je te dirai ce que tu as à faire. Et s’il y a quelque chose qui te dérange, tu peux me le dire... Tu sais que tu peux le dire. Tu es un peu comme une petite sœur pour moi, et je veux t’apprendre la vie.


Nina avait toujours été une grande sœur pour ses petits frères, elle avait aidé sa mère au mieux pour gérer la famille, la maison. Elle n’avait jamais eu une grande sœur auprès de qui, elle aurait pu se ... reposer, avec qui, elle aurait pu tout dire, tout apprendre.


— D’accord. Je veux bien apprendre ! fit Nina.


Annabelle se tourna vers la jeune fille, elles se regardèrent l’une l’autre, puis Annabelle se pencha vers Nina pour l’embrasser profondément. Elle posa ses mains sur les seins de la jeune fille, et les caressa au travers des tissus. Nina comme à son habitude, se laissa faire, et gémit doucement contre la bouche de la femme.


— J’ai vraiment hâte de te montrer d’autres trucs, fit Annabelle en lui souriant.


La jeune femme remit le contact à sa voiture, et ramena la jeune fille chez elle.


— Bonne nuit... ma jolie ! fit Annabelle.

— Bonne nuit, Annabelle, répondit Nina, sans même se rendre compte qu’elle susurra le prénom de la femme avec ... désir.


Annabelle fut tout émoustillée, et regarda la jeune fille courir vers son domicile, avec son joli fessier. Franchement, la jolie ne savait pas du tout ce qu’elle lui faisait ressentir. Elle commença à mouiller sa petite culotte, elle accéléra pour rentrer au plus vite dans les bras de son mari.


Nina passa son mercredi matin en cours à gesticuler sur sa chaise, impatiente de rejoindre David, et en même temps un peu inquiète de ce qu’il avait pu lui préparer. Et aussi nerveuse d’avoir de la dentelle si fine sur elle. Quand la cloche sonna, elle fila comme une flèche, elle envoya un message à sa mère pour lui dire qu’elle se rendait à la bibliothèque. C’était bien crédible qu’un ciné avec des copines. Elle monta dans le bus, et se présenta à la maison de la famille Darma. Elle sonna, nerveuse. David ouvrit la porte, et découvrit sa petite poupée devant la porte.


— Entre ! dit-il.


Nina franchit la porte, à peine avait-il fermé la porte, qu’il se jeta sur la jeune fille. Il la souleva dans ses bras et la conduisit vers la chambre d’amis. Leur lieu rien qu’à eux. Il venait souvent dans la chambre pour regarder les photos d’elle, nue en se masturbant. Si elle savait dans quel état, elle le met.


— David, fit la jeune fille avec la voix tremblante de désir.

— Ma poupée. Tu as promis de jouer avec moi.

— Oui !

— Alors, j’ai mis une tenue sur le lit, je veux que tu l’enfiles, et que tu me rejoignes dans le salon.

— D’accord ! fit-elle.


David quitta la pièce, il s’installa dans la pièce, sur son fauteuil, un verre à la main, il avait fermé les rideaux. Il n’avait pas envie que quiconque pose les yeux sur sa poupée. La jeune fille revint quelques instants plus tard, elle avait mis le soutien-gorge qu’il avait mis sur le lit, ainsi que la petite culotte, et les bas, mais tenait dans sa main, les porte-jarretelles pour compléter la panoplie. David l’observa en fronçant les sourcils.


— David... je ne sais pas comment ça se met... avoua-t-elle, toute penaude.


David lui tendit la main, elle trottina vers lui, elle glissa sa main dans la sienne, il la tira vers lui, et lui prenant les porte-jarretelles qu’il lui enfila, attachant les pinces au collant. Pendant tout ce temps, elle resta bien sagement entre ses bras.


— Recule-toi, que je puisse t’admirer, fit David.


Nina recula rougissante dans cette étrange tenue, il lui demanda de défiler, de tourner sur elle-même, de marcher à quatre pattes, en le regardant aguicheuse. Il lui dit de faire demi-tour, et il en profita pour lui donner une tape sur la fesse, pendant qu’elle avançait à quatre pattes. Nina sursauta, mais continua à avancer. David se leva et marcha derrière elle pour donner d’autres fessées. Elle s’assit au milieu du salon dans cette tenue étrange. Pendant une seconde, Nina se demanda ce qu’elle faisait là. David s’accroupit derrière elle, il posa ses mains sur ses seins, ses merveilleux petits seins. Il les malaxa, et titilla les pointes. Nina pencha la tête en arrière, et s’appuya contre lui.


— Attention, poupée, tu vas me faire tomber.

— Pardon, fit Nina en se tournant vers lui.


La jeune fille était à genoux, les fesses posaient sur ses pieds, David se leva et la domina de toute sa hauteur, voilà comme il l’aimait sa poupée, soumise, à genoux au sol. Il défit son pantalon, en lui disant de ne pas bouger. David libéra son sexe, et s’avança vers le visage de la jeune fille.


Nina le prit en main et commença à lui prodiguer un mouvement de va-et-vient, des plus agréables.


— Touche-le avec tes lèvres ! fit David.


La jeune fille regarda le sexe de David entre ses mains, elle avait un peu peur, mais se sentait aussi excitée... Peut-être est-ce sa tenue ? Ou son regard dominateur au-dessus d’elle. Nina commença à faire des baisers dessus, à le lécher sur le sommet, et le long de son pénis, comme une glace. David fut surpris de cette façon de faire, c’était agréable, mais il préférait qu’elle le mette dans sa bouche. Il fit un sourire devant son envie de lui faire plaisir, mais aussi son ignorance.


— Mets-le dans ta bouche, ma poupée ! murmura-t-il.


La jeune fille fit glisser le gland dans sa bouche, et commença à glisser le long de sa verge. David y mit du mouvement en bougeant les hanches doucement, pour rassurer la jeune fille. Une main de Nina était posée sur son sexe, et empêchait sa bouche d’aller trop loin. Il lui autorisait pour le moment. Il glissa une main dans les longs cheveux de la jeune fille, il poussa doucement pour que son sexe entre plus dans sa bouche.


— Ferme un peu plus la bouche, serre tes lèvres, dit-il pour la conseiller.


David sentait qu’elle faisait de son mieux pour lui prodiguer la meilleure fellation possible. C’était un petit ange. En tout cas, sa queue se sentait au paradis dans la bouche de Nina.


— Oh Poupée ! C’est bien.


Le jeune homme accéléra le rythme dans sa bouche. Soudain, la main de Nina se serra davantage autour de sa bite. Il posa son regard sur elle. La jeune fille ferma les yeux, et semblait être ... concentrée.


— Pose tes mains sur mes testicules, et masse-les, ordonna-t-il.


Nina posa ses deux mains sur les bourses de David, et les serra doucement entre ses doigts, il apprécia cette nouvelle caresse avec délectation. Il posa ses deux mains sur les oreilles de la jeune fille pour tenir sa tête, et doucement accéléra le mouvement, et s’enfonça un peu plus dans la bouche de la jeune fille. Nina se mit à gémir, alors il relâcha un peu la pression, et se recula un peu, mais il coinça sa tête, elle ne pouvait pas enlever sa bouche de son sexe.


— Tu as promis de me laisser jouer. As-tu quelque chose à dire ?


Nina était un peu surprise de cette façon de faire. Elle sentit le sexe de David se cogner contre le fond de sa bouche, sa luette. Elle faillit vomir, et elle ne voulait pas vomir sur David. Elle aurait eu trop honte. Nina secoua la tête doucement. Non, elle n’avait pas envie que ça s’arrête. David se remit à enfoncer sa bite dans la bouche de Nina. Il recommença doucement à la pénétrer, puis de plus en plus vite, de plus en plus profond...


— Ma poupée... Je vais venir..., fit David.


Nina ne savait pas ce que ça voulait dire. David se mit à lui baiser la bouche un peu plus fort. Le jeune homme sentait la jouissance l’enflammer, des ondes électriques parcourir son corps remontaient le long de son corps, recouvert de frissons. L’explosion de son plaisir menaça de jaillir. David se mit à éjaculer son sperme dans la bouche de la jeune fille.


Nina se recula et se mit à cracher sur le sol, comme une perdue. Heureusement, il n’avait pas sali la tenue de Nina. David rangea son sexe dans son pantalon qu’il remonta sur sa taille. Il s’accroupit vers elle, lui prit son visage, et l’embrassa avec passion. Elle était vraiment très bien sa petite poupée. Il la souleva, il s’assit sur le fauteuil, et posa la jeune fille sur ses genoux.


— Tu as été parfaite ... la prochaine fois, tu pourras avaler, ça sera mieux.

— Ça ne va pas me rendre malade ? demanda Nina.

— Non, ma poupée ! répondit-il en riant, c’était ça qui l’avait inquiétée.

— Je suis désolée d’avoir sali le salon, dit-elle toute timide. Je vais nettoyer, fit-elle en essayant de se lever, David l’empêcha.

— Non, laisse, je m’en occuperai tout à l’heure. Qu’as-tu pensé de cette première fellation ?

— Fellation ? C’est ...

— C’est quand mon sexe a pénétré ta magnifique petite bouche, expliqua David, en passant les doigts sur la bouche de la jeune fille, caressant sa langue et ses lèvres. Il faut que tu me dises tout ce que tu as pensé, ressenti. Tu avais l’air si ... concentrée.

— Je voulais que ça soit bien pour toi.

— C’était bien, vraiment bien pour une première fois.

— Tant mieux, fit-elle en soupirant.


David serra le corps de sa poupée contre lui. Il l’installa pour que ses fesses viennent toucher son ventre. Il mit une jambe de la jeune fille de chaque côté des siennes, et les écarta, obligeant celles de Nina à faire de même. Puis il plongea sa main sur le sexe de la jeune fille. Il commença à la caresser par-dessus sa culotte. Elle mouillait déjà, formidable petite poupée. Il écarta les bords de la culotte, pour glisser un doigt dans le vagin de la jeune fille.


Nina se sentait heureuse, aimée, dans les bras de David. Elle se pencha en arrière, et posa sa tête sur son épaule, en gémissant... Puis elle sentit que la jouissance montait dans son corps. Et elle se mit à crier et à jouir sur les doigts de David. Le jeune homme la sentit jouir, mais il continua de la caresser. La jeune fille sentit d’étranges courants électriques parcourir son corps, mais elle n’arrêta pas de bouger ses hanches, allant même de plus en plus vite. David passa un bras autour de sa taille, et la serra contre lui, en caressant ses seins, puis ce fut l’explosion. Nina se cambra et se mit à gémir, à pousser des petits cris de jouissance.


David leva la tête vers l’horloge, il était déjà 17 heures, ça faisait déjà plus de trois heures qu’il jouait avec la jeune fille. Dans une heure, il allait falloir qu’il aille chercher ses enfants. Dommage que la journée se termine déjà. Sa poupée avait été parfaite. Il aida la jeune fille à se vêtir. Elle passa son pantalon par-dessus les bas, et sa petite culotte. Il glissa les porte-jarretelles dans son sac à dos. Il l’aida en enfiler son tee-shirt et sa veste. Nina ne dit rien, et accepta sa restriction de jouer les modèles. David glissa un petit message dans son sac, c’était les ordres pour la journée de demain, il se demanda si elle allait continuer de jouer avec lui.


David raccompagna la jeune fille jusque devant chez elle. Il échangea un baiser avec Nina, puis elle quitta la voiture pour rentrer dans sa maison. Nina franchit la porte de sa maison, sa mère fut surprise de la voir là. Mais Nina lui expliqua que Mr Darma lui avait envoyé un message pour lui dire qu’il ne travaillait pas aujourd’hui, et qu’il allait s’occuper des enfants. Sa mère lui demanda de l’aide pour préparer le repas, et Nina se sentit étrangement mal à l’aise, elle avait l’impression de sentir encore les doigts de David dans son vagin, ou son sexe dans sa bouche.


Nina était dans sa chambre. Elle sortit ses affaires du mercredi de son sac pour préparer celles du jeudi. Elle tomba sur les porte-jarretelles ainsi que sa petite tenue en dentelle dans son sac. Elle ne savait pas très bien quoi en faire. Elle fourra le tout au fond de son armoire, en espérant que sa mère ne le verrait pas. Sinon elle voyait mal comment lui expliquer ce qui se passait entre elle et David. Nina trouva aussi un petit mot de David.


— Ma poupée. Pour demain : tu iras au lycée sans soutien-gorge. Tu laisseras tes cheveux libres, et tu porteras un peu de maquillage. Ensuite tu porteras une petite robe ou jupe (si tu n’en as pas, je t’en achèterai).


Nina rougit à cette idée, un peu folle, mais c’était les demandes de David, et elle avait envie de lui faire plaisir. Elle allait faire ce qu’il avait demandé. La jeune fille s’endormit en tenant le petit mot dans sa main.

Diffuse en direct !
Regarder son live