Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 646 fois
  • 80 J'aime
  • 16 Commentaires

Le fantasme de la baby-sitter

Chapitre 34

L'installation dans la maison

Divers

Nina venait de mettre le point final à sa copie du bac. Elle soupira de soulagement, maintenant il faudra attendre les résultats, mais elle était confiante. Le mois de juin avait été rude en évènements. Entre leurs nuits torrides, et les révisions. D’ailleurs, David l’avait bien aidée, il lui avait fait des révisions... sexuelles. Quand il lui avait dit ça, Nina n’avait pas trop compris. Mais ça avait été simple. Elle s’était assise à la table de la cuisine, avec ses cahiers de révisions, et il... la faisait jouir à chaque fois qu’elle avait une bonne réponse. Du coup, pendant son examen, elle avait plus pensé à David, et à... sa jouissance, mais elle avait trouvé la bonne réponse à chaque question.


Et puis le mois de juin avait aussi été synonyme de visites pour de nombreuses maisons. Puisqu’à la naissance de leur bébé, la maison allait devenir trop petite, David avait sélectionné des maisons, ils passaient souvent leur samedi après-midi à visiter les maisons. La mère de Nina avait été mise à contribution pour garder les enfants.


— Vous êtes la mère de Nina, vous êtes... ma belle-mère aussi, fit Annabelle, consciente que c’était un peu bizarre de dire ça comme ça.

— Nous avons presque le même âge.

— C’est vrai.

— En tout cas, je tiens à ce que nous entendions bien.

— Je sais. Ne vous en faites pas, tant que ma fille est heureuse... tout me va. Même si je vous avoue que cette histoire de... trouble, me chiffonne un peu.

— Pourtant, vous êtes la mère de Nina, c’est de vous qu’elle tient son éducation, sa compréhension, sa compassion, sa passion aussi.

— Oui... je me demande ce que j’ai pu faire pour faire d’elle une personne si ouverte.

— Eh bien, je ne sais pas non plus, mais... vous avez bien fait.

— Merci !


Noémie et John gardaient donc les enfants, avec Nolan et Nathan pendant que David, Annabelle et Nina visitaient des maisons pour trouver leur nouveau chez eux.


L’agent immobilier leur présenta une maison, ils entrèrent dans la maison par une grande porte d’entrée, ils arrivèrent dans un hall d’entrée donnant sur un escalier. D’un côté se trouvaient une grande pièce, sans doute une salle à manger ou un salon, une deuxième pièce et une autre qui était sans doute la cuisine, et en prenant une troisième porte, on tournait en rond, puisqu’ils revinrent dans le hall d’entrée.


— Donc le rez-de-chaussée compte quatre pièces, vous pouvez en faire des salons, des salles à manger, ou une bibliothèque et bien sûr la cuisine, expliqua l’agent qui leur faisait visiter.

— Tu as vu David, on va pouvoir en faire des choses ici ! s’écria Nina en lui prenant la main pour lui montrer la pièce.


Annabelle partit de son côté pour visiter le bas de la maison, et l’agent immobilier surprit un baiser entre David et la jeune fille.


— Oh, pardon ! fit-il en refermant la porte derrière lui.


Il ne savait pas trop ce qu’il devait faire. Apparemment, le jeune homme avait une liaison avec la jeune fille, mais il n’était pas marié avec l’autre femme. Il se gratta la tête, un peu perplexe. Nina, de son côté, pouffa de rire avec David. C’est vrai que leur situation était un peu compliquée, mais pour la jeune fille, cela ne devrait pas en être, ils avaient bien le droit de vivre leurs vies comme ils voulaient. Ils ne faisaient rien contre la loi.


Tous les trois se retrouvèrent dans le hall et l’agent immobilier les invita à monter au second étage. Ils arrivèrent dans un espace large qui desservait au moins sept portes. L’agent ouvrit la première, c’était une grande pièce, servant de chambre. Il ouvrit quatre autres portes qui donnaient sur des pièces, pouvant aussi servir de chambres. La sixième porte s’ouvrit sur une grande salle de bain avec baignoire et douche. Ensuite la porte suivante dévoila des marches qui montaient vers le deuxième étage. Au-dessus, il y avait deux autres chambres, et une autre salle de bain, et un grand espace vide, les combles de la maison.


— Tout n’a pas encore été... construit, mais vous pouvez facilement ajouter trois chambres, expliqua l’agent immobilier.

— Oui, surtout si la famille continue de s’agrandir, fit Annabelle en caressant le ventre de Nina, qui avait pris un peu de rondeur.

— Euh... oui ! fit l’agent immobilier, un peu... nerveux.


S’il avait bien suivi, le père de l’enfant de la jeune fille devait sans doute être le mari. Cela le perturbait un peu quand même. Il laissa chacun visiter, et il assista à un baiser entre Annabelle et David, mais aussi entre Annabelle et Nina, qui se trouvaient dans une pièce, en imaginant comment elles allaient installer le berceau pour le petit bébé. Et dans une autre pièce, la chambre pour John et Jack. Bref, cette famille n’était vraiment pas comme les autres, en conclut l’agent immobilier.


Le couple mit en vente leur petite maison afin d’avoir un apport pour la nouvelle. David s’occupa de tout et la famille s’installa dans la nouvelle maison, au cours du mois de juillet.


— Dis-moi quand on emménage dans une maison, on n’est pas censé faire l’amour dans toutes les pièces de la maison, fit Nina.

— Il me semble aussi, répondit Annabelle.


David se tourna vers elles, toutes les deux le fixaient du regard. Elles étaient apparemment très sérieuses, mais il faut dire que lui aussi cette idée l’excitait.


— Et comment vous voulez vous y prendre exactement ? demanda David.

— En fait, on comptait sur toi, pour nous faire un plan, dit Nina avec son doux sourire.

— Ça me donne une idée, d’ailleurs. Je m’en occupe.

— Merci David ! fit Nina en se calant dans ses bras.

— De rien, ma poupée ! dit-il en caressant le ventre arrondi de Nina.


Il avait arrêté les séances sado-maso, il avait repris des choses plus soft, mais ils s’amusaient toujours à leurs petits jeux de rôle. Et apparemment, Nina et Annabelle s’amusaient bien elles deux. Lui se rattrapait sur Mignonnette, qu’il avait aussi commencé à sodomiser. Il avait aussi attaché la jeune femme. En même temps depuis son « viol », il pouvait presque faire n’importe quoi. Cela ne changeait pas que malgré tout ce qu’il lui faisait... subir, il l’appréciait beaucoup.


Le soir suivant, il présenta un plan et un programme pour faire l’amour dans toutes les pièces de la maison.


Hall : Nina et Annabelle - Salon 1 : David et Nina. - Salle à manger : Nina et Annabelle

Cuisine : David et Nina. - Salon 2 : David et Annabelle. - Escalier : David et Annabelle.


Chambre 1 : Nina, Annabelle et David - Chambre 2 : Nina et David- Chambre 3 : David et Annabelle. - Chambre 4 : Nina et Annabelle - Chambre 5 : David et Annabelle. - Salle de bain : Nina et David - Escalier : Nina et Annabelle.


Chambre 1 : Annabelle et Nina - Chambre 2 : Nina et David - Salle de bain : David et Annabelle. - Combles : Nina, Annabelle et David


— Voici les pièces de la maison, il y a dix-sept endroits.

— Ce n’est pas divisible par trois, fit remarquer Nina.

— Tu me laisses finir, ma poupée, gronda David.

— Oui, pardon, excuse-moi !

— Donc, je disais il y a dix-sept pièces dans la maison. Est-ce que vous avez des préférences ? Annabelle ?

— J’aimerais faire l’amour avec Nina dans la salle à manger. Et avec toi, dans l’escalier.

— Très bien, moi je pose une option avec Nina dans le salon, et dans l’autre salon avec Annabelle.

— On dirait le jeu du cluedo, fit remarquer Nina avec le sourire.

— Ma poupée... j’aime toujours autant tes comparaisons. Bref, avec qui veux-tu faire l’amour dans le hall ?

— Annabelle !

— Et avec moi dans la cuisine, alors.

— Oui.

— Parfait, voilà pour le rez-de-chaussée.

— A quel moment... on fait ça ? demanda Nina.

— Les mêmes soirs que d’habitude, répondit David.

— D’accord.

— Passons au premier étage. Nina, une préférence ?

— La salle de bain avec toi et une chambre avec Annabelle.

— A toi, Annabelle ?

— Alors une chambre avec toi et l’escalier avec Nina.

— Bon, je prends deux chambres, une pour Nina et l’autre pour Annabelle.

— Et la dernière chambre ? demanda la jeune fille.

— On le fera à trois !

— Chouette ! J’adore quand on est tous les trois.

— Ma poupée... c’est toi la plus perverse de nous trois.

— C’est quoi une perverse ? demanda la jeune fille.


Annabelle et David échangèrent un regard, mais pas plus surpris que ça en fait, Nina était bien souvent ignorante sur ce genre de choses.


— C’est quelqu’un qui veut faire le mal ou l’encourager.

— Parce que c’est mal de faire l’amour ? demanda Nina.

— Non... bon, perverse n’est pas le bon mot.

— Ce n’est pas luxure que tu cherches... Donc je suis luxurieuse ? fit la jeune fille.

— C’est tout à fait ça, ma poupée ! répondit David en riant. Il reste le dernier étage de la maison.

— Je prends la salle de bain avec Annabelle, une chambre avec Nina, Nina et Annabelle dans l’autre chambre. Et on fera à trois dans les combles, décida David. Comme ça, ma poupée luxurieuse sera contente.

— Oui ! fit Nina en sautant dans les bras de David.


Elle tendit le bras vers Annabelle qui vient se joindre à eux dans le câlin. Tous les trois se serrèrent dans les bras, les uns les autres. Annabelle se sentait tellement heureuse et bien, qu’elle en aurait pleuré de joie. Nina souriait jusqu’aux oreilles, respirant littéralement le bonheur. Et David... se sentait possessif d’avoir ses deux femmes à ses bras.


Donc le premier soir, un lundi, Nina et Annabelle se retrouvèrent dans la salle à manger. Les deux femmes avaient décidé de commencer par cette pièce. Annabelle aida Nina à s’asseoir sur la table. Et l’aida à lui enlever les vêtements et l’allongea sur la table. Elle commença par lui lécher son magnifique petit pubis.


— Tu peux crier, les enfants ne sont pas là ce soir ! fit Annabelle.


A peine, avait-elle dit ça, que Nina se mit à crier sa jouissance, ce qu’elle faisait à son petit sexe était vraiment très bon. Elle avait posé sa langue sur toutes les parties de son sexe, ses lèvres, son clitoris et l’entrée de son vagin.


— Annabelle, c’est vraiment... bon ! fit Nina.

— Ce soir, tu restes là... sur la table, c’est moi qui m’occupe de toi et de tout...

— D’accord ! répondit Nina avec le sourire... mais à une condition... que tu me laisses aussi te faire du bien.

— Ma jolie, fit Annabelle en soupirant.


Annabelle caressait le corps de son amante, elle s’installa sur une chaise et invita Nina à descendre sur elle. Les deux femmes se frottaient leurs sexes l’un contre l’autre, en s’embrassant langoureusement. La langue d’Annabelle s’amusait avec celle de la jeune fille. Nina glissa sa main entre leurs cuisses pour venir caresser le pubis de la jeune femme.


— Ma jolie... laisse-moi de la place, fit-elle en glissant aussi sa main sur son sexe.


Elles se firent toutes les deux du bien et Nina ne mit que peu de temps à jouir dans les bras d’Annabelle. Elle se cala contre elle et entoura le cou de la jeune femme avec ses petits bras. Et laissa le plaisir retomber doucement.


— Je t’aime, murmura Annabelle au creux de l’oreille de Nina.

— Moi aussi, fit Nina en la serrant plus fort. Tu veux bien que je m’occupe de toi.


La jeune fille descendit de la chaise et s’accroupit sur le sol pour venir prendre le sexe d’Annabelle en bouche pour lui faire du bien à son tour. La jeune femme se pencha un peu, pour que ses mains puissent venir caresser les seins de Nina.


Annabelle se mit à jouir et posa sa main sur la tête de Nina, pour qu’elle n’arrête pas ce qu’elle faisait... giclant sa cyprine sur la bouche, dans la bouche de la jeune fille. Nina se redressa et avala en essuyant sa bouche.


— Tu es... luxurieuse, fit Annabelle face à ce nouveau mot, inventé par la jeune fille.

— Et pas toi ? Parce que je suis... pas toute seule à faire l’amour ?

— C’est vrai.


Nina se releva et regarda la pièce pour voir où elle pouvait s’installer pour continuer à faire l’amour toutes les deux. Mais c’est Annabelle qui prit les choses en main, elle invita la jeune fille à remonter sur la table. Elle lui posa ses fesses au bord, la jeune femme écarta les jambes de Nina dans un magnifique V. Et vint frotter son sexe contre celui de la jeune fille.


— Est-ce que tu veux... qu’on ajoute un gode ? demanda Annabelle.

— Comme tu veux... Mais j’aime quand nos deux sexes se touchent.

— Moi aussi, ma jolie. Tu as le plus beau sexe que j’ai jamais vu.

— Sauf le tien...


Annabelle fit un sourire et fit monter le plaisir dans le corps de Nina, ce qui se fit en peu de temps. Elle était toujours... si luxurieuse. Elle posa doucement les jambes de Nina et glissa les doigts dans le vagin de la jeune fille. Et elle ne mit pas longtemps à jouir en criant sa joie.


Les deux femmes s’assirent sur des chaises et prenaient un peu de repos. Nina avait un petit ventre rond à porter. Annabelle posa sa main sur le ventre de la jeune fille pour le caresser doucement et tendrement.


— Dis... Combien tu as eu de... partenaires ? demanda Nina d’une petite voix.

— Les hommes, quatre, en comptant David. Les femmes, en te comptant, six.

— Tu préfères les filles alors ?

— Je ne sais pas, la première était ma colocataire à la fac. Après, j’ai eu des petites amies ici et là. Mais je n’ai jamais envisagé de... fonder un foyer avec une femme. Et j’ai rencontré David.

— David est... organisé.

— Oui. Directif aussi.

— Mmmh ! Il commande, mais moi j’aime bien.

— Tu te laisses vivre et porter, ma jolie. Mais c’est normal, tu es jeune, sans expérience et c’est plus facile de s’en remettre à quelqu’un comme David... Il peut te porter sans souci, expliqua Annabelle.

— Oui, je l’aime...

— Je me sens jalouse, quand je pense au temps que tu passes avec David. J’aimerais tellement t’avoir pour moi toute seule. Mais je veux aussi David.

— Le partage est important... et puis si on est heureux tous les trois, alors... Toi + Moi + David. On additionne tout et c’est merveilleux.

— Tu ne veux pas qu’on passe plus de temps toutes les deux ? demanda Annabelle.

— Si bien sûr, mais une journée n’a que vingt-quatre heures... Je préfère me contenter de ce que j’ai, plutôt que d’en vouloir plus et tout perdre.

— Je comprends ton idée.


Annabelle soupira, elle se leva de la chaise, tendit la main vers Nina, qui s’en saisit sans une seconde d’hésitation et la jeune femme les conduisit vers la chambre pour qu’elles s’allongent et dorment dans les bras l’une de l’autre.


Les jours suivants furent bien remplis, entre l’installation dans la maison, les cartons à vider les meubles à monter, s’occuper des enfants et de Nina. La jeune fille voulait toujours se montrer utile, mais il fallait qu’elle fasse attention à elle.


— Tu vas accoucher dans cinq mois, il faut faire attention ! fit David.


Il souleva la jeune fille sur la table de la salle à manger, en lui donna l’ordre de ne pas bouger. Elle était restée sagement assise, pendant que David et Annabelle vidaient les cartons de vaisselle dans le buffet de la maison. Nina et Annabelle se regardaient toutes les deux, elles avaient fait l’amour, il y a peu de temps dans la salle à manger. Ce soir, en toute logique, c‘était prévu que Annabelle et David fassent l’amour dans la maison, donc dans le salon, l’escalier, dans une chambre ou la salle de bain du dernier étage.


— Vous allez faire l’amour où ce soir ? demanda Nina d’un ton coquin.


David et Annabelle se regardèrent, est-ce que c’était bien normal de parler de ça, entre le rangement des verres et celui des assiettes.


— Tu veux tout savoir, luxurieuse ! se moqua David.

— Oui...

— Tu veux nous espionner ?

— Je peux ? fit Nina tout de suite plus intéressée.


David regarda Annabelle pour voir si elle apprécierait que Nina les observe faire l’amour. Pour sa part, il n’était pas trop partant. Parce qu’il ne pourrait pas s’empêcher de vouloir aussi honorer et prendre la jeune fille.


— Je me ferai discrète, vous ne saurez même pas que je suis là !

— Ma jolie... je sais pas... fais comme tu veux, dit Annabelle en haussant les épaules.

— Comme tu veux, ma poupée, confirma David, en venant poser ses lèvres sur celles de la jeune fille.


Le soir venu, Nina, David et Annabelle passèrent une bonne soirée, les parents d’Annabelle avaient gardé les enfants, pendant les vacances, le temps qu’ils installent la maison sans avoir les petits dans les pattes. Mais Jack et John manquaient un peu dans leur famille. Nina annonça qu’elle allait se coucher avec un petit sourire. Elle embrassa David et Annabelle puis alla dans sa chambre. Elle attendit une petite heure, avant d’ouvrir doucement la porte pour chercher à espionner David et Annabelle en train de faire l’amour.


Elle n’eut pas besoin d’aller bien loin, Annabelle était assise dans les marches de l’escalier. La jeune fille remarqua que David avait la tête entre les jambes de sa femme. Annabelle gémissait, heureuse de sentir la langue de son mari dans son vagin. Elle posa ses mains sur la tête de David.


— Tu es... plus excitée ce soir. Est-ce que ce serait parce que Nina a dit qu’elle allait venir nous espionner.

— Peut-être... répondit Annabelle en penchant la tête en arrière.


Annabelle croisa le regard de Nina assise sur la marche au-dessus d’elle et se mit à jouir sous la langue de David en croisant le regard de la jeune fille. David se releva et vit Nina au-dessus d’eux avec le magnifique sourire.


— Nina ! gronda-t-il.

— Oui ? fit-elle avec un sourire coquin.

— Retourne dans ta chambre, ordonna David.


La jeune fille se leva et retourna dans sa chambre. Le jeune homme retourna sa femme pour la prendre en levrette, debout dans les escaliers. Il enfonça son sexe dans celui de sa femme. En tout cas voir Nina les observer, l’avait... requinqué et il était à nouveau plein d’ardeur. Il éjacula dans le vagin de sa femme.


— Tu as chassé, Nina, la pauvre ? fit Annabelle.

— Elle... m’excite trop, c’est bien ça le problème.

— Moi aussi !


Les deux mariés s’installèrent sur les marches côté à côté, David plongea sa main entre les cuisses de sa femme pour enfoncer un doigt dans son vagin. Il entendit un drôle de bruit et en relevant la tête, il remarqua une ombre dans un coin. Annabelle posa sa main sur son sexe, qui bandait à nouveau.


— Elle nous regarde encore ? murmura Annabelle au creux de l’oreille de son mari.

— Oui !

— Ne sois pas trop dur avec elle. Elle est si mignonne.


David lui fit un sourire, parce qu’il allait la punir. Nina n’avait pas obéi à ses ordres et cela méritait bien une punition, une punition qu’elle n’est pas près d’oublier.

Diffuse en direct !
Regarder son live