Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 527 fois
  • 79 J'aime
  • 13 Commentaires

Fantasme de soumission

Chapitre 1

initiation

SM / Fétichisme
79
5

— J’ai écrit cette histoire il y a trois ans sur un de mes fantasmes les plus hard. Je l’ai retrouvée il y a peu sur mon ordinateur, j’ai donc eu envie de la publier.


Bonjour,

Tout d’abord, je m’appelle Mia. J’ai 19 ans, je suis brune aux yeux verts, avec de belles formes. Je mesure 1m70 pour cinquante-cinq kilos, fais du 85E, et depuis quelque temps, j’ai des fantasmes de soumission.


Voilà pour ma présentation.

Un jour, alors que j’allais de site en site et de forum en forum pour me renseigner sur le milieu du SM et de la soumission, je suis tombée sur un message d’un Maître, proche de chez moi. Il disait chercher une nouvelle soumise, de préférence novice, pour habiter avec lui et lui faire découvrir les plaisirs de la soumission, et l’éduquer correctement. C’est ainsi que j’ai répondu à son annonce. Nous avons beaucoup parlé de nos désirs, de mes limites. Je lui ai dit que j’étais nouvelle dans le SM et n’avais jamais pratiqué, mais que j’aimais beaucoup me faire prendre par tous les trous, être insultée, être traitée comme une chienne... Après nos nombreux échanges, nous avons décidé d’une date pour nous rencontrer, chez lui, afin de faire plus ample connaissance, et si tout allait bien entre nous, me faire signer mon contrat de soumission. Il voulait pouvoir organiser au plus vite notre première séance.


Le jour J, j’ai suivi ses instructions. Je me suis épilée intégralement, mis mon plus beau string, en dentelle rouge, très échancré, avec le soutien-gorge assorti, et une minijupe noire, avec un haut très près du corps pour bien marquer mes formes. Le tout était agrémenté de magnifiques talons aiguilles. J’étais enfin prête à aller voir celui qui, je l’espérais, allait devenir mon Maître, et allait pouvoir m’éduquer comme une soumise et m’apprendre les fondements du BDSM. J’avais hâte, mais j’étais aussi stressée.


J’ai pris ma voiture, et je me suis rendue chez lui. Quand il m’a ouvert la porte, j’ai redécouvert l’homme que j’avais déjà vu en photo et en vidéo. Il était grand, brun, très musclé, avec des yeux d’un bleu profond. Il s’appelait Jean. Dès que je l’ai vu, je l’ai trouvé incroyablement sexy et j’ai su à ce moment-là que j’étais sûre de vouloir devenir sa soumise.


Il m’a fait entrer et m’asseoir dans son salon, qui était spacieux et lumineux. Nous avons parlé pendant un moment, puis il a fini par me tendre le contrat que j’avais déjà préalablement rempli lors de nos échanges. Il ne me restait plus qu’à signer.


Il m’a alors dit qu’il voulait faire de moi sa soumise, mais que pour cela, il fallait que je suive ses règles, et que si je ne les suivais pas, je serais punie sévèrement. Il m’a menacée de m’enfermer dans une cage, à la cave, dans le noir. Il m’a dit qu’il fallait que je sois toujours prête à être baisée par tous les trous, et qu’il pouvait me prêter à d’autres Maîtres s’il le désirait, pour parfaire mon éducation de chienne soumise. J’ai alors pris le contrat et l’ai signé. Alors il m’a dit :


— Parfait, nous allons alors pouvoir commencer ton éducation, ma chienne.


Il m’a fait me déshabiller, ne gardant que mes talons. Puis il m’a mis mon collier de chienne, et m’a promenée en laisse dans son appartement. J’ai bu dans une gamelle d’eau à terre, tel un animal domestique. Je me sentais humiliée, mais je sentais déjà ma chatte mouiller. Il m’a ramenée dans le salon, puis il s’est assis dans le fauteuil. Il m’a alors ordonné de lécher ses chaussures, puis de les lui enlever et de lui lécher les pieds, ce que je me suis empressée de faire en répondant « Oui Maître ».


Il a commencé à défaire son pantalon, et en a sorti sa bite, épaisse et bien bandée. Il m’a alors dit de lui montrer ce que je savais faire. J’ai donc commencé à lui lécher doucement la verge, et à faire de petits va-et-vient dans ma bouche, tout en le branlant en même temps, comme je l’avais toujours fait avec mes précédents copains. D’un coup, il a pris ma tête, et a violemment enfoncé sa bite, me forçant à la prendre entièrement en bouche. J’ai cru que j’allais m’étouffer, mais j’ai réussi à déglutir, et sa bite a passé ma glotte. Il me bouchait le nez, je ne pouvais plus respirer. Il a fini par se retirer en me disant d’enlever mes mains, qu’il allait baiser ma bouche. Il a commencé par de petits va-et-vient dans ma bouche, en me tenant la tête, puis il est allé de plus en plus loin, et de plus en plus fort. Il a fini par se vider en partie dans ma bouche, mais aussi sur mon visage.


Il m’a donné une violente claque, puis m’a ordonné de bien tout nettoyer, il ne devait plus rester une goutte.


Pendant que je m’exécutais, il s’est placé derrière moi et a passé ses doigts sur ma chatte. Il a vite remarqué que j’étais trempée, et m’a alors donné une fessée à en faire rougir mon cul. J’étais excitée au plus haut point, et j’attendais la suite avec impatience.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Quand il est revenu devant moi, il était entièrement nu. Il m’a dit de lui lécher les boules, mais aussi l’anus. Ce que j’ai fait. Je lui ai d’abord sucé les couilles, puis il a pris ma tête et m’a fait lécher son anus. J’ai d’abord léché le tour, puis j’ai fait pénétrer ma langue à l’intérieur. Je l’entendais râler de plaisir. Son anus avait un goût amer, mais j’aimais ça. Lorsqu’il en a eu assez, il m’a fait me relever, et m’a bandé les yeux. Il a mis un bâillon boule dans ma bouche, et m’a dit que la séance allait enfin pouvoir vraiment commencer.


Il m’a fait descendre des marches, et au vu de la fraîcheur ambiante, j’en ai déduit que nous étions dans sa cave. Les choses sérieuses allaient enfin commencer. J’étais très excitée, mais en même temps, j’avais un peu peur de ce qui m’attendait. Et si je n’étais pas à la hauteur de ses attentes ? Qu’allait-il faire ?


— Tu es une bonne chienne, assez obéissante. Dans les prochains jours, je vais t’apprendre à réellement bien sucer. Maintenant, je vais m’occuper de tes mamelles.


J’avais vraiment peur de la douleur, je ne savais pas ce qui m’attendait. J’étais tellement inexpérimentée, mais en même temps je lui faisais confiance. Mon bâillon me faisait baver, et ma bave coulait le long de mon menton et sur ma poitrine.


— Mets-toi à quatre pattes, je vais attacher tes seins avec une corde pour qu’ils soient bien serrés.


Je me suis mise à quatre pattes, mais le sol était froid, et un frisson a parcouru mon corps. Etait-ce l’excitation ou le froid ? Sûrement un peu des deux. Mes seins lourds pendaient vers le bas, comme des mamelles de vache. Il a pris une corde fine et l’a fait glisser sur mon dos, puis il a fait des nœuds, assez compliqués, pour bien attacher mes seins. Mes tétons pointaient et mes seins étaient tendus, la circulation du sang commençait déjà à être coupée. Il m’a fait me mettre debout, les mains dans le dos. Mes seins devenaient de plus en plus rouges. Il m’a alors dit :


— Là. T’es une bonne soumise comme ça.


Il a alors frappé mon sein avec sa main, et j’ai senti la douleur se répandre dans tout mon corps. Une larme a coulé le long de ma joue, mais mon clitoris s’est gonflé encore un peu plus. Je voulais crier, mais le bâillon m’en empêchait, et la bave coulait de plus en plus de ma bouche. J’étais souillée par ma propre bave.

D’un coup, j’ai senti sa main jouer avec mes tétons. Il les tirait, les pinçait. J’ai senti une pince s’accrocher à mon téton droit, puis à mon téton gauche. Mes pointes étaient tellement sensibles que la douleur m’a fait me plier en deux.


— Tu n’es pas très résistante... On va devoir travailler ça. Pour cette fois, tu n’auras pas de punition, mais c’est bien la seule fois où je suis clément avec toi. Maintenant, redresse-toi et mets-toi bien droite. Écarte les jambes, et mets tes mains dans le dos.


Je me suis mise en position et ai acquiescé. Je savais que je n’avais plus le droit à l’erreur. La douleur dans mes seins me cisaillait, mais je devais tenir pour qu’il soit fier de moi. Et puis je commençais à prendre du plaisir. J’aimais être sa chose. Il a passé deux doigts entre mes lèvres inférieures.


— Mais tu es trempée ma parole, tu aimes ça, être traitée comme une chienne ?! Je sens que je vais bien m’amuser avec toi.


Pour finir sa phrase, il a posé des pinces sur mes lèvres. La douleur était si forte que des larmes coulaient sur mes joues, mais je restais immobile. Il a joué avec son doigt sur mon clitoris, qui était gonflé comme jamais auparavant. Dès qu’il le touchait, je ressentais une décharge électrique dans tout mon corps, mes jambes se sont mises à trembler, et j’ai cru m’écrouler. Il a alors pincé mon clito, et l’a frappé. J’étais à deux doigts de jouir. Il l’a vu, et m’a dit :


— Tu ne vas pas jouir tout de suite, petite salope, je ne fais que commencer. Si tu jouis, ma punition sera terrible.


J’ai fait oui de la tête. Il a alors mis une pince sur mon petit bouton, et la douleur était telle que je me suis écroulée sur le sol.


— J’ai été clément avec toi une fois, mais pas deux.


La pince sur mon clito était tombée dans ma chute. J’avais moins mal à présent, mais je savais que j’allais être sévèrement punie.


— Relève-toi vite, tu vas recevoir dix coups de cravache sur tes mamelles. Si tu bouges, je double, et c’est ton clito qui va prendre. Je veux que tu comptes tous les coups. Si tu en loupes un, j’en rajouterai un.


Il m’a enlevé mon bâillon, souillé par ma bave, mais m’a laissé le bandeau.


— Lèche !!


J’ai exécuté son ordre sans réfléchir, et ai nettoyé le bâillon recouvert de salive.

J’étais en position : droite, les mains dans le dos et les jambes écartées. Il a donné le premier coup sur mes seins qui commençaient à être violets. J’ai crié « Un » sans bouger d’un pouce. Ce premier coup m’a fait mal, mais je savais qu’il avait été doux. Le deuxième coup a été plus fort, la douleur s’est répandue dans tout mon corps, mais je sentais la mouille couler le long de ma jambe. Au bout du cinquième coup, il a fait sauter la pince qui était sur mon téton. Ce coup m’a arraché un cri de douleur, mais je n’ai pas oublié de compter. Il en a fait de même pour le septième coup. La douleur était tellement forte, mes jambes ont failli s’écrouler sous moi. Mais j’ai tenu le coup.

Au dixième coup, j’ai su que ma punition était finie. J’étais fière d’avoir tenu. Mes seins étaient violets, on voyait la trace des coups sur chacune de mes mamelles, tellement douloureuses.


— C’est bien, ma petite pute. Maintenant, je vais m’occuper de ta chatte.


Il m’a alors détaché les seins, et m’a enlevé le bandeau. Je découvrais une pièce froide, avec un sol et des murs en béton. Il y avait différents jouets et cordes accrochés aux murs, une table avec des liens pour attacher les mains et les pieds, une croix de Saint-André, un pilori, et encore bien d’autres choses. Dans un coin, il y avait une petite cage avec une gamelle. Je me suis dit que ça allait être ma cage si jamais j’étais punie.


— Mets-toi à quatre pattes, chienne, et va vers la table.


Je me suis alors dirigée vers la table comme demandé.


— Pose ton buste dessus et tends ta croupe vers moi.


J’ai fait immédiatement ce qu’il me disait. Il est venu derrière moi et m’a attaché les mains et les pieds à la table. J’étais totalement à lui, mes trous lui étaient offerts. Il s’est mis derrière moi et a claqué mes fesses.


— N’oublie pas que tu ne dois pas jouir sans ma permission.

— - Oui Maître.


Il a présenté sa queue face à ma fente et y est entré d’un coup sec, jusqu’à la garde. Il était rentré facilement, tellement je mouillais. Il me remplissait entièrement, je me sentais pleine. Je n’avais jamais été prise par quelqu’un d’aussi large. Je le sentais enfin en moi, et j’étais sur le point de jouir, dans un autre monde. Il m’a pilonnée pendant quelques minutes, tout en me donnant des fessées. Je me retenais de jouir, mais c’était si dur, tout mon corps tremblait. Je me mordais les lèvres et serrais les poings pour éviter que l’orgasme arrive. J’allais tout abandonner quand il s’est retiré et m’a dit :

— Maintenant je vais m’occuper de ton petit cul vierge. Je vais me faire un plaisir de bien le dilater.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder