Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 678 fois
  • 80 J'aime
  • 2 Commentaires

Fantasme sur beau-frère

Chapitre 2

Travesti / Trans

On continue... Moi, toujours en train de pomper Olivier, et lui, en train de prendre une capote... Il avait tout anticipé et savait très bien que je ne pourrais refuser quoi que ce soit, sous peine qu’il dise tout à ma sœur.

Il défait l’emballage du préservatif, mais prise entre l’euphorie, l’excitation, l’envie... je le lui arrache des mains et le place dans ma bouche. Puis, j’enfonce doucement son membre entre mes lèvres pour le dérouler tout autour. Il n’oublie pas d’appuyer sur ma tête pour que son sexe soit complètement emballé...


— Allez petite salope... Montre-moi ton joli petit cul !


Je me place sur la table basse en face de lui, mes coudes et mon ventre appuyant sur le verre, les genoux posés sur le sol, je redresse ma robe au-dessus des hanches pour lui montrer que la lingerie qu’il m’a donnée me va à ravir... Un petit string rose bonbon qui vient séparer mes fesses rebondies en deux. Je l’entends se redresser derrière moi et... *ClacK*. Une petite claque sur mes fesses me fait légèrement gémir d’excitation... Puis, d’une main ferme, il écarte le bout de tissus d’entre mes fesses...


— Je... Je... Je... suis... Je suis encore vierge... lui dis-je d’une voix timide...

— Quoi ?


Je répète un peu plus fort, mais toujours timidement... : "Je... Je suis encore vierge..."


— Ah oui ? Parfait... Je serais donc le premier à t’enculer !


Et là, je sens un liquide visqueux me couler sur les fesses... Et, sans savoir ce que c’est, le voilà déjà en train de pointer le bout de son gland sur ma petite rosette...


— Détends-toi et tout ira bien !


J’essaie, mais sa queue force quelque peu le passage, et même si à l’intérieur, j’en meurs d’envie, mon petit cul ne compte pas se laisser faire et ferme la porte... Olivier pousse un peu plus fermement et le lubrifiant (le liquide visqueux était donc ça) et mes pratiques solos aidant, il commence doucement, mais sûrement à me pénétrer... Je sens une vive douleur lorsque son gland parvient enfin à trouver mon chemin... Voilà, j’ai un morceau de la queue de mon beau-frère dans mon petit cul... et j’adore ça ^^... Il ne bouge plus, sans doute pour me laisser m’habituer à sa bite... La douleur disparaît pour laisser place à un sentiment de plaisir intense... Puis il continue de s’enfoncer en douceur...


— Voilà... respire... Le plus dur est passé...


Comment ça le plus dur ? Il en reste encore alors que j’ai déjà l’impression d’être remplie... Oh... Putain... Oui... Il en restait encore et chaque centimètre s’enfonçant en moi me remplit comme il faut...


— J’en garde un peu pour plus tard... et il commence à faire des mouvements de va-et-vient assez lentement... mais j’ai l’impression de sentir chacune de ses veines venir frotter mes parois intimes...

— Oh oui comme ça... dit-il en accélérant doucement, mais sûrement ses coups de reins...


Mes longues séances avec mes jouets intimes portent leurs fruits... Bien aidé aussi par le lubrifiant, il glisse en moi de plus en plus vite, de plus en plus loin. Ses mains posées sur mes hanches guident mon corps dans ses mouvements. Chacun de ses coups de bite m’enivre de plaisir et d’excitation... Je me cambre au maximum pour l’inviter à aller plus profond en moi...


— Et dire que ta sœur refuse la sodomie... Je vais bien me rattraper avec toi...


Hummm, elle ne sait pas ce qu’elle loupe celle-là... Et tant mieux pour moi. Je me sens privilégiée et, pour le remercier, je me sers de mes mains pour écarter mes fesses, qu’il voit sa queue plonger en moi et qu’il oublie Lola un instant. Je reçois aussi une claque que je prends comme un remerciement...


Il se retire et c’est maintenant lui qui écarte mes fesses comme pour admirer son travail...


— Voilà, bien ouverte comme une salope ! Tu vas venir t’empaler sur moi maintenant...


Il s’assoit sur le canapé, jambes écartées et bite droite comme un i...

Sans attendre, je me place dos à lui et commence une lente descente sur son membre qui force légèrement mon entrée...

Je ne suis pas encore assez ouverte, mais on va y remédier. Je commence une série d’ascensions et de descentes sur sa bite gonflée à bloc. Puis, il me saisit les hanches et commence à me forcer à m’empaler encore plus...


OH PUTAIN...

Je crois que cette fois, je vais avoir droit à toute sa queue...

Je serre les dents pour desserrer mon trou...

Le lubrifiant couplé à sa force fait que je glisse sur lui encore plus loin que d’habitude...

Ca brule, ça fait mal, je commence à avoir le cul en feu... et pourtant je veux engloutir sa bite ! Ca pique...

Ca pique...

Ca pique... et, d’un coup, une résistance... j’ai les fesses contre lui, ça y est... j’ai réussi à tout prendre et même si ça fait mal, je n’en suis pas peu fière...

J’ai le cul serré sur sa queue et il semble adorer ça...

Ses râles de mâles alpha ne laissent guère de doute...

Il adore m’enculer !


Après une série de va-et-vient rapide, il me relève et... je jouirais presque lorsque son gland s’échappe de mon trou qui semble bien ouvert... Qui a ouvert la fenêtre ? Lol.


— Allez viens me sucer !


Je me plonge à genoux sans hésiter et, pendant qu’il retire le préservatif, je m’attèle à lui lécher les couilles...


— Oh la petite pute, tu me fais bander comme jamais salope !


Sur ces mots, je gobe ses bonbons l’un après l’autre, les fais rouler dans ma bouche, bave dessus... Puis il m’attrape la tête et empale sa queue dans ma bouche... Elle est brulante ! Sans doute dû au va-et-vient dans mon petit cul ^^. Puis il retire ses mains :


— Allez, avale-la entière...


Les premiers centimètres passent tranquillement, puis son gland plaque sur le fond de mon palais et ma langue... Je pousse et sens son gland s’enfoncer dans ma gorge... J’essaie de tenir la position, mais le manque d’air se fait vite ressentir et ma bouche recrache sa bite et un paquet de salive... La vision de sa queue reluisante me donne soudain une vieille envie... Je me redresse et y présente de nouveau mon cul. Je viens le frotter sur sa queue trempée et, sans prévenir, je me l’enfonce... Voilà... Une bonne queue sans capote, sans lubrifiant autre que ma salive... OK, niveau maladie et tout, ce n’est pas prudent... mais c’est trop bon... Après quelques aller-retour, je vais réaliser un de mes fantasmes... Sucer une bite chaude qui sort juste de mon cul ! (J’adore le faire avec mes godes...), mais là, j’ai ce mélange d’odeur de bite, de salive et de cul dans ma bouche et j’adore ça, ça me rend chienne et salope à mort !


— Oh putain... je vais repeindre ta petite gueule de salope !


Il se lève et pointe sa bite salivante droit vers mon visage...


— T’as tellement été bonne que je vais pas te forcer à ouvrir la bouche !


Pardon ? Il doit penser que ce serait trop de me jouir dans la bouche... Mais je l’ai mérité non ? Alors, en bonne petite pute, j’ouvre la bouche pour l’inviter à me la remplir...


— Oh la petite salope ; elle veut mon sperme hé ?


J’hoche la tête de haut en bas, en gardant mon réceptacle grand ouvert et ça ne tarde... Une... Deux... Trois... bref, je ne compte plus les grosses giclées de jus tiède et crémeux que je reçois... un peu partout... Perruque, front, yeux, nez, menton tout y passe et surtout deux trois bonnes rasades en plein sur ma langue...


— T’es vraiment une petite pute... Surtout si tu avales...


On dirait une sorte de défi... Que je réalise non sans a priori et haut-le-cœur... mais sans regret lorsqu’il me dit :


— Et dire que ta sœur refuse même de me sucer... dit-il en me donnant sa queue à nettoyer dans ma bouche... J’en laisse pas une goutte !


Le visage encore plein de foutre, je le vois se lever et se diriger vers sa salle de bain...


— Oh putain... J’avais même pas fermé la porte à clef... Heureusement que personne n’est venu à l’improviste...


Petit silence...

— Et maintenant, sors d’ici et comme d’hab, tiens-toi prête à devenir ma petite salope attitrée ! Je te recontacte bientôt !

Diffuse en direct !
Regarder son live