Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 18 286 fois
  • 119 J'aime
  • 17 Commentaires

Fantasmes interdits

Chapitre 2

Erotique

— Oui Clara, j’arrive, j’ai le temps juste d’aller prendre une douche vite fait ?

— ... Vas-y ... me répond-elle, l’air désespérée.


Je mets ma serviette par-dessus ma poitrine, afin d’éviter que mes copines voient ma poitrine, elle est encore dure et droite. Mes tétons pointent toujours fièrement. Je compte bien prendre un troisième orgasme sous la douche.


Une fois dans la salle de bain, je quitte ma jupe, je me regarde dans le miroir qui me renvoie l’image d’une jeune femme. Quoiqu’étant encore vierge, peut-être devrais-je dire jeune fille ? Je ne veux que Stephan pour ma première fois, pourtant je sais que ce sera difficile de réaliser ce fantasme. J’ai encore très envie, ma culotte blanche est toute mouillée. Cela me fait sourire ! Ma main caresse le tissu de ma culotte. Je me demande s’il n’y a que moi qui pense aux hommes (pardon à cet homme) comme cela, ou bien si Clara fait la même chose en secret, cela m’amuse, un autre sourire se dessine sur mon visage.


Je quitte mon haut et ma culotte, je suis à présent toute nue, toute vulnérable. Je me présente sous la douche, une eau froide coule sur mon corps, avec la chaleur qu’il fait dehors ... C’est jouissif. Le bout de mes seins pointe, mon Dieu que j’aime cela ! Je me savonne et repense à mon homme, mon Stéphan, mon fruit défendu, ma tentation interdite, mais qui me procure tant de bien. Un coup est donné sur la porte, Clara me dit de me dépêcher.


Clara ? Ah mince je l’avais oubliée, c’est vrai qu’elle est pressée d’aller à ce concert, moi je l’accompagne juste pour une excuse, car ses parents n’habitent pas très loin, du coup après, nous irons passer le week-end chez elle. Enfin chez lui.


Avec tout ça, je n’ai pas encore parlé de lui. Il est tellement beau ! Malgré son âge, il reste jeune dans sa tête ! Tellement gentil, tellement attentionné, un grand brun, toujours bien habillé, il est commercial, je crois, à le voir habillé en costards cravate tous les jours. ...


Le troisième orgasme arrive ! Mon Dieu, Stephan, tu me rends totalement folle de toi. Clara me ramène à la réalité !


— Aude dépêche-toi, nous allons louper le métro, de plus à l’heure qu’il est... il va être bondé.

— Oui oui j’arrive, dis-je avec un petit sourire de satisfaction, après avoir joui pour la troisième fois.

— N’oublie pas ton maillot de bain, que nous allons nous baigner chez moi...


J’opte pour une petite jupe assez volante et assez courte, avec ceci un petit haut blanc, pour repousser cette chaleur oppressante. Comme sous-vêtements, je tombe sur un petit string ficelle blanc en dentelle qui joue sur les transparences offrant ainsi la vue sur mon petit ticket de métro roux. C’est un de mes premiers strings, car mes parents refusaient que j’en mette quand j’étais plus jeune. Après mûres réflexions, je décide de ne pas mettre de soutien-gorge, par confort uniquement, un des avantages de mon petit 80 b.


Dans mon petit sac à dos, j’opte pour ne mettre qu’un autre string, rouge celui-ci et mon fameux maillot de bain, cela sera un deux pièces blanc que j’ai acheté sur le Net l’autre jour. Clara et moi allons donc en direction du métro, nous descendons les marches, il fait tellement chaud que je suffoque. Si Stéphan était par là, il viendrait me secourir ! Allons, ressaisis-toi Aude.


Comme prévu, la rame est bondée de monde, Clara me fait les gros yeux du genre à dire : « Si on était parties plus tôt, on aurait évité ce monde ». Elle n’a pas tort Clara, je lui réponds avec un petit sourire innocent qu’elle adore ! Ce petit sourire qui fait qu’elle me pardonne tout ! Et je le sais.


Je sens contre mon dos, une main qui n’arrête pas de me frôler ... je connais cela, ce n’est pas la première fois, normalement je me retourne et fais les gros yeux (moi aussi je sais le faire). Mais là, j’ai envie de me laisser faire, en pensant que c’est Stéphan. Ne voyant aucune réaction de ma part, le frôlement se transforme en caresse, mon souffle a tendance à s’accélérer, il le sent...


Il descend lentement, je suppose que du coup, il a vu (plutôt senti) que je ne portais pas de soutien-gorge. Sa main continue son chemin vers mes fesses, je m’accroche au montant du métro.

Il me colle de plus en plus, devant une centaine de personnes et Clara, mais que personne ne voit rien. C’est légèrement jouissif. J’imagine que c’est Stephan qui me caresse. Son sexe en érection vient contre ma fesse, sa main se dépose sur ma hanche, mon Dieu ! Si cela pouvait être Stéphan ! Je me demande si dans pareilles conditions, Clara et sa maman Christel verraient quelque chose.

Mon string commence à se tremper, doucement, mais délicatement, sa main vient contre l’accoudoir, ainsi il peut toucher ma poitrine, l’air de rien, du coude. Je me pose la question s’il sent que je pointe ! Moi en tout cas, je le sens raide contre moi. Sa main approche de...


Malheureusement, nous arrivons à destination. Il nous descend du métro, je pense tout bas : « Merci monsieur pour ce délicieux moment, mais je ne suis pas promise à vous, mon fantasme s’appelle Stéphan ».


Le père de Clara, ou mon fantasme actuel (comme vous voulez) travaille juste à côté de la salle de concert, du coup Clara a un double de ses clefs de voiture. Nous prenons la route vers le véhicule de Stephan pour poser nos affaires. Mon amie a soudain une envie présente, elle se dirige vers les toilettes publiques. Elle me confie toutefois les clefs.


— On se retrouve à la voiture, dit-elle.


Je me dirige donc seul vers le véhicule. Il s’agit d’une Audi sport ... je ne connais pas le modèle de la voiture. Mais elle est classe, de toute façon Stephan est classe. Je m’installe au volant, là où il y a quelques minutes encore il était assis. Le fait d’être à sa place me fait tout drôle, je sens son doux parfum. Je pose mes mains sur le volant, et le caresse. Je me sens mouillée, je me frotte doucement sur son siège. Puis je dépose un baiser sur son volant.


Clara arrive en courant. Je me relève du siège et ferme la portière avant. Elle ne semble pas l’avoir remarqué. Je soupire de soulagement, puis je remarque la légère tache que j’ai faite sur le siège, cela recommence à me provoquer des papillons dans le bas-ventre ... Clara me prend par la main et nous allons au concert, je jette un dernier regard vers la voiture. Je souris, car je vais passer le week-end avec Stephan (pardon, nous allons passer le week-end avec ses parents).

Diffuse en direct !
Regarder son live