Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 484 fois
  • 164 J'aime
  • 12 Commentaires

Un fantôme dans le grenier

Chapitre 3

Divers

Un grand merci à Sensuelle Emilie pour m’avoir aidé avec ses relectures, corrections... depuis le début de cette histoire et pour les autres à suivre *


Cela fait maintenant un mois que Joséphine et Dorian ont emménagé dans la demeure. Un mois que Joséphine a rencontré Salazar, le fantôme qui hante le grenier et découvert ses origines sorcières. Un mois que la jeune femme entretient une liaison avec ce fantôme.


Une liaison charnelle, brutale et... très étrange. Jour après jour, elle est devenue de plus en plus demandeuse auprès de ce dernier.


Je te l’avais dit que nous finirions par baiser tous les jours.


Au début, Joséphine a très mal vécu le moment qui suivait l’extase. « Post coïtum, animal triste », disait-on, l’animal est triste après le coït. La culpabilité vis-à-vis de Dorian la submergeait à chaque fois, quand l’excitation du moment et la vague d’extase se retiraient. Mais que peut-elle y faire si un fantôme comble le vide que son compagnon est inapte à remplir ? Si Salazar comble ses besoins et ses désirs quand Dorian en est incapable ? Et comme Salazar est un fantôme, ça ne compte pas vraiment. Voilà à quel point elle en est arrivée. En plus, si elle parvient à tenir sa langue, Dorian n’en saura jamais rien, il ne pourra jamais le découvrir. Au bout d’un mois, Joséphine s’est faite à cette vie, et cela lui convient parfaitement. Elle a la sensation excitante de vivre une double-vie, d’avoir une double-identité : la douce compagne de Dorian et la partenaire assoiffée de sexe d’un fantôme.


L’été est enfin bien installé en ce mois de juillet. Maintenant qu’ils sont bien établis dans leur grand nid douillet, Joséphine peut enfin pleinement profiter de son congé. Tandis que son compagnon travaille pendant les deux premières semaines, elle compte bien profiter de l’aménagement du jardin et surtout de la grande piscine.


Aujourd’hui, Joséphine reçoit l’une de ses surs, Angélique. Lorsque sa sur l’a appelée hier pour lui proposer de passer l’après-midi seulement toutes les deux, elle a accepté sans vraiment réfléchir : elle est trop heureuse de la revoir, car c’est avec elle qua le plus d’affinités.


Âgée de vingt-cinq ans, Joséphine est la dernière d’une fratrie de quatre filles. Les trois premières sont nées à deux ans d’intervalle et Joséphine, une dizaine d’années plus tard. Angélique a trente-quatre ans, est la troisième de la fratrie. L’ainée a trente-huit ans et la cadette trente-six.


Même si Joséphine aime beaucoup ses deux ainées, elle a développé une relation privilégiée avec Angélique, une relation fusionnelle. Angélique a toujours été à la fois sa grande sur, sa meilleure amie et sa confidente. Elle a toujours pu lui parler de tout : garçons, séduction, sexe. Angélique l’a bien conseillée pour ses premières fellations et c’est encore elle qui lui a offert, en cachette, son premier gode pour ses dix-huit ans, lui offrant, par la même occasion de nombreuses heures d’entraînement et de plaisir solitaire.


Leur relation de confiance est si forte que Joséphine envisage un instant de lui parler de Salazar, de la maison, de leurs ancêtres sorciers.


Merde, Salazar !


Et si Angélique ne peut pas le voir, elle croirait que sa petite sur est folle... Et même si elle le voit ? Comment ce dernier va se comporter ? Aussi inquiète qu’indécise, elle décide de ne rien lui dire. Mais elle doit s’entretenir avec Salazar, car le connaissant, il est capable du meilleur comme du pire... Et c’est dans le pire qu’il est le meilleur.


L’heure est grave ! dit-elle les mains sur les hanches.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Pourquoi ? T’as une grosse envie ? répond-il sur un ton goguenard. Viens là ma belle !

Mais non crétin ! Ma sur sera là dans une vingtaine de minutes.

Une réunion de famille, c’est super ça. Je ne l’ai jamais fait avec deux surs, haha.

Justement ! J’ignore si elle est capable de te voir. Si c’est le cas, tu ne dis rien sur notre relation et surtout, tu ne la touches pas ! Et si elle ne te voit pas, je ne lui dirais rien. Bref, quoiqu’il arrive, ne fais pas le con. Compris ?

Oui, pas de problème. Je resterai près de vous, je me branlerai en silence, mais je ne te taquinerai pas.

Oh, non ! Je préfère que tu restes dans le grenier...

Ah ça non, moi, je viens avec vous !

Pfff... lâche-t-elle, abattue. De toute manière, tu n’en feras qu’à ta tête. Mais tiens-toi tranquille !

Oui, si tu veux...


Joséphine ignore si elle peut vraiment lui faire confiance, mais elle n’a pas trop le choix. C’est passablement angoissée qu’elle commence à tout préparer pour accueillir sa sur.


Sa sur arrive, comme prévu, en tout début d’après-midi. Angélique est une belle femme, arborant une chevelure noire lisse en carré, un corps bien sculpté, un fessier plus rond que celui de sa petite sur et une poitrine qui, sans être énorme, est magnifique : un 95C qui tient bien en place, bien rond. Bien gâtée par Mère Nature au niveau tour de poitrine, elle a toujours inspiré de la jalousie à ses deux ainées et de l’admiration de la part de Joséphine. Mariée, maman d’un garçon de quatre ans, elle est venue seule.


Pas mal la surette. Et jolie poitrine. Pourquoi tu n’as pas la même ? commente Salazar, ce qui lui vaut un regard noir de la part de Joséphine. Bah quoi ? J’ai bien le droit de commenter.


Angélique et Joséphine s’embrassent avec beaucoup d’effusion. Elles parlent vite fait de tout et de rien.


Comment va ton bout de chou ? Comment va ton mari ?

Plutôt bien. Et Dorian ?

Ça va aussi. Ça me fait plaisir de te revoir...


Angélique ne prête aucune attention à Salazar, au grand soulagement de sa petite sur, car, apparemment, elle ne le voit pas du tout. Joséphine en est soulagée.


Mais pourquoi ne le voit-elle pas ? On a le même sang pourtant...


Joséphine aurait bien aimé partager ses découvertes avec sa sur. Mais, elle aurait sans doute dû lui révéler son aventure avec Salazar, voir le partager et...


C’est de la jalousie ? Non... je n’y suis pas si attachée que ça.


Joséphine et Angélique décident d’aller barboter tranquillement dans la grande piscine du jardin. Alors que sa sur va se changer dans la salle de bains, Joséphine va dans la chambre, bien évidemment, suivie de Salazar.


Je ne comprends pas pourquoi elle, elle ne peut pas te voir ?

Peut-être que ta mère s’est fait tringler par un autre que ton père. La fidélité, c’est pas trop votre fort on dirait. Ah ah...

Je t’emmerde !

Rhhoo... Le prends pas mal, je rigole. Rappelle-toi ce que je t’ai dit sur la procréation entre sorcier et humain. Les enfants ont rarement des dons magiques. Donc, tu es une rareté parmi tous ceux qui n’ont pas su fixer le gène sorcier de leurs ancêtres. Te rends-tu compte à quel point tu es extraordinaire ? Tu portes les gènes de tes ancêtres. Ils remontent à deux cents ans alors que certains ne prennent même pas ceux de leurs parents. De plus, c’est ton père qui portait le gène sorcier, c’est encore plus difficile de le récupérer.

Pourquoi ?

L’utérus humain produit une sorte de poison contre notre sperme. D’après un éminent sorcier, qui a analysé brillamment toutes ces situations, lorsque le sperme-sorcier entre en contact avec l’ovule, les spermatozoïdes se dissolvent... Seuls ceux qui se séparent de leur côté magique, ou qui le perdent, tout simplement, peuvent le féconder. Soit c’est le spermatozoïde qui est trop faible, soit l’ovule est trop puissant. Le taux de compatibilité biologique entre l’ovule humain et le spermatozoïde sorcier est de 0,002%. À l’inverse, l’ovule sorcier accueille très bien le spermatozoïde humain, même si très peu d’enfants prennent le gène sorcier maternel.

Waouh... C’est très scientifique tout ça. Donc, on a plus de chance de porter le gène sorcier si notre mère est sorcière ou possède le gène, c’est ça ?

Oui, mais ça reste quand même très rare. Globalement, la race humaine et la race sorcière ne sont pas compatibles. Mais il y a toujours des exceptions. Mais cela n’est pas suffisant pour sauver la race sorcière. En théorie, cela éliminerait progressivement la race humaine et favoriserait celle des sorciers. Mais, étrangement, c’est le contraire qui s’est produit.

C’est vraiment bizarre... Mais ça veut dire que j’ai eu beaucoup de chance de le choper, ce gène sorcier.

Le spermatozoïde de ton père était peut-être plus résistant que les autres, et l’ovule de ta mère moins puissant. Je n’y étais pas alors je ne peux pas vraiment te donner une réponse exacte. Mais la seule chose dont on est sûr, c’est que ça a marché.


Joséphine se change tranquillement tout en discutant. Elle noue sa superbe crinière en un gros chignon avant d’enfiler un joli bikini noir.


Waouh, tu me fais sacrément bien bander comme ça !

Tu es toujours en train de bander, gros malin.

Oui, c’est vrai. Mais je voulais te dire que t’es bonne.

Merci, c’est gentil. Mais tu pourrais faire plus classe quand même.


Les deux surs, très sexy dans leurs maillots de bain et avec leurs lunettes de soleil, se retrouvent dans la belle piscine. Se laissant mollement flotter, elles profitent de la chaleur, des rayons du soleil, de la bonne température de l’eau... et discutent.


Ça va ? Tu te plais bien ici ? La ville ne te manque pas trop ?

Non, c’est super ici. Je ne m’ennuie pas.

Tu m’étonnes, on passe notre temps à niquer ! glisse Salazar au creux de l’oreille d’Angélique, qui ne réagit pas.

Et puis je ne suis qu’à quarante-cinquante minutes, ce n’est pas si loin finalement, finit Joséphine, ignorant Salazar.

Tu as raison. Mais avec un enfant, c’est plus pareil.

Oh, j’ai le temps avant de prendre sa graine. Tu avais trente ans toi quand tu es tombée enceinte, non ? J’ai encore cinq ans de bonheur avant de faire comme toi, dit Joséphine en riant.

C’est ça, rigole-t-elle à son tour. Mais tu verras : un enfant, ça change ta vie, ta vision des choses. Tu deviens plus responsable. Et puis, c’est merveilleux un enfant.

Ce qui est merveilleux, c’est le procédé pour l’avoir, cet enfant, dit Salazar.

Et alors, ça se passe comment avec ton mari ? demande Joséphine comme si de rien n’était.

Oh, tu sais. C’est compliqué en ce moment. Je pense à divorcer.

QUOI ?! Tu es sérieuse ? s’exclame la petite sur, en frappant la surface de l’eau.

On dirait que tu n’es pas la seule mal-baisée des quatre surs ma Jo, se moque le fantôme.

Il a changé depuis quelques mois. Les choses... ne sont plus comme avant. Il rentre de plus en plus tard, parfois bourré. Et quand il est sobre, il se comporte mal, tient des propos vraiment méchants, vexants. Il ne s’occupe plus de moi ni de notre fils. Ce n’est plus l’homme dont je suis tombée amoureuse, l’homme que j’ai épousé. Il est devenu un vrai con et je ne sais pas ce qui a causé ça. Moi, j’ai besoin d’un mec qui me mettrait bien dans ma vie. Pas financièrement, mais sentimentalement, sexuellement aussi, même si ça passe après. Mais surtout, qu’il me rende heureuse.

Dommage qu’elle ne puisse pas me voir, je l’aurais bien consolée, ta jolie sur.


Salazar prononce ces mots tout en masturbant son épais chibre juste sous le visage d’Angélique qui, bien évidemment, ne le remarque pas. Joséphine se fige plus à ce spectacle qu’à la déclaration de sa sur.


Tu vas bien Jo, tu as l’air perdue ?

Oui, ça va... Je trouve juste dommage que ton mari soit devenu un gros connard.

Moi aussi. J’ai mis les choses au clair avec lui. Maintenant, la balle est dans son camp...


Les deux surs restent dans la piscine à discuter et à bronzer. Joséphine ferme les yeux en reposant la tête sur le rebord de la piscine. Salazar se rapproche de Joséphine qui ne le voit pas, les yeux fermés sous ses lunettes de soleil. Elle sent alors des lèvres se poser sur son beau ventre plat et tonique. Il la lèche, lui écarte les jambes pour la caresser à travers son bas de maillot. Les lèvres de Joséphine, déjà mouillées par l’eau de la piscine, s’humidifient d’un autre liquide plus épais et plus collant cette fois. Sa bouche s’entrouvre, sa respiration s’accélère un peu, ses poils se hérissent et ses tétons durcissent et pointent sous le lycra de son maillot. Elle jette un coup d’il inquiet à sa sur qui lui décoche un sourire.


On dirait que tu as froid ? lui demande Angélique.

Hein, de quoi ? demande Joséphine, surprise.

Tu pointes dans ton soutif.

Ah, oui. Cela m’arrive quand je suis un peu trop longtemps dans l’eau. Mais ça va passer.

Si tu le dis. Tu veux bien me dire où sont les toilettes ? Une envie pressante.


Joséphine lui donne les indications et regarde Angélique s’éloigner. Salazar en profite pour lui enlever son slip de bain.


Mais à quoi tu joues ? crie-t-elle en lui arrachant le petit morceau de tissu noir des mains. Je t’ai dit de rester tranquille !

Je t’ai juste donné quelques petites caresses. C’est toi qui t’es excitée toute seule.

Tu as quand même rompu ta pro... Ughh... putain, mais t’es sérieux ?

Tu as dit que tu avais un peu froid... Je vais te réchauffer !


Il la pénètre d’un seul coup et commence à la pilonner. Joséphine doit s’accrocher aux parois de la piscine pour ne pas glisser. Elle se mord les lèvres pour ne pas crier de plaisirs et effrayer sa sur. Sa tête bouge au rythme des mouvements rapides de Salazar, rapide, comme les figurines des chiens avec la tête qui remue. Ses petits seins, même s’ils sont emprisonnés dans le haut du bikini, tressautent à la surface de l’eau.


Han, han, han. Dépêche-toi. Han, han. Il faut avoir fini avant son retour. Han, han, ouiii, je jouiiiis.

Arggh, moi aussiiii.

Ouf, ça a été rapide...

Il fallait bien, ta sur va revenir.

Tu n’es pas croyable toi. T’as de la chance de m’avoir fait jouir comme ça.


Joséphine remet le bas de son maillot le plus discrètement possible alors que sa sur revient. Elle réussit à reprendre le cours normal de la discussion. Elles parviennent à trouver de nouveaux sujets de conversations pour oublier, toutes les deux, leurs vies amoureuses chaotiques.


Toutes les bonnes choses devant avoir une fin, la fin d’après-midi arrive et Angélique doit aller chercher son fils au centre aéré. Elles n’ont pas vu le temps passer et se disent au revoir en se promettant de se revoir vite. Joséphine attend une dizaine de minutes avant que Dorian ne rentre, à la même heure que d’habitude.


Un quart d’heure plus tard, Dorian revient à la maison.


Alors ma chérie, cette après-midi avec ta sur ?

Super. Tu l’as ratée de peu. Tu as passé une bonne journée ?

Oui, comme d’habitude.

Bon, je vais prendre une douche...


Nue sous la douche, Joséphine apprécie le ruissellement de l’eau qui lui caresse la peau. Elle se savonne, tout en chantonnant. Elle ne remarque pas Salazar qui la contemple, la queue à la main. Elle se rince et sa douche va bientôt prendre fin. Elle aperçoit alors le petit voyeur. Un sourire lubrique se dessine sur ses lèvres tandis qu’elle l’invite à la rejoindre.


À peine Salazar sous la douche, elle s’agenouille devant lui pour le pomper. Elle le branle en même temps et petit à petit, elle parvient à le faire entrer en entier. Sa bite n’est pas très longue, environ quinze centimètres, mais très épaisse. La gorge profonde qu’elle lui fait est un vrai exploit. Lorsqu’elle le libère, un filet de salive relie le gland à ses lèvres. Elle sourit à Salazar tout en déposant de petits baisers sur son frein. Elle se relève et se retourne pour qu’il la prenne en levrette. La pénétration est rapide, il tape bien dans cette chatte et caresse les cheveux de son amante.


Je peux ?

Han, han, oui, han, han, vas-y, han, han, han.


Le fantôme enroule alors la longue chevelure ondulée par l’eau autour de sa main et il tire dessus, d’un coup sec, et brutal. Joséphine lance un cri rauque, ne s’attendant pas à tant de brutalité. Elle a le souffle coupé et peine à le retrouver. Sur le coup, elle a l’impression que Salazar lui arrache la tête. La pénétration devient alors vraiment bestiale, violente et dure à encaisser. Le spectre est littéralement en train de défoncer, déchirer, exploser la chatte de Joséphine, voir Joséphine tout court. Il passe son pouce de sa main libre sur l’anus de la belle.


Ughh... Non... Ughh... Pas mes fesses. Ughh, laisse échapper Joséphine.

J’ai trop envie de t’enculer !

Ughh, Nonnnnnn, Uggggghhhhhhhhhh.


Son vagin se resserre violemment autour de la queue épaisse de son baiseur, la libérant d’un puissant orgasme. Il doit se concentrer pour ne pas craquer et inonder son utérus. Joséphine reprend ses esprits quelques minutes plus tard. Salazar n’en peut plus. Il prévient Joséphine qu’il va jouir et sans rien dire, elle se dégage de lui alors qu’il relâche ses cheveux. Elle s’accroupit devant lui, en fermant les yeux.


Vas-y...

Argh, finalement, tu le demandes...

Ne gâche pas tout, et fais-le...

Arggh, prends ça Pompéiiiiii.


Le fantôme lâche la purée. Une dose impressionnante de plasma bleu, phosphorescent, brillant, épais et gluant vient s’écraser sur le joli visage de Joséphine qui se soumet d’elle-même à cette éjaculation faciale digne d’un film porno.


Argh, argh. Putain, c’était génial. Ton ressenti, ma belle ?

Bizarrement... Je comprends pourquoi Elettra te l’a demandé et... J’ai aimé être ta chose. Mais ne prends pas la confiance. C’est moi qui décide quand tu peux me dominer comme si j’étais ta chienne.

Comme tu veux. Mais ça t’a plu...

Oui, mais je te le répète. Ça sera exceptionnel... Bon, il faut que je me relave le visage...

Et la sodomie, tu me l’offres quand ?

Oh là... Ne rêve pas trop. Je ne veux pas faire l’anal. Ce serait un miracle si j’accepte un jour.


Ainsi s’achève la folle journée de Joséphine : elle a revu sa sur préférée, en a appris un peu plus sur le monde des sorciers... et surtout, elle commence à se laisser aller avec Salazar : plus de doute, elle s’attache de plus en plus à lui.

Diffuse en direct !
Regarder son live