Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Histoire vraie
  • Lue 16 091 fois
  • 57 J'aime
  • 0 Commentaire

Fellation et sodomie

Chapitre 1

Divers

Je suis à la fac et je suis dans une section plutôt féminine. Lors d’une soirée organisée par notre BDE, j’avais choisi de me mettre en tenue sexy, mini jupe avec un haut moulant mes beaux seins, je voulais ramener un homme à la maison. malheureusement en arrivant dans le bar, je ne vis que des filles de ma promo et quelques piliers de comptoir qui essayèrent de ma draguer plus que grossièrement. Devant ce spectacle consternant et sachant que je rentrerai à pied, je décidais d’abuser de la boisson. Deux heures plus tard, j’étais complètement bourrée et une copine vit me dire qu’elle s’en allait; je lui demandais de me ramener. Arrivées en bas de chez moi, je lui proposais un dernier verre qu’elle accepta. Sylvie, c’est son nom, est quelqu’un de très bien faite. Bourrée comme j’étais et en manque, je commençais à lui raconter mes exploits de l’été dernier et lui affirmait mon manque de sexe. Elle me répondit qu’elle aussi était en manque, n’ayant pas de relation depuis plusieurs mois mais qu’elle s’amusait avec un gros vibro :

    - Je peux le remplacer pour ce soir si tu veux, lui dis-je

    - Ok.

    Je ne m’attendais pas à cette réponse et me trouvais un peu décontenancée lorsqu’elle posa ses lèvres sur les miennes. très vite, nous étions nues e nos mains explorait le corps de l’autre. J’étais déjà humide lorsqu’elle me lécha le sein gauche, puis le droit avant de me demander de m’allonger sur le canapé. Là, les jambes écartée, sur le dos, j’étais offerte et je n’attendais plus que sa langue. elle arriva rapidement. La sensation de chaleur et d’humidité me propulsa rapidement dans u état second. Je sentais sa langue aller et venir entre mon clito et mon trou, elle s’amusait également avec mon anus de ses doigts experts en plaisir saphique; Elle me lécha plusieurs minutes mais je voulais lui rendre la pareille. J’admirai cette poitrine magnifique que je léchais vigoureusement. Je faisais des petits tours autour de ses aréoles. Je mis ma main sur son sexe.

    Je lui demandais ensuite de venir dans ma chambre. Je la mettais allongée sur le dos comme je l’étais auparavant sur le canapé. Je vins rapidement la goûter. Elle était bien salée, et son clito était tout dardé comme un petit pénis attendant qu’on le lèche. Je lui mis un puis deux doigts dans le vagin, m’occupant goulûment de son bouton , je l’entendais gémir et elle ne tarda pas à jouir. A peine sa jouissance passée, elle me sauta dessus me disant que mon tour était venu de jouir et se remis à me lécher de plus belle.

    Je ne touchais plus terre, Ses doigts dans ma chatte me remplissaient et sa langue me rendait folle, je sentais venir la vague de la jouissance et je gémissais comme rarement, puis ce fut l’explosion, une sensation merveilleuse de contentement. Sylvie dormit à la maison et nous avons refait l’amour le matin à la place d’aller en cours.

    Quelques semaines plus tard, j’allais rendre visite à ma meilleure amie Valérie à Lille où elle fait ses études. Le soir, elle invita ses amis chez elle afin de prendre un apéritif amélioré avant d’aller faire la fête dans une école d’ingénieur non loin de chez elle. Je sympathisais avec plusieurs personnes et en arrivant dans la salle de l’école d’ingénieur je me sentais comme avec des amis. Un des copains de Valérie, Olivier, vint me parler. Il était mignon, 1m85, bien foutu avec des yeux superbes, bleu-verts. Déjà éméchés, nous parlions de tout et de rien. je l’avais déjà remarqué en arrivant chez mon amie, mais là je commençais à avoir envie de lui. la discussion dériva sur le sexe et il me dit :

    - C’est drôle mais, y’a deux grands tabous quand on parle de cul, c’est la sodomie et si les filles avalent

    - Moi j’aime bien sucer, me faire sodomiser et avaler, lui dis-je nonchalamment

    Il me regarda fixement et me dit que sa copine venait de le larguer et qu’elle ne voulait rien faire de ce que je venais de lui avouer ; Je le regardais malicieusement et lui dit :

    - On peut aller dehors et essayer si tu veux

    Il me dit ? oui ? et nous voilà partir dehors, derrière l’école. Je m’arrête, le retourne et l’embrasse amoureusement, puis je me suis mise à genoux et entreprends d’ouvrir son pantalon. Je descends rapidement son caleçon et me jette littéralement sur sa queue. Je me suis mise à lui lécher le gland doucement, puis j’avalais sa queue de belle taille (environ 20 cm); Je le suçais consciencieusement et l’entendais gémir. N’en pouvant plus, je me relevais lui tournant le dos, me frottait contre lui en lui disant qu’il fallait qu’il s’active maintenant. Il m’enleva le pantalon, et me mouilla de sa salive mon anus qui n’attendait que sa queue dure.

    Sans ménagement, il me mit un puis deux doigts dans mon cul qui me firent mal mais comme j’aime à dire, la douleur fait partie du plaisir. Rapidement, je sentis sa queue contre ma rondelle. Il força peu car mon cul est habitué à de telles incursions et enfonça son vit en moi d’un coup, ce qui me fit crier assez fort. Je sentais une brûlure vive mais lui continuait et je n’avais pas envie de l’arrêter.

    Appuyée contre un arbre, je sentais sa queue aller et venir dans mon anus, il sortait sa bite pratiquement en entier, ne laissant que son gros gland en moi et se renfonçant en moi avec rudesse. Mon trou était tout dilaté et il s’activait en moi avec encore plus d’ardeur; sa main vint sur mon clito et il me masturba rapidement, me faisant perdre la tête et me fit lui crier que je voulais sa queue au fond de mon trou, qu’il fallait qu’il me prenne comme une chienne, que j’aimais sa bite, etc.

    Après environ 10 minutes de ce traitement, il me mit à quatre pattes et renfila son vit dans mon petit trou béant puis se mit à s’activer comme un fou. Mon anus chauffait tellement il me bourrait et moi je criais, j’aimais trop ça et je lui faisais savoir. Après deux minutes ainsi, il se retira et présenta sa queue à mon visage en se branlant activement; J’ouvrais la bouche et avalai son gland pendant que sa main allait et venait sur son membre. Il me remplit la bouche avec 5 grandes giclées qui avait un goût exquis dont je me délectais. Je lui fis remarquer que je n’avais pas encore joui et il se remit derrière moi, sa bite encore dure et revint dans mon petit trou.

    Je jouis en quelques secondes et m’écroulais sur le sol, à plat ventre, il poursuivit jusqu’à me remplir le cul de son foutre. Ca s’était le vendredi soir, nous nous sommes revu le lendemain mais avec son meilleur ami, à suivre...

    Lolita

E-mail: lolitalolita222001@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live