Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 925 fois
  • 186 J'aime
  • 4 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

De la fellation à la sodomie

Chapitre unique

Erotique

Un soir de décembre, je m’installe dans un fauteuil au coin du feu.

Ma femme prend sa douche derrière moi et je remarque qu’elle est plus longue que d’habitude mais je me dis que pour une femme, c’est normal.

Soudain, Madame sort et j’entends un bruit familier. Celui des talons qui claquent sur le carrelage.

Sans comprendre ce qu’il se passe, je me retourne et je la vois en lingerie ouverte et fine laissant entrevoir son entrejambe et la pointe de ses tétons.

La beauté de Madame me laisse sans voix, ses beaux yeux bleus/gris de polonaise me mangent du regard.

Camille s’approche de moi, se penche et me susurre dans le creux de l’oreille: " Ce soir tu vas monter au septième ciel."

Dans ma tête c’est la folie.


Elle s’accroupit en face de moi, me retire rapidement mon jogging afin de mettre le plus vite possible mon sexe dans sa bouche car Madame adore  me sucer lorsque je ne suis pas en érection.

Camille aspire ma bite en continu et sent que mon sexe se développe dans sa bouche, décide d’arrêter et cache son visage derrière mon engin bien dur pour me mordiller l’arrière de mon gland.

Elle me regarde d’un air coquin en se mordant le coin de sa lèvre pulpeuse recouvert d’un magnifique rouge à lèvres rouge mat.

Ensuite, ma blonde me lèche, gobe mes couilles et remonte lentement jusque l’arrière de mon gland.

Un frisson me parcourt dans tout le corps, elle sait comment s’occuper de ma verge.

Elle reprend la succion lentement pour faire monter la température. Les va-et-vient sont exquis, je sens sa langue tourner autour de mon gland comme si elle dégustait une sucette.


Après quelques minutes délicieuses, elle sent que je suis prêt à exploser, et prend l’initiative de me faire languir en stoppant la fellation. Un grand filet de bave pendouille entre mon gland et à sa bouche et elle s’empresse de l’aspirer comme une vrai cochonne.


Elle se lève, commence à se trémousser devant moi et à danser comme une strip-teaseuse. Ces talons claquent sur le sol tout en bougeant son corps de déesse.

Elle prend son index, le lèche et touche son petit abricot lisse et bien humide, qu’elle enfonce doucement dans sa chatte et pousse un léger gémissement.

Camille remonte ses mains pour titiller sa belle poitrine voluptueuse afin de faire pointer ses tétons.


Elle remarque que mon engin est redescendu en mi molle, en profite pour tenir mon sexe dans sa main et la coquine commence à se biffler.

Elle remouille ma queue et la passe entre ses seins, sous son soutien-gorge, et commence à m’astiquer le manche.

Elle me branle avec son 90D et me lèche le bout du gland à chaque coup de bassin.

C’est vraiment délicieux et elle le sait que je raffole de son corps.


La cochonne reprend son activité principale : la fellation. Mais pas n’importe laquelle, elle veut me faire terminer en beauté par une gorge profonde hors du commun.

Cette dernière s’attelle à la charge en plaçant ses mains sous mes couilles et empale ma grosse bite dans sa petite bouche bien chaude.

Elle est assez épaisse pour que madame s’étouffe avec et elle adore sentir mon engin en elle.

Les allers-retours sont de plus en plus excitants et je lui dis que je ne tiens plus.


La coquine enlève mon sexe de sa bouche et à la seconde suivante, plusieurs giclées s’étalent sur le beau visage de ma femme qui se retrouve inondée de sperme chaud coulant le long de ses joues et tombe sur le carrelage.

Elle se met alors à rigoler car c’est la première fois qu’elle se fait éjaculer sur la face. Mais cela ne l’empêche pas de remettre mon sexe gonflé dans sa bouche pour goûter à mon sperme et nettoyer ma verge.

Je frissonne de plaisir tellement ce moment est exquis.

Après l’éjaculation, j’ai fermé les yeux quelques instants pour retrouver mes esprits mais Madame a déjà une autre idée en tête.


Mes yeux s’ouvrent doucement et je vois ma femme à quatre pattes en train de lécher le sol plein de sperme en mettant son joli petit cul dans ma direction laissant apercevoir son string bien mouillé. Preuve qu’elle a vraiment prit son pied, elle aussi.

Elle tourne la tête vers moi et me dit:


— Alors mon chéri, tu crois que la partie est finie ? Mes deux orifices sont en train de pulser tellement je suis excitée. Viens t’occuper de mes trous...


Ni une ni deux, je retire les derniers habits qu’il reste sur moi, je rejoins ma douce, lui écarte son string, j’enfonce ma langue dans son petit trou dilaté et glisse un doigt dans son petit bouton gonflé.


Un petit cri de soulagement envahit la véranda. Le fait que je lui lèche ces parties intimes l’excite terriblement et elle me supplie d’y enfoncer mon chibre dans sa petite rondelle pour la première fois de sa vie.

La voyant le visage contre le sol, son corps cambré et l’entendre dire une telle chose, mon sexe se remet à bander automatiquement.

Je prend le lubrifiant et en étale sur toute la longueur de mon sexe, ainsi que sur son anus.

La cochonne est tellement excitée et dilatée que ma bite entre toute seule.

Les va-et-vient sont de plus en plus rapides et profonds. Elle aime terriblement la sodomie, ça se voit à sa manière de bouger son corps.

Je lui donne des fessées, lui tient les cheveux pour l’entendre gémir d’avantage. Madame aime quand sa claque.


Une nouvelle pensée lui traverse l’esprit, elle part chercher un de ses jouets préférés et me demande de me remettre dans mon fauteuil.

Camille se met à califourchon, son dos vers moi, et empale mon engin gorgé de sang dans son rectum. Puis enfonce son sex-toy vibrant dans sa petite chatte.

Avec ma main, je la prends par le cou, colle son corps contre le mien et avec mon autre main je malaxe ses seins. Ces tétons deviennent durs.

Madame me griffe les cuisses de plaisir.

Je sens que nous allons bientôt jouir.


Nos deux corps sont en harmonies parfaites, laissant place à des hurlements de plaisir et une jouissance extrême.

Son anus est rempli de ma semence, un jet jailli de sa chatte et une cascade de cyprine coule le long de mes jambes.


Nous sommes restés l’un dans l’autre au moins cinq minutes, le temps de retrouver nos esprits et de partager ces derniers moments d’excitation.


Pour finir Madame se retourne, me regarde dans les yeux et me dit : c’est la première fois mais certainement pas la dernière...

Diffuse en direct !
Regarder son live