Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 85 428 fois
  • 201 J'aime
  • 6 Commentaires

Féminisation presque forcée...

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Synopsis: Trois amies lesbiennes solidement bâties qui initièrent le petit minet que je suis au plaisir d’être une femme, cette soirée fut magique...


J’ai rencontré Samantha, Clara et Véronique lors de ma rentrée en fac de droit en septembre. Je débarquais de ma campagne dans cette grande ville où je ne connaissais personne, et ces trois belles plantes m’ont pris sous leurs ailes en quelque sorte. A force de me voir tout seul sur le banc de l’amphi, elles sont venues s’asseoir à côté de moi. Je dois avouer qu’elles m’ont un peu fait peur ! Pas une ne fait moins d’1m78 et perchée sur ses talons, Sam qui est la plus grande dépasse allègrement les 1m95. Elles ont toutes quelques kilos en trop, mais ils sont si harmonieusement répartis sur leur solide et pulpeuse silhouette que je prends beaucoup de plaisir à regarder leurs fesses musclées et rebondies moulées dans leur jean, et leurs poitrines opulentes qui oscillent de manière hypnotique quand elles rient.


Quand Clara et Véronique sont venues s’asseoir de part et d’autre sur le banc, je me suis demandé ce que ces deux amazones me voulaient et elles ont vu à mon visage que je paraissais inquiet.


— N’aie pas peur mon petit, on ne va pas te manger !

— On te voit assis tout seul depuis la rentrée et on se demandait si tu ne voulais pas un peu de compagnies ?


Elles virent à mon sourire que j’étais rassuré. Il faut dire qu’avec mes 1m70 pour 50 kilos, je n’aurai pas fait le poids face à elles...


C’est ainsi que notre amitié commença et je prenais plaisir à déambuler dans les couloirs de la fac avec mes trois amies qui me dépassaient toutes d’une tête. Je me retrouvais souvent nez à nez avec leurs seins qui dansaient juste sous mes yeux...


Samantha avait la chance d’habiter dans une grande maison près de la fac. C’était celle de ses parents qui étaient en perpétuels déplacements professionnels. Nous nous y étions réunis un samedi après-midi pour travailler nos partielles. Vers 19H, lassée d’étudier, Samantha se leva et étira son corps immense. Ses tétons libres de tout soutien apparurent en filigrane sous son pull tendu par sa grosse et ferme poitrine. Elle dévoila également un ventre exceptionnellement plat pour une femme de sa corpulence. Elle dégageait tant de sensualité et de puissance...


Elle alla s’asseoir au milieu du grand canapé. Clara et Véronique allèrent la rejoindre et quand elles s’assirent, le pauvre meuble grinça sous leurs poids. Il avait beau être large, leurs superbes fessiers emplissaient tout l’espace et elles y étaient même presque à l’étroit ! C’est à ce moment-là que l’atmosphère devint plus chaude. Samantha étendit ses grands bras de manière qu’ils reposent sur les larges épaules de ses amies. Véronique posa sa main sur un de ses seins en réponse et lui tendit ses lèvres. Samantha l’embrassa fougueusement. Clara feint d’être jalouse et laissa glisser sa main dans le giron de Samantha qui se tourna vers elle et l’embrassa encore plus sauvagement. Je n’en revenais pas ! Nous n’avions jamais encore parlé de sexualité et je ne me serai pas douté que ces trois beautés avaient une relation à trois. Les trois géantes me regardèrent alors et éclatèrent de rire face à mon visage stupéfait. Véronique prit la parole:


— Tu ne l’avais pas vu venir celle-là ?


Samantha se leva alors et vint vers moi


— Pas trop déçu que nous soyons lesbiennes ? J’ai bien vu à ta manière de mater mes seins que tu me trouvais à ton goût petit pervers !


J’étais à la fois troublé et gêné, mais si excité face à cette amazone qui m’avait percé à jour et qui s’approchait à pas lents. Elle était si imposante qu’elle me faisait me sentir comme un petit garçon qui venait de faire une grosse bêtise.


— Non, je ne m’étais douté de rien et je suis désolé de t’avoir regardée de manière lubrique. Je ne recommencerai pas.

— Mais ne sois pas désolé, ce n’est pas désagréable de se sentir désirée, même si c’est de la part d’un homme, enfin, un petit homme. Tu sais qu’il ne te manque pas grand-chose pour que tu me plaises fortement.


Je ne voyais pas où elle voulait en venir et elle vit à mon regard que j’avais besoin d’explication.


— Tu es si petit et si mince. Ton visage est imberbe, comme le reste de ton corps, je suppose. Tu as une silhouette si androgyne et des traits extrêmement fins. Il ne te manque pas grand-chose pour que tu deviennes une magnifique petite salope.


Ma tête tournait. Je n’arrivais pas à digérer les phrases de la belle qui se tenait maintenant face à moi les mains posées sur ses larges hanches. Je me levais de ma chaise pour tenter d’être plus imposant, mais mes yeux arrivèrent à peine à hauteur des tétons de Samantha. J’avais appris depuis qu’elle mesurait 1m85 pour 110 kilos.


— Je ne comprends pas ? Où veux-tu en venir ?


Véronique et Clara se levèrent et vinrent derrière moi. Je me retrouvais entouré de trois géantes et chacune devait bien faire le double de mon poids. Clara était la plus petite avec ses 1m78, mais ses épaules étaient deux fois plus larges que les miennes. Véronique faisait un bon 1m80 et paraissait plus fine, tout en ayant une carrure que beaucoup d’hommes auraient pu lui envier. Elle pratiquait le karaté depuis son plus jeune âge et concourrait même à haut niveau en catégorie poids lourd. Elle posa sa large main sur mon épaule et tenta de me rassurer.


— Ne t’inquiète pas, on ne veut que ton bien. Ce que l’on va faire peut te paraître bizarre, mais je t’assure que tu vas y prendre du plaisir.


Sa phrase à peine terminée, cette brute de Clara passa ses gros bras autour de ma taille de guêpe et me ceintura. Une fois coincé, elle me souleva comme si je n’étais pas plus lourd qu’un sac de linge.


— Tu es si léger ! C’est à peine si je sens ton poids !


Je gigotais pour tenter de m’extirper de l’étreinte de l’ogresse. Je posai mes petites mains sur ses poignets et poussai de toutes mes forces, mais elle était bien trop forte. Samantha attrapa mon menton dans sa large main et serra suffisamment fort pour me faire comprendre que toute résistance serait inutile.

— Calme-toi mon mignon. Nous sommes tes amies et depuis le temps que tu nous connais, tu sais bien que nous ne ferions rien qui irait contre ta nature profonde.

Diffuse en direct !
Regarder son live