Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 377 fois
  • 137 J'aime
  • 2 Commentaires

Ma femme. Accro de danse…et de sexe…

Chapitre 1

flirt sur la piste de danse.

Hétéro

Accro de danse…et de sexe…

 

Note de l’auteur. Cette histoire est écrite à la demande de Martial, prénom d’emprunt, suivant ses directives. Est-ce que sa femme se reconnaitra?


Je suis une femme qui a de gros besoins coté sexe. La grande chance que j’aie, c’est que Martial, mon mari, l’homme de ma vie, a des mœurs assez libres. Ça fait même une quinzaine d’années que nous pratiquons le Candaulisme. Nous sommes de la région parisienne et les occasions sont très nombreuses quand vous êtes introduits dans ce milieu. Mais il faut d’abord que je me présente.

 

Je me prénomme Valentine, très féminine, malgré mes 55 ans mais en parait dix de moins, me complimentent mes conquêtes. Je suis blonde, les cheveux blond doré coupés au carré. Je mesure 1m60 mais très fine et on me dit très bien proportionnée avec mon 90B/C. J’attire tous les regards des mâles et la jalousie des femmes, certainement aussi parce que je suis toujours habillée de manière très féminine. Martial a deux ans de plus que moi et nous formons un beau couple bien assorti.

 

Quand je trouve un homme à mon goût, je peux très bien l’amener dans l’heure à l’hôtel pour une partie de jambes en l’air. Mais je demande toujours avant à Martial s’il veut participer ou si j’ai  sa permission. Je ne lui cache rien (ou presque) et il adore une fois que je suis rentrée, au chaud sous la couette que je lui raconte par le menu mes galipettes, ça le fait bander comme un âne.

Le seul reproche que je fais à mon mari, c’est que c’est un piètre danseur et que moi j’adore ça et je pratique  la danse à haute dose. Donc il ne m’accompagne pas tout le temps, sauf parfois en soirée tango ou salsa/kizumba. Il aime me voir danser le tango trouvant que c’est une danse plus excitante. Il me dit qu’il fantasme sur tous ces danseurs qui doivent avoir des érections en dansant collés à moi. Il les imagine toujours avec moi au lit, ou ailleurs, en train de m’entreprendre, de me baiser aussi bien qu’ils dansent avec moi. Je n’ai rien à reprocher à Martial qui est un merveilleux amant mais j’aime la nouveauté et aussi trouver parfois des amants bien montés. J’adore ça…

 Il m’a souvent vu  prendre du plaisir avec d’autres hommes devant lui, mais il adore fantasmer sur les rapports que je pourrais avoir avec tous mes partenaires de danse. 

 

Je pratique les danses latines dans un club à forte dose et participe à des marathons ou des  festivals de danse  et je vais d’ailleurs partir à Bruxelles en weekend, seule pendant deux jours avec mon club. D’ailleurs certains d’entre eux ne sont pas que mes partenaires sur les parquets des salles des fêtes.

J’ai toujours une grosse valise pour mes très jolies tenues de danse lors de ces soirées.  Je suis très sexy mais pas vulgaire dans mes tenues et  adepte de chaussures à talons hauts tel que des Louboutins, des bas nylons Cervin,  une lingerie fine, le plus souvent noire. Une bonne séance de maquillage, quelques bijoux et un collier de perles, mes longs ongles vernis. Prête pour partir en chasse…

 

 Le premier jour je danse avec plusieurs partenaires nouveaux... et l’un deux danse de manière plutôt appuyée avec moi lors d’un slow, je sens illico l’effet produit par nos corps étroitement enlacés par son érection naissante. La pause du dîner arrivant, nous nous quittons mais j’ai envie de le revoir.  

Je me change et mets quelque chose d’encore plus sexy, une robe fendue plus longue mais avec des bas, sans qu’on aperçoive ces derniers.

Après quelques danseurs je retrouve mon partenaire de l’après-midi  qui m’invite sur la piste.  Il se montre assez  entreprenant, découvrant d’une main discrète mes bas sous ma robe plus longue. Je sens tout de suite que cela l’excite beaucoup car il place à maintes reprises ses mains sur mes fesses et mes cuisses pour deviner, à travers le tissus de ma robe les attaches et baleines de mon porte-jarretelles.

Il  m’offre des verres à sa table et me drague ouvertement, ce qui n’est pas pour me déplaire.

La soirée se termine, il insiste pour me raccompagner à ma chambre sur le lieu du festival mais je fais la vierge effarouchée et  refuse sa proposition. Nous nous retrouvons  dans l’ascenseur et il m’entreprend en soulevant ma jupe, par un doigtage léger sur mon pubis mais je le repousse comme offensée. Nous gagnons notre chambre respective à l’hôtel du festival de danse.

Le lendemain nouvelle séance de danse l’après midi. Je recroise le monsieur. Je me suis habillée encore plus sexy, haut en dentelle transparent, dos nu, talons bien sûr, un tour de cou en dentelle noire qui contraste avec mon collier de perles blanches. On peut apercevoir le haut de mes bas noirs lorsque je danse. Il me présente à un ami, horreur... Cet ami, je le connais car j’ai déjà fait une partie à trois avec lui et Martial...

Je fais comme si nous ne nous connaissions pas. Ce nouvel ami discute avec moi, me dit que je suis ravissante, qu’il ne s’attendait pas à me voir là.  Il m’invite immédiatement sur la piste de danse, me remémore notre dernier trio avec moi et mon mari où j’ai pris mon pied...Cela ravive d’excellent souvenir chez moi, et m’excite un peu... surtout que je me souviens qu’il a un sacré engin. Il me susurre que ce serait dommage que mon mari apprenne la petite séance de l’ascenseur d’hier avec son ami, et surtout qu’il vaut mieux que tous les convives de mon club de danse n’apprenne pas que je suis une bonne coquine.... 

Il est plutôt grand,  1m 80 et me tient par le cou. J’ai des talons de dix centimètres et je dois même danser un peu sur le bout des orteils mais je ne gagne pas grand chose. Il colle mon corps contre le sien et je sens sa verge déjà bien dressée mais prisonnière de son pantalon. Je me tortille de façon à ce que sa queue passe en alternance de droite à gauche de son bas-ventre, prenant à chaque fois plus de vigueur. Qu’elle sensation !  Il a une sacrée gaule que je sens parfaitement.

Il me caresse les hanches, aventure ses mains  toujours plus loin sur mes fesses, sur mes cuisses avec douceur. Je frémis sous ses caresses. La musique change à nouveau pour des rythmes lents et nous voilà tous les deux n’ayant plus conscience de rien d’autre que nos corps joints ensemble. Il me caresse les fesses pendant que je me frotte contre lui pour sentir son érection sur mon ventre. Lorsque la musique change à nouveau,  son ami vient prendre sa place et je suis tellement chaude que je lui fais subir le même sort.

Je danse comme j’ai rarement dansé, tellement heureuse entre ces deux mâles en rut. Nous finissons à notre table sirotant tranquillement un verre. Ils sont collés contre moi et je touche l’intérieur de leurs cuisses pour sentir leur désir monter de plus en plus. Je subis le même sort et  halète sous leurs caresses, entrevoyant une suite à cette soirée dansante. Je ne croise plus les cuisses et ils sentent sous leurs doigts la moiteur de mon slip. Je me tortille sans fermer mon joyau aux mains baladeuses. 

 

Ils m’entrainent dans la chambre de l’un deux. J’ai fait l’effarouchée mais ils ne sont pas dupes,  je me sens toute drôle, j’ai des envies folles.

Mes deux amants que je vais dénommer Pierre et Paul ont des mains baladeuses qui caressent mon corps, frôlant mes seins, mes cuisses, pétrissant mes fesses. Paul relève ma robe pendant que ma main droite s’aventure enfin sur la bosse de son pantalon. Je descends la fermeture éclair pour en extraire sa bite bien raide depuis plus d’une heure d’attente sur la piste de danse qui n’en peut plus d’être ainsi bridée. Paul pose sa main sur ma mienne pour que je saisisse sa queue en me montrant le mouvement que je dois lui prodiguer. Pierre en profite pour empaumer  mon pubis, mes cuisses totalement ouvertes à ses caresses. Puis il contourne le tissu pour découvrir ma moule totalement trempée. Ses doigts découvrent ce joli trésor jamais exploré, se voyant déjà en train de défoncer de sa pine ma chatte offerte.

 

Elle jute tellement qu’il veut la goûter.  Il prend un moment pour me retirer mon string puis explore l’intérieur de mes lèvres intimes avec ses doigts. Je râle déjà, halète, gémis sous les caresses de ses doigts bien entrés dans mon con offert.  Pendant ce temps ne perdant pas le nord, Pierre retire son jeans afin d’avoir plus de liberté puis m’allonge comme il peut sur le lit  et amène son pénis bien dressé vers ma bouche entrouverte. Je me soulève pour  embrasser le gland qui dégouline déjà

Je le lèche et il me demande de le prendre en bouche. Je m’exécute et prends son sexe entre mes lèvres  que j’aspire avec avidité.  Il tente d’enfoncer son membre d’un mouvement de va-et-vient, s’aidant en me tenant la tête de ses deux mains afin d’imprimer le rythme  qu’il veut. 

 Durant vingt bonnes minutes je lèche puis suce à nouveau au gré de mes envies l’un ou l’autre  de mes partenaires.  Pierre a une bite tout ce qu’il y a d’ordinaire, Paul est mieux monté. Je ne sais pas pourquoi à ce moment je pense à Martial que je situerai entre les deux. Quelle comparaison absurde… J’arrive à ne plus savoir quelles mains explorent mes fesses jusqu’à ma chatte tellement juteuse. Putain quel pied je prends !


A suivre…


J’espère que mes histoires vous plaisent. J’apprécie les commentaires de certain(e)s et vos like pour m’encourager à encore plus me lâcher dans mes textes.

Diffuse en direct !
Regarder son live