Le site de l'histoire érotique

Femme BCBG, escort, non, pute…

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Je suis un libertin parisien de 42a.

Depuis de nombreuses années, je cherche à assouvir mes fantasmes, et à mettre en pratique mes tendances dominatrices. Au cours de mes multiples expériences, j’avais eu l’occasion de rencontrer un couple, pour réaliser des trios, et avec lequel j’avais sympathisé. Le mari étant très cool, et sa femme Véronique, très libre et sympa, j’avais à de multiples reprises rencontré Véronique sans son mari.

Au cours d’une de ces rencontres, et compte tenu de son tempérament, j’avais évoqué le plaisir que j’aurais à la voir se faire prendre par plusieurs hommes, dans un climat de type ’baise à la chaîne’.

Elle est très coquine, mais elle était quand même effrayée de devoir se faire prendre par des inconnus, à la fois parce que ce n’est pas une fille facile, et à la fois pour des problèmes de sécurité. Je lui ai proposé, après de multiples recherches un scénario qui lui a donné envie, et que nous avons réalisé un vendredi après-midi à Paris.

Véronique est une très belle femme de 40a, une très jolie brune aux grands yeux bleus, très bien faite (elle évite de se mettre en jupe, car elle craint les réactions des hommes), un joli corps sur une poitrine de taille normale. Je lui ai fait découvrir les joies procurées par les sexes épilés, et depuis, cet instant elle est toujours épilée. Elle a une superbe chatte avec de grandes lèvres, qu’on adore manipuler. Elle s’habille très bcbg, et rien ne montre dans son allure qu’elle est une vraie gourmande.


Nous sommes arrivés ce jour de Juin devant un local situé à Paris. nous sommes rentrés et mon contact (co-organisateur de la séance) nous attendait. Il a bandé les yeux de Véronique et nous avons descendu un escalier étroit qui menait dans une cave.

Manifestement ce lieu était destiné à des scénarios SM, car de nombreux accessoires étaient accrochés au mur. Dans la cave il y avait 2 hommes que Pierre lui a présentés, ils sont restés silencieux. Ensuite Pierre a enlevé le chemisier de Véronique, qui avait en dessous une guêpière. Il lui a ôté la jupe, et a dégrafé l’entrejambe. Ceci s’est déroulé sans mots ;

Véronique était très attentive et assez tendue. Les 2 hommes se sont approchés et ont commencé à la caresser. Ils se sont très vite concentrés sur les cuisses et le sexe de Véronique. En effet, j’avais donné comme consigne qu’elle ne soit pas pelotée (elle détestait le principe de se faire caresser par des inconnus).

Ils ont commencé à lui caresser la chatte, à la pénétrer avec les mains (elle adore cela) pour la faire mouiller. Rapidement elle s’est mise à mouiller, et ils se sont alors rendu compte qu’elle avait une chatte capable d’accueillir les membres les plus épais. Ils l’ont mise debout face allongée sur un cheval d’arçon, et ont continué à la pénétrer.

Elle commençait à réagir, et à haleter. Au bout de 1à 2 minutes de ce traitement et en se relayant, Véronique était complètement inondée sans qu’elle fasse preuve d’une jouissance imminente. Pierre a alors introduit le 1er homme de la liste. J’étais dans l’ombre, et je devais m’assurer que le port du préservatif était bien respecté. Il s’est placé derrière elle, a sorti sa queue, et sans défaire son pantalon, il l’a enfilée. Il avait un membre très court, mais épais. Il l’a baisée rapidement (2 à 3 minutes), et Véronique a apprécié.

Pierre a fait rentrer les hommes un par un, après que chacun l’ai baisée. Parmi ceux-ci, il y avait des profils variés (cadres, ouvriers, blacks, indiens et pakistanais, plus ou moins jeunes). Elle s’est fait prendre par 12 hommes sans qu’elle montre qu’elle était rassasiée.

Elle ne les a pas touchés, pas sucés. J’avais le pouvoir d’arrêter à n’importe quel moment. Après le douzième, j’ai dit à Pierre que nous arrêtions. Il a respecté ma volonté. Véronique est remontée de la cave dans son imperméable, avec ses lunettes noires, et nous avons constaté qu’il y avait encore une quinzaine d’hommes qui faisait la queue au rez de chaussée. Je demeure convaincu qu’elle aurait pu se les prendre.

Je revois régulièrement Véronique, nous ne parlons jamais de cet après-midi, et son mari n’en a jamais rien su.

Diffuse en direct !
Regarder son live