Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 22 623 fois
  • 185 J'aime
  • 1 Commentaire

Ma femme et un papy

Chapitre 2

Hétéro

Après cette nuit là, il ne se passa rien pendant quelques jours. L’idée ne me quittait pas un seul instant, mais ma femme ne me parlait de rien, avait elle oublié ?! Je ne pouvais le croire.

Ainsi un soir, je commençais à caresser ma femme, une fois la lumière éteinte, je me mis à lui reparler de notre dernière soirée, et je lui dis que j’étais sérieux l’autre soir, que j’aimerai qu’elle le rencontre. Ma femme me demanda une nouvelle fois:

— " Tu ne serais pas jaloux ?

— Non ! Cela m’excite ! "

Ma femme reprit comme pour me rassurer :

— " Ce n’est que sexuel de toute façon !! "

Sur ton vicieux et interrogatif comme pour savoir jusqu’où ma femme serait prête à aller, je lui dis :

— " Faudra que tu lui donnes tout !! "

Sous mes caresses sa chatte était trempée, ma femme après quelques secondes, sans doute imaginant la scène, me répondit :

— " Oh oui!!! Il pourrait lécher et fouiller ma chatte! "

Tout excité par ses propos, je dis :

— " Et puis il aura envie de te pénétrer et te prendre sans capoteb ! "

J’attendais sa réponse, ma femme trempée de désir, sa chatte toute ouverte sous mes doigts, me dit alors:

— " Ouuii ! "

Et elle m’attire à elle pour que je là prenne, elle reprend alors pendant que je me glisse en elle :

" Je lui donnerai ma chatte et il pourra jouir dedans ! "

Le rythme de son ventre s’accélère sous mes va et viens, je maintenais un rythme pas trop rapide afin que le plaisir dur, je repris la parole et posant une question :

— " Tu pourrais lui offrir ton petit trou à notre papy, comme tu trouves que je suis trop membré, ça te dirais il doit être moins membré ?! "

Elle attendit avant de répondre, j’étais impatient de sa réponse, et puis elle me répondit :

— " Si je fais ça avec lui, tu m’en voudras pas, moi je veux bien qu’il essaye ?! "

Notre jouissance arriva, après avoir repris nos esprits, je lui dis qu’il fallait qu’elle lui téléphone, ma femme me dit alors qu’elle ne savait pas quoi lui dire pour le rencontrer, que j’avais à m’en occuper, qu’elle me laissait faire.


Tout était entre mes mains, à moi de créer cette rencontre. Je réfléchis et puis j’ai trouvé le fil conducteur, en effet notre Papy avait filmé la communion, j’allais donc faire appeler ma femme pour lui demander si il accepterait qu’elle se déplace jusque chez lui pour venir chercher sa cassette vidéo de la communion afin d’en faire une copie en vu de faire un montage vidéo. L’idée était lancée, et j’en fis part à ma femme le soir même. Elle ne trouva rien à redire concernant l’idée, et pour ne pas remettre les choses, je fis le numéro de téléphone devant ma femme et lui tendit le combiné. Je mis l’ampli, après trois sonneries il décrocha, ma femme avait la voix un peu tremblotante, gênée par la situation, elle se présenta, je suis la sour de ..., très vite il remit ma femme, en lui disant qu’il se rappelait d’elle, et elle commença à lui expliquer le pourquoi de son appel, elle lui demanda si elle pouvait passer prendre la cassette VHS pour en faire une copie, et il accepta et lui donna RDV le mercredi après midi, elle prit congés et raccrocha. Elle me regarda et me dit juste :

" T’es un cochon ! ".

Mon esprit alors tourna à deux cents à l’heure, et une fois dans le lit je dis à ma femme qu’elle devait se faire la plus belle, et s’habiller pour faire en sorte de lui plaire.

Ma femme me répondit qu’elle allait faire ce qu’il faut. Ainsi le samedi matin, elle passa sa matinée dans la salle de bain, épilation, elle passa sa toison au henné, crème sur le corps, vernis aux ongles des pieds et mains, la totale.

Le Mercredi midi, je suis rentré à la maison pour assister au départ de ma femme, je travaillais et ne pouvait l’accompagner. Arrivée à la maison, je vis ma femme arriver dans le couloir, elle était superbe, si excitante que là désirait en là voyant. Elle portait un petit bustier bordeaux avec un liserai noir très échancré avec les bretelles s’attachant derrière la nuque, rien en dessous, ses tétons pointant sous le tissus, et puis une jupe noir à mi-cuisses légèrement évasée, elle retroussa sa jupe, et me laissa voir sa petite culotte blanche totalement transparente sur le devant, qui laisse voir sa toison brune sous le fin voile. Et puis une jolie paire de bottes noire avec des talons fins.

Elle prit son sac, et me dit :

" Je te plais comme ça ?"

Elle me tendit les lèvres recouvertes d’un rouge vif. J’avais envie de la prendre sans ménagement là contre le mûr. Je la pris dans mes bras, je fis glisser ma main sous sa jupe jusqu’à sa culotte, pour se glisser dessous, sa fente était humide, ma femme glissa sa main pour ôter ma main de sa culotte en me disant que je devais être sage, que je devais attendre ce soir. Elle me fit un baiser sur la bouche et me dit :

" Je dois y aller, il faut une heure de route"

Elle sortit. Je la regardais partir, j’avais l’impression qu’elle m’échappait, qu’allait-il se passer ?


Suite bientôt

Diffuse en direct !
Regarder son live