Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 501 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

La Femme au plaisir

Chapitre 1

SM / Fétichisme

... puis, doucement... puis, puis... ( Rire doux ), va venir un instant solennel, naturel... Il est d’autant plus agréable pour la femme, que l’on a effectué le dit petit jeu , et le petit soin , ou les deux; cela favorise l’acte d’amour , selon sa définition basique, et le transforme en moment amoureux , si beau, lui. Ces deux séquences, petit quelquechose (c’est mignon et sympa), doivent s’effectuer, à condition de ne pas amener la femme, à une excitation excessive, qui serait un peu perverse ; il faut que sa quête de plaisir, ne devienne pas douloureuse , trop forte. Il faut savoir peser, les conséquences d’une petite excitation, de la première zone origine de l’orgasme , puis, de celle rajoutée, de la corolle du plaisir , excitations qui doivent faire une moyenne , qui ne rendent pas la femme, excessivement désireuse, quelques peu malheureuse , d’une manière, un soupçon perverse (il y en a des perv....., malheureusement... Au secours ... ), mais excitée, normalement ( oui, désolé, j’insiste, mais c’est important , Rire ); il faut surtout, indéfectiblement , systématiquement , etc, que sa voie intime, soit lubrifiée au maximum; cela se voit dés l’extérieur, surtout, un peu, sur et entre les douces extrémités de pétales , que sont les petites lèvres , de sa compagne. Lubrification, des eaux légèrement salées, saines, de l’amour, au féminin . De toutes façon, dans certaines circonstances , le petit jeu et le petit soin , ne seront pas utiles, j’ai promis d’en parler ultérieurement, d’en faire un petit chapitre, mais tenez en compte, de ce chapitre ultérieur. Les actions de cette partie de l’ouvrage, se font comme si, ce moment amoureux , était le tout premier, vous, à chaque niveau, y prendrez ce qui est nécessaire, toujours, graduellement, mais dans l’ordre ... Graduellement, et dans l’ordre , dans l’intérêt de sa compagne, du couple. Pensez qu’il est mieux, d’aller un peu trop doucement, que vite , et puis, on est peut-être à la campagne, qui sait (le calme parfait )... Le côté humain, de compréhension, est le plus important, dans cette notion de progression... Être à - l’é - cou - teu ...


extrait du livre: recherche, qui est ce petit jeu. Toutes caresses nécessaires faites , il s’agit, ici, pour l’homme, de découvrir, le, dit, bouton du plaisir . Un peu plus loin, je ferai encore une description, plus rationnelle, de cette recherche, plus sériée, plus a adapter, selon les cas. Mais celle-ci, est toutefois, nécessaire. Pour trouver, le, petit bouton du plaisir , il faut développer, ou avoir développé, dans une autre discipline, dans ce cas, plus que jamais, son, doigté (N’oublions pas, que nous sommes, dans un travail didactique, qui apprend à se servir des mains, tout comme, un art appliqué ; didactique , n’a rien à voir, avec le mot doigt , bien qu’il en ait, une consonance, qui s’y rapproche, un, rappel mnémotechnique ). C’est le rapport, très étroit, entre une matière délicate, celle des parties intimes de la femme, entre l’état d’esprit, de celle-ci, les réactions , qu’elle peut avoir, quand on touche ses parties intimes, et entre l’état d’esprit de l’homme, dont, les dons manuels, de celui-ci. Se met, alors, justement, en jeu , le concept, de, feed-back , que j’ai évoqué, plus avant. Rappelez-vous, de, la


extrait du livre: transparent, et, très tendre. Certes, j’ai parlé de jeu, de, petit jeu . Vous pouvez, effectivement, en faire un jeu, si vous communiquez, très cool , avec votre compagne. Toutefois, si une forme de communication, non verbale, est préférable, car les circonstances le favorisent, l’homme peut glisser doucement, sa main, vers cet extérieur, si charmant, de sa compagne, sans rien dire. Agir, comme je l’ai décrit, en embrassant, en rassurant, en aimant. Vous parviendrez, ainsi, à l’extérieur, de cette douce fleur, tout doucement, par une caresse légère, aussi aérienne, qu’un planeur se pose , sur les courants aériens, et glisse dessus. La main se transforme, en pinceau, puis le doigt, tous légers. S’attarder, sur les pétales, si agréables à caresser, de sa compagne, c’est profiter, d’une saveur particulière, d’elle-même, pour lui donner, un présent, si fort. S’attarder, sur le, bouton du plaisir , c’est très important, car c’est vraiment étudier, comment se génère, le plaisir éblouissant , par la voie la plus aisée, la plus facile à atteindre. C’est bien comprendre, surtout, comment, à la jointure des douces extrémités de pétales, que forment les petites lèvres, se découvre, dessous, le point intime, le plus délicat, le plus esthétique, et le plus à la fois accessible, et sensible, de la femme. C’est comme si la Nature, avait posé là, de quoi apprendre le plaisir, à la femme. Une fois les petites lèvres, bien comprises , et le bourgeon du plaisir , bien situé, tout le jeu , consiste à apprécier, la sensibilité, de celui-ci, par rapport au ressenti, de la femme. C’est communiquer avec elle, d’une manière tendre, très humaine, c’est lui demander, ce qu’elle ressent, si l’on appuie un peu plus, comme ceci, ou comme cela . Est-ce que c’est trop fort , le lire sur elle, sur son corps, sur son visage. Le concept, de feed-back , de retour de l’expression, de la sensation, par l’autre, est fondamental, quand à sa nécessité d’être compris, systématiquement, par l’homme. Le mécanisme d’apprentissage, du plaisir intense, par la voie du, petit bourgeon, de plaisir , est à comprendre, d’une manière entière, studieuse. Après, ce plaisir, devient naturel, a être généré, par l’homme. Il devient, un plaisir . C’est pour cela, qu’il ne faut pas hésiter, à prendre son temps, à le chercher, si sa compagne ne l’a pas déjà trouvé; si c’est ainsi, il faudra, l’adapter au couple, à deux, toujours en état de communication, aisée. Ensuite, viendront s’y greffer, d’autres positions, d’autres actes, afin que l’acte d’amour , soit complet...


... Vous, et votre compagne, êtes allongés, toujours. L’homme, l’est, sur son côté gauche, la tête rehaussée, par son bras gauche, posé sur le sol, le coude supportant, ces derniers, toujours, également. Il regarde sa compagne, l’embrasse, ou lui parle, le bras et la main droite, libres. Il est placé, à droite de celle-ci, qui est totalement allongée, sur le dos. Maintenant, ont été décrites, les, deux zones origines de l’orgasme , parties les plus intimes, du corps, de la femme. A été présenté, également, le petit jeu, à propos, de la première zone origine de l’orgasme , le petit bouton du plaisir . Encore avant, de se mettre, corps à corps allongés , avant, l’acte d’amour , selon la définition basique , de la page 74, il est un second, petit jeu , mais d’une... Tu crois pas que tu exagères un peu, de retar... ... ... Non ! , Pourquoi ? , Parce que, c’est très important, de comprendre, l’amour, ainsi; cela permet, de faire réfléchir, quant à son esprit, humain, qui essaye, de s’approcher, le plus près possible, des vrais besoins, de la femme, de présenter, deux, petits jeux , qui sont, également, des, tests , de, sa sensibilité amoureuse, pour l’adapter, à la convenance, de celle-ci, à ce moment, si opportun, on est pas des bêtes, tout d’même, Rire ! ... Aussi, voilà le deuxième, petit jeu , qui, lui, est plus délicat, et nécessite, encore plus, de doigté, de compréhension, plus d’intimité. Il peut intervenir, toutefois, d’une manière contiguë, au premier. Il y a plusieurs origines, à l’excitation de la femme. Il se peut, qu’elle fut excitée, par le premier, petit jeu , par de simples caresses, qu’on lui ait prodiguées, sur ses, zones érogènes primaires, selon moi (Rire) , ou bien, tout simplement, parce qu’elle l’était, déjà, par la simple vue, par la simple écoute, ou par le simple toucher, de son compagnon, ou même encore, simplement, en pensant, à celui-ci. Il faut savoir, que le premier, petit jeu , est un test important, a essayer, avant tous les autres. Je créerai, un schéma d’arborescence, résumant les tests, les actions à effectuer, dans un certain ordre, afin, de très vite s’adapter, à sa compagne. Je présenterai, un organigramme, de tous les cas de figure , qui peuvent se présenter, dans la réalité. Le, petit jeu en question, concerne, la prise de contact, d’avec la, corolle du plaisir , par l’intermédiaire, de l’index, et du majeur. Ce, petit jeu , est plus intime, que le premier, plus sérieux. Je préférerais l’intituler, petit soin . Ce petit soin , pourrait se


extraits N?4: transparent, et, très tendre. Certes, j’ai parlé de jeu, de, petit jeu . Vous pouvez, effectivement, en faire un jeu, si vous communiquez, très cool , avec votre compagne. Toutefois, si une forme de communication, non verbale, est préférable, car les circonstances le favorisent, l’homme peut glisser doucement, sa main, vers cet extérieur, si charmant, de sa compagne, sans rien dire. Agir, comme je l’ai décrit, en embrassant, en rassurant, en aimant. Vous parviendrez, ainsi, à l’extérieur, de cette douce fleur, tout doucement, par une caresse légère, aussi aérienne, qu’un planeur se pose , sur les courants aériens, et glisse dessus. La main se transforme, en pinceau, puis le doigt, tous légers. S’attarder, sur les pétales, si agréables à caresser, de sa compagne, c’est profiter, d’une saveur particulière, d’elle-même, pour lui donner, un présent, si fort. S’attarder, sur le, bouton du plaisir , c’est très important, car c’est vraiment étudier, comment se génère, le plaisir éblouissant , par la voie la plus aisée, la plus facile à atteindre. C’est bien comprendre, surtout, comment, à la jointure des douces extrémités de pétales, que forment les petites lèvres, se découvre, dessous, le point intime, le plus délicat, le plus esthétique, et le plus à la fois accessible, et sensible, de la femme. C’est comme si la Nature, avait posé là, de quoi apprendre le plaisir, à la femme. Une fois les petites lèvres, bien comprises , et le bourgeon du plaisir , bien situé, tout le jeu , consiste à apprécier, la sensibilité, de celui-ci, par rapport au ressenti, de la femme. C’est communiquer avec elle, d’une manière tendre, très humaine, c’est lui demander, ce qu’elle ressent, si l’on appuie un peu plus, comme ceci, ou comme cela . Est-ce que c’est trop fort , le lire sur elle, sur son corps, sur son visage. Le concept, de feed-back , de retour de l’expression, de la sensation, par l’autre, est fondamental, quand à sa nécessité d’être compris, systématiquement, par l’homme. Le mécanisme d’apprentissage, du plaisir intense, par la voie du, petit bourgeon, de plaisir , est à comprendre, d’une manière entière, studieuse. Après, ce plaisir, devient naturel, a être généré, par l’homme. Il devient, un plaisir . C’est pour cela, qu’il ne faut pas hésiter, à prendre son temps, à le chercher, si sa compagne ne l’a pas déjà trouvé; si c’est ainsi, il faudra, l’adapter au couple, à deux, toujours en état de communication, aisée. Ensuite, viendront s’y greffer, d’autres positions, d’autres actes, afin que l’acte d’amour , soit complet...


... Vous, et votre compagne, êtes allongés, toujours. L’homme, l’est, sur son côté gauche, la tête rehaussée, par son bras gauche, posé sur le sol, le coude supportant, ces derniers, toujours, également. Il regarde sa compagne, l’embrasse, ou lui parle, le bras et la main droite, libres. Il est placé, à droite de celle-ci, qui est totalement allongée, sur le dos. Maintenant, ont été décrites, les, deux zones origines de l’orgasme , parties les plus intimes, du corps, de la femme. A été présenté, également, le petit jeu, à propos, de la première zone origine de l’orgasme , le petit bouton du plaisir . Encore avant, de se mettre, corps à corps allongés , avant, l’acte d’amour , selon la définition basique , de la page 74, il est un second, petit jeu , mais d’une... Tu crois pas que tu exagères un peu, de retar... ... ... Non ! , Pourquoi ? , Parce que, c’est très important, de comprendre, l’amour, ainsi; cela permet, de faire réfléchir, quant à son esprit, humain, qui essaye, de s’approcher, le plus près possible, des vrais besoins, de la femme, de présenter, deux, petits jeux , qui sont, également, des, tests , de, sa sensibilité amoureuse, pour l’adapter, à la convenance, de celle-ci, à ce moment, si opportun, on est pas des bêtes, tout d’même, Rire ! ... Aussi, voilà le deuxième, petit jeu , qui, lui, est plus délicat, et nécessite, encore plus, de doigté, de compréhension, plus d’intimité. Il peut intervenir, toutefois, d’une manière contiguë, au premier. Il y a plusieurs origines, à l’excitation de la femme. Il se peut, qu’elle fut excitée, par le premier, petit jeu , par de simples caresses, qu’on lui ait prodiguées, sur ses, zones érogènes primaires, selon moi (Rire) , ou bien, tout simplement, parce qu’elle l’était, déjà, par la simple vue, par la simple écoute, ou par le simple toucher, de son compagnon, ou même encore, simplement, en pensant, à celui-ci. Il faut savoir, que le premier, petit jeu , est un test important, a essayer, avant tous les autres. Je créerai, un schéma d’arborescence, résumant les tests, les actions à effectuer, dans un certain ordre, afin, de très vite s’adapter, à sa compagne. Je présenterai, un organigramme, de tous les cas de figure , qui peuvent se présenter, dans la réalité. Le, petit jeu en question, concerne, la prise de contact, d’avec la, corolle du plaisir , par l’intermédiaire, de l’index, et du majeur. Ce, petit jeu , est plus intime, que le premier, plus sérieux. Je préférerais l’intituler, petit soin . Ce petit soin , pourrait se


extrait 5: transparent, et, très tendre. Certes, j’ai parlé de jeu, de, petit jeu . Vous pouvez, effectivement, en faire un jeu, si vous communiquez, très cool , avec votre compagne. Toutefois, si une forme de communication, non verbale, est préférable, car les circonstances le favorisent, l’homme peut glisser doucement, sa main, vers cet extérieur, si charmant, de sa compagne, sans rien dire. Agir, comme je l’ai décrit, en embrassant, en rassurant, en aimant. Vous parviendrez, ainsi, à l’extérieur, de cette douce fleur, tout doucement, par une caresse légère, aussi aérienne, qu’un planeur se pose , sur les courants aériens, et glisse dessus. La main se transforme, en pinceau, puis le doigt, tous légers. S’attarder, sur les pétales, si agréables à caresser, de sa compagne, c’est profiter, d’une saveur particulière, d’elle-même, pour lui donner, un présent, si fort. S’attarder, sur le, bouton du plaisir , c’est très important, car c’est vraiment étudier, comment se génère, le plaisir éblouissant , par la voie la plus aisée, la plus facile à atteindre. C’est bien comprendre, surtout, comment, à la jointure des douces extrémités de pétales, que forment les petites lèvres, se découvre, dessous, le point intime, le plus délicat, le plus esthétique, et le plus à la fois accessible, et sensible, de la femme. C’est comme si la Nature, avait posé là, de quoi apprendre le plaisir, à la femme. Une fois les petites lèvres, bien comprises , et le bourgeon du plaisir , bien situé, tout le jeu , consiste à apprécier, la sensibilité, de celui-ci, par rapport au ressenti, de la femme. C’est communiquer avec elle, d’une manière tendre, très humaine, c’est lui demander, ce qu’elle ressent, si l’on appuie un peu plus, comme ceci, ou comme cela . Est-ce que c’est trop fort , le lire sur elle, sur son corps, sur son visage. Le concept, de feed-back , de retour de l’expression, de la sensation, par l’autre, est fondamental, quand à sa nécessité d’être compris, systématiquement, par l’homme. Le mécanisme d’apprentissage, du plaisir intense, par la voie du, petit bourgeon, de plaisir , est à comprendre, d’une manière entière, studieuse. Après, ce plaisir, devient naturel, a être généré, par l’homme. Il devient, un plaisir . C’est pour cela, qu’il ne faut pas hésiter, à prendre son temps, à le chercher, si sa compagne ne l’a pas déjà trouvé; si c’est ainsi, il faudra, l’adapter au couple, à deux, toujours en état de communication, aisée. Ensuite, viendront s’y greffer, d’autres positions, d’autres actes, afin que l’acte d’amour , soit complet...


... Vous, et votre compagne, êtes allongés, toujours. L’homme, l’est, sur son côté gauche, la tête rehaussée, par son bras gauche, posé sur le sol, le coude supportant, ces derniers, toujours, également. Il regarde sa compagne, l’embrasse, ou lui parle, le bras et la main droite, libres. Il est placé, à droite de celle-ci, qui est totalement allongée, sur le dos. Maintenant, ont été décrites, les, deux zones origines de l’orgasme , parties les plus intimes, du corps, de la femme. A été présenté, également, le petit jeu, à propos, de la première zone origine de l’orgasme , le petit bouton du plaisir . Encore avant, de se mettre, corps à corps allongés , avant, l’acte d’amour , selon la définition basique , de la page 74, il est un second, petit jeu , mais d’une... Tu crois pas que tu exagères un peu, de retar... ... ... Non ! , Pourquoi ? , Parce que, c’est très important, de comprendre, l’amour, ainsi; cela permet, de faire réfléchir, quant à son esprit, humain, qui essaye, de s’approcher, le plus près possible, des vrais besoins, de la femme, de présenter, deux, petits jeux , qui sont, également, des, tests , de, sa sensibilité amoureuse, pour l’adapter, à la convenance, de celle-ci, à ce moment, si opportun, on est pas des bêtes, tout d’même, Rire ! ... Aussi, voilà le deuxième, petit jeu , qui, lui, est plus délicat, et nécessite, encore plus, de doigté, de compréhension, plus d’intimité. Il peut intervenir, toutefois, d’une manière contiguë, au premier. Il y a plusieurs origines, à l’excitation de la femme. Il se peut, qu’elle fut excitée, par le premier, petit jeu , par de simples caresses, qu’on lui ait prodiguées, sur ses, zones érogènes primaires, selon moi (Rire) , ou bien, tout simplement, parce qu’elle l’était, déjà, par la simple vue, par la simple écoute, ou par le simple toucher, de son compagnon, ou même encore, simplement, en pensant, à celui-ci. Il faut savoir, que le premier, petit jeu , est un test important, a essayer, avant tous les autres. Je créerai, un schéma d’arborescence, résumant les tests, les actions à effectuer, dans un certain ordre, afin, de très vite s’adapter, à sa compagne. Je présenterai, un organigramme, de tous les cas de figure , qui peuvent se présenter, dans la réalité. Le, petit jeu en question, concerne, la prise de contact, d’avec la, corolle du plaisir , par l’intermédiaire, de l’index, et du majeur. Ce, petit jeu , est plus intime, que le premier, plus sérieux. Je préférerais l’intituler, petit soin . Ce petit soin , pourrait se


Il manque des phrases parce que je n’ai voulu en diffuser que quelques extraits suggestifs, de mon livre, à certains éditeurs. Du coup ’sans calculer’ je ne suis pas allé au bout des concepts. C’était pour montrer simplement ce que j’avais fait, l’esprit, un peu de technique. Voilà.


Stéphane

Diffuse en direct !
Regarder son live