Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 760 fois
  • 212 J'aime
  • 12 Commentaires

Ma femme ravagée sous mes yeux impuissants.

Chapitre 4

Dans l'arène.

Voyeur / Exhibition

— Ma femme ravagée sous mes yeux impuissants - 4 - Dans l’arène. —



 — Bonjour mon beau, bien dormi ?


C’est ainsi que Laura me salue délicieusement chaque matin. Ça fait un mois maintenant que je suis rentré de l’hôpital et que j’ai ... découvert, ma nouvelle vie et notre nouvelle façon de vivre notre couple.


Laura ne m’a jamais parlé de sa fameuse soirée où elle est rentrée dans un salle état. Je lui ai demandé si ça allait le lendemain matin mais ... sa réponse a été assez sèche:


— Ça va, ne t’inquiète pas.


J’ai essayé de passer de son point de vue coquin on va dire :


— J’avais espéré peut-être une de ces jolies vidéos sur la tablette mais ...

— Non. Ces soirées là ... ne sont que pour moi.


Et elle était partie travailler, toute la journée. Vers midi, un petit sms, presque d’excuses, était arrivé :


[SMS]

< cc chéri, pardon pour ce matin, j’étais pas d’une super humeur. Je me rattraperai ce soir (emoji clin d’oeil) et je ramène le dîner du traiteur ok ?

> Ne t’excuse pas ma belle. A ce soir, j’ai hâte.

< Moi aussi. Je t’aime.

> Bisous, je t’aime.


Je suis allé travaillé et le soir nous avons diné délicieusement, et puis pour la première fois depuis longtemps elle est venue dans ma chambre, alors que je m’étais couché peu de temps avant, s’est glissé sous les draps et nous avons fait l’amour le plus tendrement du monde, elle me chevauchant en ondulant langoureusement. Ses halètements me manquaient, jouir en elle aussi.


Il y a deux semaines on m’a enfin retiré les attelles et j’ai attaqué la rééducation. Je marche avec une canne, mais je marche.


Il semble que Laura s’est instauré une petite routine dans ... sa vie. Elle me parle librement de ses aventures, apparement principalement des mecs qu’elle rencontre sur Tinder. Elle partage parfois des petites photos. Ou des vidéos lors de ces ... rendez-vous.

Et elle est revenue deux ou trois soirs dans le même ... état, que la fameuse première soirée.

Même heure très tardive, même traces dégueulasses et robe en piteux état. Je l’ai observée à nouveau, alors qu’elle s’était de nouveau écroulée sur son lit, nue, sans même se doucher.

Les mêmes marques de mains sur son corps.

Ses orifices rougis et béants, dont du sperme s’écoulait abondamment.

Les traces de sperme séché sur ses seins, son visage et dans ses cheveux...

Quand elle dormait je suis allé voir l’historique de son GPS. L’adresse de ce soir était un parking dans une zone un peu en dehors de la ville...


Je parlais de routine juste avant : quand elle a un rendez-vous en journée, que j’ai une vidéo ou plusieurs, elle revient le soir et on dîne , comme deux amoureux. Et ensuite j’ai droit à une fellation, ou une masturbation longue et huileuse... Et c’est tout.

Mais quand elle sort vers cette zone inconnue et en rentre délabrée, le lendemain elle me rejoint le soir dans mon lit et elle me baise, elle. Parfois doucement, parfois plus brusquement, mais c’est toujours elle qui me chevauche.

Et me laisse jouir en elle...


— Mmmh j’ai une journée très chargée aujourd’hui, me dit-elle derrière sa tasse de café ce matin.

— Boulot ou sexe ? lui demandé-je le plus simplement du monde.


Je fais semblant. Semblant d’être d’accord, semblant que ça m’aille qu’elle baise avec d’autres. Mais elle n’est pas dupe du tout, je le sens bien. Je crois que c’est ce qu’elle veut. Que je me plie à elle. Et vu mon passif, je crois que c’est le mieux que j’ai à faire.


— Les deux mon chéri, me répond-elle finalement avec un clin d’oeil.


Je reçois une notification sur la tablette vers midi. Et quand je me connecte, c’est pour voir ma femme dans un chiotte de restaurant, filmée par le mec qu’elle est en train de sucer. Quand il lui éjacule dans la bouche tandis qu’elle fixe la caméra pour moi, j’en fait de même, mais dans ma main.

Le soir même, j’ai préparé un apéro dinatoire, pour changer. Assis tous les deux dans notre grand salon, elle a mis une jolie robe pour moi et ses jambes croisées dépassent juste à mi-cuisse du fin tissu. On parle de tout, de projets de vacances, de sa galerie et de notre société. Mais au détour d’un silence elle passe d’un coup du coq à l’âne :


— Je veux un enfant, Marc.


Je la regarde dans les yeux, je pensais qu’elle n’en voulait pas.


— Tu m’avais dit que ...

— Je sais, m’interrompt-elle. Mais j’en veux un. J’ai arrêté la pilule il y a quinze jours. Et je me fais baiser sans capote par toi et ... d’autres.


Je réfléchis à quoi dire ... mais là rien ne vient.


— Tu veux un enfant, mais il ne sera pas forcément de moi c’est ça ?

— C’est ça. Tes gènes, ou d’autres, je suis entourée d’hommes alors j’ai le choix et j’en profite ... Mais j’aimerais que tu sois le père, son père.

— Ça ne serait pas plus simple si c’était effectivement moi, le père ?

— Marc, j’aime ma vie. J’aime baiser quand j’en ai envie et qui j’ai envie. J’aime que des hommes jouissent en moi. Et ça m’excite aussi d’être ... fécondée. Si notre enfant est noir, asiatique ou tout autre mélanotype différent du tien, nous saurons très bien gérer. Mais ça n’est pas pour autant que j’arrêterai de me faire baiser quand je veux. Tu comprends ?

— Oui.

— La question est : M’aimes-tu assez pour tout me concéder ?


Je réfléchis de nouveau, mais là j’ai la réponse.


— Oui, lui dis-je. Tout ce que tu voudras. Et je veux qu’on ait un enfant.

— Elle me sourit, se lève, et le plus élégamment du monde relève sa robe en venant s’assoir sur moi. Elle déboutonne mon pantalon, et vient s’empaler sur moi en m’embrassant.


******



 J’ai récupéré mon permis depuis 2 jours seulement. 

Il y a 15 jours que Laura m’a annoncé vouloir un enfant, et j’avoue que malgré les ... conditions qu’elle a choisi, moi j’ai aussi choisi de rester.

Mais ce soir est particulier. J’ai quitté tôt le bureau et préparé un des dîners qu’elle affectionne.

Elle rentre alors que je mets la dernière touche à la table.


— Je monte me doucher, je suis à toi dans 10 minutes mon beau !


Elle redescend, sublime, une robe noire toujours, si tentante ...


— A table ma belle.


On parle d’art, des projets de la boîte. Mais je vois bien qu’elle est ailleurs.


— Tu sors ce soir je me trompe ?

— Oui. Ça ne t’embête pas j’espère ? me répond-elle.

— Tu ne veux pas me ... m’inclure dans ce pan là de ta vie aussi ?

— Peut-être une autre fois. Ça te rend jaloux ?

— Oui.

— Tant mieux. J’aime que tu sois jaloux. Que tu saches que je vais me faire baiser. Que tu l’imagines. Et je pense que ça t’excites au fond. Je me trompe ?

— Non, en effet c’est le cas.


Elle me regarde avec douceur en terminant son dessert, et pendant que je débarrasse, elle vient m’embrasser, puis j’entends se préparer rapidement et ensuite la porte d’entrée claquer.


Je termine et vais m’habiller. Je prends mes clés et monte à mon tour dans ma nouvelle voiture. Une fois le GPS réglé sur l’adresse du parking où Laura se rend, je démarre et roule.


******


Il me faut presqu’une heure pour arriver sur le lieu indiqué par le point GPS. Il y a pas mal de véhicules garés sur ce parking, pourtant en bordure d’une zone commerciale déserte la nuit. Celui de Laura y est en tout cas...


Je me gare et vois deux hommes qui s’engagent sur un sentier qui entre dans un bois. Je les suis discrètement

pendant 5 minutes, et le sentier débouche sur une espèce de clairière où d’autres véhicules sont garés, presque en cercle. Au centre des voitures aux phares allumés, un attroupement d’une vingtaine de personnes. Que des hommes. Un peu en dehors, d’autres hommes sont appuyés sur les voitures. Je m’approche peu à peu et découvre, au milieu du groupe que les hommes tiennent leur sexe à la main et au centre ma femme Laura, agenouillée et les yeux masqués, sa robe entièrement ouverte sur le devant. Elle tient dans ses mains deux sexes pendant qu’un troisième est enfoncé sans ménagement dans sa bouche par un gars qui la tient par les cheveux.

Elle ne le suce pas, non, il utilise sa bouche, la faisant aller et venir sur son sexe brutalement. Il la libère dans un filet de bave énorme.


— Putain c’est toujours un régal ta bouche ma belle.


Laura halète, aveuglée par le masque mais totalement volontaire au vu de son sourire pervers.


— Haaaa continue alors... mais une autre bite, tournez et donnez les moi toutes ...


Les homme s’exécutent et se rapprochent, il y a des dizaines de bites à 20 centimètres et moins de sa bouche. Elle passe de l’une à l’autre, branle deux autres en même temps, suce tout ce que les mecs lui fourrent dans la bouche. L’un deux se met à la branler en même temps, glissant sa main entre ses fesses et agitant brutalement ses doigts entre ses cuisses. J’entends le clapotis que fait sa chatte trempée et au bout de 4 ou 5 minutes de ce traitement, tout en continuant de pomper toutes les bites qui l’entourent, elle jouit bruyamment dans un long râle de plaisir.


— Et voilà le premier orgasme de notre salope préférée ! dit l’un des gars. Allez, c’est l’heure de la baise maintenant. C’est ça que tu veux hein ?

— Ahnnnn oui ... OUI !! Baisez-moi ! dit ma femme tandis que deux des hommes la relève.

— On n’a pas entendu ! Pourquoi t’es là ?

— POUR ME FAIRE BAISER A LA CHAÎNE !


Ils la guident alors vers l’une des voitures et l’allonge sur le dos sur le capot. Laura s’ouvre littéralement à eux, écartant ses cuisses repliées, la robe ouverte aussi pendant sur ses côtés. Elle tend ses bras au dessus d’elle et un des hommes vient sans plus attendre s’enfoncer dans sa chatte.


— AAHNNN putain oui ! s’exclame Laura quand il commence à aller et venir en elle...


Le gars est entre ses cuisses, qu’il maintient relevées et écartées, et il y va directement si fort... elle ahane à chacun de ses coups de reins puissants, et les autres hommes se mettent autour tandis que l’homme la baise brutalement au son des "Han" et des "Oui" qu’elle gueule allongée sur la voiture.


Les commentaires autour fusent aussi. "Salope" , "Pute" , vide-couille" aussi ... Tout en encourageant le mec qui la baise ardemment. Elle gémit à chaque coup de bite qu’il lui inflige, et l’encourage elle aussi.


— Ahhhh oui vas-y t’es bon ... oui baise-moi la chatte j’adore ...


L’homme accélère encore et la pilonne tandis qu’elle se mets à crier encore plus fort.


Et d’un coup il se tend dans un grognement, puis se retire et je vois par dessus les épaules des autres mecs devant moi un filet de sperme s’échapper de la chatte de ma femme.


— Allez ! suivant ! dit l’un d’entre eux.


Et un autre homme prend sa place et enfonce son sexe dans l’intimité de ma bien aimée.


******


Depuis combien de temps est-ce-que ça dure ? Je n’en sais rien en fait. Au cinquième ou sixième gars qui se présente entre ses cuisses et enfonce son sexe en elle je ne peux plus compter. Elle ne gémit plus, elle grogne. Je la vois se branler le clito tandis que les hommes se relaient en elle pour la baiser violemment, s’accrochant à ses jambes en l’air ils martelant frénétiquement sa chatte puis se vident, certains en elle et d’autres sur son ventre. Ils la baisent sans merci avec une hargne bestiale et elle semble ailleurs, même sous son masque, sa bouche ouverte elle crie, gémit, feule au rythme des coups de hanches de ses baiseurs anonymes.


Un autre jouit de nouveau, du sperme coule encore d’entre ses lèvres rougies et meurtries, et un prend sa place encore, mais la fait descendre du capot et la retourne à plat ventre sur celui-ci. Telle une poupée Laura se laisse manipuler, et quand il attrape sa queue de cheval et s’enfonce entre ses fesses, elle râle de plaisir en bavant sur la carrosserie. L’homme se mets à aller et venir sans aucune retenue en elle, les à coups qu’il lui inflige sont aussi violents que les mots qu’il lui fait prononcer.


— T’es quoi pour nous ? Dis-le !

— Ah ! AH ! votre .... Aaahh !! votre vide-couille !

— T’aime te faire remplir c’est ça ?

— Ahhh je ... AHHH !!


Je m’approche un peu plus, passant entre et près des autres hommes qui se branlent en regardant le spectacle.


— DIS-LE !

— Aaahhh oui !! AAH ! Oui j’adore ça !

— Dis-leur où est ma queue, là ! lui hurle-t-il en la défonçant sans pitié.


Mon attention se porte alors vers ses fesses rondes et blanches entre lesquelles je vois seulement le sexe bandé de l’homme entrer et sortir puissamment.


— Ahhh !! t’es ... AHH ! T’es dans mon cul !!!

— T’aimes ça, hein, te faire ... sodomiser par des inconnus ?

— Ahhh !! Oui !!! OUI J’AIME ÇA !!

— Putain quelle salope tu fais ! Ohhh ça y est je ...

— Ahnnnn oui vas-y toi aussi ! remplis-moi le cuuuuul Aaaahhhhh !!!


En deux ou trois à coups l’homme jouit au fond d’elle, se retire en la laissant pantelante, à plat ventre sur la voiture. Et un autre arrive derrière. Quand il s’enfonce entre les fesses de Laura, un "Han" de plaisir résonne de nouveau.


Un autre arrivera encore un peu après. Et encore un autre. Le suivant la mettra à quatre pattes par terre, lui faisant relever son cul bien au en écrasant sa tête au sol. Toute l’assistance l’encouragera lorsqu’il la sodomisera brutalement devant eux. 

Et ils continuent de s’enchainer dans ses orifices ainsi pendant plusieurs heures. Je suis hypnotisé par l’endurance perverse dont ma femme fait preuve. Je n’aurai jamais pensé qu’un être humain puisse endurer une telle brutalité sexuelle. Et qu’en plus ça soit Laura. Elle ne parle plus depuis un moment, d’ailleurs. Seuls des grognements ou des gémissement indistincts sortent de sa bouche, quand un sexe n’y est pas enfoncé.

Elle est utilisée littéralement par ces hommes, qui relâchent leurs plus bas instincts sur elle, et en elle, certains plusieurs fois d’ailleurs.


Et quand le dernier se retire de son fondement alors qu’elle est de nouveau à plat ventre sur le capot d’une voiture, aucun autre ne vient prendre sa place. Après un instant d’hésitation général, deux hommes viennent la relever, elle tient à peine debout. Il lui retire son masque, et je me demande alors en voyant son visage épuisé comment elle a fait pour rentrer seule à la maison les autres fois.

 Là, je ne veux pas la laisser faire. Je m’approche d’eux trois.


— Amener-la à ma voiture, dis-je aux deux hommes alors qu’ils ne me connaissent pas.

— Mais t’es qui t...

— C’est bon ... c’est mon mari, faites ce qu’il dit, répond Laura à moitié dans les vapes.


Ils la soutiennent tout le long du sentier, jusqu’à ma voiture.

Laura s’endort sur le siège passager avant même qu’on ne soit sorti du parking.


******


— Hello beau gosse, me dit-elle en arrivant dans la cuisine.


Il est 13h et je traîne aussi en ce Samedi. Je voulais être là à son réveil.


— Salut beauté, lui répond-je juste après qu’elle m’a embrassé tendrement. 


Ses cheveux sont encore mouillés de la douche qu’elle vient de prendre, et elle sent bon comme chaque matin. Je lui tend un café, elle ne dis rien et me sourit par dessus la tasse en buvant sa première gorgée. Je lui rends ce sourire, elle est juste magnifique dans son petit short de pyjama et cette grande chemise trop large pour elle.


— Merci pour ... hier soir, me dit-elle. De m’avoir ramenée.

— C’est normal.

— C’était ... plus hard que d’habitude. Encore plus, je veux dire.


Elle me regarde , guettant une réponse peut-être. Je ne dis rien.


— Comment as-tu trouvé le ... spectacle ? Tu as ... participé ?

— Non je n’ai pas participé. Je n’ai fait que ... les regarder. C’était hard, comme tu dis.

— Qu’est-ce qui t’a empêché de ... me baiser, comme eux ?

— Rien, je ne sais pas vraiment. J’étais comme ... spectateur impuissant. Un peu en dehors, mais en même temps bien là, à te regarder.

— Ça t’a excité ?

— Au début, oui. A la fin j’avais ... du mal.


Elle m’observe encore, par dessus sa tasse. On est encore au café après cette nuit étrange et on parle déjà de ça...


— Je ... je suis accroc à ça, commence-t-elle. Je suis devenue addict à ce genre de baise, bestiale, extrême, à la fois par la manière et par ... leur nombre. Je me perds dans ces moments là. Je ne suis plus qu’un objet à jouir, tant pour eux que pour moi.

— Tu ... jouis beaucoup ?

— Oui, énormément, sans cesse. Au bout d’un moment c’est comme une transe, un orgasme permanent. Les vagues me ravagent les unes après les autres, je ne sais plus où je suis et seul le plaisir reste, déchirant et incroyable. Et ça continue quand ils s’enchaînent, ça explose encore quand je les sens jouir en moi ou sur moi, et passer à un suivant, l’orgasme du précédent n’est même pas redescendu que je sens encre une autre queue me pénétrer à nouveau, relançant le plaisir...


On se regarde dans les yeux.


— Tu aurait voulu être l’un d’eux ? me dit-elle soudain.

— Je ne sais pas, oui forcément mais ... non, en fait. J’étais aussi dans un genre de transe. Une autre forme de ... plaisir.

— J’aimerai que ... 


Elle s’interrompt.


— Vas-y, dis-moi, chérie.

— J’aimerai que tu m’organises la prochaine soirée.


Je la regarde, étonnée.


— Je te donnerai le numéro d’un des participants, celui qui m’a faite découvrir ce lieu.

— D’accord. Tu ne veux plus ... aller là-bas, comme ça , dehors ?

— Non. Je veux ... plus. Et je veux que ce soit ici.


J’hésites à répondre, mais ne dis rien d’abord. Puis j’enchaîne : 


— Y’a-t-il des ... limites à ce que tu veux ... faire ?

— Non. Tu as carte blanche. Et cette fois je veux que tu participes.


Elle se lève, contourne l’îlot central et vient contre moi. Elle se penche près de mon oreille et murmure.


— Je veux que tu m’utilises comme un objet. Pour ton plaisir, pour le mien. Tu sais ce que j’aime, désormais. 


(A suivre, le dernier chapitre...)

Diffuse en direct !
Regarder son live