Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 224 fois
  • 171 J'aime
  • 20 Commentaires

Ma femme m'a trompé...et cela a tout changé !

Chapitre 11

End of the Game !

Hétéro

Depuis ma dernière conversation avec Isaline, mes nerfs étaient à rudes épreuves. 



En rentrant, j’avais l’intention de confronter directement mon épouse infidèle aux vérités et aux paroles de ma fille ainée. Elle n’allait pas s’en tirer ainsi. Cette traînée allait subir le châtiment qu’elle méritait. 



-       ENZA ? … ENZA ? OÙ ES-TU ? MONTRE-TOI ! VIENS ICI IMMÉDIATEMENT ! 



J’avais hurlé ma rage en rentrant à la maison en début de soirée, claquant les portes et courant à travers l’immeuble, en cherchant après la responsable de mon courroux. J’avais fait le tour de toutes les pièces dans le but de la coller contre un mur et de lui faire avouer ses forfaitures, ses mensonges et ses plans, pour passer ma colère contre elle et contre son attitude, contre ses mensonges et ses cachotteries, contre sa double-vie et contre mes filles.



Mais c’est un silence assourdissant qui m’avait répondu. 



La maison était vide, les complices de mon malheur avaient fait place nette et s’étaient retranchées dans un endroit inaccessible pour moi.



En appelant Anaëlle, c’est une voix fatiguée qui me répondit après de nombreuses sonneries. 



-       Papa ? Que se passe-t-il ?



-       Anaëlle ! Ta mère est-elle avec toi ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)



-       …



-       Anaëlle ?



-       Papa ? Non, Maman n’est pas avec moi. Que se passe-t-il ?



-       Nous en discuterons lorsque tu seras devant moi, jeune fille ! Je pense qu’il est temps que nous ayons une discussion sérieuse, toi et moi ! Je te rappellerai rapidement, sois certaine de cette vérité absolue, Anaëlle ! Dis-je en mettant un maximum de colère dans ma voix. 



J’avais raccroché aussi rapidement que j’avais dégainé mon portable pour l’appeler, la laissant sur cette note peu encourageante pour son avenir proche. 



J’avais donc passé la soirée à ruminer dans mon coin et à faire les quatre cents pas, tel un lion en cage. Je me servis un verre d’un excellent whisky sortit de ma réserve personnelle et je m’assis dans le fauteuil du salon, face à la porte d’entrée, en fumant un cigare cubain. 



Je me rendis compte de la position dans laquelle j’étais uniquement lorsque minuit sonna au carillon de notre salle à manger, déconnecté de la réalité pour me retrancher dans mes pensées et mon marasme. Je m’étais remis à fumer et j’avais passé la soirée à boire un breuvage, merveilleux certes mais plutôt corsé pour moi qui n’avait pas spécialement l’habitude d’en écluser autant en si peu de temps. Je n’avais plus toucher à mes cigares depuis six ans et je ne les conservais dans une armoire spéciale que dans le but de les offrir à mes invités de passage. L’un dans l’autre, j’étais un peu patraque. 



-       Bordel ! Dis-je en l’éteignant rageusement dans un cendrier. Et voilà que je m’y remets avec cette histoire !  



Je compris aussi qu’elle ne rentrerait pas ce soir. Elle devait certainement se faire défoncer la chatte par un éphèbe de passage qui profiterait de ses charmes durant une grande partie de la nuit tandis qu’elle se démonterait la mâchoire et le corps à recevoir ses diverses offrandes sur elle et en elle. 



Une illumination me vint à cette pensée et je me maudis de ne pas y avoir songé plus tôt. Une question à laquelle je n’avais pas prêté attention mais qui, pourtant, était fondamentale dans ma compréhension de la situation. 



Comment trouvait-elle ses prétendants ?



Elle devait se servir d’internet pour assouvir ses désirs et ses recherches devaient être stockées sur son historique. On ne trouve pas un amant en passant un simple coup de téléphone au hasard d’un répertoire ?



Je me levais précipitamment et me rendis dans son bureau personnel. 



Comme c’est moi qui avait fait installé son système informatique, par l’un des ingénieurs en informatique de ma boîte, j’en avais demandé les codes afin de pouvoir l’aider en cas de problème. Ainsi, je pouvais y avoir accès. Je passais d’abord dans mon bureau et revint en courant m’asseoir dans son fauteuil en cuir moelleux et accueillant.



Une petite voix me dit que ce n’était pas correct d’entrer ainsi dans l’ordinateur de mon épouse. C’était comme fouiller dans son téléphone ou dans son sac à main. Et je savais qu’un homme bien éduqué ne faisait pas ce genre d’actions. 



Mais une femme bien éduquée se permettrait-elle de bafouer ainsi son mari ?



Mes scrupules s’envolèrent aussi vite qu’ils étaient venus.



Je lançais son ordinateur et, entrant dans son système d’exploitation, j’ouvris sans problème sa messagerie personnelle, dont le mot de passe était enregistré - quelle erreur - ainsi que son navigateur internet. 



Quelques minutes de recherches me furent suffisantes pour retrouver la trace de ses forfaits. Plusieurs mails contenaient des noms, des adresses de rendez-vous systématiquement différentes, des factures de sites célèbres et, cerise sur le gâteau, quelques photos des membres masculins particulièrement impressionnants de ses amants de passages. C’était si simple. 



Ainsi, Madame se faisait un sérieux casting sur photos et elle avait l’audace de le faire partager ses filles dont les adresses mails contenaient une copie de ces organes. Je n’eus qu’à consulter les messages envoyés pour en avoir la preuve. 



Ainsi, les trois femmes discutaient même de celui qui aurait les faveurs maternelles. 


J’eus envie de vomir !



Puis, je lus les messages et je me rendis compte que mes filles donnaient surtout des conseils de prudence et de morale à mon épouse, plutôt que de s’extasier sur les sexes représentant parfaitement le panel masculin dans ce domaine, qu’Enza leur présentait à la fois en riant mais aussi sérieusement émoustillée. 



Quelque chose ne collait pas avec le discours qu’Isaline m’avait prononcé aujourd’hui. Cela ne correspondait pas à l’attitude de trois femmes avides de bites et sans scrupules par rapport à ma personne. Les filles tentaient de lui trouver le parti le moins collant et le moins dangereux tandis qu’Enza hésitait longuement avant de tenter une première approche suite aux photos et profils reçus.



Cela ne m’étonnait pas spécialement qu’elle agisse de la sorte, tant elle pouvait se montrer intransigeante dans ses choix et ses décisions, dans les personnes qu’elle côtoyait ou celles qu’elle délaissait. Pourquoi en serait-il autrement dans la sélection des queues qui entreraient par ses orifices ? Elle demandait conseil et avis à des personnes dignes de confiance. 



Mais un autre détail attira mon attention et me perturba considérablement, balayant ma rage comme le vent chasse un nuage.



Il n’y avait plus la moindre trace de rencontre ou même de contact entre mon épouse et ses prétendants depuis quelques semaines. Et je trouvais même la trace, dans un mail qu’elle avait placé dans la corbeille de son fournisseur d’accès, de la résiliation de son abonnement à ce service fournissant des hommes en recherche de sexe à des femmes le demandant. 



Ainsi, mon épouse n’avait plus recours à ce type de services. Du moins, elle les avait visiblement résiliés pour une longue durée. Je n’avais pas la preuve qu’elle ne comptait pas s’y abonner à nouveau, certes. Mais la réflexion m’indiquait que ce n’était probablement pas son intention actuelle.



Ce fut un choc, une révélation, un uppercut salvateur, un coup de tonnerre dans un ciel bleu, Trafalgar et ses canons ou Moïse écartant les flots, appelé cela comme vous le voulez !



Car il n’y avait que deux explications possibles à cet état de fait.



Soit elle avait trouvé un amant exceptionnel avec lequel elle s’envoyait en l’air en permanence tout en renonçant aux autres et dans ce cas, mon sort était scellé ; soit elle y avait renoncé. 



Et c’est la seconde hypothèse qui était la bonne, déduisis-je en prenant une grande bouffée d’air, comme si je remontais à la surface après être resté trop longtemps en apnée, estomaqué par cette conclusion.



Tout simplement parce je venais d’apprendre par sa messagerie qu’elle avait toujours prit grand soin de ne rencontrer qu’une seule fois ses prétendants, bien moins nombreux qu’elle ne tentait de me le faire croire, en se faisant passer à mes yeux pour une salope avide de queues. Ainsi, mon épouse m’avait délibérément menti en prétendant avoir eu une myriade d’amants depuis sa décision de profiter de la vie mais en plus, c’était tout l’inverse puisqu’elle n’avait rencontré que quelques hommes en plusieurs mois et surtout qu’elle y avait mis un terme depuis cette date fatidique. 



Menteuse et manipulatrice. 



Donc, elle rencontrait ses amants toujours dans des endroits différents et le dernier en date, je devrais dire les derniers en date, n’apparaissaient plus nulle part. 



Manipulatrice mais prudente.



Je dis « les derniers » car mon épouse avait eu la classe folle de convoquer ces deux derniers gentlemen en même temps, au même endroit. Un certain Hamid et un certain Ali ! Ainsi, elle se faisait baiser par deux hommes en même temps. Elle m’étonna par la liberté qu’elle s’autorisait ainsi dans la réalisation de ses fantasmes.



Cette révélation m’avait, encore une fois, choqué. 



Jamais, elle ne m’avait fait part d’un telle envie ! Ma femme s’était faite culbuter dans une chambre d’hôtel entre deux rendez-vous professionnels par deux hommes, dont les photos m’avaient révélé qu’ils disposaient d’attributs impressionnants, et avait donc réalisé le fantasme si répandu chez les femmes d’être l’objet de l’attention virile de deux partenaires, dotés de membres calibrés comme des armes de guerre permettant une attaque en règle et une prise sans faille des défenses ennemies.



Mais je me surpris, à nouveau, à être trahi par mon propre corps. 



Je bandais ! 



Je bandais comme un âne. 



J’avais une queue dure comme du bois, même si plutôt dans la norme par rapport aux mastodontes que ma femme s’était enfilée, simplement en imaginant que mon épouse puisse monter un tel scénario. Se faire prendre par deux hommes et en jouir à s’en faire exploser la tête, se faire baiser par deux queues simultanément, lui ravageant ses orifices. Et, cerise sur le gâteau, en avoir discuté avec ses filles. 



J’éteignis l’ordinateur, sortit du bureau sans réfléchir en le plongeant à nouveau dans le noir après m’être assuré que je n’avais rien dérangé qui puisse me compromettre et signaler à mon épouse mon passage dans cet endroit interdit.



Je montais me coucher et sous les couvertures, je réfléchis. Du moins, je repensais à ce que je venais de découvrir.



Mon épouse avait des fantasmes. Comme la grande majorité des femmes, me dis-je un peu stupidement.



Et elle m’excitait terriblement. 



Je bandais toujours et, pour la première fois depuis longtemps, je touchais ma queue dans le but de me fournir du plaisir.



Je me masturbais en laissant mon imagination divaguer vers mon épouse ravagée par deux queues gigantesques. J’imaginais même mes filles présentes, revêtues, chacune, des atours de la séduction, se caressant en admirant ces braquemarts  perforant la chatte ou le cul de leur mère, lui inondant la bouche d’un sperme chaud et épais, salissant ses seins ou son visage. Je la voyais, à quatre pattes, une queue lui démontant la chatte et une autre dans la bouche, ses seins si parfaits pendant et se balançant sous son corps au rythme des coups de boutoirs qu’elle recevait, suppliant de se faire baiser, des soupirs d’aise étouffés par un braquemart qui coulissait sur la langue et entre ses lèvres, peut-être même recevant un doigt dans le cul afin de faire grandir son orgasme au creux de ses reins tout en souriant à ses filles, complices silencieuses mais actives de ses plaisirs. J’imaginais Isaline se caresser la chatte, les jambes grandes ouvertes pour faciliter son passage et Anaëlle tripotant sa grosse poitrine recouverte de dentelles. Mais c’est surtout mon épouse qui me mettait en transe.



Avait-elle été jusqu’à porter, pour cette occasion, l’une de ses parures si excitantes qu’on les femmes à disposition pour motiver l’ardeur de leur amant ? Connaissant la passion de mon épouse pour ces accessoires, je n’en doutais pas. Je l’imaginais, subissant ces assauts, revêtue de sa lingerie préférée, composée de bas, jarretelles, string et soutien-gorge noirs d’une grande maison française. 



Cette dernière image de mon épouse souriante, humiliée et rassasiée dans cette dentelle hors de prix assaillit mon esprit et dès cet instant, il ne me fallut que quelques instants pour éjaculer en hurlant



-       SALOOOOOOOOOPES !!!!



Mais quelques secondes plus tard, mon esprit et mes sens apaisés par l’orgasme monstrueux qui s’était rué au travers de mon corps, je regrettais déjà cette insulte envers ces femmes ainsi que mon geste. 



Mais je m’endormis, terrassé par le plaisir que j’avais ressenti, avant d’être capable d’y réfléchir plus longtemps.



Le lendemain, je me réveillais avec une migraine terrible et la bouche pâteuse. 



Une douche fraîche me rendit un semblant de figure humaine mais je n’en menais pas large. Je n’avais plus l’habitude de fumer tout en buvant et je m’en souviendrai pour l’avenir. Plus jamais ! Comme un serment d’ivrogne, en fait ! 



Je maudis ma stupidité en descendant dans la cuisine en jeans et en tee-shirt, pieds nus mais peu vaillant sur mes guibolles.



Ce n’est qu’après trois cafés et un cachet de paracétamol que je commençais à me sentir un peu mieux. 



Je remis un peu d’ordre dans mes idées et dans les révélations de la veille.



Ainsi, mon épouse me cachait ses activités parallèles depuis plusieurs mois. Et mes deux filles étaient au courant. J’étais bel et bien le dindon de la farce, le jouet de la Fortune, la victime d’un complot fomenté par mes proches mais dont la finalité, même si j’avais reçu la confession de ma fille aînée, restait toujours une inconnue pour moi. Car j’étais à présent certain qu’Isaline m’avait menti, en tout ou en partie, je devrai résoudre cette équation. 



Cela dit, si je devais me fier à mon intuition et mes réflexions, cela promettait d’être sportif pour m’en sortir la tête haute et la vengeance assouvie vis-à-vis de ces garces.



Mais ! 



Mais, il y avait aussi plusieurs semaines que tout cela s’était arrêté alors qu’elle prétendait exactement le contraire. À entendre Enza, ses rencontres n’avaient fait qu’augmenter tandis qu’elle supprimait son abonnement à ce service de rendez-vous clandestins. 



Il n’y avait qu’une seule explication logique. 



Elle ne se satisfaisait pas de cette situation. Et j’en compris parfaitement la raison. 



On ne balaie pas une vie d’obéissance et de respect culturel et mutuel pour tout jeter aux orties par manque d’orgasmes. 



Ainsi, ma chère et tendre épouse ne supportait plus cette double vie et avait entrepris de récupérer son mari, toujours avec l’aide de ses filles, pour avancer dans son plaisir et dans la découverte d’une sexualité plus débridée et sans tabous. 



Je me maudis pour ne pas avoir songé plus tôt à réfléchir ! Je ne pouvais, à présent, que me mordre les doigts de n’a pas avoir pris le temps de l’analyse et de la réflexion. 



Mais quel idiot ! Mais quel con ! Combien de peines, de larmes, de sentiments haineux évités lorsque l’on se met à réfléchir sereinement et calmement ? 



Mostafa Khellaf me revint en mémoire à cet instant. J’ai toujours aimé sa philosophie et ce qu’il a écrit. Notamment cette maxime, devenue célèbre



« Peut-on aimer par intelligence sachant qu’entre le cœur et l’esprit, il y a tout un océan ? »



Bien sûr que non ! La réponse est tellement évidente. 



C’est le cœur qui parle toujours le premier dans ce cas et l’esprit n’intervient que lorsque le mal est fait ! C’est exactement ce que je venais de vivre et je ne me le pardonnerai que difficilement car mon avenir, à présent, dépendait de la réaction que j’allais avoir envers celle qui était toujours l’unique amour de ma vie. 



C’est à cet instant, également, que la solution se fit doucement et lentement jour en moi. 



Je n’avais absolument pas besoin de répondre à cette pensée. Puisqu’elle était inévitable, il n’était pas nécessaire de la combattre. Ce qui était fait, était fait ! Ce qui avait été dit, avait été dit ! Et plus rien ne pourrait changer cet état des évènements passés. Mon épouse avait eu, d’ailleurs, les mêmes mots lors de notre dernière discussion. Rien ne pourrait être effacé, la seule question était de savoir comment j’allais pouvoir le gérer pour continuer à vivre ? 



Soit j’en faisais mon parti, soit je m’enfonçais dans la destruction et l’oubli de ce que j’étais, de ce que nous étions plutôt, depuis notre mariage. Je connaissais la réponse à cette question et elle était inévitable dans un couple comme le nôtre ! 



Mais il n’était pas question qu’elle s’en tire aussi facilement, ni mes filles qui s’étaient moquées de moi.  Puisque ces dames voulaient jouer, nous allions jouer. Mais le chef d’orchestre venait tout simplement de changer. Mon esprit, s’il criait de se rendre à la Raison, n’en hurlait pas moins à la Vengeance.



Je réfléchis à la situation et une idée me vint à l’esprit. 



Il était improbable qu’Enza ait découché cette nuit pour se faire baiser. Elle devait simplement continuer à jouer ce jeu pour me faire croire à ses infidélités continuelles. Je compris alors où elle était.



En regardant ma montre, je constatais qu’il était déjà onze heures. Les cuites n’étaient décidément plus de mon âge. Je pris mes clés, ma veste et mon portable et je sortis en courant vers ma voiture. 



Quelques minutes plus tard, je me garais en face du siège de sa société. Je me fis annoncer et j’eus la surprise de voir sa secrétaire personnelle venir, je devrais dire courir, à ma rencontre lorsqu’elle avait reçu l’appel du vigile annonçant mon arrivée.



-       Monsieur De Guiste ? Bonjour…Mais…que faites-vous… ?



-       Bonjour Maëlle ! Dis-je en guise de formule de politesse en tentant de cacher ma colère. Mon épouse est-elle là ?



-       Euh…Oui…Mais elle est en réunion et… !



-       En réunion ? Voyez-vous cela ? Comme c’est dommage. Et moi qui souhaitait lui faire une surprise !



-       C’est très gentil à vous ! Dit-elle mais sans le penser le moins du monde, dépassé par mon arrivée à l’improviste. 



 Je voyais bien qu’elle était très mal à l’aise. 



En fait, je peux le comprendre. Elle avait toujours été impressionnée en ma présence et notre dernière conversation téléphonique n’avait pas été des plus sympathiques puisque je l’avais menacée ouvertement. Cerise sur le gâteau, je ne venais jamais sans m’être annoncé à l’avance. Me découvrir ainsi dans le hall d’entrée de son lieu de travail devait la travailler sérieusement.



-       En a-t-elle pour longtemps ?



-      Je ne saurais le dire, Monsieur ! Elle est avec ses nouveaux partenaires et ses collaborateurs en vue de finaliser le contrat et lancer ses magasins de lingerie.



-       Elle y est arrivée, alors ? Dis-je bêtement.



-       Elle ne vous en a pas parlé ? Me demanda-t-elle avec curiosité.



-       Si ! Bien sûr ! Mais je ne pensais pas qu’elle finaliserait si rapidement. Elle est vraiment plus douée que moi, c’est certain ! 



Maëlle rougit en m’entendant vanter à ce point les mérites de mon épouse, alors qu’elle savait que j’étais particulièrement efficace dans ce domaine. 



-       Bien ! Soyez un amour et ne lui parler pas de ma visite, d’accord ? Je tenais, d’ailleurs, également à vous parler de vive voix.



-       À moi ? Mais…Pourquoi ? 



Je sentais la panique dans sa voix. Elle avait probablement encore en tête notre dernière conversation. Je la rassurais immédiatement.



-       Je tenais à m’excuser pour vous avoir menacée ainsi dernièrement. J’étais dans un état de stress avancé et inquiet concernant mon épouse. Vous n’avez fait que votre travail et avez veillé au bien-être de mon épouse. Je vous en suis reconnaissant. Et je ne me pardonnerai jamais de vous avoir fait ce chantage honteux. J’espère sincèrement que vous pourrez me pardonner et que nous pourrons, à l’avenir, entretenir des rapports plus chaleureux et, qui sait, amicaux ?



J’aurai pu me décerner un oscar pour cette performance d’acteur. Je me moquais éperdument de cette petite dinde juchée sur des talons qu’elle ne maîtrisait pas et maquillée comme une voiture volée. Mais j’avais besoin qu’elle garde le silence auprès de mon épouse. J’en rajoutais donc une couche



-       J’ai l’intention de lui faire une surprise, ce soir ! Ce serait donc gentil de ne pas lui faire part de ma visite. Je vais m’éclipser discrètement et la laisser travailler car je me doute que cette réunion est capitale. Vous pouvez faire cela pour moi ?



Elle me regarda avec étonnement et je sentais que je devais en faire encore un peu plus pour la faire basculer volontairement dans mon camp.



-       Au fait, ce n’est pas dans mes habitudes de dire cela à une secrétaire car je sais les ravages que cela peut causer dans une entreprise, mais je vous trouve particulièrement élégante. Vous avez beaucoup de goût et je me félicite de savoir que mon épouse est secondée par une personne de cette qualité, avec une élégance si naturelle. 



Elle était tout simplement ridicule. Elle portait des bas noirs un rien trop courts permettant de distinguer le bas de la couture sur une mini-jupe en imitation cuir, un chemisier un peu trop transparent pour une secrétaire de direction et un soutien-gorge parfaitement visible qui tenait une poitrine un peu trop généreuse pour ce type de vêtement serré. Si ma secrétaire s’était permise une telle tenue, je l’aurais remballée chez elle séance tenante. Mais Nathalie avait un maximum de classe et l’élégance était naturelle chez elle.



En fait, cette femme était une caricature ambulante.



Mais ma remarque fit mouche lorsque je la vis rougir de plaisir sous le compliment



-       Vous êtes gentil de me dire cela, Monsieur ! Je serai muette comme une tombe. J’espère que Madame sera heureuse de votre surprise.



-       Je vous le garanti ! Dis-je en pensant à la soirée que je lui préparais ainsi qu’à l’orage qui allait s’abattre sur sa tête. 



Je repartis donc, non sans vérifier la présence de la voiture de mon épouse sur sa place de parking réservée, et rentrait chez moi. 



Je passais l’après-midi à ranger un peu mes affaires, trier quelques papiers afin de passer le temps puis, vers seize heures, je repris ma voiture et me rendit chez Anaëlle. J’avais un compte à régler avec elle et je ne voulais pas être présent lorsqu’Enza rentrerait. 



Car j’étais certain qu’elle rentrerait ce soir. Je voulais qu’elle se pose des questions, qu’elle cogite, qu’elle réfléchisse et, au final, qu’elle panique. Car rien n’est plus simple que de vaincre un ennemi qui a peur !



Ma fille m’ouvrit la porte, surprise par ma présence sur le pas de son appartement.



-       Papa ? Mais que fais-tu là ? 



-       Je te dérange, Anaëlle ? Demandé-je sournoisement. Pourtant, tu dois t’attendre à ma visite, non ?



-       Eh bien…non ! Entre ! Me dit-elle en me laissant le passage, visiblement embêtée par mon intrusion dans sa sphère privée, même si c’est moi qui allongeait le fric pour ses plaisirs et son confort matériel.



Je remarquais qu’elle ne portait pas grand-chose sur elle. Elle avait un short en jeans ainsi qu’une tee-shirt un peu trop lâche me laissant deviner la naissance de ses seins par les pans ouverts. Mais elle était chez elle et elle faisait ce qu’elle voulait.



Je compris, néanmoins sa tenue lorsque, en entrant dans le salon, je fis la rencontre d’un jeune homme décoiffé et très mal à l’aise ainsi que d’une jeune femme d’un calme serein.  



-       Papa ? Je te présente Éric, un copain de fac avec lequel j’ai l’habitude de travailler mes cours.



-       Enchanté ! Dis-je en lui broyant la main. 



-       B..Bonjour Monsieur ! Ravi de vous rencontrer.



-       Et Catherine ! Une bonne copine qui bosse souvent avec moi. 



-       Enchanté ! Dis-je en lui embrassant la main qu’elle me tendait dans un geste d’une autre époque.



-       Enchantée également, Monsieur ! Me dit-elle en me fixant d’un regard dont j’avais l’impression qu’il ne faisait que me déshabiller.



Comme cela sonnait faux ! Ces trois-là venaient de s’envoyer en l’air ou je ne m’appelle plus Alexis. La pièce puait encore le stupre et le sexe. D’ailleurs, la chemise du sieur Éric n’était pas rentrée correctement dans son pantalon et les boutons en étaient rattachés n’importe comment. Catherine, elle, portait une robe dont les pans étaient largement ouverts sur le dessous et son décolleté ne cachait rien d’une paire de seins royales dépourvues de la moindre lingerie alors qu’elle devrait, justement par sa tenue, en porter une de qualité afin de se mettre en valeur et de porter cette poitrine merveilleuse vers sa gorge plutôt que de la laisser sous les affres d’une pesanteur un peu rebelle malgré son jeune âge.



Enfin, plusieurs assiettes traînaient sur la table, preuve qu’ils étaient présents depuis la veille. J’additionnais rapidement deux et deux pour comprendre l’origine de la voix fatiguée de ma fille, hier au téléphone.



 C’était d’un ridicule comme situation mais je m’amusais comme un petit fou.



Je les regardais, innocent comme l’agneau qui vient de naître, lorsque le dénommé Éric dit



-       Je vais te laisser ! Il faut que je rentre.



-       Oui ! Moi aussi, dit Catherine. 



-    Mais…Ok ! Finit par dire Anaëlle, visiblement courroucée par le fait de perdre ainsi son coup du jour. 



-       À bientôt ! Dis-je en souriant et en leur faisant un petit geste de la main pourvu d’un sourire niais.



Ils se tournèrent vers moi, le regard d’Éric vers le sol en hochant imperceptiblement la tête, mal à l’aise comme ce n’était pas possible. Je jubilais. 



Mais le regard de Catherine était franc et direct, un petit sourire en coin m’indiquant qu’elle en savait plus qu’elle ne le disait. J’eus un flash ! Se pourrait-il que la fameuse copine présentée dans mon salon par ma fille soit cette jeune femme magnifique ? Je me maudis de ne pas avoir prêté plus attention aux courbes de Catherine afin de savoir si elle était cette femme de laquelle ma mémoire se rappelait de la douceur et des formes exquises m’ayant enivrées à me faire perdre la notion du temps. Néanmoins, j’espérais encore me tromper car j’étais également persuadé qu’Isaline m’avait menti à ce sujet.



Ma fille revint, visiblement aigrie par la situation et me tirant de mes pensées pourtant si appétissantes. Je lançais alors les hostilités.



-       Désolé de gâcher ainsi ta soirée et ta nuit, ma chérie ! Mais j’ai besoin de te parler.



-       Ma nuit ? Mais… Papa, c’est juste un copain et une copine qui viennent bosser avec moi.



-       Mais oui, bien sûr ! C’est pour cela que la pièce sent le foutre à plein nez. Ne me prends plus pour un idiot, Anaëlle ! Ce serait funeste.



-       Dis donc ! Tu insinues peut-être que…



-       SILENCE ANAËLLE ! Si tu veux, je vais jeter un coup d’œil dans la poubelle ou sous ce divan ! Je suis certain que je vais y trouver des éléments à charges, comme un préservatif par exemple ou un soutien-gorge qui ne sera pas à ta taille. D’ailleurs, j’espère que tu te protèges, ma petite fille chérie ! Dis-je avec sarcasmes. Et puis, je connais une jeune femme très ouverte sur le sujet qui m’a dit, pas plus tard qu’il y a quelques jours, que c’était normal et facile d’en parler. Elle m’a d’ailleurs surpris par son franc-parler, sa facilité à donner des conseils et à se montrer si ouverte sur le sujet. Au point que je présume qu’elle doit mener une double vie dont son père n’est pas informé. Cela te dit quelque chose ?



-       Bon ! Ok ! Ça va ! Tu as gagné. 



-   Bien ! Maintenant que les choses sont claires, nous allons pouvoir discuter sereinement et arrêter de nous mentir !



-       De quoi parles-tu ? Tenta-t-elle avec la rage du désespoir.



-       Je vais te poser les mêmes questions que j’ai posé hier à ta sœur ! Je présume qu’elle t’a prévenue de ma visite surprise chez elle, également.



-       Non ! Me dit-elle en ouvrant de grands yeux dans lesquels la surprise était belle et bien réelle. 



Ainsi, Isaline avait eu si peur qu’elle n’en avait parlé à personne ? Mais la chance tournerait-elle enfin de mon côté ?



-       Tu es allé chez Isa ? 



-     Eh oui ! Comme je suis chez toi, à présent, ma petite perle !



-   De quelles questions parles-tu, Papa ? Je n’ai aucun secret pour toi, tu le sais !



-       Oooh ! Qu’elle est mignonne ! Dis-je en riant. Anaëlle, j’aimerais, avant de commencer, que tu arrêtes de me mentir. C’est dans ton intérêt, jeune fille.



-       Je ne mens pas ! 



Si elle veut le jouer ainsi, pas de problèmes pour moi. Nous allions nous amuser un peu. 



-       Dans ce cas, première question ! Jusqu’à quand pensiez-vous pouvoir vous foutre de moi de cette façon ? 



La discussion fût aussi animée, si ce n’est plus, qu’avec sa sœur aînée. Ma fille cadette possédant ce petit plus dans son caractère qui lui donnait cette faculté d’exploser comme sa mère. 



Mais ma menace de lui couper les vivres eut le même effet que sur sa sœur. Elle s’était, tout comme Isaline, habituée au luxe et à la facilité de la vie. Je n’avais pas beaucoup de mérite d’avoir dégoté cet argument car j’avais, moi, connu la dèche, les fins de mois difficiles durant ma jeunesse. Mes parents n’avaient pas été là et je m’étais fait tout seul, à force de travail et d’heures incalculables. Je m’étais juré que mes filles ne vivraient jamais cet enfer et j’avais travaillé dur pour leur permettre de grandir à l’abri, et même dans l’opulence. Au vu de la situation, je n’étais pas certain d’avoir tout à fait agi de la bonne façon, mais on ne refait pas le passé et je ne regrettais pas mes actes.



Elle m’avoua donc tout, à son tour. Les tromperies et les sauteries de leur mère, leur amitié indéfectible, le plan mis en place pour me faire revenir à de meilleurs sentiments. 



J’avais gagné ! 



Ma fille me confirma certains détails révélés par sa sœur ainée, mettant un terme à mes interrogations et me permettant de lancer une contre-attaque, sans avoir peur de me fourvoyer et de blesser plus durement qu’elles ne l’avaient fait celles qui restaient, quoi que j’en dise ou que j’en pense, ma famille. Je ris en pensant que c’était celle que je pensais la plus forte qui m’avait tout avoué et celle que je pensais la plus faible qui m’avait outrageusement menti, restant fidèle au serment prononcé.


Puisqu’elles voulaient jouer, nous allions jouer. Mais, cette fois, à mon prix et il allait être élevé. Très élevé !



Cela dit, j’avais à présent besoin d’en savoir un peu plus sur elle. 



-       Bien ! Tu vois que tu sais dire la vérité, ma chérie ! Cela dit, j’ai encore une question te concernant au premier chef !



-       Quoi encore ? Demanda-t-elle, lasse. 



-       Qui est l’homme qui a fait de toi une nymphomane ?



Elle eut un hoquet de stupeur en m’entendant la définit ainsi.



-       Mais … ! Papa… ! Enfin ? Tu me connais, pourtant !



-       Je pensais te connaître ! Mais tu caches parfaitement ton jeu, même si le terme que j’ai employé est probablement trop fort. Je devrais plutôt dire « une affamée de sexe ». 



-       Je te jure que je ne suis pas ainsi !



-       Tu me le jures ?



-       Oui ! J’aime le sexe, comme tout le monde je présume, mais pas à ce point.



Elle avait mis toute sa détermination dans cette affirmation. Je baissais alors la tête, comme si je me résignais puis la relevais, les yeux furieux et la voix intransigeante. Car une idée s’était rappelée à moi.



-       Donne-moi ton téléphone dans ce cas et déverrouille-le !



Un coup de tonnerre dans un ciel bleu. 



Elle se décomposa immédiatement et compris que nier était inutile même si elle tenta un coup de bluff.



-       C’est ma vie privée, Papa ! Tu n’as pas le droit !



-       Vu ce que je paie chaque mois pour cet appareil, j’ai tous les droits, ma chère fille ! Ou tu obéis, ou je le prends avec moi et je le confie à un ingénieur de ma boîte. Je suis certain qu’en deux minutes, j’aurai accès à tout ce que je souhaite savoir et qui se trouve dans la mémoire de cet appareil. La technologie moderne à ceci de merveilleux, vois-tu ma chérie, qu’un homme avisé est capable d’en dénouer les fils et d’en obtenir tout, y compris ce que l’on croit, erronément, caché. C’est tellement plus simple qu’à mon époque, en fait, que cela en est risible, pensé-je tout haut. On se demande même parfois, du moins dans ma génération, où peut bien se trouver le sport et le plaisir de démêler le vrai du faux alors qu’il suffit de deux ou trois clics bien placés.



La panique que je pus voir dans ses yeux était le signe que j’attendais. J’avais visé juste. 



-       Alors ? Que décides-tu ?



-      Tu as gagné ! Ok ! Que veux-tu savoir.



-       Ce que tu me caches depuis des années et qu’un père n’aurait jamais dû découvrir sur sa fille qu’il aimait tant.



L’emploi de l’imparfait créa, cette fois, une véritable panique dans ses yeux. Cette fois, elle ne trichait plus et j’avais toute son attention. 



-       Papa ? Que veux-tu dire par cette phrase ?



Un sanglot n’était pas loin et je pouvais voir de véritables larmes apparaître au bord de ses cils merveilleux. Mon cœur de père saignait de cette comédie mais mon cœur d’homme bafoué voulait connaître la vérité.



-       Ce que j’ai dit, Anaëlle ! Comment pourrais-je encore t’aimer comme je l’ai fait toute ma vie alors que tu m’as sans cesse menti. 



-       Papa ?



-       Ma chérie ! Dis-je en me radoucissant, tu ne peux pas savoir la peine, la tristesse, la déchirure que vous avez créée en moi. 



-       PARDON PAPA ! Me dit-elle en pleurant vraiment, cette fois. JE T’AIME TELLEMENT !



-       Chuuuut ! Je dois tout savoir maintenant !



-       Oui ! Je comprends, dit-elle dans un hoquet. Tu y as droit ! 



-       Alors dis-moi, vilaine fille ! Qui est cette femme que tu m’as fait rencontrer ?



-       PAPA ! NON ! TU M’AVAIS PROMIS DE NE PAS CHERCHER À SAVOIR !



-       Anaëlle ! 



-       NON ! PAPA ! S’IL TE PLAÎT ! ELLE MOURRA DE HONTE SI ELLE APPREND QUE TU LE SAIS !



-       Alors jure-moi simplement que cela ne portera jamais préjudice à ma réputation ni à ma personne, dis-je pour l’apaiser.



-       Que veux-tu dire ?



-  Jure-moi que c’est une femme respectable et véritablement attirée par moi. Pas une de tes connaissances, un pari stupide entre jeunes pour se faire ton père ou tout autre folie de ce type. Jure-moi que ce n’est pas l’une de tes copines ou pire, une pute. 



-       Papa ? Tu as donc si peu confiance en moi ? Me dit-elle en ouvrant de grands yeux.



-  Je ne sais plus, Anaëlle ! Honnêtement, si tu avais découvert tout ce que j’ai découvert, me ferais-tu encore une confiance aveugle ?



Elle réfléchit un instant puis répondit



 



-     Non ! Tu as raison. Nous sommes allées bien trop loin et je t’ai dit la vérité sur Maman. Alors, je te jure que cette personne est au-dessus de tout soupçon. Je t’en fais la promesse sur ce que j’ai de plus sacré. 



-       Je peux te croire ?



-       Oui ! Tu dois me croire, même.



-    Bien ! Je veux bien te laisser une dernière chance. Autre sujet sur lequel je reviens, ta vie sexuelle ! 



-       C’est ma vie privée, Papa !



-       Je m’en moque ! Je veux savoir. 



Elle me regarda un instant et je ne sus quoi penser de son regard. On aurait dit qu’elle cherchait une réponse à une question en sondant mon âme. 



Puis elle me dit, le plus naturellement du monde en baissant pavillon



-       Que veux-tu que je te dise que tu ne sais déjà, visiblement ? J’aime le sexe, c’est vrai. J’ai des rapports sexuels plusieurs fois par semaine, et avec des partenaires différents. Je profite de ma jeunesse et du corps que Maman et toi m’avez donné. Je ne vois pas en quoi ce serait un problème dans la mesure où je suis majeure et que cela ne vous regarde pas tant que je ne franchis pas les limites de la bienséance.



-       La bienséance ? Je m’attendais à beaucoup de choses de ta part, mais pas à ce mot. Anaëlle, tu viens de m’avouer que tu allais passer la nuit avec une fille et un homme. 



-    Oui…bon…je t’accorde que j’exagère ! Dit-elle en me souriant timidement. Ce n’est que du sexe, du plaisir et du bonheur entre nous. Je baise beaucoup mais parce que je trouve cela exceptionnellement bon et excitant. Mais que veux-tu ? J’aime cela, tu ne vas pas me reprocher de profiter des joies de la vie plutôt que de me droguer ou de me prostituer, tout de même ? 



-       Quand as-tu entendu un reproche dans ma bouche ? Lui dis-je en lui clouant le bec.



Elle me fixa alors avec un tout autre regard. Je venais réellement de la surprendre. Pensait-elle probablement que je n’étais qu’un vieux grincheux proche des codes moraux de l’Eglise ? 



Puis, je vis une étincelle jaillir. 



Son regard sur son père changea mais je ne sus si c’était un bien ou un mal. L’avais-je déçu en affirmant que lui savoir une vie sexuelle active ne me dérangeait pas plus que cela alors qu’elle avait toujours été ma petite chérie adorée ? Ou était-elle satisfaite de savoir que le sexe n’était pas rangé, pour moi, au placard de ma vie ?



Je ne le sus jamais. 



-      Ok Papa ! J’exagère. Tu me scotches mais je dois admettre que je ne te voyais pas comme cela. Maman nous a toujours dit que tu adorais passer du temps avec elle mais que c’était de l’histoire ancienne depuis que tu étais passé en multinationale avec ta foutue société. Je vois qu’elle s’est fourvoyée. J’ai donc encore moins de remords de t’avoir tout dit. Je te demande sincèrement de me pardonner comme je te demande de le faire pour Isa et Maman. Même si, pour elle, je pense que cela sera compliqué, te connaissant.



-   Bien ! J’ai les réponses à mes questions ! Dis-je sans lui répondre.



-       Tu ne veux pas en savoir plus ? Me demanda-t-elle à ma grande surprise.



-     Sur ta vie sexuelle ? Non, ma chérie. Il y a tout de même des limites à ma curiosité. Les détails de tes frasques ne m’intéressent pas. Je voulais juste que tu me confirmes que la sexualité fait partie de ta vie et que tu y prends du plaisir depuis plusieurs années mais volontairement et en connaissance de cause. Je n’aurai pas voulu avoir mal interprétés les révélations de ta sœur te concernant.



-       Qu’a-t-elle raconté, celle-là ? Me demanda-t-elle avec curiosité.



-  Ton premier amant, tes expérimentations et ta dévotion à cet homme qui fut ton initiateur.



-       Je vois ! Tu as peur que ta petite fille ne soit sous l’emprise de ce vilain jeune homme qui abuse de sa crédulité et de son inexpérience pour profiter de sa jeunesse et peut-être de sa générosité ?



-       Quelque chose comme cela ! Où que cela soit pire à mes yeux, dis-je en lui tendant une perche monumentale en repensant à ce qu’Isaline m’avait annoncé. 



-      Eh bien, rassure-toi ! Si quelqu’un mène la barque, c’est moi ! Ce n’est qu’un garçon parmi d’autres et il ne fait plus partie de mes intimes depuis des lustres. Cela te rassure ?



-       Non ! 



-  Que veux-tu que je te dise de plus ? Tiens ! Prends mon téléphone et vérifie par toi-même. J’ai découvert le sexe deux mois avant mes dix-sept ans avec ce mec de mon école. Vérifie ! 



Incrédule, je pris donc son appareil et entamais la recherche. Quelques instants plus tard, je dus admettre qu’elle avait dit vrai et qu’elle ne me cachait plus rien. Mais Isaline m’avait bel et bien menti. Dans quel but si ce n’est celui de m’égarer encore un peu plus dans les méandres de ma colère ?



-   Satisfait ? Me demanda-t-elle.



— Non ! Ta soeur m’avait parlé d’un homme expérimenté et machiavélique. Hors, il s’agit de tout autre chose et je devrais régler cela avec elle. Mais comme je te l’ai dit, te concernant, tu es libre de tes choix, dis-je en reprenant consistance. Bien ! Maintenant que les choses sont claires, il me reste à régler le cas de ta mère. 



Je respirais tout de même un peu mieux sachant que ma fille avait découvert le sexe avec un garçon de son âge, à peu de chose près, et qu’elle n’était en rien la femme avide de sexe que son aînée m’avait présenté, même si ses tabous étaient moins présent que les miens, visiblement. Mais chacun à une approche de la sexualité différente et si ma fille aime cela, en quoi suis-je autorisé à lui faire la morale alors qu’elle est majeure depuis longtemps ?



Anaëlle se précipita entretemps vers moi reprenant la conversation en me tenant les bras puis dit



-       Tu ne vas pas faire un truc idiot, n’est-ce pas ?



-       Comme quoi, par exemple ? Dis-je en réintégrant la réalité du moment.



-      Divorcer, Papa ! Lui faire du mal ou tout autre action de ce genre ! Tu sais que je ne le supporterai pas ! Je vous aime tellement, vous êtes inséparables. Isa est du même avis que moi. Nous ne pourrons pas vivre ainsi.



-       Tu me connais si mal, ma chérie ! Mais c’est de bonne guerre puisque je te connaissais mal. Mais à présent, mes relations avec ta mère ne regardent plus que nous. Toi et ta sœur, vous allez me faire le plaisir de rester dans vos appartements jusqu’à ce que l’un de nous vous appelle. Je ne veux plus vous voir à la maison. J’espère que je suis clair ! Vous n’aurez plus de contacts avec elle, sous aucune forme que ce soit. Je vous l’interdis !



Face à ma fureur, ma fille recula d’un pas et je pus voir qu’elle avait réellement peur que la situation dégénère. Je fis donc un pas vers elle pour la rassurer et dévoiler une partie de mon jeu.



-       Ne t’inquiète pas, ma chérie ! Je n’ai pas l’intention de lui faire le moindre mal. J’ai compris, par vos révélations que tout cela avait été planifié surtout par amour pour moi. 



Elle ne put retenir un soupir de soulagement. Je douchais ses espoirs dans la foulée.



-    Mais il me semble également normal qu’elle me paie le prix de sa trahison et de ses nombreuses infidélités. Et ce prix est élevé car, en plus de cela, elle a entraîné les deux personnes les plus chers à mon cœur dans son traquenard. Et cela, je ne le lui pardonnerai pas facilement.



Elle posa sa main sur ma joue et me dit cette phrase qu’elle m’avait déclarée quelques jours auparavant, toujours avec le même amour dans les yeux et la voix.



-       Tes filles, n’est-ce pas ?



-       Mes filles ! Toujours !



-       Je t’aime, Papa !



-     Mon amour te reviendra lorsque j’en aurai terminé avec elle ! Je suis trop en colère pour l’instant. Y compris contre ta soeur qui m’a menti.



-     Papa ! Tout cela n’est pas faux. Nous aimons toutes les deux le sexe, certes. Mais dans des proportions que je qualifierais de normales. Comme tout le monde. Ni plus, ni moins. Certes, nous avons nos moments intimes avec Maman, qui est une femme comme nous. Excuse-nous d’avoir des petits secrets de femmes. Alors, oui ! Isa t’a menti. Mais parce qu’elle pensait devoir continuer à t’égarer. C’est tout !



-      Et tu estimes donc que cela l’exonère d’une part de responsabilité dans mon état actuel ? Tout comme toi ? Ce serait un peu trop facile, jeune fille. 



-       Je comprends. Fais ce que tu veux, Papa ! Mais n’oublie jamais qu’elle t’aime autant que moi.



-    Bien ! Je m’en vais ! Ne perds pas de vue ce que je t’ai dit et n’oublie pas de rester chez toi, sans contact avec ta mère. Tu devrais rappeler tes amis ! Je m’en voudrais de t’avoir trop gâché ta soirée ! Dis-je en lui faisant un clin d’œil pour détendre l’atmosphère.



Elle rit de ma boutade en me jetant hors de chez elle non sans me manifester encore une fois son amour. Je pus sentir ses seins s’appuyer contre mon bras et sa jambe frôler la mienne lorsqu’elle posa ses lèvres à la commissure de mes lèvres. Dieu que ma fille est belle !



-       Sois ferme mais gentil avec Maman, Papa ! Et tout ira bien !



Je descendis les escaliers en courant. 



Enza ne perdait rien pour attendre et c’était l’heure des explications et du règlement de ses comptes. Et son addition était salée.



En grimpant dans mon bolide, je souris en pensant que j’avais bien l’intention d’agir comme je l’avais promis à mes filles. Et être gentil avec leur mère. 



Enfin… ! Presque !


Diffuse en direct !
Regarder son live