Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 660 fois
  • 193 J'aime
  • 6 Commentaires

La fête du bac

Chapitre 2

Mardi

Hétéro

Chap 4.


Quand je me réveille, Aurélie est déjà partie. Elle m’a laissé un mot sur le chevet : « J’aime quand tu me prends sauvagement comme hier. Bisous. Aurélie. » Je repense à Emma, je l’imagine lécher ses doigts pleins du jus de Enzo. C’est ma fille, et elle n’a que dix-huit ans, je dois chasser cette image de ma tête. Je pars prendre une douche.


Quand je rentre dans la cuisine, Emma est assise à manger ses céréales. Je la regarde dans son grand t-shirt blanc trop grand pour elle qui lui sert de chemise de nuit. Mes yeux sont attirés par ses tétons qui pointent sous le tissu. Je détourne les yeux.


— P’pa, je peux inviter Léa cet après-midi ?

— Ou bien sûr. Pourquoi tu demandes, tu sais qu’elle est la bienvenue à la maison.

— Pour être sûre. P’pa ?

— Oui ?

— Mon ordi ne démarre plus, tu peux regarder s’il te plaît.

— Bien sûr, amène-le à mon bureau ce matin, je regarderai.

— P’pa ?

— Oui ?

— Et Enzo, il peut toujours venir ?

— Oui, mais fais attention tout de même qu’il ne t’entraîne pas là où tu ne veux pas aller.

— T’inquiète pas p’pa, je suis une grande fille.


C’est bien cela qui m’inquiète justement. Il y a encore deux jours, elle était toujours ma fille innocente et pure et voilà qu’hier, j’apprends qu’elle n’est pas la dernière sur le chemin de la découverte des plaisirs du sexe.


Quand elle a fini de manger, elle fait le tour de la table et vient me coller un baiser sur la joue pour me remercier. Sa poitrine qui se frotte à mon épaule m’électrise. Elle part se laver en sautillant de joie.


Ca fait maintenant plus d’une heure que je travaille à mon bureau sur la modélisation du back-office du nouveau système d’information d’une des charcuteries du village. Il fait chaud, ma bouteille d’eau se vide rapidement. C’est à ce moment que ma fille entre dans le bureau avec son ordinateur sous le bras. J’en profite pour faire une pause. Je la regarde, elle a le même short qu’hier, ainsi qu’un large débardeur très échancré sous les bras, si bien que quand elle bouge, on voit son soutien-gorge par les ouvertures, quant au décolleté, il ne cache pas grand-chose de la naissance de ses seins. Immédiatement, mon sexe voudrait dire bonjour et plus si affinité à ma fille. Je déglutis et m’attèle à regarder l’ordinateur après que Emma m’a expliqué son problème.


— Je vois, tu as trop téléchargé de ces jeux sur internet. Je vais nettoyer tout ça et je le repose dans ta chambre.

— Merci p’pa, t’es le meilleur.


Elle quitte le bureau avec sa démarche si sexy qui fait rouler son postérieur à chacun de ses pas.


Je nettoie le PC pour retirer les différents malwares que je peux trouver, désinstalle les logiciels inutiles et passe la base des clés de registre en revue. Au bout d’une heure, l’ordinateur est prêt à redémarrer. Mes pensées revoient ma fille dans mon bureau, je repense à ce qu’elle m’a dit hier soir. Ce portable est équipé d’une caméra intégrée. Je la teste, elle fonctionne. Je sais qu’elle pose son ordinateur sur son bureau, face au lit, jamais fermé, jamais éteint, toujours en veille quand elle ne s’en sert pas. Je me demande si elle m’a tout dit de sa relation avec Enzo. Je dois en avoir le cœur net. Je décide de placer un petit logiciel qui me permettra d’activer cette caméra depuis mon ordinateur dans le bureau sans réveiller la veille du PC infecté. Ainsi je pourrais regarder ce qui se passe quand elle est dans sa chambre avec Enzo. Puis je me dis que pour être totalement rassuré, je dois aussi pouvoir écouter ce qui se passe dans cette chambre.


Je teste le micro, il fonctionne. J’ajoute donc l’option micro au logiciel que j’installe. Je redémarre le tout et teste le logiciel depuis mon ordinateur. Je me vois, je parle un petit peu, le son de ma voix ressort par les haut-parleurs de mon PC. Tout est en ordre, je vais déposer l’ordinateur sur le bureau de ma fille.


Le repas à peine fini, on sonne à la porte. C’est Léa et Enzo. Si Léa me fait un grand sourire, Enzo, quant à lui, fuit mon regard. Je lui serre malgré tout la main. Tous deux sont vêtus en cohérence avec le temps. Un bermuda de randonnée et un t-shirt pour Enzo, une minijupe imprimée dévoilant la totalité de ses jambes et un crop-top moulant ne tenant que par de fines bretelles pour Léa. Aucune trace de bretelle de soutien-gorge ne vient gâcher l’esthétique de l’ensemble. J’envie les professeurs du lycée si toutes les filles s’habillent comme elle aujourd’hui et comme Emma depuis hier. Les draps des professeurs ne doivent pas rester immaculés longtemps. Pour faire simple, Léa est plus petite que Emma, mais possède une poitrine volumineuse que je soupçonne même plus grosse que celle d’Aurélie. Les cheveux noirs, le teint mat, elle a la beauté naturelle des Méditerranéennes. A chaque mouvement de l’adolescente, sa poitrine bouge librement dans son top bleu nuit.


Les trois désormais anciens lycéens passent leur maillot de bien pour aller jouer dans la piscine tandis que je monte travailler. Je les entends chahuter alors que je me concentre sur un objet informatique mal défini par le responsable de la boucherie. Vers seize heures, je n’entends plus un bruit. Je pars regarder à la fenêtre. Je ne m’attendais pas à un tel spectacle.


Les deux filles sont topless et Enzo a une main posée sur chacune des filles. Il leur passe de la crème solaire au deux en même temps. Que j’aimerais être à sa place, quel saligaud ! Ses mains caressent le ventre des filles qui semblent apprécier. Elles ont les yeux fermés tandis que le footballeur fait des cercles concentriques autour de leur nombril. Emma et Léa sont totalement détendues. Elles se parlent comme leur font deux copines de leur âge sans avoir l’air de prêter plus attention que ça à la main d’Enzo qui leur masse le ventre. Les cercles effectués par les mains du garçon se font plus grands. Parfois, ses doigts caressent un sein de l’une ou l’autre des filles qui gémit instantanément, toujours un peu plus fort. A croire qu’elles font un concours de celle qui criera la plus fort son contentement. Les cris des filles deviennent compréhensibles jusque dans le bureau. J’entends des « Oh oui », « c’est bon », « comme ça », « continue ».


Mon sexe durcit devant la scène et ces paroles. Je n’arrive plus à me concentrer sur mon travail. Je les regarde faire, m’imaginant à la place du garçon. Sans y prêter garde, j’ai sorti mon sexe pour me masturber.


Les garçons se sont enhardis devant le plaisir non simulé de ses deux jeunes amies. Ses mains jouent maintenant avec les poitrines bien formées des deux adolescentes. Son plaisir est si évident que je peux voir d’ici la bosse qui déforme son maillot de bain. De ma position, je vois aussi les poitrines durcies par le plaisir et érigées vers le ciel, les tétons bien dardés. Après quelques minutes, il s’arrête et s’installe sur le transat entre ses deux amies. Je suis partagé entre la déception de ne pas les avoir vues aller plus loin dans leur jeu et le soulagement que ce soit finalement resté assez sage avec ma fille. J’éprouve un sentiment étrange à l’égard d’Enzo, à la fois jaloux qu’il touche à ma fille, mais aussi de l’envie à le voir jouer si facilement avec ses camarades de classe. Je rentre mon outillage comme je peux dans mon slip et retourne travailler.


Chap 5.


Ma femme est rentrée du travail. Comme à son habitude, elle vient directement dans le bureau pour me donner mon bisou. Dehors on peut entendre les trois adolescents chahuter dans la piscine. J’attire Aurélie contre moi et commence à lui remonter la jupe pour lui caresser les fesses. Nos lèvres sont collées les unes aux autres. Nos langues mélangent nos salives dans une danse sensuelle.


— Qu’est-ce qui t’arrive en ce moment ?


Je ne réponds pas et l’entraîne contre la fenêtre.


Les trois adolescents sont dans la piscine. Si Léa est restée topless, ma fille a dû remonter le haut de son maillot une pièce. On peut voir Enzo chercher à attraper les deux filles sautant dans l’eau et entraînant de grandes éclaboussures. Les rires des trois jeunes rendent ce jeu innocent pour qui n’a pas vu la séance de crème solaire.


— Ils sont mignons tous les trois, tu ne trouves pas ? Je demande à mon épouse.

— Ils me rappellent nous à la fac.

— Oui, mais eux sortent à peine du lycée.

— Tu crois que ...

— Les jeunes d’aujourd’hui sont précoces. Tu ne trouves pas que le maillot d’Emma est un peu trop petit ?

— Oui, je profiterai de ma journée libre de demain pour l’emmener en choisir un autre.


Emma a le maillot de l’an dernier, si elle n’a pas beaucoup grandi en taille, son tour de poitrine en revanche a largement augmenté. Désormais, ses seins cherchent à s’échapper du maillot devenu trop étroit pour eux.


Tout en parlant, j’avais baissé mon pantalon et la culotte de ma femme pour emmener mon sexe à l’entrée de sa grotte humide. Aurélie qui a compris ce que je veux, cambre se fesses pour me faciliter l’introduction. Une main sur ses hanches, l’autre sur son sexe à le titiller, j’embroche mon épouse et commence de lents mouvements de va-et-vient avec mon bassin. Mes yeux sont rivés vers la piscine, je regarde les trois jeunes et surtout l’énorme poitrine entièrement halée de Léa qui défie la gravité. Aurélie commence à gémir en rythme avec mes mouvements de hanches. Je commence à ouvrir son chemisier pour sentir la peau de sa poitrine dans mes paumes.


— T’es fou, ils vont nous voir.

— Ils sont bien trop occupés à jouer, ne t’inquiète pas.


Aurélie est toujours face à la fenêtre ouverte, moi derrière en train de la pilonner. J’ai réussi à ouvrir entièrement son chemisier et relever son soutien-gorge pour saisir la poitrine de ma femme. Je continue à besogner mon épouse qui geint de plus en plus fort. En contrebas, les enfants continuent de jouer dans la piscine. Si le bruit de l’eau est bien trop fort pour qu’ils nous entendent, j’espère secrètement que Enzo va lever les yeux vers la fenêtre du bureau. Je voudrais qu’il voie le plaisir qu’un homme de quarante ans peut donner à une femme. Mes mains remontent sur la poitrine de ma femme. Je malaxe les seins fermes d’Aurélie, je triture ses tétons tout en m’activant dans sa grotte intime avec mon pieu. Je pince délicatement ses tétons entre mes doigts, je presse sa poitrine dans mes mains. Ma femme gémit de plus en plus fort.


— Continue Nicolas, vas-y ...

— Oui, je vais venir. Aahh ...

— Ouiiii ... C’est bon.


Aurélie s’est totalement lâchée, son cri surpasse le bruit de l’eau. Dans la piscine, les trois adolescents tournent les yeux dans notre direction. Ils regardent bouche bée ma femme dépoitraillée jouir devant eux.


La tension de ma femme retombe, ses yeux retombent sur la piscine et voit les trois jeunes nous regarder. Elle court se cacher sur le côté de la fenêtre.


— Oh, merde qu’est-ce qu’on a fait. Ils nous ont vus.

— On éteint loin, t’inquiète pas.

— J’avais les seins à l’air.

— Comme Léa. Faut pas avoir honte des atouts que la nature t’a donnés.

— Quand même c’est des gamins ...

— Ils entrent tous à la fac, ils sont grands et majeurs maintenant.


Chap 6.


Enzo est resté manger chez nous ce soir encore. Léa est rentrée chez elle. Aurélie reste honteuse d’avoir exposé sa poitrine aux trois jeunes. Elle ne parle pas et évite de croiser le regard de sa fille et de son petit ami. Enzo quant à lui ne peut quitter ma femme des yeux. Je vois son regard qui s’attarde sur les seins de mon épouse. Il est si absorbé que quand Emma lui pose une question, elle doit souvent la répéter pour avoir une réponse. Je suis fier de moi, cet adolescent a vu une vraie femme jouir et comment un homme pouvait lui donner du plaisir. Je regarde ma fille qui porte ce débardeur trop large sans soutien-gorge. Ses tétons pressent le tissu, la vallée entre ses deux seins est clairement exhibée à la vue de tous.


— M’man, Enzo peut dormir ici cette nuit ? Ces parents ne sont pas là ce soir.

— Bien sûr, on ira chercher un matelas pneumatique.



Je n’ai pas eu le temps de répondre. Je n’aime pas montrer mon désaccord avec ma femme devant ma fille, je crains que cela nuise à notre autorité parentale. Mais là elle vient de jeter sa fille dans la gueule du loup.


— Et où allons-nous le faire dormir ? demandé-je.

— Ben dans ma chambre, comme quand Clara ou Manon viennent dormir à la maison.

— Oui c’est très bien. Où est le problème Nicolas ?

— Eh bien Emma est une fille, alors que Enzo ...

— Ne fais pas ton vieux jeu. Laisse-les, ils sont grands, ils savent qu’ils ne doivent plus jouer au docteur maintenant.

— Si ça te va ...



Je regarde Enzo, il semble me défier du regard. Son sourire narquois m’énerve. Je me retiens comme hier soir même si je bous intérieurement de vouloir lui dire de rentrer chez lui. Je vois sa main disparaître sous la table. Je me racle bruyamment la gorge en regardant ce garçon dans les yeux. Il est intelligent et sait qu’il ne doit pas me provoquer une nouvelle fois. Sa main réapparait sur la table sous l’œil apitoyé d’Emma. Cette fois, c’est moi qui lui souris pour lui montrer que je reste vigilant. Il baisse son regard et dépose un baiser sur la joue de ma fille.


— Vous êtes mignons tous les deux, je savais que vous finiriez ensemble. N’est-ce pas Nicolas ?

— Euh oui, sans doute. Mais ils ont le temps quand même, ils sont encore jeunes et ont leurs études à finir.


Ma femme semble tomber sous le charme du beau jeune homme. Autant je peux le défier seul et choisir où je dois placer mes barrières, autant si Aurélie s’en mêle, il sera plus difficile à contrôler.


Le repas fini, Emma invite Enzo à monter dans sa chambre.


— Il y a un match de foot à la télé ce soir, Enzo, tu le regardes avec moi ? demandé-je.

— Ah, d’accord.


Je suis fier de mon coup, je savais qu’il n’oserait pas me dire non, déjà il aime le foot, mais comme en plus je suis son entraîneur.


— On se joint à vous alors, dit ma femme. Je me mets en pyjama et j’arrive.



A mon contact, elle a appris à apprécier le football à défaut de l’aimer. Souvent, nous le regardons en famille.


Les hymnes nationaux sont en train d’être chantés. Je suis sur un bord du canapé et Emma s’est blottie contre moi comme elle le fait systématiquement depuis ces deux ans quand nous regardons un match ensemble à la télévision. Ma femme a revêtu sa chemise de nuit. Elle a gardé son soutien-gorge. Elle s’installe à côté de sa fille. Il ne manque que Enzo qui a voulu faire la vaisselle pour nous remercier du repas.


Le coup de sifflet a retenti depuis deux minutes quand Enzo vient s’installer sur le bout du canapé à côté d’Aurélie. Les actions s’enchaînent, le ballon passant d’un joueur à l’autre. Le match n’est pas statique, il sera beau. A la mi-temps, je me lève pour chercher à boire.


— Je vous rapporte quelque chose ?

— Oui, on veut bien. Répondent-ils en chœur.


Je reviens avec une bière pour moi et Aurélie ainsi qu’un panaché pour Enzo et Emma. Mon épouse discute avec Enzo, il rigole ensemble alors que Emma somnole sur le coussin qui a pris ma place.


Je me rassois là où j’étais avant, ma fille pose sa tête sur mes cuisses. Je pose un bras protecteur sur le sien. Je ressens la douceur de sa peau, ce contact fait naître en moi un certain plaisir que je ne connaissais pas. Je commente les actions tandis que j’entends mon épouse chuchoter avec Enzo, parfois un rire étouffé de l’un ou l’autre parvient à mes oreilles.


C’est la dernière action du match, un joueur tire face au but. Trop haut, la balle passe par-dessus les buts. A peine le gardien a-t-il frappé dans le ballon que l’arbitre siffle la fin de la partie.


— C’était un beau match, qu’en penses-tu Enzo ?

— Très agréable à regarder oui.


Je réveille doucement Emma puis me lève pour ramasser les verres quand je vois la main d’Enzo sur la cuisse nue de ma femme, la tête d’Aurélie appuyée sur son épaule les yeux mi-clos prête à s’endormir si on ne bouge pas. Enzo me regarde, cette fois, c’est lui qui me défie. Mais que pourrais-je dire si ma femme n’a pas écarté cette main.


Chap 7.


— Tu peux me dire pourquoi tu avais ta tête sur son épaule ?

— Qu’est-ce que t’as Nicolas ?

— Et sa main sur ta cuisse, c’est nouveau ça. Tu te laisses tripoter par un ado maintenant !

— Mais t’es fous où quoi ? Dis-moi pas que tu es jaloux de Enzo ?

— Moi jaloux ? Tu me connais pas on dirait. Viens là !


Je lui saisis le bras pour l’entraîner vers moi et l’embrasser.


— Mais lâche-moi, tu me fais mal !

— Viens que je te fasse l’amour ...

— T’as vu comment tu es ? Pas ce soir, va dormir dans ton bureau !



Elle me repousse hors de la chambre et s’enferme à clef. J’appuie sur la poignée de porte pour l’ouvrir, mais Aurélie ne répond pas. Penaud, je pars en direction de mon bureau. Je passe devant la porte de la chambre de ma fille, j’écoute dans le but d’entendre un bruit suspect pour intervenir et chasser Enzo, mais rien. Je repars comme un chasseur bredouille rentre bredouille pour installer un lit de camp dans le bureau.


Je m’allonge avec pour seul vêtement mon slip. Je repense à cette journée qui avait si bien fini avant la dispute avec Aurélie. Je revois Léa dans sa tenue d’été. Emma et Léa topless pour bronzer dans la piscine. Puis je repense à Enzo, sa main dans la culotte de ma fille, sa main sur sa poitrine à étaler la crème solaire, sa main sur la cuisse de ma femme. Et aucune fille qui ne proteste, elles agissent comme si c’était normal qu’il joue avec elles. Je crois que je commence à haïr ce gamin. Mais après tout, c’est moi qui l’ai laissé faire. J’ai joué avec lui quand dans l’après-midi j’ai baisé ma femme à la fenêtre de telle manière qu’il puisse la voir jouir les seins libres de toutes entraves. Et cet emportement qui a tout gâché avec Aurélie. Je repense à l’ordinateur de ma fille, au logiciel que j’ai installé. Je repense à ma fille qui dort dans la même chambre que ce gars. Qui dort ? Bien sûr que oui, il n’y avait pas un bruit quand je suis passé devant la porte.


Ils dorment ...


Je repense à la poitrine de Léa. Je pourrais donner beaucoup rien que pour la caresser une fois. J’ai baissé mon slip pour m’astiquer en repensant à la belle fille du voisin. Je l’imagine avec moi sur le bord de la piscine. Elle est topless, je lui passe de la crème, elle m’en demande toujours plus sur ses seins, ses cuisses, ses fesses. Mon sexe est bien dur à présent. J’imagine ma main jouant avec sa poitrine. La main, cette main ... Ce n’est pas la mienne, c’est celle de Enzo. Je m’arrête, rouvre les yeux. Il est avec ma fille. Je dois en avoir le cœur net. J’allume mon PC et active la caméra de l’ordinateur de ma fille. Comme d’habitude, elle ne l’a pas fermé pour la nuit.


Sur l’écran une forme semble se dessiner sur le lit, je règle la luminosité, augmente le contraste. Je vois Enzo allongé, ma fille entre ses jambes le sexe du garçon dans sa bouche. Je zoome sur son visage, elle le regarde. Aucune contrainte ne se lit sur son visage. Enzo a les yeux fermés, les bras croisés derrière sa nuque. Je ne sais pas si c’est la première fois, mais ma fille a l’air de bien connaître son affaire. Le gland du garçon est entièrement gobé par ses lèvres et sa tête tourne autour du sexe de l’adolescent tandis qu’une main astique le pieu épais du garçon. Parfois, elle relève la tête pour parler, malheureusement le son de sa voix est trop faible et je ne peux comprendre ce qu’ils se disent. Elle reprend sa besogne après un sourire. Elle a l’air fière de ce qu’elle fait. Je la regarde, ce visage qui me rappelle celui de sa mère quand nous nous sommes rencontrés. Lui est nu, ma fille à son traditionnel trop large t-shirt qui lui sert de chemise de nuit.


Enzo se redresse sur ses coudes pour regarder ma fille. Je ne peux m’empêcher de regarder la scène. A nouveau, j’ai un sentiment étrange, honteux de regarder ma propre fille en train d’apprendre les joies du sexe, mais terriblement excité par ce que je vois. Mon sexe est dans la main et je le masturbe devant mon écran. Physiquement, elle ressemble à sa mère, c’est indéniable. Pourtant cette dernière n’a jamais voulu me prendre dans sa bouche, trop sale à son goût, trop dégradant. Mes yeux regardent sa tête tournoyer sur le sexe de son copain. Sa main astique la tige épaisse de mon footballeur au même rythme que la mienne sur mon propre dard. J’envie ce garçon tout autant que je déteste de le voir corrompre ma propre fille. Mais elle a dix-huit ans, elle est grande maintenant, majeure et vaccinée. A la télé, dans les revues pour femmes, on nous incite à trouver ça normal. Pourtant à mes yeux, elle reste ma petite fille, mon Emma. Je me masturbe en la regardant.


Je dois respecter la norme, cette nouvelle norme qui me dit que c’est normal à son âge. J’ai ce sentiment étrange de jalousie et d’envie entremêlées.


Sur le lit, Enzo retombe prestement sur le dos. Je vois son bassin qui se met à onduler. Sa libération est proche. J’entends un son sortir de sa bouche, mais je ne comprends pas ce qu’il dit. D’un coup, Emma se redresse, un liquide gluant coule de son menton tandis que de nouveaux jets sortent de son sexe pour retomber sur la main de ma fille qui astique toujours le membre qui ramollit peu à peu. Le garçon se redresse et parle doucement à ma fille qui porte sa main à ses lèvres pour lécher la semence qui la macule. Toujours souriante, elle s’essuie le menton d’un doigt qu’elle porte à sa bouche. Ma main toujours active sur mon sexe, j’éjacule sous le bureau. Ma fille, après avoir dégluti, s’allonge sur Enzo en l’embrassant. Ils ne bougent plus. Le spectacle est terminé.


Une éponge à la main, je nettoie sous le bureau avant de m’allonger sur mon lit de camp.

Diffuse en direct !
Regarder son live