Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 486 fois
  • 52 J'aime
  • 6 Commentaires

La fête du bac

Chapitre 3

mercredi

Hétéro

Chap 8. Mercredi


Ce matin, je troque mon t-shirt pour une chemise. Je dois aller à la charcuterie présenter l’avancée de mon travail et vérifier avec eux que ce que je fais correspond à ce qu’ils attendent de moi. Dans la cuisine, Aurélie est déjà affairée dans sa chemise de nuit.


— Pardonne-moi pour hier, je ne sais pas ce qui m’a pris.

— C’est rien Nicolas, ne me fait plus de scène comme ça, c’est tout. Tu sais que je t’aime.

— Oui, je sais, moi aussi je sais. C’est juste qu’avec notre fille qui grandit ...

— Chut, tu vas dire une bêtise.



Elle s’approche de moi et me pose un baiser sur la bouche. Je la bloque contre moi et soulève l’arrière de sa robe de nuit pour lui caresser les fesses.


— On dirait que je t’ai manqué.

— Si tu savais.



Elle ne répond rien et passe une main entre nous pour ouvrir mon jean et saisir mon sexe qui est déjà bien gonflé. Avec son mouvement de poignet fétiche, elle le fait grossir. Mes lèvres sur les siennes, ma langue investit sa bouche et commence à danser avec la sienne. Je la pousse sur la table de la cuisine, pas de risque qu’elle casse, c’est une vieille table deux fois centenaire de ferme que j’ai restaurée, pour l’allonger dessus. Mon épouse se laisse faire tandis que mon pantalon tombe à mes chevilles. Je lui maintiens les bras en croix. Elle n’a pas mis de culotte pour la nuit. Pendant que mon sexe entre dans sa grotte déjà bien humide. Il n’y a pas que moi qui étais en mal d’affection on dirait. Je souris à cette idée alors que je la pénètre au maximum, lui provoquant un petit gémissement. Alors que je rentre et sors, ses jambes se referment derrière moi autour de ma taille. Mon bassin avance et recule.


Je regarde son visage, son sourire qui m’a fait fondre il y a plus de vingt ans et pour lesquels j’ai accepté les douces chaînes du mariage quelques années plus tard. Je me penche vers elle pour lui embrasser délicatement les lèvres tout en la besognant du mieux que je peux. Aurélie ne peut s’empêcher de gémir de plus en plus fort. Mes coups de boutoir se font toujours plus profonds, faisant trembler la table. Le visage d’Aurélie est rayonnant. Qu’elle est belle quand elle prend du plaisir ! Encore un coup, puis un autre et elle crie sa jouissance tandis que j’en rajoute un pour venir en elle.


— C’est bon, vous avez fini, on peut venir ? demande Emma.

— Un instant s’il vous plaît. Répond sa mère.



Je relève mon pantalon tandis qu’elle tire sa chemise de nuit sur ses cuisses.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Emma et Enzo entrent main dans la main dans la cuisine. Le garçon regarde ma femme avec un sourire étrange.


— Vous avez bien dormi ? demande mon épouse.

— Très bien, merci. Ma nuit a été fantastique.



Tu m’étonnes, vu comment ma fille t’a sucé cette nuit, je n’aurais pas accepté qu’il dise autre chose. Les deux adolescents mangent des céréales. Enzo a les yeux sur les cuisses de ma femme. Je constate que mon sperme dégouline sur ses jambes, c’est sans doute cela qu’il inspecte. Je suis installé au côté de ma fille et nous parlons d’un nouveau chemin ouvert par les bucherons dans le massif forestier qui surplombe le village, il paraît qu’il mènerait vers le mythique château des Sarrazins dont tout le monde parle ici, mais que personne n’a jamais vu, pas même la plus petite pierre.


Je me prépare à partir à la charcuterie, laissant ma femme avec les deux adolescents. Ordinateur sous le bras, je prends juste une casquette pour me protéger du soleil qui tape déjà fort en ce mercredi premier juillet. Je suis accueilli par la secrétaire de la salaison, une femme d’une cinquantaine d’années bien en chair qui bouge de droite à gauche pour chercher les différents dossiers qui nous intéressent en attendant l’arrivée de son patron. Je lui présente une maquette du site de vente internet que j’ai affinée depuis notre dernière rencontre. Elle me donne des photos des nouveaux produits pour que je puisse les inclure sur le site. Au bout d’une demi-heure, le patron arrive accompagné de son technicien de maintenance qui fait aussi office de responsable informatique.


— Bonjour Monsieur Galibert, avec Madame Fabre, nous avons regardé le front-office. Je voulais discuter du back-office, j’ai un doute sur votre processus de maintenance de vos machines-outils.

— Kévin est là pour ça. Alors Nathalie, le site web vous convient ?

— Parfait Monsieur, Nicolas m’a dit que nous pourrons le mettre en ligne la semaine prochaine. Juste au début de la saison touristique, comme convenu.

— Bravo Nicolas, merci d’avoir pu tenir les délais que nous nous étions fixés.



Je m’installe dans une petite pièce avec Kévin et reprenons le processus de maintenance. J’explique l’application que je développe et nous confirmons les choix que j’ai faits et corrigeons certaines erreurs que j’avais pu réaliser par mon manque de compétence sur le métier de la salaison. En repartant, Nathalie me donne un sac avec deux jambonneaux et une saucisse, un cadeau de la maison m’a-t-elle dit avec un clin d’œil.


Je rentre à la maison midi passé, Aurélie et Emma sont remontées de Castres. Toutes les deux sont dans leur nouveau maillot de bain. Emma a opté pour un bikini bordeaux. Devant une bande de tissu genre brassière de sport protège sa poitrine des regards indiscrets, et le bas possède une coupe sage. L’arrière quant à lui est beaucoup plus osé. Il dévoile largement ses fesses et c’est presque une ficelle qui passe dans l’au plus bas de son entrejambe. Aurélie a choisi un bikini plus traditionnel, bleu à liseré jaune, sage devant, mais avec la même coupe un peu plus osée à l’arrière.


Après avoir mangé en famille sur la terrasse, je monte travailler dans mon bureau.


Chap 9.


Il est dix-huit heures passé quand un violent coup de vent referme la fenêtre. Un orage se prépare. Je descends sur la terrasse. Aurélie et Emma ont commencé à ranger les affaires pour éviter que tout ne s’envole. Elles sont accompagnées de deux amies de ma fille, les cousines Clara et Manon. À nous cinq, le travail est vite fini, juste à temps avant que les premiers grêlons commencent à rebondir sur la terrasse. Je ferme la fenêtre et nous rentrons à l’intérieur.


— On devait rentrer chez mamie pour dix-neuf heures. On va pas être jolie à l’arrivée. Dit Manon.

— Vous n’avez qu’à rester ici en attendant que ça s’arrange. Répond ma femme. Je vais prévenir votre grand-mère que vous rentrerez après l’orage.



Pendant ce temps, j’ai allumé la télé pour voir s’il parlait du temps sur une chaîne d’info. Emma et Clara sont à côté de moi. Nous sommes en alerte rouge, un violent front orageux longe les Pyrénées, les premiers dégâts dans la forêt des landes sont déjà retransmis à la télé. À Mont-de-Marsan, des toitures ont été arrachées.


— Je crois qu’on va vous garder pour la nuit. Dis-je aux deux cousines.


Clara et Manon sont cousines, des filles d’une famille du village depuis toujours. Elles sont châtain clair toutes les deux avec de jolis yeux d’un bleu très clair. Manon est la plus grande, fine presque ma taille. Elle a gardé son visage enfantin et sa petite poitrine à peine à se faire remarquer, seuls les tétons qui poussent le tissu de son chemisier dévoilent sa féminité, si bien que l’on peut facilement lui donner deux ans de moins. Clara est plus petite, à peu près de la taille de Emma. Comme sa cousine, son visage rond lui donne un air enfantin, mais sa poitrine un peu plus épanouie laisse deviner sous son haut deux jolies mandarines qu’elle enferme dans un soutien-gorge dont les bretelles sont visibles par le large col de son t-shirt.


Nous passons à table et discutons de l’après-midi que les quatre filles, les deux cousines ainsi que Emma et sa mère, ont passé à bronzer devant la piscine. J’apprends par Clara, la plus délurée des cousines, qu’elles ont fait du topless toutes les quatre pour ne pas avoir de marque de maillot. Mes yeux font le tour de la table, Manon baisse les yeux, Emma se tait, elle ne sait pas que je l’ai déjà vue faire la veille et Aurélie devient rouge quand je la regarde. Seule Clara continue de parler et m’explique combien c’est plus facile de passer la crème solaire à une fille qui n’a pas de haut. Mon imagination se met en branle. Je les imagine toutes les quatre se passant mutuellement la crème. Mon fantasme d’observer mon épouse dans une orgie lesbienne se réveille et avec lui mon entrejambe.


L’orage bat son plein. Aurélie téléphone à nouveau à la grand-mère des cousines pour dire que, vu le temps, elles passeront la nuit à la maison. J’allume la télévision, il passe « sex crime ». Emma veut le voir avec ses amis, mon épouse les autorise. Le film est un petit chaud par moments, mais tout cela reste bien gentillet par rapport à certaines nouvelles séries qui passent actuellement. Une microcoupure de courant fait biper tous les appareils électroniques. Tout repart, nous restons devant la télé. Je suis sur le canapé, Aurélie est lovée contre moi, au bout il y a Manon. Clara et Emma qui ont toujours été plus complices sont enfoncées ensemble dans le fauteuil, ma fille sur les genoux de son amie qui l’enlace en lui prodiguant régulièrement des chatouilles.


La pluie mêlée de grêle frappe contre les volets. Aurélie se serre plus fort contre moi. D’une main, elle a défait quelques boutons de ma chemise pour la glisser directement sur mon torse. Je la serre contre moi. À la télé arrive la séquence où Neve Campbell et Denise Richard s’embrassent dans la piscine. Je regarde les filles. Manon est rouge et détourne le regard de l’écran tandis qu’Emma et Clara ont stoppé leur chamaillerie pour ne rien perdre de la scène. Le baiser fini, les deux filles se regardent étrangement, j’ai presque l’impression que leurs visages se rapprochent quand un grand boum retentit, immédiatement les lumières s’éteignent dans la maison. Je maugrée et vais chercher les cierges de la dernière veillée pascale. Ici les personnes âgées disent que ça éloigne les orages, en tout cas ça fait suffisamment de lumière pour pouvoir monter au lit.


Une fois en pyjama, je bascule ma femme en arrière.


— Alors comme ça, tu dévergondes des petites lycéennes innocentes ?

— Pourquoi tu dis ça ?

— Tu bronzes seins nus avec elle et ensuite tu leur permets de voir un film érotique.

— C’est ...

— Emma qui t’a demandé, je m’en doutais.

— Comment tu sais ?

— Avec Léa, elle a bronzé seins nus devant Enzo.

— Quoi, tu veux dire notre fille, seins nus devant un garçon !?

— Oui et ce n’était pas pour lui déplaire.

— Enzo ou Emma ?

— Les deux je dirai, maintenant que tu me demandes. Et pour le film, pareil, la dernière scène a fait son petit effet sur Clara et Emma.

— Comment ça ?

— Je les regardais, et sans la coupure, je suis sûr qu’elles s’embrassaient.

— Elles ne l’auraient jamais fait devant nous.

— Qui sait, je t’ai bien baisé devant elle et ses amis hier.

— Oui, mais c’était un accident.

— N’empêche que... Ca ne t’a pas excité toi ? Moi un peu.

— Je dois avouer que oui.

— Alors comment je te punis pour de telles idées ?



La lumière revient. Elle ne répond pas.


Je soulève sa chemise de nuit pour me permettre de voir sa poitrine nue. Après une première séance de bronzage, sa poitrine est un peu moins blanche, mais on voit encore nettement la forme de son ancien maillot de bain par le contraste avec la peau hâlée qui a l’habitude de recevoir le soleil pendant ses séances de bronzage. J’embrasse son sein droit et fais tourner ma langue sur son téton pour le durcir. Une fois qu’il est bien érigé, je prodigue le même traitement au sein gauche. Aurélie gémit en cadence avec ma langue qui caresse sa poitrine. Je lève les yeux vers son visage. Ses paupières sont closes. Elle m’est totalement offerte. Ma bouche glisse d’un sein à l’autre et vice-versa avant d’emprunter sa vallée pour descendre vers son nombril. Avec ma langue, je lèche l’intérieur comme pour y trouver une issue cachée. Après deux minutes de ce jeu, mes lèvres recommencent leur lente marche pour s’attarder sur les premiers poils pubiens.


Ma langue recherche son petit bouton et s’attarde sur lui. Les gémissements d’Aurélie sont plus saccadés, plus sonores. Ses sons qui sortent de sa bouche m’excitent. Quand un liquide envahit ma bouche, je remonte vers la sienne en descendant ma culotte de pyjama.


Mon sexe s’introduit doucement dans le sien et je commence des va-et-vient lents. Ma main se balade sur son sein, titillant son mamelon durci. Je quitte sa bouche pour l’embrasser dans le cou. Aurélie gémit. Mon bassin accélère ses mouvements, ma femme les accompagne par de savantes contractions vaginales qui accentuent mon plaisir. Mes lèvres reviennent sur les siennes, mais son plaisir est trop fort, elle doit l’exprimer oralement. Ses bras et ses jambes se referment sur mon dos. On étant mes cuisses qui claquent sur ses fesses entre deux gémissements d’Aurélie qui se font plus sonores. A travers les volets, un éclair illumine la pièce et juste après, un coup de tonnerre suivi du cri de jouissance de ma femme résonne dans la maison.

Diffuse en direct !
Regarder son live