Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 24 728 fois
  • 54 J'aime
  • 4 Commentaires

ma fille, l'amour de ma vie

Chapitre 1

Inceste

Bonjour, tout d’abord, je tiens à vous dire que c’est ma première histoire sur ce site que je suis depuis plus de 2 ans.


Cette histoire est une pure fiction.

Je m’appelle Franck et j’ai 35 ans, ma fille s’appelle Inès et a 18 ans.


Partie 1


Depuis la mort de sa mère, voilà 14 ans, lors de ses 4 ans, ma fille et moi nous sommes beaucoup rapprochés et prenons soin l’un de l’autre.

Ma fille est tout pour moi.


Un jour, elle rentre des cours avec des petits paquets dans chaque main…

Elle me dit à peine bonjour, mais je suis curieux et je me demande ce que contiennent ces paquets, alors je lui demande :


— Coucou ma chérie !!!! C’est quoi ces paquets ?

— Heuuuu rien papa, je monte dans ma chambre …


Et elle monta a la vitesse de l’éclair.


Un peu plus tard, je voulais poser mes affaires à peine repassées dans ma chambre et je passai devant la chambre de ma fille. Elle était devant son miroir en tenue ultra sexy. Je n’avais jamais vu ses tenues avant aujourd’hui. Elle avait dû les acheter en sortant des cours avec ses copines.


Elle se regarda, s’admira, limite à jouer avec son corps. Je dois dire que voir ma fille comme cela m’avait troublé.


Je l’observai pendant quelques instants qui parurent des heures. Mais non, je ne peux pas continuer à espionner ma fille dans cette tenue.


Je repartis dans la salle de bain cette fois mais ma fille m’appela dans sa chambre… J’entrai sans faire attention et la vit dans cette même tenue.

Je fus surpris et voulus ressortir mais elle m’en empêcha ?


— Papa, reste s’il te plait, dis-moi ce que tu penses de ce que je porte ?


Je n’en croyais pas mes oreilles : ma propre fille voulait que je lui dise comment je la trouvais dans une tenue superbe !


— Bahhhh heuuuu, tu es très jolie.

— Quoi ??? C’est tout ??? Je suis juste jolie ? Tu me trouves moche, c’est ça ?!!!!

— Mais non, mon p’tit cœur, mais je ne suis pas habitué à te voir dans ce genre de tenues très... Sexy.

— Donc, tu me trouves sexy ?

— Bien sûr, mon p’tit cœur.


Je quittai sa chambre, troublé. Plein de sentiments se bousculaient dans ma tête. Je devais me reprendre. Quelques minutes plus tard, je repassai à nouveau devant sa chambre et là, je vis ma fille adorée dans une tenue magnifique…Un déshabillé rose pastel, totalement transparent, très court, avec de fines dentelles. Wouhaouuuuuuu !!!! Mon sang ne fit qu’un tour.


Mon regard ne put se détourner de cette déesse. J’étais subjugué. Mon corps commença à réagir sans que je ne puisse le contrôler. Ma propre fille ne me laissait pas indifférente. Mon regard se fait plus insistant et je me surprends à me caresser le sexe tout en regardant ma fille.


A ce moment-là, la porte de sa chambre grince, et en se retournant, elle m’aperçoit !!!

Inès prend peur et se couvre avec son t-shirt en me criant dessus :


— PAPA !!!!!!!! Que fais-tu là ?!!!!

— Excuse-moi, mon p’tit cœur, je ne voulais pas te faire peur.


Je m’avance dans sa chambre et elle est rouge pivoine ( à la fois de colère et de honte ). La situation est embarrassante, pour elle comme pour moi. J’essaye de la calmer et j’ai du mal à lui faire comprendre que ce n’était pas voulu.


Elle se met à pleurer, je m’avance vers elle pour la prendre dans mes bras et la rassurer comme quand elle était petite. Je l’enlace avec tendresse et tout mon amour de père. Elle se blottit dans mes bras et s’apaise doucement.


Mais mes sentiments se bousculent toujours et la magnificence de la situation fait que je ne contrôle plus mon corps, elle doit sentir la bosse dans mon pantalon ( que faire ? M’écarter en laissant un peu d’espace, ou ignorer et laisser la situation s’arranger d’elle-même ? ).


Ses sanglots finissent par s’arrêter et je la serre toujours contre moi. Là, elle relève la tête et me regarde avec son air de petite fille, je dépose un baiser sur son front. Elle me sourit et me demande une chose qui va bouleverser ma vie à tout jamais…



Partie 2


— Papa ???? Je t’aime !!!

— Moi aussi, je t’aime mon p’tit cœur.


Elle plongea son regard dans le mien.


— Non papa, tu ne comprends pas, je t’aime d’amour pur, et j’aimerais m’offrir à toi.


A ce moment-là, j’étais assommé, je ne savais pas quoi répondre.

Ma fille frôla ma bosse, une décharge traversa mon corps, et ma fille le remarqua.


— Depuis que maman est morte, mon amour pour toi n’a cessé de grandir, et maintenant que je ne suis plus une enfant, je sais que tu me regardes d’un autre œil.


Elle avait raison !!! Depuis quelques temps, mon regard sur ma propre fille était différent.


— Papa ???

— Oui, chérie ?

— J’ai envie de toi.


La situation était arrivée à un point de non-retour, et ni ma fille, ni moi, n’avions la force de résister.

Elle m’avoua qu’elle était encore vierge, et qu’elle se réservait pour moi, qu’elle fantasmait sur moi et mon sexe depuis quelques temps déjà.

Elle s’approcha de moi et commença à poser ses lèvres sur les miennes…. On s’embrassa comme deux ados qui se découvraient, puis elle glissa sa langue dans ma bouche pour trouver la mienne.

Elle portait toujours son déshabillé rose pastel transparent, elle était parfaite….

Je l’enlaçai avec amour, mes mains caressant son dos, ses hanches, sa peau si douce….hummmmmm quel délice.


De son coté, elle me caressa le torse, ses doigts étaient comme du velours, ma peau était comme électrifiée.


Elle commença à m’ôter mes vêtements, j’étais torse nu devant ma fille, elle embrassa ma peau, lécha mes tétons en jouant avec.


Mon cœur battait comme jamais. Je commençais à effeuiller ma fille, lui ôtant son magnifique déshabillé. Ses seins étaient maintenant à l’air libre, juste devant moi, je n’avais qu’une envie : les honorer.


Ils m’attiraient vers elle, je posais enfin mes lèvres sur sa poitrine de rêve.

J’embrassai ses seins, je titillai ses tétons qui commençaient à durcir, je les suçais comme si du lait pouvait en sortir. Ma fille gémissait de plaisir.


— Papa, hummmm ouiiiiiiii, encore continue, c’est trop bon.


Je descendis vers son ventre pour découvrir son trésor, le saint graal de ma fille, ma langue explorait chaque parcelle de son corps. Puis j’arrivais vers son superbe minou, lisse, gourmand, rien que pour moi….

Elle écarta ses cuisses en me disant :

  — Papa, je t’aime !



Ma langue commença à lécher ses lèvres déjà humides de mes caresses, puis le bout de ma langue s’occupa de son clito, déjà gonflé d’excitation.


Son corps se crispa, arqué à chaque coup de langue, elle se laissait aller.

Sa mouille était divinement bonne, j’aurais pu en boire toute ma vie à la place de l’eau.

Puis je remontai vers sa bouche pour l’embrasser, en même temps elle gouta pour la première fois sa propre cyprine. Elle avait l’air d’aimer le goût.


Elle voulait me faire plaisir et juste avant elle me dit une chose qui allait me faire tellement plaisir que notre relation allait changer du tout au tout….


— Papa ?

— Oui, mon cœur ?

— J’ai plus envie d’être ta fille mais que tu me traite comme ta femme, tu veux bien ?

— Hooo mon amour, je t’aime et je veux te rendre heureuse, alors bien sûr que je suis d’accord mais à une condition.

— Laquelle, papa ?

— Ne m’appelle plus papa, mais comme si j’étais ton homme.

— Ho ouiiiiii mon ange, j’en rêvais !


A ces mots, elle se pencha vers mon bas ventre, et commença à déboutonner mon pantalon, et d’un geste sûr, elle fit glisser mon boxer à terre et libéra mon dard en érection.

Elle le prit dans sa main et commença à me masturber. Son geste était divin, et elle posa sa délicate bouche sur le bout de mon gland.


J’ai cru que mon cœur allait jaillir de mon torse, cette sensation était divine, elle s’appliquait à me sucer du mieux qu’elle le pouvait, même si ses gestes étaient hésitants, sa douceur était telle que je me sentais comme enveloppé par la douceur.


Au bout d’un moment, j’ai cru que je n’allais plus pouvoir me retenir, et je lui signalai de ne pas continuer.


Elle m’embrassa avec passion, et me dit au creux de l’oreille :


— J’ai envie que tu me fasses l’amour, mon amour.


Elle s’allongea sur son lit, et je vins me placer entre ses cuisses, mon sexe était comme guidé par l’entrée de sa grotte, et mon gland commença à écarter son puits d’amour, je m’enfonçai avec douceur vu qu’elle était vierge, je ne voulais pas lui faire mal, mes mouvements étaient tendres, je rencontrais son hymen, elle appuya sur mes fesses pour que je brise cette barrière, qui rompit facilement, elle n’a quasiment pas eu mal.


J’entamai un va-et-vient doux au début et au bout de quelques instants, je me rendis compte que je n’avais pas mis de capote…


Je fis part de mon inquiétude à mon bébé d’amour qui me dit tout naturellement :


— Ce n’est pas grave mon ange, je veux te sentir en moi entièrement, sentir ton sperme couler dans mon ventre, je te l’ai dit mon ange, ne me considère plus comme ta fille, mais comme ta femme.


Elle me dit tout de suite après :


— Je ne prends pas la pilule, j’aimerais que tu éjacules en moi sans te retenir, je veux avoir un bébé de toi, je veux que tu me mettes en cloque. Je veux porter notre enfant, fonder une famille avec toi.


A ces mots, nos corps ne formaient plus qu’un, et notre amour était incommensurable.

Mon sexe s’enfonçait en elle avec une telle puissance, qu’elle ne gémissait plus, elle hurlait !


Nos corps se déchainent dans le désir et l’amour, ma fille me regarde avec tellement d’amour et de désir.

On s’embrasse avec frénésie, mes va-et-vient deviennent de plus en plus intenses.


Puis elle veut me chevaucher, donc je me mets sur le dos et elle s’empale sur moi, la pénétration est encore plus profonde, et elle se laisse aller et contrôle la cadence.

Comme ça, je peux caresser ses seins, les lécher, les mordiller, son corps se déhanche comme une furie.


Elle me demande de la prendre en levrette, je ne peux rien lui refuser, alors elle se place à 4 pattes, je joue avec son clito avec le bout de mon gland avant de la pénétrer, elle gémit et me supplie de la prendre.


De sa main, elle me guide en elle et je recommence mon va-et-vient, là j’intensifie mes coups de reins, j’attrape ses seins, les malaxe, me sert d’eux pour bien la prendre.


Elle me dit qu’elle va bientôt jouir et je dois bien avouer que moi aussi.

Elle gémit comme jamais pendant que je me déverse en elle, je jouis une quantité de sperme impressionnante, elle sent ce liquide brûlant couler dans sa matrice.


Et vu qu’elle est fertile, on espère que cela aura une chance d’aboutir…


Je m’écroule sur elle en l’embrassant dans le cou, elle de son côté, me caresse les cheveux, puis nos lèvres se rejoignent.

On s’enlace tendrement avec des gestes d’affection, et je lui dis au creux de l’oreille :


— Je t’aime, mon amour, et je veux t’aimer comme tu le mérites.


— Ho, mon chéri d’amour, moi aussi, mais je sais que tu m’aimeras comme un homme amoureux.

— Mon cœur, tu étais sérieuse quand tu m’as dit que tu voulais porter notre enfant ?


Elle me répondit :


— Bien sur mon amour, tu en doutes ?


— Non, je voulais être sûr que tu n’aies pas dit cela dans le feu de l’action.


Là, je pose ma main sur son ventre et ce geste prend une signification toute particulière car je me souviens de ce même geste que j’ai fait lorsque sa mère était enceinte d’elle… Et elle se rend compte de quelque chose :


— Qu’est ce qu’il y a, papa ?

— Rien, chérie, mais la dernière fois que j’avais posé la main sur le ventre de quelqu’un et bien c’était ta mère et elle était enceinte de toi…


Elle voit que je suis un peu triste et m’enlace avec tout l’amour qu’elle a pour moi.


— Je suis là, mon chéri, et je serai toujours là pour toi, quoi qu’il arrive, je ne pourrai jamais remplacer maman mais je veux te rendre heureux.


Sur ces mots, je fondis en larmes car elle m’avait touché en plein cœur.

Elle voulait me demander quelque chose mais n’osait pas. Après avoir repris en main mes émotions, je voyais bien que quelque chose la tracassait…


— Qu’est-ce qu’il y a, mon bébé ?

— Je voudrais te demander quelque chose mais je sais pas si je dois...

— Tu sais bien que tu peux tout me dire, n’hésite pas mon bébé.

— Papa…. J’aimerais qu’on soit un vrai couple, et j’aimerais être ta femme si tu veux bien.

— Ho mon amour !!!!! Bien sûr, mais à mes yeux tu l’es déjà !!!!! Il va falloir que l’on déménage, sinon on ne pourra pas vivre notre amour au grand jour .

— Tu ferais ça pour moi, pour nous ?

— Bien sûr, et on va lancer le projet dès maintenant.


Elle me saute dessus et m’embrasse comme une ado en me disant « Merci, merci, merci papounet ».


— Tu pourras m’appeler papa ou papounet de temps en temps mais je suis ton homme, donc n’en abuse pas, d’accord ?

— D’accord.


Les jours suivants, nous avons passé notre temps à faire l’amour comme deux ados, dans toutes les positions, dans toutes les pièces. Mais nous avons aussi lancé le projet de déménager, il faut que je demande une mutation en faisant attention à ne pas faire de gaffe sur ma fille et notre relation.

Ma fille doit changer de lycée en cours d’année et ce n’est pas simple, mais j’obtiens ma mutation en 3 semaines, donc cela est un argument de poids pour le rectorat.

Le déménagement a lieu très vite, et quelques jours après, ma fille ( ou plutôt mon amour ) me dit qu’elle a une surprise pour moi. Lorsque je rentre du travail, je vois un chemin de pétales de roses commencer juste après la porte d’entrée et qui va vers notre chambre ( ou plutôt une suite parentale ), je suis le chemin et je passe devant la cuisine, et je vois, posé sur le plan de travail un objet…


un test de grossesse !!! avec un résultat de prise sang.


En le lisant je vois le résultat, et il est POSITIF !!!


Mon amour est enceinte, enceinte de moi.

Je suis à nouveau le chemin de pétales, et j’arrive dans notre chambre, et la, une vision de rêve, que dis-je, de paradis, mon amour dans la même tenue que lorsque nous avons fait l’amour pour la première fois, allongée dans une position ultra sexy, là elle me fait signe avec son doigt de venir la rejoindre.

Elle m’arrache mes vêtements comme une fauve, et m’embrasse avec passion et fougue.

Diffuse en direct !
Regarder son live