Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 805 fois
  • 39 J'aime
  • 4 Commentaires

Fille fantasmant sur des femmes mûres autoritaires

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Salut à toutes, je me présente Rina, 24 ans et j’habite dans le centre de la France.

Comme beaucoup de femmes j’ai toujours fantasmé en cachette de faire l’amour avec une autre femme. N’ayant eu que des rapports hétérosexuelles jusqu’à maintenant, je me réservais ces petites histoires que pour mes moments de solitude vous voyez?!

Pas envie de m’inscrire sur un site de rencontre lesbienne et pas le courage d’aller draguer dans un bar lesbien. Pratique vu qu’il n’y en a pas là où je vis.


Deux éléments ont bousculé les choses dans ma petite existence. En début d’année je suis tombé sur un site de récits érotiques entièrement axé sur la domination lesbienne. Ne pensez pas tout de suite aux S&M, même si le rapport dominatrice/ soumise et bien entendue mis en avant dans les différents récits.

Au début j’y allais plus par curiosité qu’autre choses. Mais avec le temps, je lisais 2 à 3 récits certain soir avant d’aller me caresser seule sous la couette.


Et tout ça était très sympa jusqu’à que je découvre ma nouvelle patronne, qu’on va appeler Nicole( les connaisseurs sauront pourquoi ;). Blonde, la quarantaine, corps svelte et énergique qu’on devine facilement sous ses tenues chics, des yeux bleus d’où semble émaner une grande intelligence.

Enfin Bref, je ne suis pas tombé amoureuse d’elle, mais cette femme m’intrigue. Je veux passer du temps avec elle, la connaître, lui ressembler. Le pire c’est qu’en plus d’être belle, distingué, intelligente et tout ça, elle m’aime bien et m’a déjà dit qu’elle me trouvait "adorable" :). Ah oui je suis brune, j’ai une jolie silhouette et je me trouve plutôt mignonne. Mais à part ça nous entretenons une relation purement professionnelle.


Bon ça c’est pour le cadre, vous allez comprendre ce qui cloche chez moi à présent ^^.


Cette été, elle travaillait sur un dossier à boucler avant les départs en vacance. N’ayant pas mon propre bureau, je travaillais souvent à ses côtés ou plutôt debout à côté d’elle. Et à un moment, la vue de ses jambes nues sous sa jupe, m’a fait imaginer( fantasmer en fait) qu’elle me demandait avec non-nonchalance de m’agenouiller sous la table, main dans le dos, menton sur le bord de sa chaise, pour "juste" renifler sa culotte.

Et comme il faisait un peu chaud dans la pièce malgré la clim, je devinais l’odeur de transpiration et de mouille qui pourrait émaner de son entre jambe.

Cette image d’elle retroussant sa jupe tout en restant plongée dans ses dossiers et écartant ses cuisses pour que je vienne "la sentir" était tellement clair dans ma tête que j’ai eu une coulé de mouille dans ma culotte.


C’était la première fois de ma vie que je fantasmais sur une autre femme en Live. Je vous laisse imaginer la séance de masturbation qui s’en ai suivi une fois rentré à la maison.


évidemment mes fantasmes sur elle ne s’arrêtèrent pas là. à d’autre occasion j’imaginais qu’elle me donne l’ordre, après que je sois passée sous son bureau, de me relever face à elle, de soulever ma jupe qu’elle puisse vérifier le fond de ma culotte( et hop, deuxième coulé de mouille X).

Bien entendue si ça n’étais pas propre, j’imaginais son air mis fière d’elle mi dégoutais, avant de me donner une fessée allongée sur ses genoux pendant qu’elle me traiterait de "petite trainée renifleuse de culotte" ou encore "de petite salope en manque"^^.

Et enfin m’envoyer dans dans un coin du bureau, à genoux, main sur la tête, yeux larmoyant, la jupe relevais jusqu’à la taille et culotte baissé. Ne cachant rien de de mes fesses rougies par la punition.


évidemment, mes autres collègues femmes, faisant des allers retours dans le bureau de Nicole, pourrait me voir dans cette posture humiliante et devinerait facilement ce qui a pu s’y passer.


Et maintenant la grande finale X).

Remarquant la mouille dégoulinant de mon entre cuisse causé par tant d’humiliation et de perversité, Nicole fait la remarque à l’une de nos collègues que "Cette petite chienne n’a aucune tenue, je vais l’emmener en salle de pause pour qu’elle puisse faire ses besoins avant qu’elle n’inonde le sol.".

Remarque suivi de rire moqueur qui me font pleurer comme une madeleine( mais m’excitant encore plus).


Et c’est à quatre pattes m’agrippant par les cheveux, que Nicole me traine jusqu’à la salle de pause en passant devant les autres bureaux. Même la jeunette blonde de l’accueil( 28 ans) est présente et film avec son smart phone histoire de me faire des souvenirs avant de partir en vacance.


Nicole dans un coin de la pièce allume une cigarette et sur un ton qui ne me laisse pas le choix, m’ordonne d’écarter mes cuisses et de me masturber devant cette assemblée de 5 femmes toutes plus âgées que moi. Elle me dit sur un ton aussi sec "Et t’as intérêt à demandé la permission avant de jouir si tu ne veux pas qu’on post la vidéo sur Facebook."

La salle de pause est entièrement silencieuse, on y entend que mes gémissement et les bruits mouillés et obscènes de mon vagin que je doigte et masturbe de mes deux mains. Et lorsque je supplie enfin" S’il te plaît Nicole, est-ce que je peux jouir?" celle-ci me balance " Pas encore, caresses toi encore, ta chatte n’est pas encore assez rouge comme ton visage!".

La remarque est tout de suite suivi d’éclats de rire.


Je la supplie encore, je n’en peut plus, avec ou sans son accord, à la cadence à laquelle je me caresse je sens que je ne pourrais pas me retenir. Fuck Facebook! X)

Et là elle me dit avec un sourire carnassier "Vas y petite soumise, montre nous à qu’elle point tu aimes qu’on te mate pendant que tu branles ta chatte de salope!"


Et plus que mes gestes, c’est ces paroles orduriers sortant de la bouche de ma supérieur hiérarchique qui me font partir dans un orgasme titanesque. Un feulement animale sort de ma gorge, les deux mains entre les cuisses, j’en perd une chaussures sous la contraction brutale de tout mon jeune corps.


— Rina ça va aller?!

Nicole vient de me poser une question. Moi:

— Pardon?

— Tu es toute rouge, tu transpires et tu avais les yeux dans le vague. Tu es souffrante?

— Non, j’étais plongée dans mes pensées.

— Tu es partie drôlement loin, ça fait quelques minutes que je t’observe.


Je baisse les yeux me contentant de continuer à rougir comme une petite fille qui veux cacher une bêtise devant sa maman. Et du coin de l’œil j’aperçois un sourire malicieux sur son visage.

Diffuse en direct !
Regarder son live