Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 080 fois
  • 125 J'aime
  • 4 Commentaires

Filles sensuelles mais familières

Chapitre 2

Inceste

Je ne savais pas quoi faire face à cette question que me pose Julie. "Est ce que je t’excite?" : cette question résonna plusieurs fois dans ma tête. Mes mains tremblaient et ma bouche ne savait plus s’exprimer. Julie posa ses mains sur les miennes et me sourit tendrement. Je ne savais pas qu’un sourire pouvait faire tant de bien. Son visage qui brillait me retira tout le stress en moi. Mais aucun mot ne sortait de ma bouche pour autant. Je la regardais, je contemplais sa beauté.


Vêtue seulement de son petit string, je ne pouvais que regarder ses tétons pointus qui me rendaient fou et me créer un nouveau fantasme. Celui de coucher avec ma soeur.


J’entrepris de l’embrasser. Je commençai par poser ma main sur sa cuisse et me penchai vers elle. Mais j’hésitais, peut-être qu’elle ne voulait pas. Quand soudain ses mains attirèrent mon visage sur le sien et nos lèvres se collèrent. Dans l’élan je la plaquai sur le lit et la tension augmenta. J’avais l’impression que nos lèvres resteraient collées à jamais comme si elles étaient une seule et même partie. Mais je réussis à me retirer le temps de reprendre ma respiration et je la regardai. Apparemment, elle avait autant envie que moi d’accélérer les choses.


Elle m’enleva mon caleçon et je me retrouvai nu devant elle. Je vis son regard se poser sur ma verge qui était déjà rouge et bien grosse. Elle était hésitante face à cette situation et j’ai très vite compris qu’elle n’avait encore eu aucune relation sexuelle. J’ai pris sa main et l’ai posée sur ma queue.

Elle a très vite compris ce qu’elle devait faire et était bizarrement douée pour une première fois. J’avais déjà envie de jouir mais je me retenais comme je pouvais pour faire durer ce moment magique. A genoux face à moi qui étais assis sur mon lit, elle accéléra son mouvement en parcourant ma bite sur toute sa longueur. J’étais au paradis face au mouvement énergique du poignet de ma sur. J’avais envie de lui dire que j’allais jouir mais je n’arrivais pas à parler. Je lui fis un signe maladroit au dernier moment pour la prévenir mais je jouis très vite et mes giclées furent si fortes qu’elles allèrent jusque sur ses seins.


Je repris mon souffle, je regardai Julie dans les yeux et elle me sourit. Je le voyais bien, elle était déjà essouflée. Je voulais continuer, j’avais envie de passer une nouvelle étape et je regardais son string.

Elle lâcha enfin ma bite et me saisit le visage des deux mains en me faisant un "oui" d’un mouvement de la tête.


Je la fis se redresser devant moi. Je tirai délicatement sur le string qui descendit et me laissa découvrir une nouvelle partie de ma soeur. Comme je m’en doutais depuis longtemps, elle n’ait aucun poil pour masquer son pubis. Je commençai à la caresser doucement, les premiers gémissements apparaissant du côté de Julie. Je voulus continuer à lui faire du bien comme elle venait de le faire avec moi. Je la fis s’allonger sur le lit, les fesses au bord et me mis à genoux pour rapprocher mon visage de sa chatte épilée. Elle écarta généreusement ses cuisses pour laisser ma langue faire le travail.


J’essayais de faire de mon mieux pour lui donner la meilleure première fois possible. Ses gémissements devinrent de plus en plus fort, jusqu’à que ses gémissements se transforment en cris de plaisir. J’ai compris qu’elle avait atteint l’orgasme. Après plusieurs minutes comme ça à contempler sa chatte totalement ouverte et luisante, je me relevai enfin pour m’allonger à côté d’elle. Je n’osais toujours pas lui adresser la parole, je ne savais même pas si elle dormait ou non. Au bout d’un moment elle se retourna et me regarda en souriant. Je la serrai alors dans mes bras en restant silencieux, ne sachant juste toujours pas quoi lui dire. On profita tout les deux de ce moment de silence et de chaleur qu’on partageait, jusqu’à ce que Julie se lève et marche un peu dans ma chambre, sûrement pour se dégourdir les jambes.


On ne regardait pas l’heure mais on allait vite savoir qu’il était déjà très tard car on entendit s’ouvrir la porte d’entrée de la maison.

On se regarda avec Julie et on se rendit compte que c’était notre mère qui est rentrée du travail.


Moment de panique : j’étais dans ma chambre avec ma soeur, tout les deux nus, nos sous-vêtements qui trainaient par terre. Sans compter la poitrine de ma sur badigeonnée de mon sperme. Si notre mère nous découvrait dans cet état, j’osais pas imaginer ce qu’il pourrait se passer.


On entendit les bruits de pas de notre mère dans les escaliers. Julie eut seulement le temps de s’essuyer sommairement les seins avec un de mes T-shirt qui trainait sur une chaise et d’enfiler son string. Pour moi, je réintégrai ma bite encore tendue dans mon caleçon et attrapai mon ordinateur portable pour ouvrir rapidement une page en guise d’excuse à la présence de ma sur juste avant que ma mère toque à la porte de ma chambre. je répondis à sa demande implicite et elle ouvrit la porte entièrement pour nous rejoindre. Nos regards se croisèrent, elle nous sourit tendrement et nous demanda :

— Tiens, je pensais vous trouver au salon. Qu’est-ce que vous faites ?

— Euh, j’étais en train de faire un jeu sur l’ordi et Julie venait me demander un renseignement que j’avais dans mes fichiers.

— Ah, bon. C’est bien. Je vais prendre ma douche. Vous pourrez descendre ensuite pour m’aider à préparer le repas ?

— Oui, promis, on termine et on descend !


Ma mère se retourna pour aller de l’autre côté du couloir et dès qu’elle eut disparu, Julie se jeta dans mes bras. On se regarda tout les deux et on se posa des questions sur ce qu’il venait de se passer.


On passa le reste de la soirée tranquillement avec Julie et Carole. Après avoir pris sa douche, notre mère s’était elle aussi mise en tenue plus que légère. Elle avait choisi son string en résille rouge, celui qui ne cache absolument rien. Je pense qu’elle l’avait fait exprès pour m’exciter, surtout après ce qu’il s’était passé hier soir. Peut-être avait-elle envie de renouveler l’expérience. J’en avais envie aussi bien évidemment, et peut-être d’aller plus loin, comme avec Julie. Mais par égard pour ma sur, je m’esquivai rapidement après le film qu’on regardait tous les trois et rejoignis ma chambre. Ma sur en fit de même, ce qui laissa Carole en plan.


On a continué de se parler par messagerie avec Julie une fois dans nos chambres respectives. On voulait pouvoir encore avoir des relations tous les deux, dans un secret absolu bien évidemment, que ma mère ne se doute de rien. Le seul problème était qu’on ne savait pas réellement ce qu’elle avait pu penser quand elle nous avait vus ensemble dans la chambre. Est-ce qu’elle avait noté mon érection dans mon caleçon et les cheveux ébouriffés de ma sur dont les tétons pointaient bien droit ? On était en hésitation mais avec Julie on avait développé un amour plus fort que juste frère et sur et on voulait approfondir cette relation nouvelle.


Le lendemain, j’étais seul à la maison. Ma mère était partie pour faire des courses et Julie chez une amie. Je m’ennuyais et j’avais envie de voir Julie. Soudain je reçus un message de sa part me disant qu’elle arriverait en fin d’après-midi et je sentis mon coeur battre plus fort en pensant que j’allais pouvoir la serrer bientôt dans mes bras. Mais c’est une autre personne qui rentra au moment où je recevais le message. C’était ma mère qui revenait de ses courses.


Cette journée allait être compliquée.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live