Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 744 fois
  • 95 J'aime
  • 2 Commentaires

Fin de soirée orgasmique

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

En ce vendredi quatorze juin deux mille dix-neuf, Françoise s’apprête à quitter son emploi d’infirmière dans une maison de retraite qui se situe du côté de Léognan, une commune qui se situe à proximité de Bordeaux. Au sein du service, une petite nouvelle a fait son apparition, il s’agit de Stéphanie, elle a vingt-huit ans, a des cheveux blonds et des yeux bleus d’une profondeur assez extrême. Elle a été formée par Françoise et connaît parfaitement les rouages du métier.


Aux alentours de dix-neuf heures, deux autres collègues de travail rejoignent les infirmières, puis vont dans une brasserie. Elles y ont leurs habitudes, le café le matin et le déjeuner le midi, c’est donc avec plaisir et sympathie que le responsable de l’établissement a ouvert la salle qui se situe à l’arrière pour fêter l’événement. Pour l’occasion, Stéphanie s’est vêtue d’une simple robe noire.


Il a préparé un repas festif pour l’occasion, des petits canapés accompagnés d’un kir royal, puis ensuite une assiette de charcuterie pour chacune de ses convives, le tout accompagné d’un petit vin du coin. La suite est assez classique, la traditionnelle bavette frites, puis pour conclure un moelleux au chocolat. Les collègues discutent, bavardent, puis boivent une dernière coupe de champagne.


La fin de soirée arrive, les filles se quittent. Elles sortent de la brasserie, et tombent sur Gustave et Robert, deux sans domicile fixe qui traînent souvent dans le centre-ville. Françoise leur offre un petit verre d’alcool. Ils se connaissent bien depuis le temps, ce sont deux hommes d’environ cinquante ans, et qui sont plutôt gentils par habitude.

Tout le monde se quitte dans la bonne ambiance et se sépare. Stéphanie de son côté est légèrement pompette. Rien de bien méchant, mais assez pour prendre deux trois heures histoire de pause avant de retourner à son domicile. Sa voiture est garée derrière l’église de Léognan, ayant un cabriolet d’une marque française bien connue, elle ouvre la capote et profite de l’air frais pour éliminer l’alcool qu’il y a dans son sang. Très rapidement, la jeune femme plonge dans une sorte de demi-sommeil.


Au bout d’une demi-heure, deux voix graves raisonnent contre le mur de l’église, ce sont les deux sans domicile fixe qui discutent entre eux, et qui préparent leurs tentes afin de dormir. Pas loin, il y a un robinet d’eau qui leur sert de douche. Ils ont toujours su garder une hygiène impeccable.

Une fois leurs tentes montées, ils vont se rafraîchir et se laver. Les serviettes sur le dos, le torse nu, ils passent devant la voiture de Stéphanie. Ils sont émerveillés par la beauté de cette jeune fille. La robe noire qu’elle porte en cette soirée est tout simplement magnifique. Les deux compères vont se nettoyer. Ils passent de nouveau à côté de la voiture. Gustave racle le fond de sa gorge, Robert parle un peu plus fort que d’habitude.


Stéphanie ouvre légèrement les yeux et voit les deux sans domicile fixe. Elle leur fait un salut de la main. Elle a encore les joues rougies par l’alcool. Les deux hommes se rapprochent de la voiture puis entreprennent une discussion avec cette dernière. Ayant pris connaissance de leurs histoires via Françoise, la jeune femme ne peut qu’avoir de la compassion pour eux.

Un brin malicieux, Gustave propose une bière à Stéphanie. Cette dernière ne refuse pas. Le quinquagénaire part en direction de la tente puis revient avec trois bouteilles. La jeune femme sort de la voiture, le trio trinque à cette soirée. Toujours un peu taquin, Robert ne fait que sortir des blagues ordinaires, mais aussi un peu salaces.


Le temps passe, Gustave propose de boire une autre bière. Le trio est désormais assis sur l’herbe qui se situe à côté de la tente des deux sans domicile, derrière l’église. Stéphanie a quelques difficultés à ajuster sa robe, le temps est assez lourd et les corps sont transpirants. Le quinquagénaire audacieux admire les quelques images osées qui s’offrent à lui lorsque la jeune femme croise, puis décroise ses jambes. Il fait nuit, mais la lueur des lampadaires lui permet de voir un bout de tissus blanc.


Robert se rapproche délicatement de la jeune femme de vingt-huit ans, pose sa main sur son épaule, quand soudain, cette dernière a une envie pressante. Elle part donc en direction des toilettes publiques qui sont à proximité puis revient. Elle s’assoit de nouveau avec les deux hommes, boit une bière supplémentaire.

Robert revient auprès d’elle, puis pose de nouveau sa main sur l’épaule. Stéphanie ne trouve aucun reproche à faire à ce geste. L’ambiance étant conviviale, elle apprécie ceci. L’homme effectue une légère pression avec ses doigts, cela ressemble fortement à un massage. Appréciant encore plus cette attention, le sans domicile fixe se positionne derrière elle, puis continue son activité.


La tête de Stéphanie part légèrement en arrière. Le plaisir et l’effet détente de cette action sont très agréables. Les jambes de cette dernière se décroisent. Gustave profite de la situation pour se rapprocher, et effectue la même prestation que son compère, mais sur les mollets. La jeune femme prend légèrement du recul, mais la bonté du massage de Robert l’a légèrement désinhibée, du coup elle profite de ces deux nouvelles mains qui se posent sur elle.


Les deux quinquagénaires sont aux anges, ils n’ont jamais connu telle situation et comptent bien en profiter. Stéphanie prend un plaisir énorme à être chouchoutée. Robert a une vue imprenable sur le haut de la poitrine de la jeune femme. Ses mains deviennent petit à petit baladeuses. Elles sont sur les épaules, mais descendent régulièrement sur le flan du corps de cette blonde délicieuse. De son côté, Gustave est passé des mollets, aux genoux.


La jeune femme ressent des frissons, et commence à avoir des envies pas très catholiques. Robert continue d’effectuer son petit manège, et c’est désormais à travers le tissu de la robe noire qu’il masse les seins de Stéphanie. Très rapidement, il fait descendre les bretelles de la tenue. Elle apparaît alors en soutien-gorge devant les hommes, mais ce dernier finit aussi par être enlevé. L’homme palpe alors cette jeune poitrine dénudée, puis change de position afin de lui téter les tétons.


Gustave ne se fait pas prier, il a glissé ses mains sous la robe afin d’enlever ce fameux sous-vêtement blanc qu’il regardait quelques fois. Il s’agit d’un string en dentelle classique. Stéphanie sursaute suite à cette action, mais prise d’un désir intense, elle veut que les deux sans domicile fixe s’occupent de son corps.


Alors que Robert continue de jouer avec la poitrine de cette dernière, c’est goulûment que Gustave savoure la cyprine qui coule entre les lèvres vaginales de la jeune femme. Les bruits de succion sont d’ailleurs très explicites. Afin d’éviter toutes suspicions de quoi que ce soit, le trio se rapproche de la tente.


Robert pose une couette sur l’herbe, puis enlève son pantalon par la même occasion. Il a une verge épaisse et assez correcte, Gustave a fait la même chose. Stéphanie porte encore sa robe autour de sa taille. Les deux hommes ont échangé les places, c’est désormais Robert qui effectue un cunnilingus à la jeune femme et l’autre qui s’occupe de la poitrine de la jeune femme.

Au bout de quelques minutes, la jeune infirmière commence à avoir le souffle saccadé, il faut dire que le RoRo lui titille le clitoris depuis pratiquement dix minutes et que le premier orgasme n’est pas très loin. Alors qu’elle pousse des cris stridents, Gustave lui enfonce sa verge dans la bouche afin de n’éveiller aucun soupçon. Ça en est trop, la jeune femme expulse une quantité de cyprines assez importante.


Elle n’arrête pas la fellation, bien au contraire. Robert lui soulève les jambes, puis frotte son membre contre les lèvres de cette jeune partenaire de vingt-huit ans. Très rapidement, il s’enfonce en elle. Avec le sexe de Gustave, elle ne crie plus, elle grogne, elle en bave même. Robert donne ses coups de reins, puis les deux hommes échangent leurs places.


Gustave est beaucoup plus bestial, il s’agrippe à la robe de Stéphanie pour se donner encore plus. Ils changent de position, la jeune femme se met à quatre pattes, et le quinquagénaire la prend désormais en levrette. Robert s’est assis et continue de se faire pomper le dard. Les coups de boutoirs sont assez forts, les seins de Stéphanie ballottent à chaque fois.


La jeune femme est dans une forme d’orgasme permanent. Robert l’entraîne vers elle. Elle se met à califourchon au-dessus de lui, puis s’empale sur son sexe. Désormais, elle monte et descend comme une hystérique sur le pieu de l’homme. Gustave se fait tant tôt sucer, puis il lui caresse la poitrine, et pour finir lui titille son petit œillet.


D’ailleurs, il ne tarde pas à se positionner derrière elle, lui lubrifie l’anus avec de la cyprine, et même quelques coups de langue, puis s’enfonce lentement, mais sûrement dans les entrailles de Stéphanie. Les deux hommes se coordonnent rapidement dans leurs gestes, et c’est en double pénétration que la jeune femme est prise.


Au bout de dix minutes, c’est la jouissance ultime, le corps de cette dernière tremble, elle en pleure même d’émotions. Elle s’allonge sur le dos, les deux hommes jouissent quant à eux tour à tour dans ce vagin suintant de cyprine.



Le trio part se faire un brin de toilette, il revient à la tente. Stéphanie remercie les deux hommes pour cette nuit de folie, et leur promet de les accueillir dans son nouveau domicile qui sera plus grand que l’appartement qu’elle a à l’heure actuelle. Les deux hommes n’en reviennent pas, mais cette dernière souhaite vivre des moments de jouissances intenses comme celui qu’elle vient de vivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live