Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 523 fois
  • 7 J'aime
  • 1 Commentaire

Fine

Chapitre 1

Erotique

Fine me raconte ses masturbations. Nous devenons des amis proches à cause de ses confessions. Obligé à mon tour de me découvrir, moi aussi je lui dis comment je fais. Elle c’est très féminin, moi c’est masculin. Comment lui faire comprendre qu’en descendant le prépuce à une vitesse variable mon jus sort en rafale: je jouis, c’est visible. Pour elle le plaisir est différent, elle se caresse la chatte ou même, d’après ce qu’elle dit le petit trou pour sentir un ou plusieurs orgasmes. Fine m’excite sans cesse en rajoutant des détails piquants à chaque récit. Elle est dit-elle une femme fontaine.

Fine est la fille de voisins. J’ai connu sa mère un matin sur la plage en cherchant des galets. Elle m’a « forcé » à lui montrer ma bite. En échange j’ai eu droit à la voir nue : ma première femme nue. J’ai voulu la toucher ? Elle a refusé sous prétexte que j’étais trop jeune. A l’époque c’était vrai, je bandais à peine, je commençais les premières masturbations.

Je voyais Fine un peu après. C’est à cette époque qu’elle commençait elle aussi à se caresser la chatte. Elle ne pouvait se retenir de me raconter ses plaisirs.

Nous prenons l’habitude, pour les vacances, de nous voir pour nous toucher, chacun de son coté. J’aime voir ses mains entre ses jambes qu’elle ouvre sans pudeur. Elle commence par les genoux, va jusqu’à l’ouverture du compas. Elle me regarde d’un air provoquant. Elle sait que je vais sortir mon engin.

Je lui montre tout sans restriction. Elle me regarde de près, comme le ferait une mère poule. Elle est tournée vers moi, je vois toute sa chatte. J’aimerais la caresser là. Je n’y ai pas droit, pour je ne sais qu’elles sombres raisons. Ma queue bande, Fine est contente, elle peut se caresser l’abricot. Je commence aussi à me faire du bien. J’esquisse les descentes du prépuce tout en bas vers les couilles qui remontent. Je reste un instant ainsi, le gland rougissant de plus en plus. Fine le regarde avec un air gourmand.

Notre première fois a lieu quand elle se met contre moi, qu’elle décide à me mordre la bite.Au début simple geste amical. La suite est toujours amicale en un sens. Sauf que Fine transforme son geste en fellation improvisée. Sans qu’elle me le demande je m’allonge pour mieux profiter de la caresse particulière. Sa tête va et vient sur la colonne ; sa main en fait autant sur sa chatte. Elle doit penser à une suite agréable pour nous deux. Elle se tourne sur moi, me donne sa chatte baveuse, pleine de je ne sais quoi d’odorant et goûteux. Ma langue habituée à sa bouche fait à cet endroit les mêmes mouvements. C’est agréable de donner son sexe à la bouche de l’autre. Seulement il arrive la suite pour moi, j’éjacule dans sa bouche. Elle me garde pendant tout la durée de la jouissance. Je vois même un filet de sperme couler de ses lèvres quand nous nous redressons. Bien sur je débande rapidement. Fine prend la bite dans sa main pour me masturber encore. Elle arrive à me faire triquer encore en m’embrassant. Je sens le sperme dans sa bouche, elle sent sa cyprine dans la mienne.

Cette fois elle vient sur moi, à cheval sur le bas ventre. Dans sa main je grossis encore. Elle me dirige vers sa grotte. Elle est douce en elle quand j’entre dans son con. Elle jouit trop vite : Fine se relève à peine pour changer d’endroit. Je sens ses fesses contre le gland. Fine se laisse aller sur la queue : elle laisse venir la pine dans ses fesses, dans son cul.

Fine y est très serrée : j’entre avec difficultés. Fine gémit de douleur. Fine gémit de son orgasme. Je retarde pour jouir. Fine en veut encore. Cette fois dans sa bouche. Je ne sais ce qu’elle trouve à la queue après que j’ai ramoné son cul.

Fine revient sur moi en 69. Cette fois j’arrive à lécher l’ananas quand elle me demande le lui dorloter le cul d’où je sors. Le bout de la langue tendu, j’arrive à la lécher. Je retrouve le goût de sperme. Le bout de langue entre un peu dans l’anus. Je sens le cul s’ouvrir, le pouce entre en scène quand je lui caresse brusquement le clitoris. Elle lèche la queue, le gland. Ces deux mains entourent mon fessier. Elle ouvre la raie, y met deux doigts qui se promènent vers mon autre entrée. Sa caresse anale est fort bien faite, j’ai envie qu’elle poursuive. Comme au foot : et un et deux et presque trois. J’ai le cul défoncé. Elle n’arrête pas de m’enculer comme pour se venger de le lui avoir fait. Elle me donne presque le goût de me faire mettre par une vrai bite. Je mordille sa chatte, je reçois une forte dose de sa jouissance dans la bouche. Nous partageons nos liquides dans nos bouches.

Diffuse en direct !
Regarder son live