Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 480 fois
  • 92 J'aime
  • 5 Commentaires

Le flair de Taro

Chapitre 1

Zoophilie

Bonjour,


Je m’appelle Sabrina. Ça fait trois semaines que je suis plus en couple. Avec mon conjoint nous avons décidé de faire un break car plus rien ne va entre nous. Nous avons une petite fille de trois ans et deux chiens, un mâle et une jeune femelle opérée. Je suis en manque sexuellement. Et quand je repense à nos rapports sexuels avec mon mari ça me désespère. Cependant j’ai envi d’autre chose, je sais pas, quelque chose de mieux, un truc nouveau moins solo, un autre conjoint? ...


J’ai gardé mon chien de mon côté et lui la chienne, tout simplement car c’est le mien. Il est adorable et bien éduqué, j’en suis plutôt fière. C’est un dogue argentin et il s’appelle Taro. Il n’est point castré, pour l’instant.


Nous sommes jeudi. Un jeudi soir ordinaire. La miss joue tranquillement sur le grand tapis du salon. Je suis assise sur le canapé les pieds posés sur la table basse du salon, je regarde les informations, mon netbook sur les cuisses. Taro semble dormir profondément... Ce soir là il va se passé quelque chose. Quelque chose que jamais je n’aurais imaginé. Quelque chose qui a fait que. Un hasard?


Plus tard dans la soirée je couche la miss. Puis je me dirige dans la salle de bain. Je suis en nuisette à ce moment là. Je me démaquille et brosse les dents puis je vois passé Taro. Je regarde la baignoire et celle-ci est sale. Il restait du substrat liquide qui s’était échappé des pots quand j’avais arrosé mes bonsaïs dans la journée. Je prend le pommeau de douche pour arrosé ça et rendre la baignoire propre. Je me baisse grandement, ma nuisette bleu nuit remonte. C’est alors que je sens le museau de Taro me reniflé le derrière en insistant! c’était agréable ma fois... mais cela n’est pas dans mon éducation. Je remet les choses au clair et dodo! Bien que dans cette posture, pas facile d’être autoritaire.


La nuit du jeudi, je n’arrivais pas à dormir. Je repensais à ce qui s’était passé. Cela n’était pas "si" grave mais ça m’intriguais. Pourquoi Taro avait fait-il cela? Ça doit être normal. Je repensais à cette sensation. Le museau chaud de Taro à travers ma culotte, ce souffle et cette inspiration. Pourquoi je pensais qu’à ça. Je ne voulais plus y pensé. Alors je me masturba. La position pour la masturbation vaginal ordinaire m’agaça vite, à savoir dos contre mur. Je voulais qu’on me prenne en levrette, j’adorerais. J’abandonna vite. Je me mis en position de levrette, le cul bien en l’air, donnant des coups de fesse en me pénétrant mon petit trou vaginal avec deux doigts. J’imaginais qu’on me prenait par derrière, qu’on me donnait des bons coups de reins. C’est ça qu’il me fallait. Rien que d’y pensé je mouillé beaucoup. Ainsi j’ai pu bien jouir... Je me laissé aller à jouir, les yeux fermés, le côté de la tête contre l’oreiller tendre. Je ralenti et arrêta. Je tourna ma tête et vis Taro assis en train de me regardé la tête penchée. J’éprouva alors une certaine gène, une honte même... Il a du rien raté, j’aurais du fermé la porte... Taro se lécha les babines. Mais qu’à t-il derrière la tête! La miss pleura, je la réconforta puis elle dormis. J’ignore Taro et je ferme vite la porte derrière moi... J’arrive enfin à dormir.


Vendredi matin. J’emmène la miss à l’école. Taro me fait de la peine. Mais j’arrive plus à le regardé en face. La veille ma bouleversé. A cause de ce manque de sexe, j’ai l’impression de perdre la tête. Une fois la miss emmené à l’école je rentre à la maison. Je me retrouve seul, du moins il y à Taro pas loin. Mais seul, et j’ai très envi de faire l’amour... que dis-je, de baisé. Je repense à la veille. Je sors de la cuisine et je regarde Taro. Je l’appelle et il vient de suite, il attendait que ça, le pauvre. Je le câline, je m’excuse, j’arrive même à oublié le petit truc de la veille si intriguant. Je suis seule, j’ai envi de sexe mais seule... Puis je regarde Taro, il me fixe les oreilles levées! mon cœur se mis à battre très fort. Encore plus quand il aboya! je sursauta. Puis mon autorité revint, couché Taro! Il se coucha en pleurant... Mais chut! dis-je fort, il soupira alors et se coucha de ton son corps.


Je décida ce jour là d’être curieuse...


Diffuse en direct !
Regarder son live