Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 790 fois
  • 63 J'aime
  • 14 Commentaires

France Croatie

Chapitre 1

Histoire médaillée
Erotique

Rappelons les faits. Après avoir vaincu les Belges avec brio, maestria et M’Bappé, nos voisins d’outre-Quiévrain sont redevenus nos amis. La bière coulait donc à flots soutenus dans le bar enfiévré de Lisieux où je m’étais rendu pour assister à la finale de foutbol.

  

 Pourquoi Lisieux, me demanderez-vous, esprits chagrins et cartésiens que vous êtes ? Comme je suis un être posé et affable (ainsi que me le confirmait pas plus tard qu’hier soir mon pote Ésope), au lieu de vous envoyer paître, je vous réponds gentiment : Zagreb est la capitale de la Croatie, vous le savez tous. Ce que l’on sait moins, c’est son jumelage avec Lisieux, peu souvent mis en exergue.

  

 Et pourquoi ça ? Ben, Zagreb-Lisieux !

  

 Me voici donc installé près de mon ami Plastic Scifo, Belge de son état (de surcroît fils naturel de Plastic Bertrand et d’Enzo Scifo). Nous avions dîné de saucisse-frites, LE plat qui unit la fierté de nos deux pays. La saucisse, vibrant hommage à la virilité gauloise, et les frites, invention géniale d’un Belge qui, un jour lointain, a osé plonger des pommes de terre dans de l’huile.

  

 Ce n’est que des années plus tard qu’un Français a pensé à faire chauffer l’huile.

  

 Quoi qu’il en soit, le match se déroula avec le résultat que l’on connaît : les onze valeureux tricolores mirent la pâtée aux féroces soldats dont le sang impur abreuva nos sillons. Et ce fut ardu, car il fallut batailler ferme contre des hordes supérieures en nombre (aurait-on dit) qui monopolisaient le ballon rond.

  

 Après le coup de sifflet final, l’allégresse déborda dans les rues empesées de Lisieux, guère habituées aux débordements festifs. Un semblant de calme nous entoura enfin, et je remarquai l’air chafouin de mon ami.

  

 — Alors, Plastic, comment ça va ?

 — Alley, une fois ça va, une fois ça vient.

  

 Je m’inquiétai. Mon camarade étant Bruxellois, il n’a pas un accent bien différent de celui d’un Parisien. Du moins pour un Sudiste comme moi. Il se trahit seulement avec des mots comme « septante », ou alors en prononçant 8 « houit ». Quand il imite Coluche imitant un Belge, c’est qu’il a un problème.

  

 — Allez, arrête de déconner, raconte-moi. C’est Anna ?

  

 Anna est sa fille unique, une superbe jeune femme aux formes épanouies qui se trouvait habiter Lisieux. Mon esprit analytique digne de Sherlock m’avait soufflé cette déduction.

  

 — Oui, soupira-t-il. Hier soir, je revenais d’une virée à bicyclette de nonante-houit kilomètres. Je suis entré chez elle en rêvant d’une bonne douche. Je n’ai pas dû faire assez de bruit, ou alors Anna était trop occupée. Elle était dans le fauteuil du salon, complètement nue, les yeux clos. Comme elle était presque face à moi, je ne pouvais rien ignorer de ses gestes : elle se défonçait la chatte avec un gode démesuré, un de ces trucs imitant une bite, avec les veines et les couilles, mais en modèle géant. Et elle l’enfonçait en cadence, et il était luisant de toute la cyprine qui dégoulinait de son con baveux. Anna est une femme magnifique, tu le sais bien. De la voir ainsi, gémissant, la bouche ouverte et les yeux fermés, les tétons gonflés et durs, se donnant du plaisir sans aucune retenue, je me suis mis à bander comme un malade. Moi, Plastic, devant ma propre fille, la chair de ma chair…

 — Je comprends ça : ta fille est vraiment belle, et tu n’es qu’un homme, après tout. Tu as des envies, et c’est normal.

 — Merci. À ce moment-là, Anna a ouvert les yeux et m’a aperçu ; elle a à peine sursauté, à croire qu’elle s’attendait à me voir. Son regard s’est porté sur mon ventre ; elle n’a pas manqué de voir l’énorme érection qui déformait mon collant de cycliste. Elle n’a rien dit mais a souri et m’a fait signe d’approcher, interrompant un instant le ramonage en règle de sa chatte. « Papounet, tu t’occupes de Bouby, mon gode préféré. En moi, je te taille une gentille pipe ; je ne peux pas te laisser dans cet état. » Mais, tentai-je d’objecter, je suis ton père. « Je le sais bien, mais ce n’est qu’une pipe, ce n’est pas de l’inceste, non ? (cf. affaire Monica Lewinsky vs Hillary Clinton, dite Sucer n’est pas tromper.)

  

 Il hésita pendant quelques secondes avant de poursuivre :

  

 — Que répondre ? J’ai empoigné Bouby et j’ai commencé à baratter le vagin de ma fille pendant qu’elle engloutissait ma bite raide. Elle s’est mise à me pomper comme une reine, massant mes couilles pleines en même temps, la langue agile et la glotte souple. Je te prie de croire que j’en ai connu, des tailleuses de pipes. Des professionnelles, des avaleuses de sabre, des bouffeuses de couilles, des essoreuses de chibre. Eh bien hier soir, j’ai eu la meilleure fellation de ma vie. En même temps, je tenais fermement Bouby, le sortant complètement pour mieux le planter, et j’arrivai peu à peu à l’enfoncer jusqu’aux couilles, ce qui m’aurait semblé impossible tellement ce gode était long et épais. Anna grognait son approbation ; je sentais bien qu’elle approchait d’un orgasme qui promettait d’être puissant, tout comme le mien.

  

 Son souffle s’était accéléré tandis qu’il se remémorait cette fellation inoubliable, et c’est en haletant presque qu’il me narra l’aboutissement des efforts de sa fille :

  

 — Quand j’ai senti que j’allais éjaculer, j’ai voulu me retirer, mais Anna ne l’entendait pas de cette oreille : elle a empoigné mes couilles pour m’interdire de reculer et a bu les rasades de semence que je larguai. Et je peux te dire que comme je n’avais pas tiré un coup depuis longtemps, elle a dû avaler une bonne dose. Je sais pas si c’est de boire mon sperme, mais toujours est-il qu’elle s’est mise à jouir à son tour, en tremblant de tous ses membres, m’inondant la main, le poignet, et presque jusqu’au coude de son jus. J’ai remercié ma fille et filé sous la douche, complètement perturbé. Je me suis lavé à l’eau froide pour m’éclaircir les idées, sans grand succès. Nous nous sommes retrouvés une heure après dans le salon. Anna, vêtue d’un pantalon corsaire et d’un débardeur qui moulait sa poitrine gonflée, est venue se blottir contre moi.

  

 Je me demandais comment cela s’était terminé ; Plastic me rapporta le dialogue qu’il eut avec sa fille :

  

 — Pardon, papa. J’espère que tu ne m’en voudras pas.

 — Mais non, ma chérie. J’étais surpris en arrivant, mais j’ai eu droit à la meilleure pipe de ma vie.

 — Merci. Tu sais, je suis prête à t’en faire encore : ça doit pas être facile tous les jours depuis que maman t’a quitté…

 — Elle a eu raison, je suis un vieux con.

 — Ne dis pas ça ; tu as été un père fantastique. Et moi qui suis incapable de trouver un homme…

 — C’est vrai que tu n’as pas encore trouvé le bon.

 — C’est pire que ça. J’en ai essayé, des mecs. Mais il n’y en a aucun qui m’ait fait jouir une fois.

 — Je vois que tu as de l’ascendance belge… essayai-je de plaisanter.

 — Bref, le seul qui me procure du plaisir, c’est Bouby. Il est fidèle, toujours prêt, il ne fait jamais la gueule, ne picole pas : c’est le mari idéal.

  

 Je ne pus m’empêcher de questionner mon copain belge :

  

 — Et c’est de ne pas voir ta fille fonder une famille qui te désespère ? Je comprends ça ; si je n’étais pas venu à Lisieux, tu aurais été tout seul ce soir.

 — Détrompe-toi, mon ami…

  

 Plastic ouvrit son sac à dos posé sur une chaise et en sortit un gode gigantesque, une monstruosité brune sillonnée de veines sombres, au gland aussi gros que mon poing, et le posa sur la table, dressé sur une paire de couilles de taureau (au moins).

  

 — Je te présente mon gendre, Bouby.

Diffuse en direct !
Regarder son live