Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 593 fois
  • 66 J'aime
  • 15 Commentaires

Frelon Rouge

Chapitre 1

A la découverte de Mr Benoît

Erotique

« Chers lecteurs, chères lectrices,


Je tiens particulièrement à remercier celle qui partage ma vie, ma Duchesse d’amour qui me soutient et me corrige, »



   Ce matin Delphine se réveille de bonne humeur, elle s’étire de tout son long et roule en dehors de son lit pour se lever avec légèreté.


   


 La vingtaine fraîchement passée, elle se sent bien. L’odeur du pain en train de griller éveille son appétit. Le café coule tranquillement dans sa tasse, les effluves de ce nectar noir lui donnent envie de prendre son petit déjeuner en terrasse. L’été approche, le soleil est au rendez-vous, les oiseaux et les insectes peuplant son jardin sont déjà affairés.



 Vêtue d’un shorty et d’un débardeur, elle se pose avec son petit déjeuner au soleil, la brise lui caresse la peau et la fait frémir. Le fond de l’air est frais, ses tétons s’érigent au travers du tissu, elle ne porte jamais de soutien gorge. Les caresses du vent commencent à réveiller ses envies de chair. Elle profite du calme de sa campagne et se rappelle cette nuit charnelle, passée il y a quelques jours, avec son amie Sylvia.



 Torrides souvenirs que ces ponctuels moments passés avec sa meilleure amie à chaque période de célibat. Elles se retrouvent toutes les deux pour se remonter le moral mutuellement et s’abandonner dans les bras l’une de l’autre pour effacer les regrets de leur relations foireuses avec des hommes, ou des femmes, égoïstes qui ont usé de leur bonnes grâces.


Son intimité est bien vivifiée et déjà moite.



 La journée s’annonce chargée. Elle a rendez-vous pour son stage aujourd’hui. Fraîchement diplômée de son titre de technicienne agronome, elle cherche à se spécialiser dans le domaine des fleurs et de la permaculture. Ses recherches et son intérêt pour les insectes l’ont conduite à se tourner vers l’apiculture. Les papillons, abeilles et bourdons qui volent dans son jardin lui donnent des envies de liberté.



 Elle se verrait bien au milieu de cette harmonieuse nature à voler et butiner comme le font ses amis du microcosme. Elle se perd un peu à rêver de papillonnage au milieu d’une nature où les fleurs seraient en vérité des phallus et des vulves de toutes formes et couleurs, à n’avoir pour seul but que  de récolter le nectar avec la bouche ou ses orifices pour rapporter son butin liquoreux et sucré à un maître ou une maîtresse qui la récompenserait par des faveurs libidineuses. Delphine est très portée sur la bagatelle et ce genre d’égarement la met dans tous ses états.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


 Il est l’heure de rencontrer Benoît, un apiculteur reconnu de sa région et futur maitre de stage. Elle s’est habillée sans fioritures: baskets, short en jean, débardeur rouge, et les cheveux attachés en une queue de cheval. Elle prend le chemin de la ’’Mélie Ferme de Benoît’’.



 Au volant de sa petite automobile, Love Again de Run the Jewels en fond sonore, Delphine roule tranquillement dans la campagne sur une route pas très large et mal entretenue, au milieu des champs en fleurs et des pâtures. Au loin elle aperçoit un petit bois, elle recherche une petite pancarte indiquant qu’elle arrive à son rendez-vous.



 Dans cette ruralité le GPS de son téléphone ne capte pas. C’est grâce aux indications données plus tôt par téléphone, qu’elle trouve enfin l’entrée du chemin qui mène à un endroit un peu reculé du monde et surtout des villes. Le domaine de Monsieur Benoît, comme on l’appelle, est une grande et belle maison en pierre, qui a l’air très ancienne, attenante à des bâtiments de ferme restaurés et mis au goût du jour.


 


 Delphine est déjà agréablement surprise de voir autant d’arbres fruitiers, de fleurs sauvages et d’herbes hautes sur les bords du chemin qu’elle vient d’emprunter pour arriver à cette magnifique demeure.



 Au milieu de la grande cour en falun avec en son centre un massif floral, trône la sculpture en bois, d’une cuillère à miel. Cet ustensile doit mesurer au moins deux mètres. «Il faudrait être une sacrée gourmande pour pouvoir s’en servir», se dit Delphine en clignant des yeux.



 Dans le fond de la cour, la porte d’un des bâtiments s’ouvre, une silhouette imposante se montre, une combinaison blanche avec un voile d’apiculture. C’est le fameux Monsieur Benoît, il s’avance en retirant son couvre-chef.


 Delphine discerne déjà la calvitie de cet homme aux traits agréables, avec un peu d’embonpoint. Un homme de la cinquantaine, les yeux bleus et une barbe claire tirant sur le blond. Son regard est perçant, même avec la distance, elle se sent déshabillée oculairement et se sent déstabilisée. La démarche de l’apiculteur est assurée et énergique.



 Elle perd déjà ses moyens, cette allure pleine d’assurance, malgré son accoutrement et le regard qui la traverse, la mettent mal à l’aise. Il arrive, se place face à elle et lui tend la main.



– Delphine je présume, pour le stage? J’espère que tu as fait bonne route? Demande-t-il.



Se ressaisissant elle répond :



– Oui, j’ai fait bonne route, j’ai commencé à apprécier le paysage quand j’arrivais près de chez vous.C’est vraiment agréable toute cette campagne, très jolie, et ce calme!



M. Benoît se fend d’un large sourire à la Belmondo, à pleine dents et l’air cabot. Il enchaîne tout de suite :



– Tu es prête pour une petite visite avant de parler de ton stage?



 Delphine opine du chef.



–  Eh bien suis-moi, on va commencer par la boutique. Je vais te présenter mes productions et te raconter un peu l’histoire de ma ferme, dit-t-il.



 Delphine se sent bien dans cette atmosphère d’été qui approche.



 Une fois dans l’échoppe, Benoît explique que l’ensemble de ses miels, et dérivés, est le fruit d’un travail de sélection sur des générations,l’héritage du travail d’une famille sur des siècles. Il raconte qu’il sélectionne et élève lui même certaines reines de son élevage d’abeilles. La boutique est très sobre, un mélange de bois clair et de pierres.



 L’odeur des miels au divers parfums sélectionnés stimule agréablement l’odorat. Delphine remarque une vitrine avec différentes trophées ou récompenses. Des coupures de journaux décorent une partie des murs derrière la caisse. M. Benoît semble très fier de son travail et de partager tout ça avec elle. Delphine se laisse un peu porter par le monologue de son interlocuteur qui semble s’écouter lui-même. Son esprit divague, elle se voit en train de goûter chaque miel à la cuillère, de manière gourmande mais maladroite. Avoir du miel sur ses doigts, son menton et M. Benoît qui lui essuie avec sa langue...



 Elle sursaute quand il lui demande si elle connaît aussi la deuxième facette de son métier.



– Je vous avoue que je n’en ai pas la moindre idée, répond-t-elle.



Il prend un air grave.



– On m’appelle aussi Benito le Frelon ! Je suis spécialiste des hyménoptères ! Je suis expert en enlèvement d’essaims de tous types, abeilles, guêpes et frelons. C’est très stimulant. Et je sauve des gens aussi grâce à cela. Je récupère les venins et en fait don aux laboratoires pour fabriquer divers sérums utilisés en milieu médical. Des anti rhumatismes pour les vieux ours comme moi. Les venins ont diverses propriétés, on peut même dire des vertus.



 Delphine est vraiment épatée, sous le charme de cet homme qui avait décidément beaucoup de cordes à son arc.



 Après l’échoppe, Monsieur Benoît invite sa future apprentie à le suivre pour visiter le bâtiment où il stocke, transforme et crée les miels et les dérivés.



 C’est un bâtiment beaucoup plus industriel , tout est carrelé, des mosaïques égayent les murs de représentations très stylisées, d’abeilles ou de pots de miel. Ça sent bon, une odeur boisée, fleurie, un peu forte, presque animale avec une touche sucrée dans l’air.



 Il ne perd absolument rien du fruit du travail de ses abeilles. Il explique qu’il se sert de la cire pour en faire des bougies qu’il donne à la paroisse du village voisin. Quelle générosité décidément ! Il est conscient de son succès commercial mais aussi de celui auprès de la gent féminine. Il lui montre ses nouveaux produits affiliés, des fioles d’un liquide doré, huileux, qui brille sous la lumière.


  Il explique que c’est un onguent pour les femmes et que ses clientes privilégiées l’adorent. Il dit qu’il doit se dépêcher d’écouler du stock et qu’il travaille jour et nuit tellement la demande pour la mise sur le marché est grande. Il veut combler ses clients mais surtout ses clientes, selon lui les femmes sont « plus fidèles en affaires » conclut-il en riant.



 Delphine se dit qu’il est vraiment investi et quelle diversité dans ses activités. Elle découvre enfin quelqu’un de réellement passionné par son boulot et cela lui met du baume au cœur. Elle a envie d’apprendre de lui, de profiter de son expérience et d’en découvrir plus encore.


 Quel bel homme de surcroît, elle se sent toute chose, surtout son bas ventre qui la titille et a une bouffée de chaleur quand M. Benoît lui tend un pot rempli d’un liquide brunâtre très épais et qui sent vraiment très fort. Il explique que c’est un des derniers mélange  qu’il a mis au point. « C’est sûrement un aphrodisiaque », se dit Delphine qui commence vraiment à se sentir étrange et d’humeur câline.


 Elle se concentre pour rassembler ses esprits. M Benoît ne lui prête pas attention et lui dit qu’il va ranger son pot. Il entre dans une pièce dont la porte à l’air très lourde et renforcée.


  Il en ressort et ferme la porte. Il dit à la jeune femme:



–  C’est mon laboratoire, ma zone 51, je suis le seul autorisé à pénétrer dans cette pièce. Je peux y passer des heures à travailler. C’est aussi mon jardin d’Aphrodite .



Il finit cette phrase par un clin d’œil malicieux.



 Delphine ne sait quoi dire et lui sourit en signe d’entendement. « Cette pièce doit garder des projets en cours et des secrets de fabrications hérités de ses prédécesseurs » se dit-elle.



 Sa curiosité s’accroît toujours plus depuis qu’elle est arrivée et elle ne sait plus quoi en penser. Une chose est sûre, elle veut faire son stage chez M. Benoît quoi qu’il lui en coûte.


Diffuse en direct !
Regarder son live