Le site de l'histoire érotique

Frère et Soeur - Initiation

Chapitre 1

136
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 42 618 fois

136

3

Pour tout vous dire, j’en ai un peu marre de me masturber devant des vidéos pornos. Évidemment, je suis plutôt content d’avoir accès à tous ces sites gratuits, à cette avalanche de scènes hard qui me permettent de me vider très régulièrement, sans quoi je serais déjà probablement devenu complètement fou. A dix neuf ans, je suis plutôt pas mal fait de ma personne, athlétique, avenant, et j’ai eu de manière ininterrompue des petites copine depuis plusieurs années. Mais, comble de malchance, je ne suis sorti pour l’instant qu’avec des jeunes filles prudes, vierges ou très farouches.


Oui, vous avez bien compris, malgré tous mes efforts, je suis toujours puceau à l’instant où j’écris ces lignes... Autant dire que les hormones me travaillent salement, et que je suis prêt à tout pour changer cet état de fait. J’ai déjà eu la possibilité de caresser des seins à plusieurs reprises, j’ai même pu une fois effleurer un sexe féminin et entrevoir quelques secondes cette délicieuse suavité, mais jamais mon pénis n’a pu approcher quelque bouche ou orifice que ce soit. Difficile à croire, mais aucune de mes copines ne m’a touché le sexe, sans même parler de me branler ou me faire jouir.


Chassant ces idées désagréables de mon esprit, je préfère me reconcentrer sur l’écran de mon ordinateur. A l’image, une jeune asiatique est en train de lécher l’anus de son partenaire, velu et beaucoup plus âgé qu’elle. Puis sa langue vient caresser les grosses couilles qui ballottent sous l’énorme queue bandée et veineuse, un monstre de plus de vingt centimètres au gland violacé, qui a, au cours des scènes précédentes, déjà pénétré tous les orifices de l’actrice. Après quelques minutes, la jeune femme vient enfourner l’énorme pénis, l’enfonçant sans difficulté jusqu’au fond de sa gorge. L’homme pose ses mains de part et d’autre de sa tête, et commence à faire des va et vient de plus en plus rapide dans la bouche offerte, s’enfonçant jusqu’à la garde entre les lèvres accueillantes. Je me branle de plus en plus vite, et soudain, l’homme retire son sexe et envoie plusieurs jets de sperme épais sur le visage de la jeune asiatique, qui ouvre la bouche pour avaler le plus de jus possible. J’explose à mon tour et inonde mon ventre de laitance crémeuse en me mordant les lèvres pour ne pas hurler.


C’est à ce moment précis que j’entends un bruit étouffé dans mon dos. Je me retourne pour entrevoir le visage décomposé de ma sœur qui referme précipitamment la porte de ma chambre. Je reste sans voix : je me suis fait surprendre par ma propre sœur au moment même où j’éjaculais devant une vidéo porno ! Assez perturbé, j’attrape un kleenex pour nettoyer le sperme de mon ventre et je stoppe la vidéo, sans savoir quoi faire face à cette situation. J’éprouve par la suite quelques difficultés à trouver le sommeil, mais je finis par m’endormir comme une masse.


Le samedi matin, après m’être douché, je descend prendre le petit déjeuner. Ma mère est déjà dans la cuisine et nous discutons de tout et de rien. Quelques minutes après, ma sœur nous rejoint. Elle parait un peu mal à l’aise et fait tout pour ne pas croiser mon regard. Petite, brune aux yeux verts, ma sœur est une très jolie jeune femme. A dix huit ans, elle est svelte et sportive, avec une poitrine plutôt volumineuse pour sa petite stature. Je la regarde du coin de l’œil, me demandant ce qu’elle peut bien penser par rapport à la scène d’hier soir. Craignant une érection malvenue, je termine rapidement mon bol de céréales et remonte dans ma chambre pour regarder quelques sites internet. Une demi heure après, j’entends toquer à la porte, et la voix de ma sœur me demandant si elle peut entrer.


— Oui entre !


Ma sœur entre et referme la porte derrière elle. Pieds nus, elle porte un tee shirt long, et je ne peux m’empêcher de remarquer à quel point elle est séduisante.


— Je voulais te parler par rapport à ce qui s’est passé hier soir car je suis très mal à l’aise. Je suis rentrée sans frapper, mais je n’avais pas du tout l’intention de te surprendre...


— Oui, euh... tu n’aurais pas dû rentrer, mais qu’as tu vu exactement ?


— Euh.. et bien j’ai vu ton... ta... enfin ta main qui...


— Tu as vu quoi ?


— Ton sexe dans ta main...


— Mais encore ?


— Ne tournons pas autour du pot... Je t’ai vu en train de caresser ta queue...


— Avais tu déjà vu un sexe d’homme avant ?


— Non, c’était la première fois. Je n’aurais jamais cru que c’était si gros.... Ça m’a fait tout bizarre...


— Et qu’as tu vu d’autre ?


— Je t’assure que je ne suis resté qu’une seconde avant de refermer la porte. Mais juste à ce moment là, j’ai vu le... le.... la crème sortir du bout de ton sexe et gicler partout... C’était très impressionnant et je suis partie en courant !


— Oui, c’était mon sperme quand j’ai joui, mais tu n’aurais jamais vu ça si tu n’étais pas venue fouiner dans ma chambre sans frapper !


— Je suis vraiment désolée, c’est pour ça que je suis venue m’excuser pour ne pas qu’on reste fâchés ni que tu m’en veuilles...


— Je ne t’en veux pas, ce sera notre secret... Est ce que ça t’arrive de te caresser toi aussi ?


— Euh... c’est plutôt gênant ce que tu me demandes..


— Je te signale que tu m’as maté pas plus tard qu’hier soir !


— Et bien, euh... Oui, évidemment ça m’arrive de me caresser, vu que je n’ai pas de petit copain qui le fait...


— Tu veux dire que tu n’as jamais eu de sexe avec tes petits copains ?


— Non, aucune de mes petits copains n’était particulièrement entreprenant, et moi j’étais trop timide pour leur dire que j’avais envie d’aller un peu plus loin...


— Quand tu dis "plus loin" tu penses à quoi ?


— Ben tu sais, qu’ils me touchent un peu, les seins et le reste... et que je puisse voir ou toucher leur, euh... leur machin.


— Oui j’ai eu le même problème avec mes petites copines, je sais que c’est pas marrant du tout...


— Encore désolée pour hier soir, je ferai attention à ne plus rentrer sans frapper maintenant !


Elle me sourit et sort en fermant la porte derrière elle. Je me rends compte que j’ai un début d’érection, ce qui est passablement perturbant, vu qu’il s’agit de ma sœur. Ceci dit, il semble évident qu’elle et moi avons les mêmes problèmes pour assouvir nos besoins sexuels, et c’est, dans tous les cas, une fille très attirante. A cet instant précis, une idée germe dans mon esprit.


-- A suivre --