Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 887 fois
  • 106 J'aime
  • 9 Commentaires

Frère et Soeur - Initiation

Chapitre 6

Inceste

Je commence à douter quelque peu d’avoir fait les bons choix stratégiques. Voilà déjà plusieurs jours que j’ai mis en place mon petit stratagème, et ma sur évite assez clairement les situations où nous ne serions que tous les deux. J’espère que je n’ai pas tout foutu en l’air à vouloir jouer au plus fin ! Ceci dit, je suis obligé de continuer à feindre l’énervement et la distance pour rester crédible, car je ne vois pas de solution pour revenir en arrière. Évidemment, toutes ces péripéties ont fait monter mon excitation en flèche, et j’ai l’impression de passer mon temps à me masturber frénétiquement devant tout ce qui me tombe sous la main comme matériel pornographique...


Le seul intérêt aura été de développer considérablement mon répertoire de sites pornos, à force d’écumer les recoins interlopes d’internet. J’ai mis la main sur de nouvelles pépites particulièrement fournies en histoires sexuelles, sur des sites de films amateurs touchants de sincérité, et même sur des sites de vidéos toutes plus bizarres les unes que les autres affichant des pratiques dont je ne soupçonnais même pas l’existence.


Mais bon, le résumé de la situation, c’est que je suis toujours aussi puceau qu’au début de cette histoire, et que le temps commence à se faire long, quand il y a quelques jours encore ma sur goûtait en catimini-mon sperme sur sa main après m’avoir regardé me branler devant elle.


N’y tenant plus et profitant à nouveau d’une absence de ma sur, je retourne dans sa chambre pour éplucher son historique et voir si je peux en tirer des enseignements sur son état d’esprit. Décidément, l’informatique et ma sur, ça fait deux. Malgré le dernier épisode, elle n’a même pas nettoyé son historique, ni même pensé à naviguer en privé, de sorte que j’ai à nouveau sous les yeux le détail de ses recherches et des sites visités.

Je suis rapidement rassuré : les visionnages de vidéos pornos se sont poursuivis, tout comme les recherches d’histoires d’inceste et d’apprentissage du sexe. A mon grand soulagement, ma sur continue à nourrir les mêmes fantasmes, et la tension est manifestement restée au plus haut. Probablement ne sait elle pas comment aborder de nouveau avec moi ce problème, depuis notre dernier échange sur le sujet.


Je note toutefois une nouveauté de taille. Selon tout vraisemblance, ma sur s’est inscrite sur un forum érotique, car je retrouve un grand nombre de connexions régulières sur le site. Intrigué, je lance l’accès, et, le mot de passe étant enregistré, je me retrouve connecté en lieu et place de ma sur. Fouillant rapidement les menus, je retrouve l’historique de ses conversations. Je les parcours en diagonale, et la plupart des files de discussions ne comportent que quelques messages assez basiques. En revanche, une des discussions présente un historique d’échanges beaucoup plus long et fourni, sur une période assez courte. N’y tenant plus, et craignant d’être à nouveau surpris en cas de retour anticipé, je sors une clé usb et recopie le texte de l’historique. J’en profite pour récupérer le mot de passe enregistré et l’identifiant de connexion, ça pourra toujours servir plus tard.


Puis j’efface la trace de ma propre connexion, ferme le navigateur et sort discrètement de la chambre, laissant tout ce qui s’y trouve dans le même état qu’avant mon arrivée.


De retour dans ma chambre, je me précipite sur mon propre ordinateur pour y insérer la clé usb. Son interlocuteur favori est, d’après ce qu’il lui raconte, un expatrié de quarante ans. Après quelques messages de présentation, les discussions dérivent sans surprise vers le domaine sexuel. Ma sur a rapidement indiqué qu’elle était encore vierge et inexpérimentée, ce qui, on s’en doute, a retenu encore plus l’attention de son interlocuteur. Celui ci lui a ensuite, au fil du temps, posé de plus en plus de questions sur ce qu’elle avait déjà fait, pas fait, sur ce qui l’excitait, sur sa situation de couple, etc... Après lui avoir dit qu’elle n’avait jamais couché avec un garçon, ni même eu le moindre contact sexuel, elle avait finit par lui révéler qu’elle avait quand même vu une fois un garçon se masturber devant elle, et qu’elle avait également visionné pas mal de vidéos pornos ces derniers temps.


Sans surprise, son correspondant avait été intrigué par l’épisode masturbatoire, compte tenu de son absence de partenaire sexuel et, poussée dans ses retranchements, elle avait fini par lui avouer que c’était son frère, mais en prétendant m’avoir vu cachée, sans que je ne puisse remarquer sa présence. L’homme avait plaisanté pendant quelques messages sur ma sur épiant son frère, mais sans aucune critique ou jugement de valeur, comme si tout était finalement parfaitement normal. La discussion entre les deux avait par la force des choses pris un tour encore plus exclusivement sexuel par la suite. Mise en confiance, ma sur avait fini par lui avouer qu’elle ressentait du désir sexuel pour son frère, ce qui me rassurait sur la situation puisque les échanges concernés étaient postérieurs aux derniers évènements communs.


Fort heureusement, plutôt que lui faire la morale ou la dissuader, son interlocuteur avait répondu qu’à cet âge, il était normal d’avoir un fort niveau de désir, compte tenu des hormones bouillonnantes et de la tension accumulée. Il se voyait désolé de ne pas pouvoir l’aider à découvrir la sexualité, compte tenu de la distance, mais était confiant que sa situation allait dans tous les cas rapidement se débloquer.


A cette occasion, il lui avait demandé une photo pour juger de son apparence, mais elle avait refusé car elle ne voulait pas montrer son visage ni dévoiler son identité, ce qui, reconnaissons le, est une sévère bonne idée sur le Net ! De fil en aiguille, elle en vint à accepter d’envoyer une photo de son corps dénudé. L’unique photo transmise la montrait seins nus, mais elle avait gardé par pudeur sa petite culotte. J’ai beau avoir déjà vu une fois sa poitrine, je reste bouche bée devant le magnifique spectacle qu’offre cette photo pourtant basique. Les seins présentent une forme quasi parfaite à mon goût, et pointent sans fléchir, faisant fi de la gravité malgré leur volume plus que raisonnable, dénotant ainsi leur fermeté de statue. Son ventre plat au nombril délicat et ses hanches de taille parfaite surplombent un pubis que la petite culotte rend presque plus excitant que la nudité.


Parfaitement proportionnée malgré sa petite taille, ma sur est vraiment d’une beauté simple mais stupéfiante.


Il va sans dire qu’une érection rageuse me saisit, en cohérence avec les compliments retournés par l’interlocuteur de ma sur, qui s’extasie sur son physique, comprenant d’autant moins qu’elle soit encore innocente et vierge à son âge. Pour la remercier et parce que c’était le deal pour recevoir cette image de ma sur, il lui a envoyé ensuite une photo de son propre sexe. Mais le coquin est allé un peu plus loin que la demande à titre de bonus, car si la photo reçue montre bien son sexe en érection, c’est en pleine fellation. Son sexe veineux est légèrement plus gros que le mien. La hampe présente une très légère courbure, et le gland parfaitement ourlé est gonflé et luisant. Une petite main féminine enserre la base du sexe, pendant que la langue de sa fellatrice frotte le dessous du frein. Quelques gouttes de liquide suintent du méat palpitant, laissant présager les torrents de sperme prêts à gicler sur cette bouche experte.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Dans le dernier message, daté d’hier, ma sur le remercie pour l’envoi, lui avoue qu’elle se sent très excitée par cette image et qu’elle a hâte de pouvoir faire la même chose que l’inconnue de la photo. J’imagine qu’elle a dû sévèrement se branler après avoir fermé le site, probablement en regardant à nouveau des vidéos d’éjaculations. J’imagine également que l’inconnu doit regretter d’être à l’étranger !


Je suis rassuré par cet échange, qui confirme que ma sur n’a pas changé d’avis, et nourrit toujours des fantasmes incestueux, sans parler de son désir brûlant qui ne cesse de s’accroitre. Peut-être même se caresse-t-elle devant la photo de ce type en pensant à moi ? Quoi qu’il en soit, la situation est sur la bonne voie, et il faut maintenant trouver une occasion de passer à la vitesse supérieure.


Quelques jours après cet épisode, mes parents sont absents pour le week-end, qu’ils passent chez des amis. Nous sommes donc seuls, ma sur et moi, et il me parait évident que c’est le bon moment. Le premier soir, nous nous retrouvons ensemble à la cuisine pour préparer rapidement de quoi manger. J’en profite pour lancer l’offensive.


J’ai l’impression que tu m’évites ces derniers temps, c’est à peine si tu m’adresses la parole... Il y a un problème ?

Euh, non, pas vraiment... Mais c’est à cause de la dernière fois...

Tu veux dire quand on a discuté dans ta chambre ?

Oui, j’ai trouvé normal que tu sois fâché, alors j’ai préféré te laisser tranquille...

Tu as pensé que j’étais fâché pour quoi ?

Ben tu sais, parce que j’avais regardé des trucs cochons sur de l’inceste après t’avoir vu... euh... enfin tu sais quoi...

Tu sais, j’y ai repensé après... C’est vrai que j’ai été un peu choqué au début, mais ensuite je me suis dit que c’était plutôt naturel d’avoir des envies à ton âge, surtout si tu n’as pas de petit copain pour t’apprendre les choses du sexe...

Oui c’est exactement ça... J’avais déjà pas mal envie avant, mais quand j’ai vu ta... ton truc en vrai, j’y ai encore plus pensé parce que tout d’un coup ça prenait plus réalité, c’est pour ça que j’ai regardé autant de porno ces derniers temps...

Oui je comprends... Moi aussi je regarde pas mal de porno, je le reconnais... et je me branle très souvent ! Toi aussi ?


Assise à la table de la cuisine, elle porte une sorte de short et un simple tee shirt qui moule sa poitrine. Elle ne me regarde pas vraiment en face en parlant et ses joues sont un peu roses. J’ai l’impression que ses seins commencent à pointer légèrement sous son haut. Elle parle à voix basse comme si quelqu’un d’autre pouvait l’entendre, alors que nous sommes bien seuls dans la maison.


Euh... Oui, je me caresse régulièrement, encore plus depuis que je regarde tous ces sites... Mais ça ne me calme plus vraiment, ça manque de... réalité...

Et que voudrais tu faire exactement ?

Oh c’est simple... J’aimerais enfin voir ce que ça fait de toucher vraiment un garçon... J’ai assez vu de vidéos, le virtuel au bout d’un moment...

Ça doit pas être très difficile de trouver un mec pour faire ça non ?

Ça va pas ? D’abord je vais pas sortir avec quelqu’un que j’aime pas, même pour ça ! Et puis je tiens pas à passer pour une fille facile à l’école en sortant avec n’importe qui, encore moins si c’est juste pour ça...

J’y avais pas pensé... C’est sûr que c’est con de se retrouver là tous les deux avec les mêmes problèmes sans pouvoir rien changer...

Ben si on peut changer les choses !


Elle avait sortit ça d’un coup, sans réfléchir, avec un voix plus forte. Puis elle s’était tue d’un coup et restait sans bouger, comme si elle avait dit une grosse bêtise...


Que veux tu dire ?

Je... euh... non j’ai parlé sans réfléchir... c’est rien... je... ne...

Écoute, je vais pas me fâcher, rassure toi, mais là tu en as trop dit ou pas assez... Que veux tu dire par changer les choses ?


Je la vois réfléchir intensément, en me regardant cette fois ci droit dans les yeux, ses joues s’empourprant tandis que sa respiration s’accélère. Puis elle se lance.


Je me dis qu’on pourrait s’aider mutuellement, en attendant d’avoir les partenaires adéquats... Juste à titre de formation bien entendu, rien à voir avec des sentiments ou autre... histoire d’apprendre un peu et d’être à la fois soulagés et prêts pour la suite... Ça nous éviterait justement de sortir avec n’importe qui et faire n’importe quoi sous la pression...


Elle me regarde avec un air à la fois décidé et craintif, ne sachant pas quelle va être ma réaction. Je prends un petit temps avant de répondre, semblant réfléchir à mon tour, prolongeant son attente quelques secondes.


Oui tu as raison, je y n’avais pas pensé... C’est vrai que ça serait dommage de rester comme ça, et puis c’est pas comme si c’était de l’inceste puisque c’est juste pour s’entraîner...


Je lui souris, et je sens qu’elle se détend, comme si un poids s’ôtait de ses épaules. Seul le rouge de ses joues traduit son trouble et son excitation. Nous terminons rapidement notre dîner et rangeons les affaires avant de passer au salon. Elle s’assied en tailleur sur le canapé, et je me place sur le fauteuil d’à côté. Je crois qu’il est temps que je prenne les choses en main si je ne veux pas courir le risque que l’opportunité disparaisse après trop de réflexion.


Je crois que pour commencer, il faudrait que nous puissions avoir une bonne vision sur un corps nu, et pas à travers un écran cette fois ci ! Bon, en ce qui me concerne tu m’as déjà vu donc ça va pas être une nouveauté...


Sur ces mots, je me lève de mon siège, j’enlève rapidement mon tee shirt puis je laisse tomber mon short au sol, me retrouvant debout devant elle, entièrement nu. Mon sexe est encore flaccide, mais je sens l’excitation me gagner à la vision des yeux écarquillés de ma sur. Mes testicules pendent entre mes jambes, la peau détendue par la chaleur de la maison. Elles sont naturellement exemptes de poils, ma pilosité étant globalement très limitée. Seul un léger duvet orne mon pubis, au-dessus de ma verge qui commence à s’affermir.


Ma sur ne quitte pas mon sexe des yeux, la bouche légèrement entre ouverte, toujours assise en tailleur sur le canapé.


Dis donc, je crois que c’est pas très juste ! Je suis à poil et pas toi !


A ces mots, ma sur a un petit tressautement et sourit. Puis elle se met à genoux sur le canapé, et fait passer lentement son tee shirt par dessus sa tête, révélant son adorable poitrine aux tétons cette fois sans surprise parfaitement érigés. Puis se redressant, elle fait glisser son short au bas de ses chevilles, me révélant pour la première fois la vision de son intimité. Son sexe aux lèvres parfaitement dessinées est presque imberbe, à peine devine t on une ombre duveteuse formant un petit triangle. Je lui demande de tourner autour d’elle même, ce qu’elle fait avec grâce, me dévoilant une magnifique chute de rein, avec une cambrure marquée, et deux fesses pleines et rebondies qui sont un véritable appel au sexe. Puis elle se rassoit sur le canapé.


Tu veux la toucher ? Elle est plus vraiment molle, vu les circonstances, mais elle est pas encore bandée non plus...

Oh oui, j’aimerais vraiment voir comment c’est !


Sur ces mots, elle se lève du canapé et vient s’agenouiller à côté du fauteuil. Je sens son odeur délicate tout près de moi, et je vois sa main s’approcher timidement de mon entrejambe. Et subitement, ça y est, pour la première fois une autre main que la mienne se pose sur mon sexe, ça peut paraitre basique mais c’est déjà indescriptible. Dans un premier temps, elle pose juste deux doigts sur la hampe, et caresse doucement la peau. Puis elle s’enhardit, et saisit la tige dans sa main, l’entourant de ses doigts. Mon sexe commence rapidement à gonfler et durcir.


C’est très doux, je n’aurais pas pensé... Je sens les battements de ton cur dans ma main, c’est incroyable ! C’est marrant, ça grossit sous mes doigts !

C’est parce que le contact de ta main me fait du bien ! La zone la plus sensible, c’est le gland et surtout le dessous du gland, là où il y a ce qu’on appelle le frein...


Concentrée, elle s’est approché et je sens presque son souffle sur mon sexe. Elle bouge ses doigts et commence à me masser doucement le dessous du gland. Mon sexe se redresse à la vitesse grand V, et se retrouve rapidement complètement érigé, devant ses yeux ébahis, pointant maintenant vers le plafond, pendant qu’elle continue à caresser mon gland. Puis sa main se saisit à nouveau de la tige, tandis son autre main s’approche et attrape délicatement mes testicules, manquant de peu de me faire venir d’un coup tant la situation est excitante.


C’est tout doux et un peu mou, les couilles, c’est marrant !

Oui, tu peux les caresser très délicatement, c’est très bon... Et avec ton autre main, il faut faire coulisser un peu, comme je te le montrais l’autre jour...


A ces mots, elle commence un lent et léger va-et-vient sur la hampe, tout en faisant rouler mes boules entre ses doigts. C’est mille fois meilleur que toutes les branlettes que j’ai effectuées moi même, me faire ainsi branler par ma sur et son petit air concentré. Ma bite est maintenant dure comme du marbre tandis que le mouvement de son poignet prend de l’ampleur, poussant mon prépuce à venir alternativement couvrir et découvrir mon gland gonflé. Mes couilles, savamment malaxées malgré l’inexpérience de ma sur, se rétractent progressivement sous l’excitation. Ma respiration s’accélère, et une goutte de liquide commence à perler à l’extrémité de mon gland. Je ferme les yeux sous l’exquise sensation. La main de ma sur accélère sans cesse, et je sens le plaisir monter de mes reins comme une lame de fond.


Je... Euh... C’est trop bon... Je vais pas pouvoir tenir longtemps, attention, je...

Vas-y... Je... Je voudrais voir ton jus, comme l’autre fois !


Elle me dit ça avec une voix rauque que je ne lui connaissais pas, les yeux toujours rivés sur mon entrejambe, me branlant frénétiquement. C’est plus qu’il ne m’en faut. Fermant les yeux, je bascule la tête en arrière, et je sens un énorme orgasme me submerger. J’ai l’impression que ma semence met des siècles à remonter le long de mon sexe, et subitement j’explose. Le sperme jaillit comme jamais, en épaisse giclées blanches, retombant sur mon ventre, sur mon torse, sur mes cuisses et sur les bras de ma sur. Poussant un petit cri, celle ci n’en poursuit pas moins sa masturbation. Les jets suivants, moins puissants, dégoulinent le long de la tige vibrante, sur ses mains agiles. Je reste amolli sur le siège, le cur battant la chamade, des étoiles plein la tête. Ma sur garde mon sexe dans sa main pendant qu’il fléchit légèrement, un sourire aux lèvres.


Dis donc, j’ai l’impression que tu as fait encore plus de jus que l’autre fois ! Il y en a partout, mais cette fois c’est grâce à moi...


Les yeux mi clos, je laisse mon cur revenir difficilement à un rythme normal, alors que mon corps complètement détendu me semble peser une tonne. Après quelques minutes, ma sur repose délicatement ma verge à moitié molle sur mon ventre, puis regarde ses bras zébrés de sperme laiteux, ses mains dégoulinantes, avec un grand sourire. Elle approche son nez pour sentir ses mains, et chacun de ses gestes porte un érotisme simple et séduisant.


Ça sent bizarre, ça ne ressemble à rien d’autre que je connais, mais j’aime bien...


Attrapant une boîte de mouchoirs sur la table basse, elle s’essuie les mains et les avants bras. Puis, reprenant quelques feuilles, elle se penche sur moi et nettoie consciencieusement toutes les souillures sur mon torse, mes cuisses, mon ventre. Soulevant à nouveau mon sexe, elle l’essuie doucement jusqu’à ce qu’il soit à nouveau sec et propre, terminant par un nettoyage en règle des mes testicules. La sensation légère et délicate est particulièrement agréable, et je sens à nouveau mon sexe se raidir légèrement. Me penchant à mon tour, je pose un main sur son dos pour la caresser lentement, avant de dériver sur le côté et de saisir un de ses seins dans la paume de ma main. A ce contact, ma sur pousse un petit cri, mais ne se recule pas.


Même dans mes rêves, jamais je n’aurais imaginé sensation plus voluptueuse qu’un sein dans ma main. Je commence par caresser légèrement le téton de la paume de ma main. Ma sur a fermé les yeux, et sa respiration s’est accélérée. Puis je fais rouler le téton entre mon pouce et mon index, lui arrachant à nouveau quelques gémissements étouffés. Mon autre main se pose sur son sein libre pour lui faire subir le même traitement, pendant des minutes qui me paraissent des heures, la peau douce vibrant sous mes doigts. Puis je fais glisser une main pour caresser son ventre, ses cuisses, pour revenir au ventre, ma sur toujours agenouillée sur le sol.


Me levant de mon siège, je la redresse et l’assoit délicatement sur le canapé, m’agenouillant moi même pour continuer à lui caresser le corps. Au bout d’un moment, mes caresses encerclent de plus en plus précisément les abords de son sexe, glissant du nombril au pubis, remontant haut sur l’intérieur des cuisses. Puis soudain, je pose enfin mes doigts sur les grandes lèvres de son sexe, ce qui la fait sursauter et gémir de plus belle. Ça y est, je touche enfin ce dont j’ai tant rêvé, et la douceur est indescriptible. Je caresse légèrement ses grandes lèvres avec deux doigts, avant de les écarter légèrement pour m’ouvrir l’intérieur de son sexe. Je sens l’humidité suave des ses sécrétions, tant ma sur mouille abondamment, et mes doigts explorent chaque recoin externe, caressant les petites lèvres, décrivant des cercles concentriques autour de son clitoris.


Au bout d’un moment, j’introduis précautionneusement une phalange dans son intimité, la faisant à nouveau sursauter. Sa main se pose sur mon bras sous la surprise, mais ne me repousse pas. Je continue en faisant légèrement coulisser mon index à l’intérieur de son sexe, tout en caressant son clitoris avec la pulpe de mon pouce. Les gémissements de ma sur se sont transformés en halètement rauques. N’y tenant plus, enivré par toutes ces odeurs nouvelles et capiteuses, j’approche mon visage et pose ma langue sur son sexe. Le goût me ravit et je lèche avec entrain ses petites lèvres, les abords de son clitoris, et le clitoris lui même, tout en continuant à caresser l’intérieur de son sexe avec mon doigt. La respiration de ma sur devient saccadée, sa main se crispe sur mon bras et, redressant son bassin pour coller son sexe sur mon visage, elle pousse un long gémissement pendant que plusieurs spasmes secouent son corps tout entier.


J’accompagne son orgasme en continuant mes caresses jusqu’à ce que son corps se détende, et encore après en me limitant cette fois à de subtils effleurements, puis en caressant l’intérieur de ses cuisses et son ventre, la visage toujours enfoui entre ses jambes.


Après plusieurs minutes d’immobilité, je me redresse, le visage suintant d’enivrantes sécrétions féminines, et je me rassois sur mon fauteuil, le sexe à nouveau au garde à vous. Je regarde cette magnifique jeune femme qui est ma sur et que je viens de faire jouir sous mes doigts et ma bouche, ressentant une immense satisfaction. Elle se redresse à son tour, comme émergeant d’un long sommeil, les traits détendus, la peau rosie aux joues et jusqu’à la naissance du cou.


C’était... c’était vraiment trop fort !

Oui, moi aussi j’ai vraiment adoré, et je suis content de t’avoir donné du plaisir comme tu m’en a donné tout à l’heure en me branlant...

Tu as la face toute luisante, désolée ! J’espère que tu n’es pas trop dégouté...

Au contraire, j’adore ton goût, ton odeur, et même, en avoir plein le visage c’est vraiment top !

Je vois en tout cas que c’est pas la branlette précédente qui t’a calmé !


Elle montre du doigt mon sexe tendu en riant, me fixant de ses magnifiques yeux rieurs. Elle se relève alors du canapé, pour à nouveau s’agenouiller à côté de mon siège, attrapant ma tige de sa main droite pour commencer des légers mouvements de va-et-vient. Décidément, la gêne du début semble s’être totalement dissipée...


Je ne vais pas te laisser dans cet état là après le plaisir que tu viens de me donner. Je vais à nouveau te branler pour que tu puisses cracher ton jus et être aussi détendu que moi...


Calé au fond de mon siège, je me laisse aller quelques instant à l’exquise sensation, mais j’ai maintenant une autre idée en tête.


Tu sais, il y a d’autres façons de me faire plaisir que de me branler !

Que veux tu dire ?

Ne fais pas l’innocente, j’ai vu l’autre jour que tu regardais plein de vidéos de pipes bien baveuses !

Oui c’est vrai que ça m’excite bien en vidéo. Mais je ne l’ai jamais fait alors je suis un peu inquiète de ne pas être à la hauteur...

Rassure toi, je vais t’expliquer comment faire, et je suis certain que tu vas très bien t’en sortir... Commence par faire des bisous sur mon gland...


Rapprochant son visage de ma queue sans cesser ses mouvements de poignet, ma sur pose délicatement ses lèvres sur l’extrémité de mon gland, m’envoyant une onde électrique dans tous le corps. Puis elle dépose de petits baisers sur toute la surface du gland, sur les côtés de la tige. Je suis aux anges, mais je dois rester concentré sur mes consignes.


Très bien, tu vois que c’est sans problème... Maintenant, sors ta langue et lèche le bout comme si c’était un cornet de glace...


S’exécutant, elle darde sa langue et la fait courir sur toutes les zones de mon pénis, m’arrachant de profonds soupirs de plaisir. Sa main module sa pression sur la tige, pendant que l’autre a naturellement rejoint mes testicules pour les malaxer doucement. La garce se souvient manifestement bien des conseils, car elle concentre au bout d’un moment ses efforts sur la zone du frein, que je lui avais décrite comme particulièrement sensible pendant la masturbation précédente. Inutile de dire qu’à ce rythme là, je crains de ne pas tenir très longtemps...


C’est trop bon ! Maintenant prend mon gland dans ta bouche, et fais rouler ta langue autour...


Toujours obéissante, elle remonte le long de la verge et, entrouvrant ses deux lèvres charnues et délicates, elle engloutit lentement mon gland dans sa bouche. Je suis subitement enfoncé dans un puits chaud et doux. Autant la masturbation était une sensation nouvelle et déjà indescriptible, autant une bouche féminine s’impose subitement à moi comme un bon synonyme du nirvana. Je sens sa langue humide et agile tourner autour de mon gland, pendant que ses mains s’activent toujours sur ma verge et mes couilles. Puis elle commence en prime de légers mouvement de tête de haut en bas, tout en modulant la pression de ses lèvres sur l’extrémité de mon sexe, le tout sans jamais m’irriter de ses petites dents nacrées. J’ai l’impression d’avoir une barre de titane entre les jambes, plongée dans un cocon moelleux.


Remontant légèrement, elle ressort mon gland de sa bouche pour recommencer à lécher tout le tour de ma tige. Puis redescendant jusqu’à la base, elle darde sa langue sur mes couilles pour les lécher tout en branlant plus fortement la verge. Décidément, les vidéos qu’elle a regardées étaient de bon conseil. Après un moment de ce traitement, elle remonte pour à nouveau engloutir ma queue dans sa bouche de velours. Je ne peux pas m’empêcher de poser ma main sur l’arrière de sa tête, imprimant un léger rythme à ses va-et-vient, sans appuyer, sa langue tournoyant maintenant autour de mon gland pendant qu’elle presse en rythme mes couilles avec délicatesse.


Malgré mon orgasme précédent, cette grande première m’amène rapidement au bord de l’explosion. Difficile de dire si le meilleur est la sensation ou la vision du visage de ma sur empalé sur mon sexe, mais je sens mon corps se contracter pour lutter contre une fin inéluctable. Discrètement, je raffermis ma prise sur l’arrière de sa tête pour ne pas lui permettre de s’échapper, et je commence un léger mouvement du bassin pour venir au devant de sa bouche.


Aaah... c’est... c’est trop bon... Vas-y, accélère !


Répondant au quart de tour, ma sur accélère le rythme, me branlant frénétiquement tout en accentuant le mouvement de succion sur mon gland, sa langue furetant partout autour de mon sexe. Mes couilles se rétractent sous ses doigts, et je sens la sève monter de mes reins. Malgré tous mes efforts pour prolonger l’exquise sensation, impossible de me retenir plus longtemps. Me redressant, la main sur la nuque de ma sur, j’ouvre subitement les vannes et un torrent de sperme jaillit de mon sexe directement dans sa cavité buccale. Sentant le liquide visqueux envahir sa bouche, ma sur a un mouvement de recul, mais ma main tient fermement sa tête pour l’empêcher de bouger, et les puissantes giclées de foutre continuent à jaillir sur sa langue, tapissant l’intérieur de ses joues, ma verge palpitante toujours serrée entre ses lèvres.


Après quelques secondes d’hésitation, je sens sa langue se remettre à tourner autour de mon gland, sa main continuant ses mouvements de va-et-vient accompagnant les pulsations de mes éjaculations, qui achèvent de lui remplir la bouche.


Sans m’en rendre compte, je me suis quasiment plié en deux, et ma seconde main à rejoint la première derrière la tête de ma sur, dont le front est appuyé sur le bas de mon ventre. Pendant un temps difficile à évaluer, je reste ainsi immobile, mon sexe drainé et en détumescence toujours fiché entre ses lèvres, le cur battant la chamade. Puis je me redresse dans le fond de mon siège, libérant sa tête. Mon sexe glisse hors de sa bouche, un épais filament de sperme reliant ses lèvres à mon gland avant de se rompre et couler sur son menton.


Ah c’était absolument merveilleux ! J’ai cru que j’allais y laisser la peau... J’espère que ça t’a plu aussi...


Sans répondre, elle me montre ses lèvres fermées en haussant les sourcils. Manifestement, toute ma semence est encore dans sa bouche. Elle ne l’a pas avalée, bien que mon abondante éjaculation soit terminée depuis plusieurs minutes maintenant.


Ah je comprends, tu as la bouche pleine ! Et bien il faut avaler si tu veux être une bonne suceuse !


Je la vois froncer les sourcils et faire non de la main, comme si l’idée la répugnait. Pour ma part, savoir que mon sperme est en ce moment même dans la bouche de ma sur me plaît particulièrement.


Comment ça ? Si t’es dégoûtée, il faut le dire... Pas très sympa pour moi, heureusement que je suis pas si précieux avec toi... Allez avale, je suis sûr que tu vas adorer !


Je la vois réfléchir, les joues gonflées, puis à nouveau secouer la tête en signe de dénégation. Me rappelant toutes les vidéos de pipes baveuses de son historique, et pris d’une inspiration subite, je me lève et attrape sa tête, comme un jeu innocent entre frère et sur, si on met de côté le fait que nous sommes tous les deux à poil et que sa bouche est pleine de mon sperme. Serrant son corps et ses bras entre mes jambes, je plaque une main sur sa bouche avant de lui pincer le nez en riant. Elle secoue la tête et essaie de résister, mais après un moment, le manque d’air la contraint à déglutir. Je vois à ses mouvements spasmodiques de gorge que mon jus coule maintenant dans son estomac, ce qui je dois l’avouer m’excite au plus haut point. Je libère son nez tout en continuant à tenir sa tête le temps d’être assuré que plus rien ne reste dans sa bouche, puis je la relâche en m’écartant rapidement, riant bruyamment comme après une blague potache.


Enfoiré ! J’ai failli m’étrangler ! Tu me le paieras, espère de dégénéré !

Avoue surtout que tu as aimé boire le bon jus de ton frère chéri !


Sa main essuie ses lèvres et son menton, et je vois bien qu’elle n’est pas réellement fâchée.


Ouais c’est ce que tu dis, c’est plutôt toi qui a aimé m’en mettre plein la bouche... Le goût je sais pas trop quand même, c’est franchement bizarre, et en plus y en avait des litres !

Tu verras, tu finiras par préférer ça au champagne ! Et je te signale que si tu avalais directement, tu aurais moins le goût qu’en le gardant dans la bouche pendant dix minutes ! De toute façon, on a dit qu’on était là pour apprendre, donc je m’y tiens...

Oui, c’est ça, merci pour ton abnégation, gros pervers !

En tout cas, pour une première fois, tu m’as sucé comme une reine, merci petite sur... Notre apprentissage commence vraiment bien !

J’ai beaucoup aimé aussi ta langue sur... dans... mon truc. Et depuis le temps que j’avais envie de savoir ce que ça faisait de sucer un mec !


Je la serre dans mes bras et lui dépose un chaste baiser de grand frère sur le front, oubliant quelques instants que j’ai son corps nu serré contre le mien, ses seins appuyés sur ma poitrine. Elle me serre à son tour affectueusement, léchant toujours ses lèvres pour les nettoyer de toute trace de foutre. Jamais je n’aurais imaginé un jour me faire sucer ou même branler par ma sur, et j’ai maintenant hâte de voir la suite des évènements.

Diffuse en direct !
Regarder son live