Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 292 fois
  • 24 J'aime
  • 1 Commentaire

Gaby

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Nous nous sommes rencontrés dans une partouze il y a quelques mois. Je venais de baiser avec un type qui me plaisait pas mal. J’étais sur lui quand je lui demandais de me mettre un ou deux doigts dans le cul. Il allait le faire quand j’ai senti une bite venir là où j’aime. La queue est entrée facilement dans mon anus. La sodomie a ma préférence pour plusieurs raisons dont la principale est qu’elle évite de prendre la pilule. Mes deux amants m’ont fait jouir plusieurs fois. J’étais obligée d’arrêter quand ils ont mis leur sperme dans leur préservatif.

Un peu fatiguée je suis allée m’asseoir sur un grand coussin libre. C’est là qu’est venue une inconnue que j’avais remarquée dans la soirée pour s’être aussi livrée à une double pénétration, Gaby. Nous avons parlé longuement.

— Tu aimes te faire mettre par le cul.

— Oui, comme toi je crois.

— J’adore la sodomie, quand je sens une queue me rentrer dans l’anus, je suis toute mouillée. Je me branle si je peux.

— Nous avons les mêmes goûts.

De fil en aiguille nous sommes parties ensemble pour finir la nuit chez elle. Nous n’étions pas attirées l’une par l’autre. Le lesbianisme n’est pas notre tasse de thé.

Nous nous sommes couchées nues, dans le même lit. Certains pouvaient prétendre que nous aimions les enlacements entre filles.

Comme j’en ai l’habitude je me suis branlée à ses cotés. Je l’ai excité assez pour qu’elle soulève totalement le drap et après avoir ouvert ses jolies cuisses, elle passait sa main sur sa chatte. Je la regardais se faire du bien.

Je jouissais avant elle, me retournait pour m’endormir du sommeil de celle qui vient de jouir.

Dès le lendemain matin, je me levais quand elle n’était plus couchée. Je la retrouvais à la cuisine ou, toujours nue elle préparait le petit déjeuner. Nous nous sommes embrassées sur les joues.

Comme Gaby fait tout les matins en déjeunant, elle passe sa main sur sa chatte. Bien sur elle s’excite assez pour se masturber pour bien commencer la journée. Je la regardais vaguement, je n’avais pas envie de jouir si tôt.

Nous avons fait une exception pour nous servie d’un gode double. De plus en plus nous nous baisons ensemble: c’est elle qui sait bien manier le gode. Nous sommes en levrette, presque cul à cul. Elle entre un bout dans mon cul et quand il est très profond, elle rentre l’autre coté dans son cul. Si au début elle le manœuvre avec sa main nous nous faisons jouir ensemble rien que par nos mouvements d’aller et venu de nos deux arrière trains. Les jouissances sont agréables.

Notre vie est réglée comme du papier à musique. Nous avons notre vie professionnelle. Ce n’est que le soir que nous nous retrouvons. Nous vivons nues dès le soir. Souvent nous avons un amant de passage. Le manque de place fait que quand elle est occupée à se faire baiser, je suis obligée de me cloîtrer dans la cuisine. L’inverse est pareil.

— Tu ne crois pas qu’on pourrait agir autrement, nous nous branlons bien devant l’autre sans problème, quand nous partouzons nous nous voyons bien nous faire mettre sans honte.

— Tu veux dire que quand nous avons un nouvel amant nous devons rester ensemble.

— Bien sur je pense même qu’il serait très excité de penser que nous sommes deux filles.

Dès le lendemain nous sommes dans ce cas, sauf que le mec qui me baise a une belle bite, qu’il ne jouit pas facilement. Au début de ma baise, nous sommes seuls dans la chambre. Il me caresse partout en me déshabillant. Quand j’arrive à le mettre nu, je ne regarde que sa queue. Elle me plait beaucoup en taille et en longueur. Il peut facilement faire mon bonheur en baisant.

J’étais prête à ouvrir mes jambes pour qu’il me baise quand il s’est retourné. J’ai vite compris quand il me donne sa queue tout en mettant sa tête entre mes cuisses. Il veut faire un 69. Ce n’est pas pour me déplaire.

Sa bouche sur ma chatte est terriblement active. Je sens sa langue sur mon con en entier. Moi, je l’ai pris en bouche, il sent légèrement l’urine comme moi sans doute. Je trouve que la peau du gland et particulièrement douce à ma langue. Mon ventre se creuse devant le plaisir qu’il me donne. Mes orgasmes sont excellents. Le sien ne vient pas.

Il s’en excuse presque :

— Je suis très dur à la jouissance. Excuses moi si je ne te donne pas vite mon sperme dans la bouche.

Il vient sur moi, cette fois j’attends qu’il me baise. Je sens le con s’élargir sous la poussée de la bite. J’aime sa pénétration ni trop rapide, ni trop lente. J’ai posé les talons sur ses reins pour être bien possédée. Je me laisse aller à jouir deux fois. La dernière fois, je cri mon orgasme tellement fort que Gaby vient en se demandant ce qui se passe. Elle reste devant la porte me surveillant et le surveillant lui surtout. Je la vois se branler.

Quand mon amant sort de mon corps, il me met en levrette pour m’enculer. Je mets de la cyprine sur mon cul. Il prend énormément de précautions pour ne pas me faire mal. Je sens mon anus s’ouvrir comme j’aime. Il me la met à fond. J’aime sa queue quand il m’encule.

Je me masturbe en même temps, pendant qu’il me caresse les seins. Il ne manque qu’une pine dans le con pour être totalement heureuse. En regardant derrière lui, je vois que Gaby n’arrête pas sa masturbation.

Quand j’ai assez joui je le fait sortir de moi. Il ne voit Gaby qu’à ce moment là. Je lui demande si elle veut aussi profiter de la bite de mon amant. Après un léger moment de réflexion elle se décide. Oui, elle veut.

Il la prend dans ses bras pour la baiser. Je regarde en détail ce qu’il fait. J’ai pourtant l’habitude de voir des filles se faire mettre, pour moi c’est toujours émouvant de voir une fille prendre ainsi son plaisir. Il la lime longuement pour la faire jouir, ce qu’elle fait finalement assez vite.

Elle est aussi en levrette pour se faire sodomiser. Elle est comme moi tout à l’heure. Elle jouit plusieurs fois sans qu’il gicle.

Cet homme est un cas très rare. Il nous rend service. Quand il sort du cul, il jouit longuement une quantité de sperme comme je n’en ai jamais vu. Toute sa décharge est sur le dos de Gaby. Je sors ma langue pour lécher toute sa semence. J’en dépose une bonne partie sur la bouche de Gaby qui pour une fois m’embrasse sur la bouche. Notre premier et dernier baiser.

Nous sommes très satisfaites de notre amant à garder longtemps. Depuis plusieurs mois il revient deux fois par semaine. C’est notre plat de résistance.

Diffuse en direct !
Regarder son live