Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 705 fois
  • 85 J'aime
  • 16 Commentaires

Gaelle, assistante de vie

Chapitre 6

Dénouement

Trash

— Allo, Noémie?


— Non c’est Anthony, elle est sous la douche. Attends, elle vient juste de sortir, je te la passe.


Noémie arrive en courant. 


— Salut Gaelle, qu’est ce qui t’arrive?

— J’aurais besoin d’un petit service.

— Mais bien sur, tout ce que tu veux.

— Pourrez tu me garder Tom et Chloé pour la soirée. Oui je sais je te préviens un peu tard, mais on m’a invité au restaurant au dernier moment.

— Au restaurant! Ma petite Gaelle aurait elle trouvé un amoureux?


Noémie est ravie. Cela fait tellement longtemps qu’elle espère que sa meilleure amie retrouve un compagnon.


— Est-ce que je le connais?

— Oui, un peu. C’est Julien.


La joie de Noémie retombe d’un coup. Julien est surement un super garçon, mais il est condamné. Son amie ne pourra jamais avoir un avenir avec lui.


— Gaelle. Il n’y a pas de souci pour Tom et Chloé, tu sais à quel point Anthony et moi aimons tes deux loupiots. Par contre sortir avec Julien,...ce n’est pas raisonnable.

— Oui je sais. Tu me l’a déjà dit je ne sais combien de fois. Que je devrais arrêter de le voir, et demander à notre patron de lui désigner une autre assistante de vie, et ainsi de suite.

— Je dis ça dans ton intérêt Gaelle. On sait toutes les deux comment cela va se terminer. Je t’ai déjà ramassée une fois à la petite cuillère quand ton mec t’a plaqué, je n’ai pas envie de le refaire une deuxième fois.

— Je sais Noémie, et je te remercie encore de tout ce que tu as fait pour moi. Mais je ne peux pas l’abandonner comme un chien! Je ferai tout mon possible pour le rendre heureux jusqu’à son dernier souffle.


Noémie connait trop bien le grand cœur de son amie pour espérer pouvoir lui faire changer d’avis.


— D’accord Gaelle. Tu as encore gagné, je ne t’embêterai plus avec ça. Amène moi tes bouts de chou.

— Merci Noémie, je te revaudrai ça. Et puis ne t’inquiète pas pour moi, je suis plus forte que tu ne le crois.


Gaelle range les affaires de ses enfants dans une valise afin de les confier à Noémie, puis se prépare pour le restaurant. 


Julien lui a téléphoné peu de temps avant pour l’inviter. Il aurait pu le faire bien avant lors d’une des ses visites à domicile, mais il n’a surement pas osé. Il y a en effet un moment que la jeune fille a compris qu’il a un faible pour elle. En revanche, ce que Gaelle n’arrive pas à admettre, c’est qu’elle aussi a un faible pour lui.

Peu importe. Le quotidien est déjà assez difficile comme ça et il ne faut pas rater une occasion de se faire un peu plaisir. Partager un bon petit plat dans un restaurant sympa en tête à tête leur fera le plus grand bien.


"Comment vais-je m’habiller?" Se demande la demoiselle devant son miroir en tenant une robe dans chaque main. " Hum, j’ai trouvé. Je vais mettre la petite robe échancrée qu’il m’a offerte lors de notre première sortie dans les magasins. Ca lui rappellera des bons souvenirs. Oh et puis, pendant que j’y suis, je vais mettre les belles bottines vernies avec lesquelles je l’ai fait jouir.

Oui je sais, je vais avoir l’air d’une salope mais c’est pas grave. J’en ai l’habitude et je sais qu’il adore quand je m’habille ainsi. Et puis, on va juste au restaurant, pas dans une réception mondaine!"


Ca, c’est ce qu’elle croit. Gaelle pense en effet que Julien l’a invitée dans un petit restaurant de quartier. Quelle n’est pas sa surprise quand il lui demande de se stationner sur le parking d’un établissement trois étoiles.


— Mais enfin Julien, tu es fou. Ca dois couter une fortune ici.

— Ne t’en fais pas. L’argent n’est pas un souci pour moi. Je voulais t’inviter dans le restaurant le plus chic de la ville. Je veux ce qu’il y a de plus beau pour toi.


Ce n’est pas l’addition qui inquiète Gaelle. Elle sait pertinemment que Julien a de l’argent. Non, c’est le standing de l’établissement. Elle n’a jamais été dans un restaurant de cette classe et elle se sent mal à l’aise avant même d’y entrer. 

Et puis, il y a sa tenue! Elle s’est habillée sexy ( pour ne pas dire comme une pute) afin de faire plaisir à Julien, mais elle pensait aller dans un petit endroit ou cela ne gênerait personne. Ici, elle a déjà l’impression de sentir les regards désapprobateurs des autres clients.

Ses craintes sont très vites confirmées. Dés qu’ils pénètrent à l’intérieur, elle entend les murmures émanant de la bouche de femmes guindées.


"Non mais tu as vu ce jeune homme! Comment ose t’il sortir en public dans son état. Moi à sa place, je resterais chez moi."

"Oui, et la pouf qui est avec lui. Elle a vraiment l’air d’une prostituée. Tu crois qu’il l’a payé cher pour qu’elle vienne avec lui au restaurant?"

"Je ne sais pas. Cela dépends de ce qu’ils ont prévu de faire après "

" Si c’est le cas, cela n’a pas du lui couter très cher. Je ne vois pas ce qu’il pourrait lui faire dans son fauteuil", rétorque l’autre en ricanant.


Gaelle fait comme si elle n’avait rien entendu, et pousse le fauteuil roulant jusqu’à la table qui leur est réservée. "Ce n’est pas deux vieilles connasses coincées qui vont gâcher notre soirée" se dit-elle.

Un serveur les installe et leur remet le menu. Ils hésitent entre plusieurs mets tous aussi succulents les uns que les autres quand de nouveaux murmures se font entendre.


"Ce genre de personne n’a rien a faire ici. Leur place est plutôt au restaurants du cœur."

" Oui en effet. Mais il y a quand même un point positif dans tout cela."

" Lequel très chère?"

" Dans l’état où est ce garçon, il ne risque pas de s’enfuir en courant pour ne pas payer l’addition!"

La femme pouffe en entendant la réflexion de son mari.

Une autre convive ajoute : "C’est la même chose pour la fille de joie qui l’accompagne. Ses talons aiguilles sont parfaits pour faire le tapin, par pour piquer un sprint! "


Si elle était seule, GAELLE se moquerait comme de sa première petite culotte de toutes ses méchancetés dites à voix basse. Mais ce n’est pas le cas, il y a Julien. Il est impotents mais pas sourd!

La jeune fille voit qu’il souffre beaucoup de cette situation. S’il avait des jambes et des bras valides, nul doute qu’il se lèverait pour leur mettre son poing dans la gueule à toutes ses ordures. Elle le ferait bien fait à sa place, mais bon ce n’est pas sur que cela réconforterait son amoureux qu’une femme défende ainsi sa dignité.   Que faire? 

Après quelques instants de réflexion, elle se lève et frappe de la cuillère sur son verre afin de réclamer le silence dans la salle.


— Mesdames et messieurs. Je vais demander votre attention quelques instants.


Un silence glacial remplit subitement la salle. Non mais qu’est ce qui lui prend à cette impudente!

Gaelle ne leur laisse pas le temps de se remettre de leur surprise.


— J’entends que certains et certaines d’entre vous se demandent combien un jeune homme handicapé comme Julien ici présent, a payé pour qu’une pute comme moi accepte de venir diner avec lui. 

Je vais donc leur répondre : Oui, Julien me paye pour que je lui suce la queue. Mais ce soir, si j’ai accepté de venir diner avec lui, ce n’est pas pour de l’argent. C’est parce qu’il en a une très grosse et que je compte bien qu’il me la mette profond après le diner!


Le silence qui avait empli la salle se mue d’un coup en un brouhaha général.


" Mais c’est scandaleux! Je n’ai jamais entendu de telles horreurs de ma vie. Comment as t’on pu laisser entrer de tels individus dans cet établissement....."

" Partons Eloise, nous n’allons pas supporter une telle vulgarité..."

" Vingt ans que je viens ici, et jamais je n’avais entendu de telles insanités..."


Le restaurant est au bords de l’émeute et deux serveur arrivent précipitamment à leur table.


— Nous allons vous demander de partir immédiatement.

— Avec plaisir! Nous ne voulons pas rester une minute de plus dans un lieu aussi mal fréquenté! répond la jeune fille avec dédain.


Gaelle part la tête haute en poussant Julien devant elle. Elle marche ensuite d’un pas décidé dans les rues sans but précis afin de se calmer, puis fini par s’assoir sur un banc public en tournant le fauteuil face à elle.


— Désolée d’avoir gâché ta soirée Julien.

— Ne t’en fais pas. Tu as pris ma défense comme une femme le fait avec son mari. Je suis extrêmement flatté, même si normalement ça se passe dans le sens contraire.


Gaelle voit que le jeune homme est subitement devenu tout ému, comme s’il cherchait à lui dire quelque chose.

Il prend alors appui sur ses faibles bras afin de se soulever de son fauteuil, et elle se précipite pour le soutenir.


— Non, laisse moi. Je veux y arriver seul.


Julien se lève en se cramponnant à son fauteuil, et il parvient à poser un genou à terre. Puis de sa main tremblante, il sort une petite boite de sa poche.

La jeune fille prend sa tête entre ses mains. Elle sent ses yeux s’humidifier.

"Non, il n’est quand même pas en train de...."


— GAELLE. Tu es la femme de ma vie. Accepte tu de m’épouser?

— Je, je...mais....que....que vont dire les gens. Ils vont penser que je t’épouse pour ton argent.

— Je me fous des gens. S’ils disent quoi que ce soit, je leur casserai la gueule! Enfin non, c’est plutôt ma femme qui le fera à ma place.

— C’est la demande en mariage la plus ridicule que j’ai jamais entendu.

— Oui, je sais. Je voulais la faire dans le restaurant, mais une furie a foutu le bordel!


Gaelle sourit malgré son émotion.


— Je, je sais que ma demande doit te sembler complètement absurde. Je, je comprendrais que tu refuses.


Gaelle le serre dans ses bras. Leurs lèvres se rapprochent et ils échangent un baiser passionné. Elle n’a pas embrassé de garçon depuis sa séparation, quand à Julien c’est le premier baiser de sa vie.


— Alors, c’est oui, demande le jeune homme

— Mais bien sur que c’est oui gros béta. Il faudrait vraiment que je soit conne pour refuser.



Le temps presse et le mariage est rapidement organisé. Noémie, la témoin de Gaelle, a pris les choses en main et lui a offert une fête superbe.

La soirée est déjà bien avancée et le repas est terminé depuis un moment. Après les jeux traditionnels comme la jarretière, c’est maintenant le DJ qui est en charge de l’ambiance.

Julien est complétement épuisé. Gaelle a en effet dansé comme une folle en tenant son fauteuil roulant.


— J’en peux plus mon amour. Laisse moi souffler un peu s’il te plait.

— Bien sur mon chéri. Je vais aller me prendre un verre et faire une petite pause. Tu en veux un aussi?

— Oui je veux bien, mais sans alcool.


Gaelle se dirige vers le buffet, mais alors qu’elle se sert un verre de ponch, elle entend Carla, la sœur de Julien. Celle-ci est en train de discuter avec une de ses amie quelques mètres plus loin. Là où elles sont, elles ne peuvent pas la voir.


— Non mais tu l’as vu la mariée. Comment mon frère a t’il pu épouser une pétasse pareille! On se demande comment elle a pu le séduire avec un physique aussi vulgaire. Elle n’a vraiment aucune grâce.

— Tu as raison, elle ressemble plus à un camionneur qu’à une danseuse étoile. 

— Rien qu’avec son nom déjà, on a comprit à qui on avait à faire : Gaelle FRINGARD, on devrait plutôt dire Gaelle RINGARD.


La copine glousse.


— Tu sais à quoi elle me fait penser reprend Carla? A une fille de ferme mal dégrossie.


Cette fois-ci la copine éclate de rire.


— Oh oui, c’est exactement ça. Une fille de ferme qui s’habille en pute!

— En fait, je sais pourquoi mon frère s’est marié avec elle. Ca doit être une sacrée vicelarde. Elle doit lui faire des trucs drôlement cochons cette salope!

— Ouais, ca ce soit sur elle que c’est une trainée. Elle a surement épousé ton frère pour son argent.


Cela fait maintenant plusieurs minutes que Gaelle écoute leur conversation discrètement cachée dans un recoin de la pièce. Elle en a assez entendu et décide d’avoir une petite discussion en tête à tête.


— Bonjour Clara, comment va ma chère belle sœur?


La copine de Clara blêmit en la voyant approcher dans le dos de son amie.


— Heu, je vais vous laisser dit-elle avant de disparaitre comme par magie.

— Pas très courageuse ton amie! Une vrai petite pute comme toi, mais pas très courageuse.

— Non mais enfin, qu’est ce qui te prends? JE NE TE PERMETS PAS

— TA GUEULE susurre Gaelle de façon à ne pas se faire entendre par les autres convives. Tu as de la chance que ce soit mon mariage, sinon je t’aurais déjà pété toutes les dents! 

Maintenant tu va la fermer et m’écouter attentivement: je sais ce que tu penses de moi et je m’en contrefout. Par contre que tu t’en prennes à ton frère ça je ne te permettrai pas, parce que contrairement à toi, moi Julien je l’aime. Alors écoute moi bien petite garce car je ne vais pas le répéter deux fois. Si jamais tu fais ou dis quoi que se soit qui puisse lui faire de la peine, je te jure que la fermière mal dégrossie se fera un plaisir de te défoncer ta sale petite gueule avec ses talons aiguilles!


Pour appuyer ses paroles, Gaelle relève sa robe de marié et fait miroiter les superbes talons métalliques de ses bottines. Carla sait qu’elle ne plaisante pas et écoute sans broncher.

Gaelle remarque tout à coup que Julien est en train de les observer et s’adresse de nouveau à sa belle sœur.


— Maintenant, je vais t’embrasser et tu va faire de même en me faisant un grand sourire. C’est pour donner le change à ton frère, tu as intérêt à être convaincante.


Après avoir embrassé Carla, Gaelle prend un gâteau sur la table et lui dis avant de rejoindre son époux: "Hum, ils sont délicieux, tu devrais y gouter."


— J’ai vu que tu discutais avec ma sœur. J’avais peur que vous ne vous entendiez pas.

— Et pourquoi donc mon chéri. Nous sommes devenues les meilleures amies du monde. On a parlé de ma robe et de ce genre de trucs. Je lui ai même fait voir mes bottines. Je crois qu’elle aussi a un faible pour les talons aiguilles.

— Gaelle !

— Oui Julien.

— Tu crois pas qu’il est temps que l’on fasse notre devoir conjugale?

— Tu te sens d’attaque?

— Une vraie bombe sexuelle!


Arrivée devant la porte de la chambre, la jeune mariée soulève son époux, et lui fait franchir le seuil de la chambre en le portant dans ses bras. 

Oui je sais, normalement c’est le contraire mais là ce n’est pas possible. La maladie a évoluée de façon inexorable, et l’état de Julien a beaucoup empiré. Il ne lui est plus possible de prendre sa femme "à la hussarde" comme la première fois. Gaelle l’allonge donc sur le lit et le déshabille. Elle souffle sur sa queue pour la faire frémir de désir, puis elle relève sa robe de mariée et s’empale sur le membre dressé.

La jeune fille sait que son homme ne peut plus faire aucun mouvement, et elle lui dit juste avant de le chevaucher :


— Tu vas voir mon chéri. Je vais te sucer avec ma chatte!


Et là, elle se met a aspirer la queue tendue entre les lèvres de son minou. 

A la petite garce elle sait y faire, et elle a la santé! Elle le chevauche ainsi pendant près de vingt minutes avant qu’il n’explose dans son ventre.

Ivre de bonheur, il ne tarde pas à s’endormir tandis que sa dulcinée retourne voir ses invités.



Six mois se sont maintenant écoulés depuis cette magnifique soirée. Le ventre de Gaelle s’est arrondi, et bientôt va venir au monde un petit Julien junior.

Pour son père en revanche, la situation allait très mal. Son état de santé s’était encore fortement dégradé ces dernières semaines. Tout le monde savait depuis un moment que la fin était proche.


Notre héroïne est justement en train de confier à Noémie la dernière entrevue qu’elle a eu avec son époux :


" Comment va mon fils?" M’a t’il demandé d’une voix faible.

" Il est en pleine forme. Il n’arrête pas de bouger ce petit chenapan. Tu veux le sentir?"

" Oh oui, j’aimerais bien."


— Je l’ai sorti de son fauteuil et l’ai posé sur le canapé. Je me suis rassise à coté de lui et j’ai déposé sa tête contre mon ventre. Notre petit Juju a du sentir la présence de son père car ses coups de pieds ont redoublé.


" Doucement mon petit. Ce n’est pas comme ça qu’il faut traiter ta maman."


— Et là, crois moi ou non, mais il s’est calmé d’un coup.


" Voilà, c’est mieux."


— La voix de Julien n’était maintenant plus qu’un murmure. Chaque parole qui sortait de sa bouche lui demandait un effort énorme.


" Gaelle?"

" Oui, mon chéri."

" Tu ’occuperas bien de notre bébé?"

" ON s’occupera bien de lui. Tu ne crois quand même pas que je vais me taper le boulot toute seule! Ce n’est pas parce que tu es un homme que tu ne pourras pas lui changer les couches."


— Il a puisé dans ses dernières forces pour me faire un sourire.


" Je n’ai pas peur de mourir tu sais, grâce à toi je pars heureux." 

" Julien! Je t’interdis de dire des horreurs pareilles!"

" Je vous aime...."


— Son visage était radieux. 

Et là, il s’est endormi....... pour toujours. 


Noémie voit une larme perler sur la joue de son amie.


— Qu’est ce qui t’arrives, tu pleures?

— Pleurer moi! Tu rêves. Tu sais bien que j’ai un cœur de pierre. C’est juste un insecte dans l’œil.


Noémie se lève et serre son amie dans ses bras. Gaelle pleure maintenant à chaudes larmes.


— Il me manque déjà tellement tu sais.

— Oui, je sais à quel point tu y tenais. C’était un super mec.

Pense à Tom et Chloé, et puis aussi à ton petit Julien, mon futur filleul. Ils ont besoin de leur maman.

— Oui je sais, tu as raison mais je n’arrive pas à oublier.

— Je ne te demande pas d’oublier, mais de penser à l’avenir.


Noémie est sincèrement triste pour Gaelle. Elle n’avait pas vue pleurer sa meilleure amie depuis des années.


"Qu’est ce que je pourrais faire pour lui changer les idées, pour lui faire retrouver le sourire." Se demande t’elle.


Sa conscience lui fait alors une suggestion.


"Ah non, tout mais pas ça! Tu ne peux pas me demander une chose pareille!"

" Et pourquoi pas? Tu prétends que Gaelle est ta meilleure amie. C’est le moment de le prouver!"

" Il n’y aurait pas un autre moyen?"

" Personnellement, je ne vois pas d’autre. Depuis le temps que tu connais ta copine, tu sais bien que c’est la meilleure solution pour lui remonter le moral."


Tenaillée par sa conscience, elle finit par dire :


— Gaelle?

— Oui Noémie

— Tu te souviens quand tu voulais m’apprendre à sucer Anthony?


Gaelle est décontenancée par cette question complétement incongrue vu les circonstances.


— Heu......oui.


— Est ce que ta proposition tient toujours?


FIN

Diffuse en direct !
Regarder son live