Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 63 456 fois
  • 183 J'aime
  • 11 Commentaires

Gang bang avec ma mère

Chapitre 1

Inceste

Un soir, en fin d’année dernière, ma mère vint me voir dans ma chambre. Elle me posa une drôle de question :


— Dis-moi Mathieu, tu as déjà participé à un gang bang ?


J’ai failli m’étrangler.


— Un quoi ???

— Un gang bang. Tu sais, un truc avec juste une fille et plusieurs mecs...


Inutile de dire que j’étais choqué par la question.


— Heu... non !

— OK. Et si quelqu’un de ta connaissance, une copine, participait à ce genre de choses, ça te choquerait ?

— Mais enfin maman, ça va pas ? Pourquoi tu me poses ces questions ?

— Comme ça...


Ma mère ne dit rien de plus et n’aborda plus le sujet. Mais quelques jours après, elle revint vers moi :


— Dis-moi Mathieu, ça te dirait si on faisait une belle fête pour le réveillon ? J’ai envie de m’amuser ! On se fait une belle soirée à la maison, avec du monde, du champagne, de la bonne musique et tout. OK ?

— Heu, oui pourquoi pas. Tu comptes inviter qui ?

— Tiens, regarde, j’ai préparé une liste.


Sur sa liste des invités, très bizarrement il n’y avait que des copains à moi. J’imaginais le tableau : une bonne dizaine de jeunes mecs et ma mère au milieu, en reine de soirée... Immédiatement j’ai repensé à sa question du gang bang. Depuis le divorce avec mon père, ma mère affichait clairement son intention de profiter des bonnes choses de la vie, et parmi ses préoccupations il y avait le sexe. Elle ne cachait pas le fait qu’elle aimait ça et même avec moi elle avait parfois des attitudes assez ambiguës. Il fallait m’attendre à tout. J’essayais donc de savoir ce qu’elle avait en tête.


— Maman, pourquoi tu invites juste mes copains au nouvel an ?

— Parce que j’en ai marre des vieux de mon âge ! Au moins avec tes copains on rigole !

— OK mais il n’est pas question que ça dégénère. Je veux bien qu’on fête ça avec mes copains, mais tu me promets de rester sage ?

— Promis, mon chéri !


Bien sûr elle n’allait pas tenir sa promesse, car tous ces jeunes hommes réunis pour une soirée où elle serait la seule femme... ça lui plaisait beaucoup. Et moi, au final, même si je disais le contraire, j’étais plutôt curieux de voir ça.

Pour accueillir mes amis, elle avait mis une minijupe noire très courte avec des paillettes, des bas résilles, des talons hauts et un bustier super décolleté qui menaçait à chaque mouvement de laisser échapper un sein. Je trouvais ça bien sûr trop sexy, et mes copains étaient du même avis que moi. Mais ils n’allaient pas se plaindre : ils étaient pour la plupart célibataires et certains n’avaient pas touché de filles depuis un bon moment. Alors si une maman un peu chaude avait décidé d’étaler ses charmes devant eux, ils n’allaient pas protester. Lorsqu’elle se penchait pour servir à boire, sa poitrine dépassait allègrement du soutien-gorge. Ils adoraient. Ma mère tortillait aussi tellement du cul qu’ils eurent des difficultés à garder leur calme. Ils étaient chauds bouillants et je pressentais bien que la soirée allait être animée. En effet, je n’eus pas à attendre longtemps.

Tout le monde buvait pas mal, et les esprits s’échauffèrent rapidement. Ma mère, qui avait pas mal picolé elle aussi, mit de la musique. Elle s’installa au milieu de la pièce et commença à danser de façon très sexy, remuant des hanches lascivement. C’est alors que je la vis détacher un à un les boutons qui maintenaient son bustier attaché par-devant. Le dernier bouton enlevé, tout en dansant, elle ouvrit le bustier sur son soutien-gorge. Mes craintes s’avéraient fondées : elle était en train de se lancer dans un vrai striptease. C’était une des choses que je redoutais le plus.

En quelques secondes toute l’attention de mes copains se focalisa sur elle. J’avais honte de la façon dont elle se comportait, mais je devais reconnaître que c’était plutôt une bonne stripteaseuse. Elle faisait ça bien, remuant admirablement bien son cul en rythme, jetant ses vêtements un à un sur les membres réjouis de l’assemblée. D’abord le bustier, puis les bas qu’elle enleva un à un lentement, puis la jupe qu’elle fit glisser le long de ses belles jambes... Elle enleva tout, jusqu’à ce qu’elle se retrouve en sous-vêtements.

Mes copains étaient sous le charme de cette belle femme mûre qui s’effeuillait sous leurs yeux. Malgré mes réticences, je devais avouer que même moi je trouvais ça excitant. Sa culotte et son soutien-gorge étaient vraiment sexy, en dentelle noire qui par transparence laissait deviner pas mal de ses charmes. Il fallait vraiment être en bois pour ne pas trouver ça joli. Mais même si je lui trouvais un certain don pour l’exercice, j’avais un peu peur qu’elle veuille aller plus loin.


— Maman s’il te plaît, c’est bon là, arrête-toi là... Tu as trop bu.

— C’est le réveillon mon chéri ! Je m’amuse, laisse-moi !


Elle se remit alors à danser au milieu de mes amis. Sous leurs regards médusés elle dégrafa son soutien-gorge, libérant les bretelles qui basculèrent en avant. Tout en continuant à danser elle gardait le soutien-gorge plaqué contre sa poitrine, la maintenant dissimulée. Mais mes copains étaient excités comme des puces. Ils se mirent à crier "le soutif ! Le soutif !".

Ravie de l’effet qu’elle produisait, mais mère décida d’accéder à leur souhait et laissa le soutien-gorge tomber au sol, dévoilant sa fantastique poitrine. Quels seins magnifiques ! Gros, lourds mais qui tenaient encore admirablement bien. Tout le monde était soufflé. Elle continua à danser, puis se mit à jouer avec ses seins, les caresser, les agiter au rythme de la musique. Mes copains étaient hilares, c’était la fête. Ils n’avaient pour la plupart jamais eu l’occasion de voir d’aussi gros et beaux seins de femme mûre et ils étaient subjugués.

Mais le meilleur était pour la fin, car ma mère commença à jouer avec sa culotte, descendant un côté, le remontant, faisant de même de l’autre côté, entretenant le suspense comme une vraie pro. En dansant, elle se retourna alors, dos vers l’assemblée. Elle se pencha en avant, bien cambrée, fesses en arrière, et descendit la culotte de quelques centimètres, dénudant le haut de sa raie des fesses. Elle regarda mes copains, sourire aux lèvres, l’air de dire "Je l’enlève, ou pas ?".

C’était la folie. Les copains criaient " la culotte ! La culotte !". Alors elle la fit descendre quelques centimètres de plus, dévoilant une bonne moitié de ses fesses. Elle passa un doigt au milieu, juste dans le sillon de sa raie des fesses, mais remonta la culotte juste après.

Mes copains n’en pouvaient plus, au bord de la rupture de nerf. Ma mère fit un tour de l’assemblée en dansant puis se positionna face à nous. D’un coup elle fit alors pour de bon glisser la culotte vers le bas, livrant sa nudité complète aux regards stupéfaits et ravis de mes amis. Elle était superbe, avec une chatte magnifique, bien fendue, parfaitement épilée pour l’occasion, avec juste un triangle de poils noirs au-dessus du pubis. Elle se remit alors à danser lentement, se caressant tout le corps, les seins et le sexe. Se présentant devant chaque garçon, elle mettait un pied sur leurs genoux ou sur une chaise, écartait les jambes, se caressait la chatte, l’exhibait ostensiblement, allant même jusqu’à écarter ses lèvres sous les regards gourmands de ces jeunes mâles, en manque pour la plupart, certains étant carrément puceaux.


La musique s’arrêta alors et ma mère cessa de danser, puis salua l’assistance. Tous les copains applaudirent à tout rompre. Quel succès ! Je pensais que peut-être elle allait alors se rhabiller pour finir la soirée plus raisonnablement. Mais pas du tout. Sans se rhabiller le moins du monde, elle s’assit à poil sur une chaise, au milieu de mes copains qui lui servirent à boire. Elle était ravie d’être au centre de toutes les attentions, se laissant aller à discuter et rigoler.


— M’dame, votre strip-tease là, il était trop top ! On a kiffé !

— Merci jeune homme. Ravie que vous ayez aimé !

— On a tous aimé, M’dame. Vous êtes superbe ! Vos seins sont trop beaux ! On peut toucher ?

— Mais bien sûr ! Allez-y, jeunes hommes, c’est fait pour ça !


Ravis de l’invitation et bien excités, plusieurs gars mirent la main sur ses seins, les palpèrent, avec timidité d’abord, mais comme tous avaient pas mal picolé, ils y allèrent assez rapidement plus franchement, les prenant à pleines mains. Ils se régalaient de ces gros lolos. Jamais ils n’en avaient touché d’aussi beaux. Ils ne s’arrêtèrent bien sûr pas là, laissant leurs mains descendre sur ses cuisses, glisser entre ses jambes. Ma mère ne montra aucune résistance quand un de mes copains écarta ses jambes pour poser la main sur son sexe, puis glissa ses doigts entre les lèvres de sa vulve. Bientôt c’était une dizaine de gamins qui se pressèrent autour d’elle, avides de tripoter, tâter cette belle femme d’âge mûr qui se livrait à eux. Ils se poussaient les uns les autres pour mettre les mains partout, sur ses seins, ses cuisses, glisser les doigts dans sa chatte. Ma mère fut rapidement débordée par le nombre, et dû reprendre la maîtrise des choses.


— Holà, jeunes hommes, Stop ! Stop ! Enlevez tous les mains ! Si vous n’êtes pas plus disciplinés, ça ne va pas aller. Et d’abord, vous êtes bien au courant que pour le nouvel an il est d’usage d’apporter un cadeau à la maîtresse de maison ! Où sont vos cadeaux ?


Mes copains baisèrent la tête. Aucun d’entre eux n’avait prévu quoi que ce soit.


— Bon je suis un peu déçue, là. Mais j’ai une idée. Si vous me montrez un peu comment vous êtes montés, ça rattrapera l’affaire ! Allez on baisse les pantalons, je veux tout voir !


Les regards de mes copains s’illuminèrent. Ils baissèrent tous immédiatement leurs pantalons, exhibant ce dont la nature les avait dotés, des bites de taille et de formes différentes. Ma mère était ravie, hilare et triomphante. Que c’est bien parfois, d’être une femme : avoir tous ces mecs à sa merci, fébriles à l’idée d’avoir ses faveurs ! Impérieuse, en marchant lentement, toujours superbement nue, elle fit le tour de tous les copains, passant en revue leurs attributs, les prenant dans la main, les caressant une seconde pour jauger la taille des engins qui lui étaient présentés. Ma mère aimait avoir le choix. Elle s’arrêta devant Kevin, le copain qui n’avait pas la bite la plus grosse, mais c’était un vraiment beau mec. Elle prit sa queue dans la main et commença à la caresser, la faisant grossir instantanément.


— Mmh pas mal, ça. On va commencer par toi, jeune homme !


Elle se baissa devant lui et ni une ni deux, attrapa sa queue et l’enfourna dans sa bouche. A la surprise générale, elle se mit à le sucer avec délectation. Kevin était stupéfait, et ravi ! Il bandait comme un cheval.


— Très bien ça, jeune homme, bel organe ! félicita ma mère. Elle le suça un moment puis passa à son voisin auquel elle fit subir le même traitement. Bientôt c’était dix jeunes mecs la queue à la main en train d’attendre pour se faire sucer, tous en rond autour d’elle. Elle les masturbait quelques secondes, le temps d’admirer comment ils étaient montés, puis avalait leur queue avec appétit, passant de l’une à l’autre sans se presser.


Kevin se rapprocha alors de moi.


— Putain, ta mère c’est vraiment une grosse salope ! Et toi, t’as pas envie d’en profiter un peu ? Vas-y fais-toi sucer aussi !

— C’est ma mère, t’es fou !

— Et alors ? C’est une vraie cochonne, je suis sûr que si tu lui mets ta queue dans la bouche, elle fera même pas attention que c’est toi !


Je devais reconnaître que j’étais bien excité. J’avais aussi pas mal bu. Alors, l’alcool aidant, sans trop réfléchir, j’enlevais alors mon pantalon et me mettais dans la file d’attente, entre deux copains, mon sexe à la main. Arrivée à moi, conformément à ce qu’avait prédit Kevin, ma mère ne leva même pas la tête. Elle attrapa mon organe et se mit à le sucer avec délectation. Au bout d’un moment elle regarda quand même à qui appartenait cette belle bite.


— Ha c’est toi ? dit-elle simplement en souriant.


Elle eut un instant d’hésitation mais ne s’interrompit pas. Au contraire, elle se remit à me sucer de plus belle. Tout le monde savait que ma mère m’aimait beaucoup. Elle m’en offrit ce soir-là une nouvelle preuve en dégustant la partie la plus intime de mon anatomie avec un réel plaisir et une attention toute maternelle. Elle me fit même le privilège de quelques commentaires coquin.


— Mmmh, elle est bonne cette queue ! Si j’avais su ça avant !


J’étais aux anges. Elle suçait extraordinairement bien, faisant rouler ma queue sous sa langue, l’aspirant au plus profond de sa gorge, c’était délicieux. Mais les copains attendaient leur tour et elle dut passer à quelqu’un d’autre.


— Tu vois, me dit Kevin, je t’avais dit. C’est une cochonne !

— Putain, Kevin, c’est ma mère qui vient de me sucer la queue, quand même ! Et elle a adoré ça !

— Ca ne m’étonne pas ! Toutes des salopes ces mamans ! Tu sais, moi, ma mère elle se débrouillait toujours pour qu’on voie sa culotte à la moindre occasion ! Avec mes frangins ça nous faisait fantasmer comme des malades et elle le savait bien ! L’été, parfois, elle mettait même pas de culotte. On voyait tout. Mais elle nous a jamais laissés la toucher.


J’étais quand même un peu choqué. Découvrir que sa mère est une salope qui adore le sexe, et qui se délecte de sucer son propre fils, c’est pas un truc qui vous arrive tous les jours. Cependant je n’étais pas au bout de mes surprises.

Après s’être occupée de tout le monde, ma mère se redressa et lança à l’assemblée :


— Bon les enfants, c’est pas tout ça, mais maintenant à vous de travailler. J’ai la chatte en feu, il faut me baiser. Qui est-ce qui commence ?


Satisfaction générale.


— Moi M’dame !

— Non, moi !

— Ne vous battez pas, il y en aura pour tout le monde ! Toi là, comment tu t’appelles ? Tu as l’air tout timide.

— Heu, Hugo, m’dame...

— T’as déjà baisé une maman de mon âge Hugo ?

— Heu non m’dame...

— Alors bienvenue, tu seras le premier. Viens par là !


Elle l’entraîna au milieu de l’épais et confortable tapis du salon, se mit à genoux, penchée en avant, et leva le cul bien haut en direction d’Hugo.


— Allez, jeune homme, régale-toi, c’est la fête !


Mon copain ne se fit pas prier. Il se trouve que Hugo, qui était en effet très timide, n’avait jamais eu de copine. Ma mère fut la première femme de sa vie. Il introduit son sexe avec délectation dans la chatte de cette grosse maman cochonne. Il semblait très ému, regardait avec étonnement sa bite pénétrer un vagin pour la première fois de sa vie et rapidement il comprit le bonheur qu’il y avait à effectuer des va-et-vient là-dedans. Ses mouvements s’accélérèrent et il se mit à baiser ma mère avec toute la frénésie du jeune puceau qu’il était. Lorsque ses va-et-vient devinrent un peu précipités, ma mère comprit qu’il ne tarderait pas à jouir. Elle prit alors l’initiative de s’écarter de sa queue, puis toujours à quatre pattes, elle pivota sur elle-même et offrit son postérieur à un autre copain qui se trouvait à côté.


— A toi, jeune homme ! Allez, on se dépêche, j’ai faim !


En l’occurrence il s’agissait de Kevin, qui à son tour la pénétra de superbe façon, à grands coups de reins bien sentis. Au bout d’un moment il dut à son tour laisser sa place à un autre garçon. Ma mère avait bien l’intention de tous les essayer...

L’un après l’autre, ils se relayaient pour la baiser. Ils la pénétraient vigoureusement avec leurs grosses bites et ma mère gémissait de plaisir.

Pour ma part j’étais toujours sous le coup de la stupéfaction, mais j’avais bien envie de me joindre aux réjouissances, bien excité par tout ce qui s’était passé jusque-là. Mais même si l’idée de pénétrer cette chatte me faisait énormément envie, j’hésitais. Ce n’est pas une décision facile à prendre, de se lever, se mettre derrière sa mère et la pénétrer. Kevin me tira alors par le bras, repoussa en arrière le copain qui était en train de bien s’exciter sur ma mère, le forçant à se retirer d’elle.


— Priorité à la famille ! lança-t-il en rigolant.


Alors je me positionnai derrière ma mère toujours en position levrette, orientai ma queue vers sa vulve, et sans plus réfléchir je brisai de bonne humeur le tabou de l’inceste : je la pénétrai. Sentir ma queue rentrer au fond de son vagin fut absolument magique. Mon membre se trouva comme littéralement aspiré par cet organe chaud, doux et impeccablement bien lubrifié. Ou alors était-ce moi qui en avais trop envie ? Toujours est-il que je pénétrai ma mère directement jusqu’à la garde. J’entamai des va-et-vient absolument délicieux. Je l’attrapai par les hanches et je la tirai fort contre moi.


— Ha oui ! C’est bon ! Continue ! hurla ma génitrice, qui s’était bien rendu compte que c’était son fils qui la prenait aussi fort.


Du coup, j’augmentais encore la cadence de mes coups de bite, attrapant ma mère par les cheveux pour la forcer à se cambrer en avant. Je regardais ma bite entrer et sortir de sa vulve, trempée d’un épais liquide blanc, la cyprine maternelle. J’avais clairement l’impression que ça l’excitait comme une folle de se faire baiser par son fils. Je me penchais alors sur elle, me couchant presque sur son dos, agrippant ses fabuleux gros seins, respirant cette odeur que j’aimais tant depuis que j’étais enfant. Puis je recommençais à la baiser de plus belle. De temps à autre j’écartais ses grosses fesses pour jouir de la vue de toute sa fente, de l’anus jusqu’à la vulve.

Une image me revint à la mémoire, une anecdote que j’avais complètement oubliée : un jour, alors que j’étais encore enfant, j’avais trouvé ma mère dans la salle de bain nue à quatre pattes penchée en avant pour aller chercher un objet qui avait roulé sous un meuble. La position était telle que je voyais tout de sa fente, de la vulve à l’anus. Ma mère s’était bien sûr aperçue que j’étais rentré dans la salle de bain, mais elle ne modifia pas sa position, amusée sans doute à l’idée du trouble que je devais ressentir... Elle me laissa ainsi l’admirer encore quelques secondes, jusqu’à ce qu’elle finisse par récupérer son tube de rouge à lèvres.

Aujourd’hui j’avais le même fantastique cul devant moi, et j’avais la possibilité d’en profiter. J’humidifiai alors un doigt et le rentrais dans son anus. Ma mère poussa un gémissement de plaisir. Elle aimait ça, la cochonne ! Je la doigtai un moment avec délice dans cette position, puis, sans enlever mon doigt de son cul, je la pénétrai par le vagin à nouveau. A travers la paroi anale, avec mon doigt je sentais ma bite, le gland bien gonflé. C’était génial. Je pouvais ainsi même me masturber par l’intérieur. Inutile de vous dire quel plaisir ce fut ! J’eus bien l’idée de la pénétrer par le cul mais j’étais déjà trop excité. Au bout d’un instant, sentant la jouissance arriver, je voulus me retirer pour me reposer.


— Non, reste mon chéri, laisse-toi aller ! J’ai envie que tu sois le premier à jouir en moi !


Ejaculer dans le vagin de ma propre mère, ma petite maman adorée ? Pourquoi pas ? C’était ignoblement pervers, mais tellement délicieux ! Je n’avais pas le choix, de toute façon, je ne pouvais plus me retenir. Je sentis une grande chaleur envahir mon bas-ventre, mon jus qui montait et jaillissait au fond du vagin par jets saccadés. Quel délice ! En jouissant, j’envoyai d’énormes coups de reins dans l’arrière-train maternel de façon hyper violente, défonçant littéralement ma génitrice. Celle-ci, non seulement tenait le coup, mais en plus hurlait de joie.

Lorsqu’elle sentit que j’avais fini, elle se retourna vers moi et mit ma queue dans sa bouche pour lécher les dernières gouttes de mon sperme.

Elle était encore occupée à bien me nettoyer la queue qu’un autre copain surgit derrière elle et sans se soucier du fait que je venais de jouir dans ce trou, y enfonça sa bite à son tour... C’était Hugo. Il recommença à s’agiter dans le vagin de sa mère de façon assez désordonnée mais au bout de deux minutes il n’en pouvait déjà plus.


— Merde, je vais... haaaaa ! Trop tard...


Il avait joui. Du coup, tous les autres garçons, excités par l’odeur de jouissance revinrent à la charge, se battant presque pour pénétrer ma mère à nouveau. Ils la prirent avec énergie, et assez rapidement se laissèrent l’un après l’autre aller à jouir, crachant leur sperme dans le vagin de cette cochonne de maman qui commençait à dégouliner de foutre. Certains garçons au moment de jouir sortaient leur queue et jouissaient sur son dos. Lorsqu’elle se retournait elle en prenait sur ses seins, sur son visage. Ma mère adorait ça, léchait leur sperme goulûment, et l’avalait avec plaisir si l’un d’eux avait la bonne idée de jouir dans sa bouche. Elle avait du foutre sur tout le corps, ça dégoulinait partout et elle aimait ça !

Lorsque tout le monde fut rassasié de sexe, et après encore quelques bouteilles de champagne, la fête se termina peu à peu.

Quelques copains rentrèrent chez eux, d’autres restèrent dormir sur place, trop ivres pour bouger.

Cette année 2019 avait décidément bien commencé ! Lorsque le matin arriva il y avait encore plusieurs copains à moi endormis sur les canapés du salon ou dans les lits. Moi-même je m’étais écroulé dans mon lit après avoir bu plusieurs verres d’alcool.

Avec effroi, je me souvins de la soirée de débauche de la veille. Je cherchais ma mère. Elle était dans sa chambre. J’ouvrais la porte avec précaution, et la découvrais à poil sur son lit, toujours endormie. Qu’elle était belle ! Jambes ouvertes, vulve exhibée, elle était offerte à mes regards admiratifs.


Je m’approchai du lit doucement, posai la main sur ses seins, descendis vers son sexe, le caressais affectueusement. Ses poils étaient d’une douceur admirable. Je glissai un doigt entre ses lèvres, pénétrai le vagin encore humide.


— C’est toi mon chéri ? grommela-t-elle en ouvrant les yeux. Viens allonge toi, viens me faire un câlin. Elle me tira vers elle. Je bandais à nouveau.

Diffuse en direct !
Regarder son live