Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 813 fois
  • 44 J'aime
  • 0 Commentaire

Ce garagiste, Mon Maitre

Chapitre 2

SM / Fétichisme

Le lendemain à 19h, je frappais à la porte du garage. Monsieur m’ouvrit. Il me fit une bise avec un large sourire ‘Si tu es revenue, c’est que tu es une salope. Il ferma la porte derrière moi. Attend moi ici.’ Il revient 10 min plus tard. ‘A genou ma soumise. Je te remets ce collier comme signe de ton appartenance. Tu n’as plus aucun droit de plaisir, sans mon accord. Tu l’as choisi, tu es ma chienne, mon objet, ma poupée. Il me place un étrier de bouche, afin de me garder celle-ci bien ouverte. Suis-moi.’ Ainsi, lèvre grande ouvert, je le suis à travers tout l’atelier. Soudain, il me penche en avant, sur une sorte de planche, sous mon ventre, il écarte mes jambes mes mains sont attachés vers les sols.

Il relève ma jupe, et d’un coup sec, il pénètre ma chatte, déjà très humide. ’Humide comme tu es, tu attendais ça avec impatience, ma salope. ‘Je ne pouvais pas parler, la bouche ainsi ouverte. Mais, il commença avec un rythme fou, j’étais ballottée dans tous les sens, pendant qu’il prenait du bon temps. Il stoppa net. Me retira l’étrier, et mis sa queue pour éjaculé. Le goût mélangé du sperme et de ma cyprine était spéciale.

Il me remit droite, et retira mon haut, et mis des pinces sur mes seins. ‘A genou’ m’ordonna-t-il du doigt. Il parti un long moment. Les pinces me brûlaient les seins. Il me les retira, sans prendre la peine de les ouvrir, je criai de surprise et douleur. ‘Dommage pour toi, je n’aime pas les cris, 10 coups de cravache sur chaque fesse, tu compte.’

Il me mit sur le capot d’une voiture. Mes fesses à dispositions. Des coups cinglant les un après les autres. Le cul bien rougis, il posa ses mains dessus, et murmura à l’oreille ‘Merci?’

Dans une voix sanglotant de douleur et de plaisir je répondis ‘Merci mon Maître de cette correction mérité’

‘Tes premières marques de possession. Ça mérite une photo. Très bien, nous sommes jeudi, je sais que tu ne travailles pas le samedi toi. Demain soir, je viens chez toi, je ferai venir une pizza. Je te veux nue à mon arrivé. Samedi matin, nous partirons ensemble, je travaille moi, mais, j’ai une salle spécialement pour toi, pour t’occuper toute la journée. Nous irons au restaurant demain soir. Ma salope, rentre chez toi.’


J’appréhendais beaucoup la venue de mon maitre. Je n’allais plus avoir aucun secret pour lui. Mais, ce que j’attendais le plus, c’était l’autorisation de jouir. J’attends cela depuis 3 jours déjà…

19H30, on frappe à ma porte, j’ouvre, juste habillée de mon collier, mais, cachée derrière ma porte, il s’agit bien de mon Maître. ‘Bonjour ma soumise’ Il m’embrassa langoureusement, la porte toujours ouverte… et il entra. Je fermais la porte. ‘A 4 pattes, ‘ J’obéis. Il plaçât alors une laisse dans mon collier, et m’accrocha à la table ‘Pas bouger’, me dit-il avec une tape sur la tête. En premier lieu, il ouvrit grand les rideaux et fenêtre. Ainsi, les voisins en face pouvaient tout voir. Ensuite il visita, et alla à la chambre. Il revint 30 min plus tard, j’avais mal aux genoux et aux bras, et pris la laisse tira dessus, et ordonna, ‘au pied’, je compris que je devais le suivre à 4 pattes comme un bon toutou. Il fit le tour de la pièce deux fois, avant d’allée dans la chambre.

‘Debout, ma chienne. Voila deux tas de vêtements. Les autorisés, et les interdits. Je t’ai laissé 3 culottes, pour les jours de règle uniquement. Pour les soutiens gorges, tu garde le rouge, sans bonnets, le reste je prends. Maillot de bain, seul les blancs sont autorisés. Pantalon interdit, sauf si fermeture éclaire entre les jambes. Jupes au dessus du genou minimum. Les hauts transparents, fort décolleté, moulant, ou ouvrant, le reste j’ai pris. Chaussure de talons 5 cms mini. Maquillage, parfum. Apporte moi une bière, et fais chauffer la pizza. Le foot va commencer, tu vas me sucer durant le match’.


Toujours à 4 pattes, j’arrive au salon, il est sur le canapé, nu, la queue presque molle, je commence à lécher. Je vais chercher la pizza, et je reprends son sexe dans la bouche. 90 min de lèche c’est très long, j’en peux plus, j’ai très mal à la bouche.

Soudain, il me dit: ‘met toi un doigt dans le cul, et de l’autre main, un doigt dans la chatte’. J’obéis.

Et là, il me prend les seins avec force, les tire, les tourne, les mord. Puis il me tend un gode. ‘Je sais que tu veux jouir, alors vas-y montre moi.’ Oui j’ai envie de jouir, mais avec une bite, pas seule avec un gode. Mais j’en pouvais plus trop envie, je me mis le gode dans la chatte, et jouais avec mon clito, pour me faire jouir. Il me regarde me donner du plaisir, je prends mon pied, chez moi, à la vue des voisins mais j’avais trop envie, je pousse un long soupir de plaisir acquis.

‘Et bien ma chienne, tu avais très envie de sexe…hummm…toute cette mouille va m’être utile.. A 4 pattes.’

Et voila le moment…son sexe parcours mes fesses, ma chatte..et monte sur mon cul..Il tente de me pénétrer, mais sa queue est bien trop grosse, alors il lubrifie encore. J’ouvre mon anus au maximum pour accueillir la queue de mon Maître. Pour être prise pour la première fois par le cul. Il rentre doucement. Il fait des mouvements de va et vient, entrant un peu plus à chaque fois. Puis il ce retire entièrement.

‘Tu es étroite du cul, mais bien accueillante. Je te veux à moi, je vais te mettre un peu de lubrifiant, pour que tu aimes encore plus ma queue.’

‘Merci, Maître.

Une fois mon cul enduit de lubrifiant, il recommence sa progression anal. Et il rentre, rentre.. Mes chairs s’écartent, pour l’accueillir, elles sont sur le point de ce déchirées, quand il stop.

‘Je suis au bout. Je t’encule à fond. Je vais te limer, et me vider en toi.’

Effectivement, durant de très longue minute, il entame un va et vient, fort et doux, brutal, mais intense de plaisir. Quand il ressort, c’est toujours pour mieux me pénétrer, plus à fond, j’aime ça.

Il finit par jouir dans mon cul, et moi je jouis de l’avoir dans mon cul. Je sers pour le garder encore en moi. ’Alors ma salope tu en veux encore? Tu aimes être enculée ? Dis le moi.

‘Oui, Maître, j’aime que vous m’enculiez à fond, je suis votre chienne.’

‘Tu es un bonne salope, en récompense, je te laisse dormir avec moi dans le lit’.

Nous nous installâmes nus, rapidement emporté par Morphée.

Diffuse en direct !
Regarder son live