Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 978 fois
  • 41 J'aime
  • 4 Commentaires

Le garçon de compagnie

Chapitre 11

Le Dieu du Verre

Erotique

Ch 11 : Au Dieu du Verre.



Résumé : au premier Arc, Théobald a servi sa patronne comme garçon de compagnie afin de recruter une femme : Anastasia. Sa patronne a des projets pour elle. Mais il lui faut une équipe. Mais avant tout, poursuivons dans le quotidien de Théobald et de sa patronne Balalaïka.



Théobald avait montré qu’il était comme un couteau suisse. Prêt à répondre aux ordres de sa patronne Balalaïka.

Les deux hommes quittèrent la pièce et Théobald se retira. Il n’avait toujours pas joui.


— Hi hi, c’est génial il peut y retourner si vous lui demandez. Vous avez déniché une perle rare. ! Dit Vanessa en regardant Théobald.

— Rhabillez- vous, vous deux. Je te remercie de ta prestation mon cher Théo, mais je venais à la base récupérer Vanessa pour un futur rendez vous avec notre future chef de pays.

— Vous avez vraiment confiance en elle patronne ! Répliqua Vanessa en remettant ses vêtements.

— Il faut s’occuper de ses futurs investissements qui ici sont à risque. Je ne vais négliger aucun détail.



Théobald se rhabilla également sans un mot. Son érection avait disparu. Et il ne rajouta mot alors que sa patronne et son bras droit discutaient des potins de l’entreprise. Il regarda par l’une des fenêtres de l’appartement et vit une Mazda mx-5 RT se garer. Le bruit du moteur avertit Balalaïka qui regarda Théobald et qui lui fit signe de partir.


— Elle est là ? Demanda Vanessa.

— Tu as attendu le moteur. J’ai beau lui avoir parlé elle ne le supporte pas.

— En tant que bras gauche, elle veille à votre sécurité....dit Vanessa en finissant de se rhabiller.


Théobald sortit de l’appartement et redescendit l’escalier. Il entendit des bruits de pas venant dans le sens inverse. Il s’arrêta, se tourna et regarda le mur.


Une femme d’une trentaine d’années monta. Cheveux tirés en queue-de-cheval de couleur argentés. Elle avait les yeux rouges et sa peau était d’une pâleur extrême. Son visage était fin, un coup assez long. Elle avait une petite poitrine mais elle s’habillait comme sa patronne. Son pas d’abord pressé se fit plus lent quand elle arriva à la hauteur de Théobald. Puis elle s’arrêta le regardant avec un air de dégoût.


— Tu as de la chance d’être sous la protection de ma fleur...

— Je vous souhaite une agréable journée.

— Une remarque de sa part et je m’occupe de toi...et pas en bien.

— Je le sais, je ne l’ai pas oublié.

— Bien...


Pendant toute la discussion, elle n’afficha aucune émotion. De même que Théobald.

Elle reprit sa montée et lui quitta les lieux. A l’extérieur, il contempla la Mazda de Nelly...Oui c’était le prénom du bras gauche de Balalaïka. Il était toujours secoué qu’une femme avec un tel caractère portait un prénom si doux. Mais elle avait du goût en matière de voiture et contempler ses lignes fut un petit plaisir pour lui.


Mais la mission n’attendait pas.


Il s’en alla à sa destination pour la journée au Dieu du Verre. C’était une autre de ses responsabilités. Le soir, il travaillait comme garçon de compagnie, et le jour, il travaillait dans un bar assez particulier. En effet, n’entrait que ceux qui avaient reçu une des cartes distribués par les garçons de compagnie de Balalaïka.


Il était caché dans une petite ruelle du centre-ville ; A la base d’une des dernières maisons à encorbellement encore en état. Une porte cochère servait d’entrée. Pas de publicité, pas de panneau indiquant la présence d’un établissement. Les planches étaient finement travaillé et un angelot en métal était fixé. Sa main, orientée vers la droite, était ce qui permettait d’ouvrir la porte.


Elle était lourde à ouvrir et un rideau pourpre accueillait le visiteur. La hauteur de plafond n’était pas bien haute, deux mètres vingt tout au plus. Le plafond, en pierre est voûté et de nombreux arc gothique parcourent le plafond. La maison construite dessus ne laisse rien apparaître de ce trésor. Toute la cave en pierre est maintenue au chaud par un système de circulation d’air. A sa droite, un bar en chêne massif. Un perchoir avec un homme déjà en costume qui déjà officiait.


C’est un Asiatique, la coupe sur le côté, des cheveux et des yeux noirs. Un nez fin, il est en costume et au travail, corvée de nettoyage des verres. Il était déjà là quand Théobald a rejoint Balalaïka. Il est assez maigre et plus petit que Théobald.


A son entrée, le barman lui sourit en continuant son travail.


— Bonjour Théo.

— Bonjour. Tout va bien pour toi ?

— Oui, il ne manquait plus que ta présence.


Il lui montra les deux dossiers à ce moment-là, le regard de Gorô, prénom du Barman s’illumina.


— Oh....notre patronne t’a encore confié un job ?

— Son projet lui tient à cœur.


Il déposa les dossiers que son collègue s’empressa d’ouvrir. Théobald passa derrière le bar et ouvrit une petite porte dissimulée qui donnait sur un local. Lieu de stockage de nombreux spiritueux. Il avança vers une deuxième pièce et arriva dans un vestiaire. Il enfila sa tenue. Un gilet noir, une chemise blanche et un pantalon noir. Théobald avait adopté finalement pour lui le code vestimentaire de l’établissement ce qui lui allait bien. Il revint au perchoir et Gorô lui mit une main aux fesses sans réaction de sa part.


— J’en connais un qui va encore se faire plaisir.

— Des jumelles...le fantasme de beaucoup. Mais la patronne les veut pour son projet.

— Eh ben mon salaud, quand je lis leur dossier tu vas avoir du travail ! Elles ont l’habitude de mener une vie libre et de grands standings.

— Justement, la providence semble être du côté de la boite. L’une d’elle a contacté l’agence. Mais elle est très méfiante. On va commencer par un dîner ce soir.

— Cela veut donc dire que je serai seul ce soir à tenir le bar ?

— Comme si cet endroit était source de déplaisir pour toi.

— Certes, mais c’est pas pareil sans toi.

— Tu as toujours été prolixe à mon égard.



À ce moment-là, la porte s’ouvrit. Un couple entra. Les deux bartender s’inclinèrent

— Bienvenu au Dieu du verre. Dirent-ils à leurs clients.

Diffuse en direct !
Regarder son live