Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 322 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

La gardienne

Chapitre 2

Hétéro

Le couple de l’appartement 23 (1/2)


Bonjour, je m’appelle Sasha, j’ai 26 ans et je vais vous raconter quelques-uns de mes fantasmes. J’espère que vous me pardonnerez le style et les (sûrement nombreuses) fautes de goût. En tous cas, mon but est juste d’essayer de vous faire passer un bon moment ! Si c’est le cas à travers cette lecture, mon pari sera gagné !

N’hésitez surtout pas à me faire par de vos critiques, remarques etc. vous pouvez m’écrire tout ce qui vous passera par la tête !

Dans la première histoire, j’ai vraiment ramé pour mettre en mots ce que je voulais et ? installer ? cette gardienne ! Du coup pour ce deuxième essai je n’ai pas franchement réfléchi et ai écrit tout ce qui me venait à l’esprit.

(je n’aurais peut-être pas dû. A vous de me le dire !)

Bonne lecture !


? - Allo ! Sasha !? Monsieur Godeffroy, votre patron, à l’appareil !

J’espère que vous êtes bien installée !

Aujourd’hui vous allez recevoir la visite d’un couple souhaitant louer l’appartement 23.

— Oui ?

— Ils doivent absolument signer une promesse de location ! Vous trouverez des exemplaires de contrats dans le second tiroir du bureau. Je pense que vous saisissez bien toute l’importance de cette signature pour votre embauche définitive !?

— Oui Monsieur !

— Bien ! Je pense que vous ferez tout pour leur donner entière satisfaction ! Je compte sur vous ! Au revoir !

— Au revoir Monsieur ! ?

Pour recevoir au mieux ce couple, je décidais de me mettre à mon avantage.

J’ai relevé en un chignon flou ma longue chevelure noire bouclée, enfilé une jupe évasée m’arrivant à mi-cuisse et un chemisier assorti. Pour compléter le tout, j’ai souligné mes yeux d’un léger trait de crayon et ourlé mes lèvres d’un rouge ardent assorti à la couleur dominante de ma tenue.

J’étais à peine prête, que j’entendis la sonnette du portail. Je me dépêchais d’aller ouvrir et accueilli un homme mûr en costume cravate portant une serviette en cuir.

? - Bonjour, je souhaiterais visiter l’appartement que vous avez en location.

— Oui, biensûr. Suivez-moi ? Je le précède jusqu’au deuxième étage et lui montre très brièvement les six pièces à visiter.

? - Vous n’avez rien à me dire pour me décider à louer cet appartement ?

— Euh. Il est à 1 400 ?.

— Tiens donc !

— Oui !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Il me semblait que Monsieur Godeffroy m’avait parlé de 915 ? !!

— Euh. Monsieur Godeffroy ? V..v..vous avez parlé à Monsieur Godeffroy ?

— Oui, d’ailleurs, il nous avait garanti, à mon épouse et moi, un appartement magnifique pour une somme abordable et qu’on serait très bien accueillis par une charmante gardienne.

Manifestement il y a mal donne. Tant pis ! Il s’est manifestement moqué de moi !!

Au revoir !

— Attendez ! Attendez !

— Je suis pressé ! Je vais prévenir ma femme que ce n’est pas la peine qu’elle vienne jusqu’ici ! Que voulez-vous ?

— Je vous en prie ! C’est de ma faute ! Monsieur Godeffroy m’avait prévenu que je devais absolument faire signer le bail de location au couple qui se présenterait ! Je n’avais pas compris qu’il s’agissait de vous ! Lorsque je vous ai vu seul, j’ai pensé que je devais absolument faire échoué cette visite pour pouvoir louer cet appartement au couple dont m’avait parlé mon patron. Je suis vraiment désolée ! Je vous en supplie ne dites rien à mon patron ! J’avais inventé la somme de 1 400 ? pour vous dissuader.

— Vous vous êtes moqué de moi ! Et je n’apprécie pas !! Je ne vois vraiment pas pourquoi je vous épargnerais auprès de votre patron !

— Je vous en prie ! je ne suis encore qu’à l’essai ! Il risque de me renvoyer.

— Vous n’avez qu’à vous en prendre à vous même ! ?

C’est là, que toute fierté oubliée, je me suis jetée à ses pieds en pleurant et en entourant ses jambes de mes bras.

?- Assez ! Stop ! Arrêtez de pleurer ! Je n’ai jamais supporté d’entendre une femme geindre !

Et relevez-vous ! ?

? - Voilà ! C’est mieux ! Tout votre maquillage a coulé. Sauf votre surprenant rouge à lèvres ! Je n’en ai jamais vu d’aussi rouge ! ?

Puis, me prenant par chaque épaule, il recula pour me regarder : ? Vous êtes mieux ainsi ! ?. C’est alors que ses yeux glissèrent le long de mon corps et je vis son regard changer radicalement. Il fixait ma jupe ; ou du moins le croyais-je ! En regardant moi même, je m’aperçu alors avec consternation que lorsqu’il m’avait relevée, le bas de ma jupe était resté coincé dans mon petit string.

Le regard de cet homme était fixé sur mon entre-jambe. Le bord de ma jupe était resté coincé sur une aile du papillon de dentelle noire et dorée cachant mon mont de vénus. La petite ficelle reliant le papillon de devant et celui se trouvant sur ma croupe avait un peu glissé et laissait dépasser une grosse lèvre complètement épilée.

Je vis au regard fixe de l’homme, ainsi qu’à sa difficulté à avaler sa salive qu’aucun de ces détails ne lui avaient échappé.

Tout cela n’avait duré que quelques secondes, mais j’avais l’impression que le temps s’était comme suspendu.

Je voulu rabaisser ma jupe, mais d’un geste vif il m’emprisonna les deux poignets.

? - Mais arrêtez Monsieur !

— Chut ! ? Je me tortillais pour faire retomber ma jupe.

? - Arrêtez ! Ou je devrai prévenir Monsieur Godeffroy de vos manières déplaisantes !

— Vous me menacez ! Comment osez-vous ?? Vos larmes, ce n’était que pour arriver à vos fins ! Tout ce que vous vouliez c’était juste que je ne dise rien à votre patron au sujet de votre bévue !

— Relâchez-moi !!

— Oh non ma petite ! Tu vas d’abord te faire pardonner ! Montre toi très très gentille avec moi pour que je ne dise rien de ta bêtise à ton patron !

— Non, arrêtez s’il vous plait !

— Tais-toi ! Tu m’as excité avec ta tenue de petite dévergondée ! Je vais m’asseoir par terre et tu vas m’exciter encore plus, tu vas te déhancher, me montrer ta jolie petite chatte ! je veux que tu restes debout et que tu viennes tout prêt de mon visage en tenant ta jupette et en me faisant voir petit à petit ton joli abricot !

— Je ne veux pas !

— T’as tout intérêt à le faire ma jolie !! Surtout si tu tiens à ton poste !

Oui, c’est ça ! C’est bien ! bouge bien comme ça ! Imagine la musique ! Oui ! relève encore plus ta jupe ! Approche ! Reste bien en rythme près de mon visage, je veux pouvoir te sentir sans te toucher ! Tire sur le papillon, je veux que le fil de ton string te mange la chatte ! Oui, cambres-toi bien !

Descends encore ! Plus bas ! Remonte tout doucement et fait passer le fil de ton string de gauche à droite et de droite à gauche de ton clito ! Continue ! Accélère ! Fais sortir ton clito ! Hmm,! Je suis sûr que tu aimes ça !! Tu mouilles ! Ta chatte brille, elle est trempée de cyprine ! Ta jolie chatte toute épilée m’excite à fond !?

Et d’un coup ! Avant que je ne puisse esquisser le moindre geste, il m’a arraché mon string, agrippé mes fesses d’une main. Et là, il m’a poussée vers sa bouche. Déséquilibrée, j’ai dû écarter les jambes pour ne pas tomber ; il a alors scotché sa bouche sur mes grosses lèvres pendant que sa langue venait jouer avec mon bouton tout gonflé.

? - Hmm, c’est bon ! J’aime ton jus ! Allez bouge sur ma langue ; fais l’amour à ma bouche avec ta chatte ! ?

Sa langue allait et venait le long de ma fente trempée, caressait mes grosses lèvres, faisait de petits cercles sur mon clitoris tout dur et gonflé de désir. Je gémissais de plus en plus sous cette délicieuse langue.

Quand il m’a pénétrée de la pointe de sa langue, j’ai eu un spasme de plaisir fulgurant ! C’était si bon de sentir cette langue chaude et douce entrer dans mon intimité. Si bon que je me collais de plus en plus à sa bouche, que des deux mains, je rapprochais son visage de ma chatte en feu.

Je me frottais à lui ! De bas en haut, de gauche à droite ! J’avais alors une telle envie de jouir, que je me déchaînais ! Et lui utilisait tantôt toute sa langue pour me goûter entièrement, tantôt la pointe de sa langue pour m’exciter le clitoris ou l’entrée de mon vagin ! ça me rendait folle !

J’avais de plus en plus envie qu’une bite vienne terminer ce que sa langue faisait si bien ! Il m’excitait tellement que je ne pus m’empêcher de hurler : ? Baisez-moi !! Donnez-moi votre grosse bite ! Ma chatte a envie de votre queue !! ?

? Tu veux de la queue hein !!?? Salope !! Je savais qu’avec un rouge à lèvres pareil, tu ne pouvais être qu’un trou à bites ! Tu vas me sucer pétasse ! Et t’as intérêt à bien le faire ! Sinon t’auras pas ma queue au fond de ton con !! Suce !! Haa oui !! c’est ça !! Hmm ! Suce moi bien ! Je veux inonder ta bouche de chienne avec mon foutre !! Fais moi jouir salope et je te ferai hurler de plaisir avec ma langue dans ta grosse chatte ! ?

Je n’étais plus que sensations ! Sentir sa langue me fouiller me lécher pendant que je sentais son gland me remplir la bouche, me baiser la bouche.

Je lui caressais les couilles, les fesses, et je sentais sa bite devenir de plus en plus dure.

? Hmm, oui ! Une vraie bouche à pipes !! C’est bon ! T’es une vraie pute !

Oh oui !! Pompe moi bien !! Tu mouilles comme une fontaine espèce de salope !! ?

Sa langue se déchaînait dans ma chatte. Je l’ai senti se raidir et j’ai alors accélérer le mouvement, je le pompais de plus en plus et ma main le branlait à fond. J’ai alors insisté sur son frein et son périnée et j’ai enfin senti les premières gouttes tant attendues. Je l’ai alors sucé plus vite en jouant doucement avec ses couilles. Et il alors concentré toute sa langue sur mon clitoris et m’a fait hurler de plaisir en suçant divinement mon clitoris et mes petites lèvres. Il a alors explosé dans ma bouche.

J’étais vidée ! Mais il était toujours au dessus de moi, sa bite dans ma bouche. Sentir tout ce sperme couler m’a excitée et je sens que ma chatte recommence à mouiller.

? C’est pas vrai ! T’en as encore envie hein salope !?? Tu mouilles encore !

T’es une vraie truie !! ?

Il s’est alors jeté sur moi en arrachant mon chemiser et déchirant ma jupe.

D’une main il a déchiré mon soutien gorge par le devant !

? Espèce de cochonne ! Alors, comme ça madame mouille encore !! Tu veux encore de la queue hein ?? Salope !! Tu la voulais dans ta chatte hein, petite pute !! Tu vas l’avoir !! Je vais te ramoner ta grosse chatte avec mon pieu.?

Et là, brusquement il a replié mes genoux, a écarté mes jambes et d’un coup s’est enfoncé brutalement dans ma chatte ! HAN !

? T’aimes ça hein ma salope ?? ? Il me limait par de puissant va et vient.

Je sentais ses couilles taper contre mes fesses !

? Tu voulais ma bite !! Tu l’as maintenant espèce de truie ! ? Han ! Han !

Ses coups de butoir me défonçaient, je sentais toute sa queue prendre entièrement possession de ma chatte. Son gland venait taper tout au fond de ma chatte. Il me limait tellement vite et tellement fort qu’on glissait sur le parquet. Ses mains courraient sur tout mon corps, il jouait avec mes seins, les triturait, en pinçait les bouts, les léchait.

? Oh t’es bonne ! tu m’excites toi petite pute !! Met une jambe sur mon épaule ! Oui, comme ça ! ?

Là il accéléra encore et encore ses coups de bite et je le sentais encore mieux ! C’était bon !!

? Oh oui ! Tu vas me faire jouir ! Hmm, j’aime te bourrer la fente !! han !

han ! Oh ouiii ! Oh je jouis ma puce !! Ahhh !! ?

 ? - Vous ne direz rien à Monsieur Godeffroy ?

— Non ! Ne vous inquiétez pas !

— Et . pour l’appartement ?

— Je suis d’accord pour le prendre ! Mais il vous reste à convaincre ma femme ! Elle arrive dans 30 minutes !

Au revoir ! Je regagne mon bureau ! Je vous conseille d’être très très convaincante avec elle . ?

Diffuse en direct !
Regarder son live