Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 23 730 fois
  • 59 J'aime
  • 10 Commentaires

Gayming

Chapitre 3

déménagement (partie 1)

Gay

Étrangement, la journée se passe normalement. Plus aucune allusion sexuelle ou geste sexuel, nous nous lavons séparément et nous habillons. Nous avons planifié les choses pour son déménagement. Jason et David viendront nous aider. Un petit camion est réservé pour le samedi 11 janvier 2020, 10 h 00. Entre temps, Jeremy va retrouver ses parents qui ont loué un chalet à deux heures de la ville pour le congé des fêtes. Comme nous en avons l’habitude, on se fait un câlin avant son départ. Un simple câlin. Comme si tout était "normal" entre nous deux et qu’il n’était rien arrivé. À croire que les dernières 24 h ont été le fruit de mon imagination.


Plusieurs jours passent sans avoir de ses nouvelles, faute de réseau cellulaire et wifi. Pour ma part, je reste seul, dans mon appartement. Ma famille est en voyage, dans une destination sud. Les deux autres qui complètent notre quatuor amical sont dans leur famille. J’en profite donc pour jouer aux jeux vidéo, réviser mes cours pour la nouvelle session scolaire qui arrive à grand pas et faire du sport.


J’en profite également pour me questionner sur mon orientation sexuelle. Jusqu’à cette fameuse soirée, j’ai toujours cru être hétéro. Pourtant ma courte expérience avec mon meilleur ami m’a fait réaliser que j’aime beaucoup les corps masculins et jouer le rôle du soumis. Mes visionnements de porno sont maintenant des vidéos gays. Je cherche des scénarios semblables à celui vécu. Je prends mon pied et j’espère vraiment que Jeremy ne changera pas d’idée. Soyons clair, je ne suis pas amoureux de lui ! D’autant plus que je réalise que le fait d’embrasser un homme ne m’intéresse pas du tout. Après des lectures sur divers sujets et de longues réflexions, je tire une conclusion. Je n’aime pas les hommes au sens émotionnel ! J’aime le sexe avec eux. J’aime être celui qui offre le plaisir. Je peux donc dire qu’à partir de ce moment, je suis officiellement devenu bisexuel de lit et hétéro sexuel de relation.


Vendredi le 10 janvier, 22 h 30, je reçois un message de mon meilleur ami :


— Salut, je suis enfin de retour à la civilisation !

— Hahaha ! Good, passé un beau congé?

— Oui, c’était bien ! Même si je suis plus capable de ma sœur. Et toi ?

— Tranquille, j’ai été seul durant tout le congé. Ma famille revient demain. Donc j’ai joué au Xbox et fait des petits trucs. Tu emménages toujours chez moi demain ?

— Heu... ouais... je dois te poser une question...


Mon cœur bat fort... bien que je ne l’aime pas d’amour, il reste mon meilleur ami et je veux vraiment développer ma sexualité avec lui.


— Oui, vas-y, tout ce que tu veux.

—Avant de continuer ce qu’on a commencé, je veux être sûr que tu comprends que je ne suis pas gay et je ne le serai jamais. Je ne veux pas que tu tombes dans les sentiments amoureux. Je veux qu’on reste meilleur ami avec un plus. Je ne vais pas t’embrasser et on ne sera jamais un couple. Je vais toujours avoir le rôle du gars et toi celui de la fille. Je ne veux pas te forcer ni te rendre triste. Notre amitié est beaucoup plus importante que ma queue. Es-tu d’accord avec ça ?

— J’ai beaucoup pensé durant les derniers jours et t’inquiète. Tout me va parfaitement. Je n’aime pas les gars. Tout ce qui m’intéresse c’est leurs queues. Surtout la tienne. ;) En plus, le rôle de ta copine me va super bien. J’ai du plaisir à te faire plaisir. J’ai hâte à la suite.

— Ouf ! Me voilà rassuré. J’avais peur que tu sois amoureux de moi.

— Hahaha ! Tu n’es pas si séducteur que ça, quand même.

— T’es con ! On se voit demain !


Je me couche, rassuré de savoir que non seulement mon amitié est sauvegardée, mais aussi les suppléments. J’ai hâte de débuter ma nouvelle colocation qui s’annonce délicieuse. Mon cadran sonne ! 8 h 30. Mes amis doivent arriver à 9 h 30. Je démarre ma cafetière puis saute à la douche. En sortant, couvert d’une simple serviette, un café, deux muffins et un bol de gruau viennent remplir mon estomac. Je cours à la chambre et enfile un pantalon et un coton ouaté.


09 h 15 la sonnette retentis. Je regarde par l’œil magique, c’est Jeremy. Je lui ouvre la porte. Il entre sans même attendre mon invitation. Il dépose son manteau sur le crochet et se lance sur le divan.


— Café ? Il m’en reste !

— Oui, s’il te plaît.


Je lui verse une tasse. Je me dirige vers le salon. Je lève les yeux et surprise ! Je vois son sexe, fièrement dressé! Il est sorti par la fermeture Éclair de son jean. Jeremy me regarde, sans dire un mot !


— Tu es fou ! Les gars arrivent dans 15 minutes au maximum ! On n’a pas le temps !

— Allez, ce ne sera pas long ! Je n’ai pas vidé mes couilles depuis 2 semaines et je n’ai pas le goût d’attendre à ce soir.


Ma queue, à l’intérieur de mes pantalons est dure comme du ciment. La sienne est, comme la dernière fois, magnifique ! Une belle veine la parcoure de haut en bas alors qu’une goutte de liquide pré séminal est au sommet de son gland. Je dépose son café sur la table basse et me place à genoux. Ses yeux sont déjà à mi-clos. Ses mains sont derrière sa tête. Je m’approche de lui, puis sans hésiter, j’ouvre la bouche et entre directement sa queue jusqu’à ma gorge. Je dois faire vite pour tirer son jus. Je fais des grands mouvements de va-et-vient. Du bout de son gland, jusqu’à la garde. Il gémit. Les larmes coulent sur mes joues tellement sa queue est profondément installée dans ma gorge, mais je ne m’arrête pas. J’aime tellement ça. Il se lève et me demande de me coucher sur le divan, la tête dans le vide. Je le fais à une vitesse fulgurante, par peur de manquer de temps. Il se place au-dessus de moi et commence à me pénétrer la bouche. Des grands coups de bassin !


Je m’étouffe. Je place ma main sur ma gorge. Je peux sentir sa queue qui s’engouffre au plus profond de ma gorge. Les filets de baves s’ajoutent aux larmes et coulent sur mes joues.


Dans un puissant râle de plaisir, Jeremy déverse une quantité phénoménale de sperme. J’avale trois grandes gorgées de ce liquide chaud et délicieux. Toutefois, il y en avait beaucoup trop. Je m’étouffe avec les deux dernières giclées qui me ressortent par la bouche et le nez. Mon visage est couvert de sperme. La sonnette de l’entrée se fit entendre à ce moment.


— Va ouvrir, je cours à la salle de bain me nettoyer et brosser mes dents ! Dis-je à Jeremy, toujours à moitié étouffé par son jus d’homme.


Il replace son sexe dans son pantalon puis se dirige à la porte. Pour ma part, je m’enferme dans la salle de bain.


À suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live