Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 138 fois
  • 8 J'aime
  • 1 Commentaire

Gégé et moi, nos aventures

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Une bonne journée de nage me fatigue énormément. Pourtant j’y retourne volontiers : J’y ai rencontré une copine ou plutôt je me suis liée d’amitié avec Gégé, une belle brune au yeux bleus, aux seins proéminents.


Nous avons commencé à bavarder en nous douchant, puis elle m’a demandé de lui frotter le dos. C’est ce que j’ai fait, mais avec un problème pour moi : est-ce que je pouvais lui frotter les fesses.

Je l’ai fait, au début avec une énergie latente et vers la fin, quand elle me regardait d’un air étonné avec douceur, en m’y attardant presque.

J’ai eu un besoin de passer ma main dans la raie des fesses, Gégé me regardait toujours, même quand mes doigts glissaient dans sa raie.


Je me sentais toute chose, et pourtant j’osais aller au bout de mon vertige. Je sentais sa raie s’élargir, comme si elle le faisait exprès.

Je me mettais à genoux derrière elle. Ma main était bien mieux pour aller là bas vers son intimité. Je survolai bien un peu son anus, mais je ne voulais surtout pas m’y appesantir.

Elle se laissait faire. Je me sentais mouiller. Je voulais cette femme, je voulais la faire partir sous mes caresses et mes baisers.

Une ou deux filles nous regardaient, je m’en fichais totalement. Gégé aussi sans doute, je l’ai su plus tard, bien plus tard. J’arrivais enfin à son intimité : elle était toute trempée. Elle attendait aussi mes caresses que je commençais à lui donner.

Je passais mes doigts autour de son sexe, je me trompais des fois en allant dans ses lèvres.


Mais si elle avait envie, moi aussi, je mettait carrément mes doigts sur son sexe, je commençais à le caresser doucement comme pour moi. Mais mon but était de lui donner au moins un orgasme.

Gégé se penchait en avant comme pour que je puisse bien arriver à mon but et au sien qui commençait à affirmer. J’étais bien mieux pour accentuer me caresses vers son clitoris que je trouvais facilement bien sorti. Mes doigts commençais à la masturber. Je la sentais sur le point de partir.

Elle s’est totalement retournée, m’offrant à la vue sa chatte velue et sa fente . Je ne pouvais faire moins que d’y poser ma bouche.

Quel délice que son jus, parfumé à point pour ma langue. Je pouvais plus facilement lécher tout son sexe qu’elle m’offrait maintenant. J’étalais toute la largeur de ma langue entre ses cuisses. Si pour elle c’était bon pour moi c’était un régal du goût. Mes mains posées sur ses fesses, je la tenait bien, somme si j’avais peu qu’elle se sauve et m’abandonne. Elle me caressait la tête câlinement.


Quand je me suis relevée pour changer la bouche par mes doigts, Gégé m’embrassait comme si l’étais son amant. Ses mains à leur tour venaient sur mon corps, sur mon sexe que je lui donnait volontiers. Elle aussi me masturbait. Elle m’a glissé à l’oreille que nous serions bien mieux chez elle, sur un lit.

Elle abandonnait mon corps pour s’essuyer et s’habiller...


Je le suivait dans sa chambre. Nous étions à nouveau nues, nous embrassant comme des gamines. Mais sa langue venait au fond de ma bouche. Notre corps à corps, bien serrées, nous unissait dans ce qui allait devenir un bon moment d’amour de deux filles un peu folles.

Nos mains revenaient sur nos sexes. Je me régalais de la sentir me branler mieux que moi. Je faisais tout pour la faire jouir avant moi.

J’ai perdu cette première manche, elle me masturbait tellement bien que j’ai jouis avec elle.

Elle prenait des initiatives que je ne pensais pas qu’elle puisse prendre. Elle était plus inventive que moi.

Nous restions sages un petit instant, allongées sans rien dire, avec seuls nos mains qui caressaient l’autre corps. Elle m’a surprise quand elle s’est mise sur moi, qu’elle se retournait, en montrant son sexe à deux doigts de ma bouche. Et quand la sienne est venue sur mon minou, j’ai failli bondir de joie. Je sentais bien sa langue venir dans ma fente, chercher mon clitoris. C’était bien plus excitant que ses doigts ; Elle m’a léché toute la fente sans rien oublier. Elle a du laisser sa salive sur mon mon entrejambe. Je l’ai même senti vers mon anus. Il a fallut que je lui dise de continuer pour qu’elle me lèche le cul. Et sans que le lui demande elle forçait pour entrer sa langue. Elle me faisait encore jouir une fois, plus profondément que la première fois.

Elle ne me lâchait plus . Elle voulait que j’ai mon plein de badinage. J’ai pu me faire baisser. Je pouvais enfin la baiser à mon gré. Je lui léchait tout son sexe, mes doigts sur son anus, les doigts même dedans. Elle gémissait comme une garce qui prend son pied.


Le 69 ne lui suffisait plus. Elle est venus encastrer ses jambes dans les miennes nos sexe réunis avec des mouvement de baise, comme si elle avait une bite. Elle criait son bonheur de baiser ainsi, et moi, en silence je partait plusieurs fois.

Je sais où elle réside, je vais la voir au moins deux fois par semaine.

Mon mec est étonné de me sentir si sensuelle, si pleine d’invention quand nous baisons.


Je n’ai pas honte, j’ai un amant et une amante.


Je prends en plus mon plaisir seule avec mes godes, je me fais jouir ainsi, le gode ou dans le con ou dans le cul, J’aie bien me sodomiser.

J’ai eu hier un deuxième gode, noir. Il est à peine plus gros que le premier. Je e suis fais une double. J’aime me faire baiser ainsi, par deux hommes, un dans le con et l’autre dans le cul ? J’adore quand leurs bites se croisent en moi. Je sais qu’eux aussi jouissent mieux ainsi, à deux. Je voudrais qu’une de leur femme vienne au moins une fois pour nous voir et surtout pour que ma langue aille dans leur chatte faire le plein de cyprine pour ma bouche.

Quand j’en ai l’occasion je baise des copines de passages. Je les rencontre dans un ber spécialisé où les femmes en chaleur comme moi vienne rencontrer un ou une amie.

C’est là que je trouve toujours une amies pour la nuit soit seule avec elle, soit avec mon mec. Il aime quand je suis avec une inconnue que je la lèche et que lui la bourre dans le cul. Il m’arrive pendant qu’il baise de lui lécher le cul. Il aime ce genre de distractions. J’avoue que je succombe aussi rapidement, trop d’après mon mec.

Mais si je vois une paire de loches qui m’attirent, je fais du gringue à la nana et c’est bien rare que nous ne passion pas la nuit à nous faire des caresses intimes.


Mon mec m’a acheté un double gode. Je peux l’enculer et m’en faire autant.

Des fois il s’encule seul, je regarde en me masturbant. J’aime le voir avec le cul occupé par une bite.

Il a fallut que j’insiste pour qu’il se fasse réellement enculer par une vraie bite.

Il a éjaculé avant l’amant et moi je me branlais comme une folle. Il m’a dit qu’il acceptais de recommencer avec un homme. Tant mieux, il aime me voir avec une fille, je pourrais profiter du fait qu’il se fait enculer aussi, comme moi.

Je suis jalouse de nos amis : la fille est tellement libre qu’elle amène souvent des amants ou des amantes à la maison et baise devant son mec. Il peut quand même participer aux encastrements de bite dans le cons ou les culs.


Veinarde.

Diffuse en direct !
Regarder son live