Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 154 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

UN GENDRE ATTENTIONNE

Chapitre 11

Hétéro

RÉCOMPENSE


Le repas est délicieux. Le cuisinier dûment chapitré par Roméo s’est surpassé. Les apéritifs et les vins, excellents, maintiennent les convives dans une douce euphorie lorsqu’ils quittent la table pour le salon. Francine indique à ses amis, sans dévoiler leur rôle exact, que grâce à ses parents, ils ont évités de graves difficultés avec les pensionnaires. Roméo renchérit, affirmant qu’ainsi, ils ont pu conserver la bonne réputation de l’institution que le conflit avec le personnel mettait en péril. Pressés de questions par Robert et Liliane, Juliette et Pierre consentent à les éclairer sur ce qu’on attendait d’eux.

— Alors comme ça, Roméo vous a demandé de suppléer son personnel défaillant ? On aurait pu aider nous aussi ! s’exclame Robert vexé. Pourquoi pas avoir fait appel à nous ?

— Oui, renchérit son épouse, c’est pas bien de nous avoir laissé tomber. A quoi servent les amis s’ils ne peuvent pas donner un coup de main en cas de besoin ?

— On a pensé à vous en premier, avoue Francine, mais cela tombait juste au moment de votre croisière en méditerranée. On ne pouvait pas patienter jusqu’à votre retour.

— Bon, je vous l’accorde, vous avez des circonstances atténuantes, on vous pardonne, consent Robert. Mais n’oubliez pas, nous sommes volontaires pour le prochain coup de trafalgar.


— Si je comprends bien, les agapes de ce soir sont en l’honneur de vos parents? continue Liliane.

— Oui, déclare Roméo, nous avons tenu à les remercier.

— Et c’est tout ce que vous avez prévu ? C’est peu en regard du service rendu. A votre place je leur aurais demandé ce qu’ils désirent… Je parie que vous n’y avez pas pensé !

— Euh…

— Je m’en doutais ! Pierre mon chou, que souhaiteriez-vous comme récompense ?

— Euh… Comme ça à brûle pourpoint… Je sais pas…

Il est sur des charbons ardents : il craint que la jeune femme se propose en cadeau de remerciement ! Ce n’est pas qu’elle ne soit pas désirable, au contraire, mais elle l’intimide. Il a peur de ne pouvoir se maîtriser comme la première fois et un deuxième fiasco serait fatal à son ego.

— Je vous laisse réfléchir, accepte-t-elle à son grand soulagement. Vous vous exprimerez après Juliette… A vous ma chère, qu’est-ce que vous auriez aimé qu’on vous propose ?

— Euh… Je sais pas… euh… Il y a bien… euh…

— Allez ! N’hésitez pas, nous sommes là pour exécuter vos volontés, l’encourage Roméo.

— Ben… euh… Je pensais… J’aimerais que vous Roméo ou bien Robert… sur Pierre…

— Vous voulez que j’encule votre mari ? s’étonne Robert. Notez que ce serait avec grand plaisir, mais je vois pas en quoi ce serait une récompense pour vous. Trouvez autre chose !

— Euh… Vous pourriez… euh… avec Pierre… euh… Pendant qu’il me fait l’amour.

— Ah ! Je comprends mieux ! Tout à votre service !

— Juliette, je vous approuve ! renchérit Liliane. Se faire baiser par une queue qu’on encule, le pied ! Francine, ma chérie, aide-moi à préparer ta mère, que cette fête soit inoubliable pour elle, ou plutôt non, laissons les hommes se charger d’elle et occupons-nous de Pierre.

Celui-ci, heureux que son épouse le désire lui et non pas les plus jeunes et plus vigoureux, se laisse déshabiller par les deux femmes. Il lui importe peu que ce soit sa fille qui en cet instant manipule son sexe. Le plaisir anticipé par l’étreinte combinée proposée le rend encore plus réceptif aux caresses. Il échange un sourire avec Juliette aux prises avec les deux hommes dont un, Roméo suce ses tétins et l’autre, Robert patouille ses fesses.


Tout le monde est nu lorsque Liliane conduit Pierre contre le dossier d’un fauteuil et le fait pencher en avant. Robert, à qui Roméo a passé un tube de gel fouille la raie d’un doigt graisseux. Il tartine le pourtour de l’anus puis enfonce une phalange qu’il tourne pour lubrifier l’orifice.

— Aaah !

Pierre regarde Juliette qui attend avec un sourire, à moitié assise sur le sofa. Il lui plait qu’elle assiste aux préparatifs. Quand il sent le gland appuyer sur la rondelle, il écarte les fesses aidé en cela par Francine et Liliane.

— Aaah !

L’introduction ne lui occasionne aucune douleur. Il est vrai qu’il commence à avoir l’habitude, songe-t-il. Il se laisse emmener. En marchant, la verge de Robert, remue délicieusement dans son cul. S’il s’écoutait, il ferait ainsi le tour de la pièce mais Liliane le tire par la queue qu’elle présente entre les cuisses écartées de sa femme.

— Allez mon gros, montre-nous ce que tu sais faire.

Juliette ouvre la bouche au fur et à mesure que le gland pénètre dans le vagin.

— Oooh !

Elle retrouve avec délice la vibration particulière qui l’avait tant émue quand elle avait découvert cette étreinte à trois. Pierre n’a pas oublié comment opérer pour que le plaisir soit maximum : Il pousse Robert d’un coup de cul tout en se dégageant de Juliette puis se renfonce dans celle-ci et attend que l’homme, derrière le coince contre sa femme etc. Les deux époux se regardent les yeux dans les yeux. Ils se remémorent la première fois où ils ont découvert cette étreinte particulière, le lendemain des portes ouvertes. Ils n’avaient pas eu l’occasion de la renouveler depuis. Que Juliette y ai pensé pour sa récompense, remplit Pierre de joie. La jouissance monte dans la tige, il tente désespérément d’en ralentir l’éclosion. Pas encore ! Juliette n’est pas prête ! Ah si ! Elle gémit, se tord dans ses bras… Ouiii ! Elle jouit ! Avec un râle de bonheur, Pierre se laisse aller et remplit le vagin de sa semence.


Le couple ne bouge plus. Robert s’escrime en vain, ses coups de rein n’ont plus d’effet. Liliane tire son mari en arrière. La queue luisante sort du cul de Pierre. Elle l’essuie avec une lingette.

— Fais-moi jouir mon chéri puisque ces deux là sont hors de course.

Elle se met à quatre pattes sur le tapis où Robert la prend en levrette. Francine et Roméo ont assisté à la scène tout en maintenant leur excitation par des caresses précises. Devant l’air implorant de son mari, elle ne résiste pas et l’entraîne sur un fauteuil où elle le reçoit avec un gémissement de bonheur en l’attirant contre elle.


Juliette écrasée par son mari, a de la peine à respirer. Elle le repousse. Il glisse à ses pieds, puis après un échange de sourire, s’assied à coté d’elle. Ils contemplent les couples en pleine action avec une indulgence teintée d’envie pour Pierre. Quelle santé ces jeunes ! Bah ! Il a de beaux restes puisqu’il a su faire jouir son épouse. Ils ne bougent pas, tendrement enlacés, quand les deux couples repus s’éclipsent dans la salle de bain d’où fusent leurs éclats de rire. Juliette repose la tête contre son épaule, ses doigts s’amusent avec les poils de sa cuisse, remontent vers l’aine et s’enroule autour de la verge souple. Il serre sa femme contre lui pour la remercier de son geste…


Roméo remplit les verres à la ronde.

— Alors ma chère Juliette, contente de votre récompense ?

— Ou- oui, murmure celle-ci.

— Voyez-vous ça ! Elle fait la fine bouche, s’amuse Liliane.

— T’es pas satisfaite Maman ? interroge Francine… Qu’est-ce que tu voudrais encore ?… Tu veux pas nous le dire ? De quoi as-tu peur ? Murmure-le-moi à l’oreille si tu souhaites que personne n’entende.

Elle se penche vers sa mère. Après quelques secondes, un large sourire éclaire sa figure.

— Liliane s’il te plait !

Celle-ci s’agenouille à coté de Francine. Les trois femmes tiennent un conciliabule discret. Les jeunes hommes curieux veulent savoir ce qu’elles mijotent mais en sont pour leur frais. Pierre, lui, semble absent et ne bronche pas pendant cet échange. Il faut dire que Juliette continue à jouer avec sa queue qui commence à perdre sa souplesse.

— Robert ! appelle Liliane l’air réjouit. Acceptes-tu d’être mis à contribution une nouvelle fois ?

— Qui dois-je enculer ?

— Il ne s’agit pas d’enculer, approche, on t’explique.


Juliette murmure à l’oreille de son mari.

— Tu sais mon chéri, je t’ai raconté que lors de la soirée échangiste je caressais une queue pendant qu’une autre me faisait l’amour par derrière.

— Oui, je me souviens. C’est ce que tu veux ? Masturber Robert pendant que Roméo te baise ? Ou le contraire ? Tu as mon accord.

— Ce que je t’ai pas avoué, c’est la jouissance que j’ai ressentie parce que je m’imaginais que c’était toi que je tenais en main. J’aimerais savoir si je suis capable d’éprouver le même plaisir en te caressant en vrai…

— Tu veux… Me caresser moi ? Pendant que Robert…

— Tu acceptes ?… S’il te plait.

— Tu es un amour ma chérie ! affirme-t-il en l’embrassant.


— Quelqu’un pourrait m’expliquer ce qui se passe ? interroge Roméo un peu largué.

— Inutile, les faits parleront d’eux-mêmes, raille Liliane qui prend la direction des opérations… Tu viens Juliette ?

— Euh… J’aimerais que Pierre s’adosse contre le mur.

— Qu’est-ce que tu attends Pierre !

Celui-ci obéit. Son épouse se love contre lui et prend ses lèvres en même temps que sa queue.

— A toi Robert !

Le jeune homme donne trois coups de manchon pour raidir son sexe et se positionne dans le dos de Juliette. Il fléchit les genoux. Liliane soulève une cuisse de Juliette le temps de l’introduction.

— Aaah !

— Ouiii ! Ma chérie… Caresse-moi !

— Aaah !… je… Aah !… je t’ai… ai-ai-aime !

— Moi… Ssssh !… Moi aussi !

Robert ne dit rien. D’être debout ne le gêne pas, il se sent fort et se préoccupe de satisfaire cette splendide femme dont il peut jouir pour la première fois. A chaque coup de rein il soulève Juliette qui se juche sur la pointe des pieds avant de redescendre et frotter de la main et du ventre la verge de Pierre. Il lance un regard de triomphe à Liliane qui lui sourit.

— Tu permets Robert ? demande-t-elle en enlaçant Roméo. Et toi aussi Francine…

— Je t’en prie, sourit celle-ci en caressant les épaules, le dos et les fesses du pourfendeur de sa mère.

— Aah !… Aaah !… Aaaaah ! gémit celle-ci, emportée par la jouissance.

— Mmmh !… Mmmgghh ! répond son mari qui se soulage dans la main de son épouse.

Le couple incapable de se maintenir debout glisse au sol. Juliette se décroche de Robert dont la queue vibre droite devant lui. Francine enlace son ami. Elle bascule sur le sofa, écarte les jambes et l’attire en elle.

— Aaah !

— Ouiii ! répond Liliane en écho sur le fauteuil proche.

Pierre soulève Juliette et l’emmène dans leur chambre.

— Alors ? Aussi bien que lors de la soirée échangiste ?

— Oh ! Meilleur, bien meilleur ! Je t’adore.

— Je crois que nous avons besoin d’une douche dit-il en montrant son ventre maculé de sperme.

Elle éclate d’un rire cristallin avant de l’embrasser et l’entraîner dans la salle de bain…


— Où sont tes parents ? s’étonne Liliane qui émerge après que Roméo l’a fait jouir.

— Ils sont allés se coucher je présume, répond Francine. Ils avaient l’air fatigués.

— C’est dommage, nous n’avons pas demandé à Pierre ce qu’il désirait comme récompense.

— Euh… pour ça, je crois que j’ai une idée, déclare Roméo, mais ça attendra demain.

— A quoi penses-tu mon chéri ? le prie Francine.

— Non, pas ce soir. Rejoignons la chambre. Ne croyez-vous pas que nous avons d’autres choses plus importantes à faire que de parler de mon beau-Père ?

— Pour ça oui, regardez ! s’amuse Robert en agitant son sexe déjà bandé. Qui veut en profiter ?

— Moi ! Moi ! se précipitent les filles.

— Et moi ? On me laisse en plan ? rétorque Roméo.

— Mais non mon gros, le console Liliane en revenant sur ses pas. Vous ne serez pas trop de deux pour nous satisfaire !

Elle l’entraîne à la suite de Robert et Francine…


(A suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live