Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 274 968 fois
  • 251 J'aime
  • 6 Commentaires

Ma gentille Maman à moi

Chapitre 1

Inceste

Tout commença le lendemain jour de noël, alors que nous venions de nous lever; ma mère, mon beau-père et moi. Ma mère était vêtue d’une robe de nuit en coton blanc, mon beau-père et moi étions déjà habillés. Après avoir déjeuné, mon beau-père se leva et alla s’asseoir dans le salon. En se levant, il fit tomber un bic, mais il ne s’en rendit pas compte. Ma mère, qui avait vu le bic tombé, se leva et s’abaissa pour le ramasser. La robe de nuit lui remonta sur les fesses et je me trouvai nez à nez avec un immense chatte, délicieusement et largement entrouverte. J’en restai paralysé, elle se rendit compte de la situation et se releva brusquement et se rassit, en me souriant. Après avoir terminé mon café, je montai travailler dans le bureau, quelques minutes après, j’entendit ma mère monter, elle allait probablement s’habiller dans sa chambre. En effet, elle entra dans sa chambre et après quelques temps redescendit au rez-de-chaussée, c’est ainsi que la matinée se déroula, moi devant mon ordinateur, mon beau-père derrière son journal et ma mère derrière ses fourneaux. Au moment ou je descendait pour diner, ma mère me demanda d’aller chercher quelque chose dans sa table de nuit, un médicament contre les maux d’estomac. Je m’exécutai, je gravis les escaliers, arrivé dans sa chambre, je m’assit sur le lit et ouvrit la table de nuit de ma mère. Je me trouvai en face d’un immense godemiché encore humide, je ne puis m’empêcher de le humer, et puis de le lécher pour en absorber le jus, j’étais encore puceau et ce nectar inconnu me rendait fou. Ensuite je cherchai le médicaments, j’avais beau m’appliquer, je ne les trouvait pas. J’alla sur le palier et j’appela ma mère, elle me dit qu’ils étaient peut-être sur une des planches de sa garde-robe, celle du haut, j’enleva quelques objets, je trifouillais, quand je trouva un série de magazines porno. Je m’assit un nouvelle fois sur le lit, pour feuilleter les magazines, qui étaient vraiment hard. A un moment, en tournant un page, un enveloppe tomba d’un de magazine, Je l’a ramassai, l’ouvrit et regardai ce qui s’y trouvait ; il s’agissait de photos de ma mère, entièrement nue, se masturbant avec le godemiché et se tenant un doigt dans l’anus . Ma mère rentra dans la chambre à ce moment là, surpris, je fit tomber tous les magazines sur les sol, la plupart d’entre eux glissèrent sous le lit a cause du parquet. ’ Qu’est-ce que tu faisais? ’ me demanda-t-elle. Je la regardai dans les yeux, et lui dit ’ Je regardait des photos ’. Elle ramassa le photos tombées à mes pieds et s’assit à coté de moi. Elle me demanda ce que j’en pensait, je lui répondit, un peu gêné, qu’elle étaient belles. Je me leva et me dirigeai vers la porte. Elle me retint par les bras et me dit : ’ Attend, aide-moi à ramasser les magazines sous le lit ’. Elle s’accroupit, en se frottant à moi. Je bandais encore à cause des magazines, du gode et surtout des photos, elle me fit remarqué que mon entrejambe était tout dur, elle me demanda si c’etait à cause des photos, je lui répondit que oui. Elle me dit qu’elle avait encore le gode et qu’elle l’utilisait très souvent, elle le sorti da table de nuit et me le donna, elle me disait qu’il était doux, elle commença à la branler devant mon nez, ensuite elle me dit qu’il avait deux défauts : ’ Il est froid et il crache jamais rien, pas comme ça ! ’, elle m’empoigna l’entrejambe, elle s’accroupit par terre, tout en défaisant mes boutons. J’étais assis, jambes écartées au bord du lit, pendant que ma mère me suçait ! Elle me demanda de lui enfoncer la gode dans la chatte, elle me dit qu’il était trop sec et?avant qu’elle n’ai pu finir sa phrase je donna un grand coup de langue sur l’objet. Je lui enfournai dans le cul elle me dit de le lui mettre dans la chatte, je lui demandai pourquoi, elle me répondit que ce trou là était pour moi. Elle se mit à quatre pattes sur les lit, se lécha le doigt et se mouilla l’anus avec. Je ne tenait plus, j’enleva mon pantalon complètement et je montai sur le lit, j’enfonça mon membre bien profond dans son cul, mes va-et-vients se firent de plus en plus rapides, elle se mit progressivement à hurler ! J’étais en train de faire jouir ma mère ! J’étais submergé par un sentiment de culpabilité et en même temps je ressentais une jouissance extrême . J’enleva ma bite de son cul, m’abaissa et commença la lécher, l’anus d’abord, j’y donnait des petits coups de langue à l’intérieur, ensuite la chatte, j’en mordillais les bords, tout doucement, puis je commença à aller plus vite, je léchai complètement sa belle petite chatte de haut en bas et bien profond, à un point tel que je devait en sortir pour prendre ma respiration ! Elle se retourna, se coucha sur le dos et écarta les jambes. Je déposa mes mains sur ses reins et je la pénétrai en un coup sec, elle mis ses jambes sur mes épaules et c’était parti, je sentait que j’allais jouir, je lui dit et elle vint me sucer, elle ouvrit bien grand la bouche et je lui envoyé de grandes rasades de sperme au fond de la gorge? elle se lécha les levres, se rhabilla et s’en alla. Je retounai sur mon ordi?

Diffuse en direct !
Regarder son live