Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 65 J'aime
  • 4 Commentaires

Girly or not Girly

Chapitre 24

La terasse

Travesti / Trans
J’ai RDV à 9h à Fouesnant avec Béa et Anne, je suis la première garée devant le restaurant fermé, je profite du soleil matinal. Je regarde les gens déambuler sur la place, à 9h15, la voiture de Anne vient se garer derrière la mienne. Elles sortent et viennent me rejoindre. Après les bises d’usage, Béa ouvre la porte. Une odeur de renfermé s’échappe et un voile de poussière est posé sur les meubles. 
-        Voilà ton futur repère Julie.-       C’est plus grand que ce que je pensais.-       Oui et il y a une terrasse à l’arrière.-       Ok-       Demain l’équipe de nettoyage va venir, je voudrais que tu sois là, tu vas devoir commencer à préparer le restaurant. Tu ne viendras plus à Quimper pour cette semaine.-       Pas de soucis Anne.-       Je te montre les cuisines ?-       Après toi Béa-       Voilà, je vais faire le tour pour voir ce qu’il pourrait manquer, tu peux rejoindre Anne.-       Alors Julie, tu en pense quoi ?-       C’est top, j’ai hâte.-       Viens je vais te montrer la terrasse. Tu es très jolie ce matin, j’adore ta petite robe à fleur.-       Merci. Toi aussi tu es jolie. Enfin vous deux.-       Merci ma belle.-       Alors c’est mon endroit préféré, j’adore venir me poser à l’ombre des arbres, ici pas de bruit, personne qui pour te déranger, pas de vis-à-vis.
Anne s’approche de moi, me plaque contre elle et glisse sa main droite sous ma robe pour venir me caresser les fesses. Elle glisse ensuite sa main dans mon tanga et introduit un doigt dans mon anus, immédiatement je commence à gémir et onduler sous cette intromission de mon intimité. Anne me retourne, je m’appui sur le tronc d’un arbre, elle remonte ma robe pour dégager mes fesses, elle tire sur mon tanga dont la dentelle craque, il reste accroché à ma cuisse d’un côté. Elle me fore à écarter les jambes, je vois Béa du coin de l’œil arriver. J’ai maintenant deux doigts en moi.
-       Fermer les yeux Julie. Laisse-toi aller et prend du plaisir.-       Tu es prête Béa ?-       Oui ma chérie.-       Alors je te laisse la place, elle est prête.
Je sens un objet dur pointer contre ma rosette. Béa donne un coup de bassin et je suis embrochée par un gode ceinture de bonne taille qui me remplit le cul. Anne passe de l’autre côté de l’arbre, me saisi les mains pour me maintenir. Ainsi immobilisée, je suis à la merci de Béa qui commence à me défoncer sans trop de ménagement. On dirait une furie en manque tellement elle s’enfonce en moi, ses vas et viens sont rapides, je ne peux qu’essayer d’amortir en accompagnant avec mon bassin. 
-       Tu vois ma chérie, je savais qu’elle encaisserait.-       C’est trop bon.-       Julie moi je n’aime pas trop quand Béa me sodomise, mais toi tu adore ça n’est-ce pas.-       Oh ouiiiiiiii. Hummm c’est bon, oui encore.-       Je vais te défoncer le cul.
Je ne sais pas combien de temps Béa m’a prise mais je termine à genou sur la terrasse, j’ai l’impression d’avoir le cul béant. Je peine à me ; relever et je retrouve Anne avec Béa à genou, le visage plaqué contre son pubis. Cette scène m’excite à fond et sans mal je bande, n’ayant plus ma culotte. Je m’approche, Anne écarte Béa de sa chatte, elle remonte ma robe, mon sexe est tendu. Béa l’observe, Anne me presse contre le visage de Béa.
-       Vas y ma chérie, elle n’attend que ta bouche. -       Anne je…-       Oui je sais, Julie t’a laissé prendre ton pied en la défonçant maintenant à toi de lui rendre ton plaisir. -       Julie ça va être sa première pipe alors soit indulgente.-       Je …
Béa vient d’enfourner ma queue dans sa bouche, elle est entièrement en elle, j’attrape ses cheveux et commence à littéralement lui baiser la bouche. Je ne peux me retenir longtemps et je l’inonde de mon sperme, elle manque de s’étouffer, recrache mon sperme sur le sol. Je la regarde, du sperme s’écoule de sa bouche, elle a des larmes dans les yeux. Je me rends compte de ce qu’il vient de se passer, Anne vient de nous soumettre à sa volonté. Après avoir laissé Béa me baiser en profitant du spectacle, elle a profité de mon excitation pour que Béa prenne sa première queue en bouche. Je relève Béa on s’embrasse, je regarde Anne qui a un grand sourire sur le visage.
-       Merci mes chéries pour ce spectacle très excitant.-       Béa je suis désolée, je n’ai pas eu le temps de me retirer.-       Ce n’est rien Julie.-       Bon on termine ce pour quoi on est venues ?-       Oui Anne.
Béa baisse son short, enlève son string et me le donne. Je l’enfile et peut enfin cacher mon sexe qui forme une bosse sous ma robe moulante. Béa remet son short, nous terminons la visite. Anne me remet un trousseau avec les clés du restaurant. Elle m’indique l’heure d’arrivé de l’équipe de ménage demain matin et ensuite elles repartent en voiture. Je rentre chez moi, j’ai mal au derrière, je me dis que ce soir je ne pourrais rien faire avec Tom. Je me glisse sous la douche, je me revois baiser la bouche de Béa, je me sens mal vis-à-vis d’elle. J’appelle Lucy pour l’inviter à venir manger avec moi à l’appart et ensuite aller visiter le restaurant. Je m’habille avant de filer faire quelques courses pour le repas. Je suis aux fourneaux quand Lucy ouvre la porte. Elle vient m’embrasser en posant sa main dans mon dos, elle s’installe au comptoir et nous commençons à papoter. Je prends 2 bières dans le frigo le temps que le plat mijote tranquillement, on s’installe sur le canapé. Ayant du mal à m’assoir elle rigole en me disant que j’avais pris cher hier soir avec Tom. Je lui raconte alors ce qui s’est passé avec les filles ce matin. Lucy sert le repas que nous prenons sur la table basse. Elle me raconte sa vie avec Nath, elle me dit que je leur manque et qu’elles ont hâte que l’on puisse se faire une soirée. Après la visite du restaurant, Lucy repart vers Pont-l’Abbé et je prends la direction de la maison de Tom. La soirée sera calme, Tom ne pourra pas me prendre ce soir.Il est huit heures, je suis dans la salle de bain, je viens juste de sortir de la douche, j’ai enfilé un tanga rose en dentelle et son soutien-gorge. Tom arrive dans mon dos, un regard à travers le miroir, il m’entoure de ses bras et m’embrasse dans le cou. Je me retourne, nos lèvres se collent pour un long baiser faisant jouer nos langues. Ses mains se posent sur mes fesses et commencent à les caresser, il passe une main sous la dentelle, écarte mon tanga avant de jouer avec ma rondelle. Le plaisir est instantané et j’écrase mes lèvres contre les siennes. Il me soulève, j’enroule mes jambes autours de sa taille, il me dépose sur le lit, tire sur mon tanga, enlève son boxer et vient presser son sexe tendu contre mon anneau. Ce dernier ne résiste pas à la pression et s’ouvre pour accueillir son membre gorgé de désir dans son fourreau. Il me pilonne de plus en plus vite, sa respiration s’accélère au même rythme que la mienne. Le plaisir monte je contracte mon anneau autour de sa queue, il se fixe et joui en moi fortement. Il me faut quelque minute pour récupérer, un passage rapide aux toilettes et sous la douche pour me rincer et je reprends là où j’avais été interrompue. Je me coiffe, me maquille, je passe dans la chambre pour enfiler des bas, une jupe droite noire, un chemiser en satin violet. Je réajuste mes prothèses, enfile mes escarpins avant de prendre la direction de Fouesnant pour ouvrir le restaurant à l’équipe de nettoyage. Un fourgon est stationné devant le restaurant à mon arrivée, je stationne derrière et ouvre la grille. Trois personnes descendent du véhicule, deux hommes et une jeune femme.
-       Bonjour, vous êtes Julie ?-       Bonjour oui en effet.-       Marc, chef d’équipe, voile Arnaud et Sandra.-       Bonjour à tous. Entrez.-       Merci-       Vous voulez un café avant de commencer ?-       Avec plaisir.
Ils sont en train de rentrer le matériel de ménage pendant que je prépare le café. Installés sur des tabourets au comptoir, j’ai le temps de les observer individuellement. Sandra est une charmante brune, les yeux verts, elle a les cheveux mi-longs retenus en queue de cheval par un chouchou jaune. Elle a le regard pétillant qu’un maquillage léger met en valeur. Arnaud est doit avoir 45 ans, il est costaud au moins 90kg et doit mesurer 1m75, le regard noir, il me fixe ne sachant trop comment se comporter avec moi. Marc de son côté est plus grand, je dirais entre 1m80 et 1m85, il est fin, des pectoraux biens formés que son t-shirt près du corps met en valeur. Son regard est perçant, ses yeux bleus très clair vous donnes envie de vous plonger dedans. 
-       Merci pour le café, Sandra tu commences par les sanitaires, le vestiaire et la réserve, Arnaud on va commencer par la cuisine ensuite on verra pour la salle et le bar.-       Je serais ici au bar ce matin, si vous avez besoin de quelque chose vous n’hésitez pas.-       Merci Julie, aller au boulot tout le monde. 
J’observe Sandra se diriger vers les sanitaires, elle enlève sa veste, je remarque son t-shirt noué sur le devant, lorsqu’elle se retourne, je ne peux m’empêcher de mater ses fesses qui semblent bien ferme moulées dans son legging gris. Je me reconcentre et j’ouvre le cahier des fournisseurs qu’Anne m’a laissé hier, je dois commencer par faire l’inventaire de la réserve pour voir ce qu’il pourrait manquer en fourniture et ensuite je vais commencer à passer les premières commandes. Je me plonge dans mon travail, je contacte le fournisseur de boissons, puis celui du linge de table et des tenues de travail pour les cuisines, je vois Sandra sortir des sanitaires, elle semble avoir chaud, je lui propose un verre d’eau fraiche, son legging est couvert de trace d’humidité sur le devant, elle a défait le nœud de son t-shirt, sur son front des gouttes de sueur perles et une mèche rebelle mouillée est collée sur front.
-       Tiens, ça va te faire du bien.-       Merci, il fait chaud là-dedans.-       Oui j’imagine et en plus c’est vraiment crade, hier j’ai voulu y aller, j’ai opéré un demi-tour.-       Maintenant tu peux y aller, c’est propre, juste attendre que le sol sèche.-       Super, dis-moi ça fait longtemps que tu fais ça ?-       Six mois.-       Ah ok et ça te plait ?-       J’ai surtout besoin de bosser et sans diplôme, je ne peux pas faire grand-chose d’autre. Le problème c’est que mon contrat se termine à la fin du mois.-       Du coup tu cherches autre chose ?-       Je n’ai pas beaucoup de temps pour le faire.-       Sandra faut avancer, on doit terminer ce soir.-       Excuse-moi Marc je buvais juste un verre d’eau fraiche. Les toilettes c’est bon j’attaque le vestiaire. -       Tu accélères un peu.-       Marc, vous savez les toilettes étaient vraiment très sales. -       Ok mais on n’a pas le temps de traîner.
Je chuchote un désolé à Sandra avant de me diriger dehors, je prends le temps de fumer une clope devant le restaurant, je suis interpellée par une voix de femme à ma droite.
-       Bonjour Madame !-       Bonjour-       Alors vous préparez l’ouverture ?-       Oui c’est le grand ménage aujourd’hui.-       Vous allez travailler là ?-       Oui je vais gérer le restaurant. Je me présente, Julie.-       Bonjour Julie, enchantée, Véronique, patronne du salon.-       Enchantée Véronique.-       Moi aussi Julie. Ravie de vous rencontrer, Anne et Béa ne vont pas venir cet été ?-       Non Je vais tenir le restaurant pendant qu’elles vont rester à Quimper avant de prendre des vacances en août.-       D’accord et vous, toi ?-       Alors je suis la cheffe de rang à Quimper et je vais gérer ici pour la saison.-       C’est top donc LA cheffe.-       Oui la cheffe.-       Ça change.-       De ?-       De voir une personne comme toi ici.-       Ça te dérange ?-       Non du tout, bon je dois y retourner, à bientôt j’espère.-       A bientôt.
Marc et Arnaud ont terminé la cuisine, je vais pouvoir faire l’inspection, il est presque midi et Sandra attrape un sac dans le camion. Les garçons se sont lavé les mains, sortent et se dirigent vers le restaurent de l’autre côté de la place. 
-       Tu ne manges pas avec eux ?-       Non je préfère mon sandwich et j’économise sur le panier repas comme ça.-       Ok, j’avais prévu de manger à la pizzéria mais si tu veux, j’en commande une et je la fais livrer ici ?-       Je…-       Tu aimes quoi ?-       Je mange de tout.-       Ok, saumon crème ça te va ?-       Oui merci mais j’ai mon repas avec moi.-       Ça me fait plaisir.
15 minutes plus tard, la pizza arrive, on s’installe à une table que Sandra a nettoyée, face à face, elle plonge son regard dans le mien.
-       Je peux te poser une question ?-       Vas-y Sandra.-       Ça fait longtemps que tu es comme ça ?-       Tu veux dire en fille ?-       Oui.-       Quelques mois.-       Et c’est venu comment ?
Après lui avoir raconté mon histoire, comment j’en étais venu à m’habiller en fille et en fait découvrir que je me sens mieux en femme qu’en mec, on passe à un autre sujet. Je lui demande ce qu’elle a comme expérience, ce qu’elle va faire après. Elle me raconte qu’elle a travaillé l’été dernier dans un camping, que cette année, après avoir commencé des études de compta elle a tout laissé tomber pour travailler, de l’intérim en agro-alimentaire avant de trouver ce poste en CDD depuis janvier. Je lui demande si elle voudrait travailler avec moi cet été. Elle m’explique qu’elle aucune expérience, que ça lui plairait bien. Je lui propose d’en parler à Anne et de faire un essai au restaurant à Quimper le week-end suivant. Nous terminons le repas, les gars reviennent de la pause déjeuner et je laisse Sandra à son travail. Je ne peux m’empêcher de mater le petit cul de Sandra que son legging moule parfaitement.
Diffuse en direct !
Regarder son live