Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 839 fois
  • 46 J'aime
  • 4 Commentaires

Le gîte

Chapitre 6

A chacun sa place

SM / Fétichisme

A chacun sa place.


Je pensais que cela suffirait à Maité et que nous allions en rester là. Mais c’était sans compter son envie que chaque chose soit bien en place et aussi son envie que je sois toute à elle.

Toujours assise sur ces genoux, nous sommes face aux autres, ses mains sur mes cuisses pour être sûre que je les garde ouvertes et que je sois toute offerte.

Les autres débarrassent la table et font des allers-retours, sans se priver de regarder ou faire des réflexions avec des sourires qui en disent longs. Néanmoins, je me sens bien et en sécurité dans les bras de Maité.


— Patrick,viens te mettre à genoux entre les cuisses de ta petite femme, lui demande Maité.


Celui-ci obéit sans dire un mot. Je pense qu’il n’est pas non plus très à l’aise nu comme un vers devant tout le monde.


— Lèche la bien avant qu’elle soit prise. Même si elle est déjà bien mouillée d’avoir jouis pour moi.


Une façon de lui signifier que mon plaisir est pour elle et non pour lui, même si tout le monde l’a vu c’est une étape de plus de l’entendre à voix haute. Patrick s’exécute sans dire un mot ce qui doit quand même être humiliant pour lui.


— Lèche la aussi sur son petit trou, elle doit être prête de partout.


En disant cela, elle prend mes jambes et les fait replier sur moi, sur ma poitrine plus exactement. Je suis avachie sur elle, complètement exposée dans une situation inconfortable. Patrick fait glisser sa langue sur mon anneau et met de la salive.


— Je vais lui prendre les fesses. Je sais que vous ne le faisiez pas souvent mais avec moi elle va aimer et je vais lui faire découvrir plein de choses nouvelles. Continue de la lécher, je reviens.


Les autres nous entoure pour mieux assister au spectacle, José et André sur le côté ne masquent pas leurs érections, bien au contraire ! Maité revient alors affublée d’un god-ceinture qu’elle porte fièrement avec une lueur malicieuse dans les yeux. Elle demande alors à Patrick toujours à genoux de le sucer.


— Suce le bien et mets de la salive, c’est avec cela que je vais prendre ta petite femme.Il faut qu’il soit bien lubrifié !


J’observe la scène attentivement, voir mon mari sucer un god et en plus au milieu d’un groupe de personnes, à genoux et obéissant. Qui m’aurait dit que je verrais cela un jour.


— Ben dis donc, on dirait qu’il aime cela dit José, narquois.

— Tu crois que l’on pourra en faire une bonne suceuse lui répond sa femme toute excitée.

— J’en suis sûr ...


Maité me demande de me lever de la chaise pour s’y asseoir de nouveau. Je me positionne au-dessus d’elle face aux autres mais je sens ses doigts qui se faufilent entre mes fesses pour sentir qu’elle met du gel sur mon anneau. Je la remercie intérieurement, je n’ai pas l’habitude d’être sodomisée et surtout en public. Elle a choisi le plus petit god (je le saurais plus tard) de ceux qui peuvent se mettre sur la ceinture.


— Viens ! Empale-toi dessus maintenant.


L’ordre est sans appel et rajoute à la situation. C’est moi qui doit l’introduire moi-même et ce n’est pas anodin. Je me positionne dessus mais ferme les yeux. Concentrée, je ne veux pas affronter le regard des autres en même temps. De mouvement de bassin, et petit à petit, le god se fraye un chemin. Je me mords les lèvres sous l’effort, mes jambes se relâchent, je finis par m’asseoir complétement sur Maité dans un souffle. Les deux mains de celle-ci se posent sur mes hanches et elle donne un léger coup de rein, si jamais le god n’était pas complétement enfoncé, là au moins il n’y apas de doute.


— Tu es bien me demande Maité ?

— Oui...en ouvrant les yeux.

— Ou est mon god ?

— Entre mes fesses.

— Non, mieux que cela...ou est-il

— Dans mon cul...

— Oui dans ton cul, tout est à moi, même ton cul. Patrick vient de nouveau la lécher.



Toujours obéissant son visage vient entre mes cuisses. Je n’ose le regarder mais si je croise le regard de Nadine qui est aux anges visiblement. Maité me fait basculer sur elle et j’ai le bassin en avant pour faciliter les choses.C’est la première fois que je suis sodomisée et léchée en même temps. En dépit de la gêne,le plaisir monte doucement.


— Tu vois,Patrick, cette semaine je déciderai tout pour elle et de tous les plaisirs qu’elle aura. Tu es bien d’accord avec cela ?

— Oui dit-il en bredouillant...avec le visage maculé de ma mouille.

— Bien,José, viens lui mettre deux coups de reins.


Celui-ci triomphant écarte Patrick de la main et se présente sa queue à la main entre mes cuisses. Je me tourne vers Maité le regard inquiet. Elle me répond par le regard, ne t’inquiète pas,et m’embrasse à pleine bouche juste avant de dire à José d’y aller doucement. Celui-ci frotte son gland tout le long de ma fente en prenant tout son temps.


— Putain elle est trempée la salope !


Puis il s’enfonce lentement mais d’une seule traite.Je me recroqueville sous l’assaut, en poussant un petit cri. Je suis prisonnière des bras de Maité et plus personne ne bouge me laissant le temps de m’habituer. Je me sens totalement remplie.


— Maintenant deux coups de reins lui demande Maité.


 Je ne peux pas dire que j’ai eu du plaisir, plus la sensation d’être investie et remplie. Finalement, il se retire en tenant son sexe à la main. Patrick est juste à côté à hauteur de ma chatte et de la queue de José.


— Tiens,suce, il y a le gout de ta femme dessus.

José lui empoigne les cheveux et place sa queue sur la bouche de Patrick. Je vois les lèvres de Patrick s’ouvrir et voir la queue de José disparaitre dans sa bouche.


— Voilà c’est bien. Ta femme est trempée et bien serrée, avec ta petite bite elle ne doit pas avoir l’habitude de s’en prendre. On va faire de vous deux belles salopes. Allez sers toi de ta langue, ne fais pas ta mijaurée.


Je remarque que José s’adresse à Patrick souvent au féminin et que celui-ci accepte cela et même obéit à tous les ordres.


— André, à toi de prendre Caro, deux coups de reins aussi.


Son mari est plus doux que José et je ressens moins de crainte, mais je me sens toujours aussi "remplie". C’est la première fois que je suis prise des deux côtés en même temps. Comme José, André se retire et vient présenter son sexe à Patrick. Il n’a pas besoin de lui mettre la main sur la tête, celui-ci entrouvre la bouche. Nadine s’interpose alors :


-Et moi ? je n’ai pas le droit à du plaisir ?

— Bien sûr que si, viens la lécher ensuite tu feras ce que tu veux avec José lui répond Maité.

— Avec plaisir !


Je comprends alors l’expression se faire "bouffer la chatte", Nadine me mords les lèvres, les aspire, cherche mon clito et rentre sa langue le plus loin possible, en alternant tout cela plusieurs fois. Je commence à perdre pied malgré moi. Patrick, lui aussi, perd pied ou plutôt prends son pied, il a maintenant une queue en bouche et branle l’autre avec une main, et inverse de temps en temps, sous les encouragements des hommes.


— Bien on change de position !


Quand Maité parle, tout le monde s’exécute sans dire un mot.


— Nadine, mets-toi sur la table sur le dos et la nuque au bord de la table. Patrick vient au-dessus d’elle et fais-lui un 69 en te mettant à genoux sur le banc.

Les deux se mettent en place, Nadine appuie sur la tête de Patrick pour bien lui montrer ce qu’il doit faire et dans le même temps, le prend en bouche. Nous les regardons un instant faire dans un bruit de succions et de gémissement.


— Mets-toi comme Patrick à côté de lui.


Je pose mes genoux sur le banc et pose les coudes sur la table, cambrée dans cette posture. Maité vient derrière moi et fait glisser son god dans ma chatte en mettant ses mains sur mes hanches. Je gémis dans un souffle, aussi incroyable que cela puisse paraître, j’aime quand elle me prend. Naturellement, je me cambre encore plus.


Après quelques instants, Maité demande à André de se présenter devant nous.


— Suce le Caro...toi aussi Patrick.


Nous nous rapprochons et le sexe d’André vient se glisser entre nos visages. J’ouvre la bouche instinctivement et André se glisse en moi. Mais il ressort presque aussitôt et vient faire la même chose sur Patrick.  Nous sommes si proches que nous sommes dans l’intimité, nos visages peuvent se toucher. Nous faisons cette chose à deux alors qu’avant nous étions spectateurs de ce que faisait l’autre. Je pense que Maité sait très bien ce qu’elle fait et que c’est voulu. Elle marque sa propriété sur moi et demande à Patrick de lâcher prise.

Elle se retire de ma chatte en nous demandant de nous embrasser. Côte à côte,nous nous embrassons, quoi de plus normal, mais nous le faisons sur ordre et devant tout le monde. Le sexe d’André se présente entre nos bouches, symboliquement il s’insère entre nous, dans notre intimité. C’est Patrick qui le reçoit et l’embouche.

 Après quelques vas et viens, je vois les yeux de Patrick s’agrandir et pousser un gémissement étouffé par le sexe d’André. Celui-ci lui retient la tête et s’enfonce encore un peu plus. Je me relève alors un peu sur les coudes pour voir pourquoi il réagit comme cela. Je comprends tout de suite pourquoi, Maité est derrière lui et lui donne un coup de reins pour le prendre avec le god-ceinture. Elle me regarde droit dans les yeux et lui redonne un coup de reins. J’entends un autre gémissement de Patrick mais je ne sais pas si c’est par plaisir ou de douleur. Mais Maité ne faiblit pas, elle commence ses vas et viens, toujours en me regardant. Nadine est en dessous et a pris le sexe de Patrick à pleine mains et le serre fort.


La scène me parait surréaliste, je vois le bassin de Maité buter contre les fesses de Patrick. André se retire et Patrick baisse la tête en ouvrant la bouche visiblement sous l’effort mais ne dit rien. Il est maintenant secoué en entier à chaque coup de rein.


— Eh bien voilà, je suppose que cela fait partie des grandes premières ! Dit Maité en se retirant.


— José à toi, maintenant.

— Avec plaisir !

Il vient alors remplacer Maité, Patrick semble émettre une protestation en tournant la tête, mais José est plus rapide. Il lui agrippe les cheveux et d’une poussée l’encule jusqu’aux couilles ! Cette fois-ci Patrick pousse un cri sans équivoque. Mais cela n’a aucun effet sur José, au contraire, celui-ci appuie sur la tête de mon pauvre mari pour lui faire sucer le sexe d’André.


— Tu es aussi serré que ta femme ! Vous êtes vraiment des petites pucelles à défoncer ! Nadine serre lui bien la queue pendant que je le lime.


Le pauvre est pris de partout et je compatis en le voyant ainsi. Maité a compris et dis aux hommes d’y aller doucement. Celle-ci se remet derrière moi et je me cambre vers elle pour lui faciliter la tâche, ce qui la fait sourire.

Est-ce que c’était voulu ou cela s’est fait naturellement, mais les mouvements des trois se font au même rythme sur Patrick et moi. Peut-être pour marquer le fait que nous nous donnons entièrement l’un devant l’autre. Maité demande alors à André de se retirer et demande à Patrick :


— Alors tu aimes cela ?

-Euh...mui...

— Je n’ai pas entendu oui ou non ?

— Oui...- Oui quoi ? J’aime me faire prendre ?

— Oui...- C’est bien, tu vois Caro, il aime cela...José il est à toi.

— Ah très bien, merci Maité ! Alors Salope tu aimes ma queue dans ton cul ?

-...

— Réponds ! Tu aimes ma queue dans ton cul ?

— Oui

— Bien,Nadine suce le à fond. Répète après moi, je suis une salope qui aime me faire enculer, Merci Maitre.

Un coup de rein pour lui faire sentir la réponse que l’on attend de lui.


-Je....suis...une salopppe...qui aime se faire enculer…rohhh Maitre.


Le pauvre parvient à peine à articuler sous le traitement des deux. Maité intervient encore une fois :

— Pendant cette semaine Caro sera toute à moi, tu ne pourras rien dire de ce que je lui ferai, et toi, tu seras tout à José et Nadine qui vont t’initier au libertinage. Dis oui, je le veux.

— Oui je le veux.


José fait alors signe à André qui lui redonne son sexe à sucer. Le trio forme un mélange de mouvement, de bruits, et d’odeurs de sexe.


-Regarde-les, ils prennent du plaisir...


Maité est toute contre moi et nous ne bougeons pas, hypnotisées par ce spectacle. Patrick subit maintenant les assauts de José en le tenant avec ses deux mains sur ses hanches. Il ressort complétement pour mieux lui donner un coup de rein ce qui lui fait enfoncer son sexe dans la bouche de Nadine qui le prend en entier. Sous les coups de boutoir, sa tête est projetée vers André et surtout son sexe qui lui déforme la bouche.

Le mouvement s’accélère, tout le monde gémit, souffle, transpire...

Puis tout à coup, Patrick relève la tête pour pousser un cri que je connais bien mais en dix fois plus fort, il jouit dans la bouche de Nadine. Son mouvement fait jouir José presque en même temps dans les mêmes cris de plaisir. André saisit son sexe et jouit à son tour en se branlant sur le visage de Patrick. André en profite pour glisser son sexe avec les quelques gouttes qui reste dans la bouche de Patrick, qui épuisé, ne fait rien que de sucer. Maité me glisse à l’oreille :

— Aide-le

Je me penche vers eux, André me présente son sexe et je le lèche du bout de la langue pour gouter tout le nectar qu’il y a dessus. Patrick me regarde avec un regard dans levide.

-Partagez-la!

André appuie sur son sexe pour faire sortir une dernière goutte que nous partageons avec nos deux langues en même temps.

Maité est aux anges !

— Nous allons avoir une délicieuse semaine !Je comprends alors que tout cela n’est pas le fruit du hasard, ni de l’envie du moment mais bien d’un choix délibéré de celle-ci pour nous emmener là où elle voulait.

La chose le plus étonnante est que nous aimons tous les deux cela.

Diffuse en direct !
Regarder son live