Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 35 390 fois
  • 369 J'aime
  • 11 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Glory hole dans le bar du village

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Cela fait maintenant dix ans que Léana et Antoine se sont mariés. Antoine est passionné de pêche et de foot qu’il aime échanger et partager avec ses amis à “La Taverne” le bar de leur village. Tous les mardis et vendredis, il est présent tel un pilier de bar connu par tous les gens du coin. Léana vient de temps en temps avec lui, mais se lasse rapidement des discussions de son mari et de ses amis. Elle boit souvent un petit verre puis retourne à la maison, vaquer à ses petites affaires.


Ce vendredi soir, le bar est bondé de monde, un match de foot très attendu des habitants du village fait remplir rapidement la belle salle de ce bar orné de belles poutres en chêne.


Léana n’a jamais été fan de foot, mais aime l’ambiance qui réside lors de ces évènements, elle a l’occasion de pouvoir discuter avec les quelques femmes du bar et participe à l’engouement du match.


Il est 21h, c’est tournée générale à “La Taverne”, tout le monde cherche un petit coin dans la salle pour s’installer, beaucoup restent debout à cause du monde ce soir-là.


21h30, le premier but est marqué pour l’équipe soutenue par le bar, on crie, on chante, on s’enlace et surtout... deuxième tournée générale.

Léana s’amuse beaucoup, la joie dans ce bar lui donne un grand sourire et la sort de son quotidien.


22h, 22h30, 23h... Les verres s’enchaînent, l’équipe mène 3-2 à la télévision. Les supporteurs enchaînent les verres, au grand bonheur du propriétaire.


Léana, après quelques verres à son actif, va aux toilettes, prise d’une envie pressante. C’est bien la première fois qu’elle reste aussi longtemps au bar pour avoir envie d’uriner. Il y a trois cabinets dans les toilettes du bar, elle se dirige vers celui tout à gauche, le seul libre pour le moment. Avec toutes ces effluves de bière et d’apéro, cela ne l’étonne guère.


Un peu pompette, elle rentre dans le cabinet, referme le loquet, retire son pantalon, sa culotte et s’assoit. Les toilettes sont propres malgré l’ornement de textes et de dessins obscènes sur les parois. Néanmoins, un détail attire son attention... Une petite trappe, coulissante, grise et en métal est installée sur la paroi la séparant de l’autre cabinet, équipée d’une petite poignée noire discrète. Par curiosité, elle tente de l’ouvrir légèrement d’un petit centimètre et aperçoit rapidement qu’elle permet de combler un trou entre les deux cabines. Un peu surprise, elle la referme rapidement, s’essuie l’entrejambe et se relève pour tirer la chasse d’eau... Soudain, un bruit attire son attention. Elle se retourne, cherchant d’où provient ce bruit étrange...


Elle voit la petite trappe complètement ouverte. Surprise, elle se hâte pour la refermer, mais une ombre se rapprochant la fait reculer d’un pas. Un pénis accompagné d’une bonne érection fait son apparition à travers le trou.


“Qu’est-ce que c’est que ce délire !?” pense-t-elle.


Elle reste figée, à la fois outrée par cette scène et excitée de voir un pénis lui faisant la cour. Elle se rapproche doucement, s’assoit de nouveau sur la cuvette et regarde avec admiration ce drapeau dressé devant elle.


“Est-ce que je peux ? Enfin... après tout, personne n’en saura rien... Mais Antoine... “


Pas touchée depuis plusieurs mois par son mari et prise par les montées d’alcool de ses précédents verres, elle approche lentement sa main, sentant la chaleur du sang circulant dans le membre dur et effleure du bout de ses doigts son gland bien gonflé. Celui-ci réagit d’une contraction nerveuse. Léana sent que la situation l’excite.

Elle agrippe délicatement le chibre et commence à le masturber.


“Alors mon beau gourdin, ça te plaît ?” se dit-elle.


Sa main droite se dirige vers son entrejambe, constatant l’étendue des effets procurés par la situation. Elle la glisse dans sa petite culotte et roule de son majeur son clitoris lubrifié de cyprine. Sa main gauche, quant à elle, accélère le mouvement au rythme de son autre main.


“Oh putain, c’est bon !!!" - pense-t-elle.


En à peine une minute, le chibre se raidit fortement dans sa paume et lâche de violents jets de sperme, tapissant la cabine de Léana.


— Wow !!! Qu’est-ce que...


Perdue dans sa masturbation, elle sursaute et prend peur de l’éjaculation de son partenaire secret. Elle se dépêche de se rhabiller, honteuse de ce qui vient de se passer et sort rapidement des toilettes avant que son partenaire ne découvre son heureuse bienfaitrice.


Léana retourne voir son mari complètement ivre. Il est 23h30, l’équipe de foot supportée par le bar vient de remporter son match.


— T’as vu ça ma louloute ?! On a gagné ! Vivement la semaine prochaine pour le prochain match !

— Ah !? Euh oui, bravo, c’était super... La semaine prochaine, oui...


Antoine n’a pas remarqué l’absence de sa femme, et elle ne saura jamais à qui elle a offert cette petite gâterie. Elle récupère son mari du mieux que possible et rentre à la maison... la tête complètement embrumée de ce qu’elle vient de faire dans ces toilettes.


_______________



Le vendredi suivant, Antoine et Léana retournent à “La Taverne”, enjoués de voir le match suivant. Léana, de son côté, est très anxieuse de cette soirée, mais ce brin de folie dans les toilettes de ce bar la pousse à revenir.


21h30, la fête reprend de plus belle ; personne ne semble avoir remarqué ce qu’il s’était passé la dernière fois dans les toilettes du bar. Rassurée, Léana se détend et profite de l’ambiance joviale résidant dans ce bar. Elle enchaîne les verres d’alcool, accompagnée de ses camarades footeux.


22h10, tout le monde est figé sur la télé : le score est de 1-1, la pression est à son comble. Léana, ivre, repense à la dernière soirée passée ici. Excitée et exempte de toute peur, elle se lève de sa chaise et se dirige machinalement vers les toilettes. Arrivée à l’entrée de celles-ci, elle voit les trois cabines vides... Un peu déçue, elle se dirige vers celle du milieu. Elle s’assoit, retire son pantalon, sa culotte, et en profite pour uriner... Elle reste assise sur son trône pendant cinq bonnes minutes, pensive.


— Fait chier...


Elle remarque deux trappes dans cette cabine, une de chaque côté ; pas étonnant, vu ce qu’elle a pratiqué la dernière fois. Les minutes passent et elle décide de rebrousser chemin, estimant avoir eu de la “chance” la dernière fois. En tirant la chasse d’eau, elle entend quelqu’un entrer.


“Ouuiiii, enfin !!!!”


Toujours la culotte baissée, elle se rassoit, attendant, telle une petite écolière bien éduquée, qu’on lui apporte son goûter. L’homme entre dans le cabinet à sa droite et fait sa petite affaire en sifflotant. Léana, trop impatiente de remettre le couvert, ouvre la petite trappe les séparant. L’inconnu s’arrête immédiatement de siffloter, perturbé à son tour par l’ouverture étrange de cette trappe. Léana, pompette, se met à genoux et approche sa bouche du trou, attendant avec impatience que ce monsieur puisse la satisfaire. L’inconnu se penche doucement et aperçoit les lèvres bien rouges entrouvertes de sa voisine ; il ne lui faut pas plus de temps pour comprendre qu’il s’agit d’un appel au glory hole. Sans même hésiter, il fourre son pénis dans la bouche salivante de Léana.


“Oui !! Merci !!!”


Elle laisse coller sa bouche, laissant Monsieur faire ses va-et-vient dans le fond de sa gorge tout en caressant son mignon clitoris de sa main gauche.


*Glurp * *glurp* *glurp*


L’inconnu enchaîne les va-et-vient, frottant son pénis dans chaque recoin de la bouche de Léana. Après cinq minutes de fellation intense, l’inconnu lâche une giclée de sperme dans le fond de sa gorge, la faisant tousser de surprise.


— Putain, salaud, je ne l’ai pas vu ven...


Elle écarquille les yeux, comprenant qu’elle vient de dire cela à haute voix... Vu le peu de femmes dans le bar, il n’est pas difficile de la reconnaître. Elle referme rapidement la trappe, son cœur s’accélère, elle reste assise dans les toilettes, n’osant plus sortir. L’homme, quant à lui, retourne voir ses camarades.


Elle ne sait quoi faire... rester ici ? Partir en courant ? Tout se mélange dans sa tête...


Tant pis, elle se relève et va tenter un départ rapide, espérant qu’une bonne action du match puisse distraire les hôtes du bar. A peine a-t-elle le temps de relever sa culotte que plusieurs hommes viennent aux toilettes.


“Merde... Ça doit être la mi-temps...”


Elle patiente discrètement, accroupie, les fesses à l’air, fixant le sol afin de rester concentrée sur les bruits l’entourant. Les allers-retours s’enchaînent et le match finit par reprendre de plus belle.


“Bon allez, c’est parti.”


Elle se relève et heurte de son crâne quelque chose...


“Wow !!”


Elle voit à quelques centimètres de ses yeux, un beau pénis lisse plutôt généreux. Elle sursaute et se relève d’un coup.


“Ce n’est pas vrai... Est-ce que j’ai été balancée... ?”


Léana panique, sa couverture est grillée...


“Mais qu’est-ce que je vais faire...”


Elle regarde ce pénis dressé fièrement devant elle, comme pour lui demander son avis.


“... Après tout... j’en ai à peine profité... puis ça changerait quoi maintenant ?”


Léana, beaucoup trop frustrée par sa dernière visite, et surtout beaucoup trop excitée par la situation, n’hésite pas plus, toujours nue et à moitié ivre, elle colle ses fesses contre la paroi opposée pour s’équilibrer et se penche à l’équerre pour venir gober son bâton de glace.


*Glurp* *glurp* *glurp*


“Putain, c’est bon ! “


Elle sent sa mouille abondante lui ruisseler sur les cuisses.

Elle commence à diriger sa main vers son entrejambe, mais sent en chemin quelque chose d’étrange sur sa fesse gauche. Quelque chose qui appuie et qui la gêne. Elle se décale légèrement afin de se libérer de cet appui.


“Ah, voilà qui est mieux !”


Et elle reprend de plus belle sa fellation en caressant son clitoris de sa main droite.


“Oh oui !!“


Léana prend son pied comme jamais, son vagin est rempli de cyprine chaude coulant sur ses doigts.


D’un coup, elle sent une pression sur son vagin.

“Mais qu’est-ce que...”


A peine a-t-elle le temps de réfléchir qu’elle se fait pénétrer par l’étrange bosse maintenant bien engagée depuis que Léana lui a libéré le passage. Son cœur s’accélère à la fois sous la peur, mais aussi sous l’excitation que lui procure la tournure que prend cette scène. Elle laisse ses fesses collées à cette paroi, laissant ce nouvel arrivant profiter lui aussi de ce plaisir charnel.


“Oh oui !! Ça m’avait tellement manqué !”


Elle prend son pied, se faisant prendre des deux côtés, le premier lui éjacule de nouveau dans la bouche tandis que le second emboite le pas en éjaculant en elle.


“Ouais ! Remplissez-moi, messieurs !”


Elle se fout, maintenant, éperdument de ce qu’elle fait et de qui la prend. Les deux hommes sortent de la cabine, la laissant seule aux toilettes. Elle reprend son souffle, le sourire aux lèvres : elle trouve enfin ce qui lui plaît dans ce bar.


De nouveaux joueurs, visiblement au courant de la situation, viennent faire leur apparition à peine une minute après les précédents, fourrant madame avec entrain dans les deux trous des parois adjacentes. Léana, toujours en demande, s’enfile une bonne dizaine de participants ce soir-là.


Il est minuit ; cela fait bientôt deux heures que Léana est aux toilettes, épuisée et comblée de sa magnifique soirée. Plus d’un joueur lui a mis un but ce soir-là, elle est ravie. Elle sort des toilettes après un petit nettoyage et retourne dans la salle. Les quelques regards complices fixés sur elle lui donnent une grande satisfaction. La satisfaction d’avoir pu assouvir son désir sexuel, mais également de combler celui des autres. Elle rejoint Antoine, de nouveau ivre, visiblement l’un des seuls hommes n’ayant pas remarqué l’absence de sa femme.


Léana et Antoine retournèrent comme à leur habitude à “La Taverne” chaque semaine. Mais ces fois-ci, elle savait ce qu’elle y trouverait.

Diffuse en direct !
Regarder son live