Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 57 528 fois
  • 268 J'aime
  • 8 Commentaires

Le gourdin de tonton

Chapitre 1

une vidéo virale

Hétéro

Le gourdin de tonton.



Vous connaissez ? Les jeunes et leur Smartphone  greffé à demeure dans leur main !

 

Depuis deux semaines, une vidéo est devenue virale. Les garçons veulent toujours prouver qu’ils ont la « plus grosse », la plus vigoureuse. Qu’ils ne sont pas des éjaculateurs précoces mais plutôt comme certains acteurs porno, de vrais bêtes de sexe aux éjaculations abondantes et puissantes. 

L’un d’eux a tout bêtement tapé sur son clavier : « Belles éjaculations au ralenti » et a regardé la première de la liste. (Vous pouvez essayer aussi, vous serez surpris) On y voit un homme et à la trentième seconde, il éjacule avec violence un jet de sperme qui monte si haut que la caméra ne peut tout saisir avant que la béchamel retombe à plus d’un mètre cinquante, sinon plus, avant de remettre ça avec un autre jet bien moins puissant mais qu’aucune de mes conquêtes ne peut égaler. Et avec ça, il a une teub pas piquée des hannetons, un sacré beau morceau qui s’agite tout seul sans même qu’il ne la tienne avec les mains.

Comme une trainée de poudre, cette petite vidéo a été chargée des milliers de fois. En un rien de temps, elle comptabilisait plus de 43 000 vues avec des commentaires élogieux et des votes d’approbation. Une autre vidéo du même auteur explose elle aussi avec plus du double de clics et a refroidi les espoirs de pas mal de petits cons qui se croyaient « bien montés ». Si vous voulez savoir pourquoi, il suffit de la visionner. (Comment mesurer sa bite)

Je ne sais pas, mais ces petites vidéos me mettent mal à l’aise. Oh ! Pas par les exploits de ce « vrai mâle », mais je ne saurais dire pourquoi… J’ai comme une impression de déjà vu, mais déjà vu quoi ?

 

Je suis en visite chez mes parents et m’étonne de ne pas y retrouver ma sœur. On devait se voir tôt ce matin, mais elle est sûrement chez mes grands-parents paternels qui habitent dans la même rue cent cinquante mètres plus haut. Je me décide donc à aller leurs rendre visite. C’est une belle maison avec un étage. Mes grands-parents vivent au premier et mon tonton a aménagé le rez-de chaussée pour lui.

Je ne sais pas ce qu’il fabrique car pratiquement tous les week-ends, il est absent. Je sais bien qu’il est arbitre fédéral dans sa discipline, (je ne vais pas vous dire laquelle pour que ceux qui le connaissent ne fassent par le rapprochement, comme ma sœur), et de ce fait doit s’absenter de temps en temps. Mais j’ai eu la curiosité d’aller voir sur le site de sa fédé et son nom est loin d’être cité tous les dimanches. Où va-t-il ? Mystère… J’arrive à la maison et m’approche, tiens…la fenêtre de sa pièce principale est entrouverte. Je reconnais la voix de ma sœur Chantal :

-Tu sais qu’il m’a fallu un bon moment avant de faire le rapprochement !

 

Mais de quoi parle-t-elle ?

-Mais quand j’ai vu tes trophées en arrière-plan, je n’ai plus eu de doute. C’est toi sur les vidéos !

Je me rapproche encore et jette un coup d’œil rapide dans la pièce. Ma sœur parle avec mon oncle qui me tourne le dos.

-Ah ! Admet mon tonton. Et tu crois que ça peut te permettre d’oser ce que tu es en train de faire ?

Je change de fenêtre pour avoir une vue de trois-quart-dos. Chantal a un bras tendu dont je ne vois pas l’extrémité, cachée par le corps de tonton. Il fait pivoter un peu son siège et j’ai enfin une vue dégagée sur ce que trafique ma sœur. Oh putain ! Elle a la main dans la braguette ouverte de tonton ! 

Je suis horrifiée mais ne peux me résoudre à partir. On dirait que Chantal a des difficultés avec ce qu’elle a découvert, mais arrive enfin avec difficulté à extirper du jean ce qu’elle était allé chercher. Chantal a dans la main la teub de tonton !!! Je vois mal de ma place et en plus le jean n’en laisse sortir qu’une partie, mais je remarque aussitôt qu’il a l’air bien équipé. Ma sœur continue de parler de peur qu’il la repousse mais sa main s’anime sur la verge flasque de tonton. Je ne sais pas si c’est la situation pas commune, le manque de dextérité ou d’expérience de Chantal ou si tonton est un bandeur mou, mais je ne remarque pas beaucoup de changement du coté de son bas-ventre.

-Ecoute Chantal. Tu m’as démasqué, d’accord, mais il faut que ça reste un secret entre nous. OK ?

-OK tonton.

-Bien, si c’est comme ça, je vais te faire voir…

 

Que va-t-il lui faire voir ? Elle a déjà sa pine entre les mains ! Mais je discerne enfin du changement, coté sexe, sa verge commence à entrer en érection. Le gland qui pointait à peine au dessus des doigts fermés de Chantal s’en éloigne à vitesse « grand V ». Elle peut maintenant manœuvrer plus librement sa main sur une hampe épaisse qui continue à croître, encore et encore… C’est pas Dieu possible !

Chantal y va maintenant à deux mains, ses doigts serrés n’arrivent même plus à contenir la véritable poutre de mon tonton ! 

-Attends Chantal ! Mon jean me blesse la verge, laisse-moi le retirer. Ordonne-t-il.

Il se redresse, défait la ceinture du jean et le baisse ainsi que son slip. J’ai sous les yeux un épi formidable qui se dresse au plafond, faisant fi de la gravité malgré son poids respectable. Tonton est incroyablement bien membré !

 Ça fait soudain « tilt » dans ma tête. Je viens, comme Chantal, de réaliser… Mon effet de « déjà vu » de la vidéo virale, c’est l’arrière plan ! L’étalon hyper membré, c’est Tonton ! Putain de merde !!! Admirative, Chantal lui avoue :

-J’avais quand même un doute, mais là ! Putain tonton ! C’est pas une bite que tu as, c’est un vrai braquemard ! Et entre visionner sur un minuscule écran et être en vrai devant, y-a pas photo ! Tu es vraiment monté comme un âne ! Les vidéos te desservent car ton chibre est si épais qu’il donne l’impression d’être plus court qu’il ne l’est réellement.

 

Tonton n’a pas l’air offusqué par ces propos grivois et la laisse continuer. Chantal s’agenouille devant lui, je ne vois plus rien, elle ne va quand même pas ? Je me résous à entrer puis me rapproche de la porte de la pièce, l’entrouvre et peux de nouveau assister à la suite.

Chantal, à genoux devant lui, a une main tremblante sur le membre noueux comme un cep de vigne au gland écarlate complètement décalotté, l’autre main en conque sous les bourses. Elle a les yeux fermés et enfourne tout ce qui peut entrer dans sa bouche. Tonton a l’air d’apprécier :

— Aaaaaaaahhhh ! Oui ma grande, suce ton tonton, ta bouche est douce, aussi douce qu’une chatte.

Oui, c’est ça, tire bien sur la peau pour dégager mon gland, astique-moi plus vite ! Que c’est bond, ouaaaiii !!! Oui, suce bien. Tu es une petite cochonne, ma nièce.

Il met une main derrière sa tête pour accompagner le mouvement et la force à prendre sa queue entièrement mais elle n’y arrive pas. Il voudrait que le nez de Chantal soit collé sur son pubis mais elle abdique et arrive à se sortir du piège.

-Je ne peux pas tonton, ta verge est trop grosse. J’ai avalé ce que j’ai pu mais ton gland butait au fond de ma gorge.

 

Tonton la force à reprendre sa teub et fait de courts mouvements de va et vient pour ne pas laisser sortir sa queue de la bouche avide de ma sœur, ne lui laissant que quelques secondes pour lui permettre de respirer un peu. Un long filet de bave s’échappe des lèvres de Chantal qui la relie à cette queue que je regarde avec envie. Elle est à bout de souffle mais il remet ça, tenant fermement sa tête à deux mains, il enfonce sa grosse queue au plus profond de la gorge de Chantal mais cette fois, il y va à grands coups, pousse une dernière fois bien au fond en maintenant sa tête.

— Oh putain ! Espèce de cochonne! Je vais envoyer la sauce…

Il libère son gourdin de la bouche de Chantal en tirant sa tête par les cheveux. Elle est essoufflée, la bouche barbouillée de salive. Chantal est agenouillée devant lui, la bouche grande ouverte. Tonton se branle avec vigueur. Je vois sa grosse queue tressauter. Il essaie de la diriger vers la bouche de ma sœur mais les premiers jets de foutre, comme sur ses vidéos, sont si puissants qu’ils s’envolent au dessus de la tête de Chantal et frappent le mur derrière elle, il corrige le tir et les suivants terminent directement sur la langue sortie. Tonton râle d’extase.

— Ah! Oui putain !!! Avale tout ma petite salope de nièce, tu l’as voulu, tu l’as!! Putain que c’est bon!!

 

Malgré les premiers jets, une quantité impressionnante de sperme se retrouve dans la bouche de ma sœur qui la referme et l’ouvre de nouveau, tirant la langue pour lui montrer après avoir déglutit qu’elle a tout avalé avant de le complimenter :

— Je n’aurais jamais cru en recevoir autant, étant donné ce que j’ai raté, mais je suis ravie de constater que tes vidéos n’étaient pas truquées. J’adore avaler du foutre, et avec toi, je suis servie.

Et elle se remet à le sucer, comme un veau tétant le pis de sa mère pour ne pas en perdre les dernières gouttes. Je ne peux en supporter plus et ouvre la porte si brusquement qu’elle bute avec fracas sur le mur.

-Chantal ! Espèce de petite pute ! Comment peux-tu oser faire ça avec ton oncle, et toi tonton, accepter sans broncher qu’une de tes nièces fouraille dans ton pantalon pour en sortir ta bite ?!

-Bon Dieu ! M’interrompt-il. Mais vous vous êtes donné le mot, c’est pas vrai ! Mais dis-moi Brigitte, d’après ce que tu viens de dire, ça fait déjà un sacré moment que tu nous espionnes !

 

A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live