Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 678 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Grandes vacances

Chapitre 1

Divers

Ca faisait presque deux mois que nous parcourions la Scandinavie quand c’est arrivé. Ma copine, Barbara, et moi nous avions décidé de changer complètement d’orientation professionnelle, et avions donc entrepris de nouvelles études sanctionnées par une belle réussite commune. Avant de chercher un nouveau job, nous avions décidé de fêter ça dignement en nous offrons un grand tour de Scandinavie en bus camping. Et c’est pendant les préparatifs que nous avions croisé Valérie, une très jolie blonde, fine, nerveuse, qui avait étudié avec nous. Ce jour là elle était complètement déprimée, son mec ayant décidé, pour la féliciter de son diplôme de la larguer sans autres formes de procès. C’est spontanément que Barbara lui a proposé de nous accompagner. C’est ainsi donc que je me suis retrouvé entouré de ces deux superbes filles pour mes vacances, Valérie dormant le plus souvent sous tente, afin de nous ménager un peu d’intimité. Nous alternions de longues ballades en VTT et les déplacements en bus dans cette magnifique région.

Ce jour là, donc, je ne sais plus pourquoi je m’étais engueulé avec Barbara, toujours est-il que je suis parti seul avec Valérie pour une longue ballade en vélo dans une magnifique forêt de Finlande, autour d’un petit lac au bord duquel nous avions posé le bus.

C’était la première fois que je me retrouvais en tête-à-tête avec la belle Valérie, et nous passions un très agréable après-midi sportif. Nous nous étions arrêtés pour souffler un peu lorsqu’elle me dit :

— Tu vois cette cabane là-bas ?

Il y avait en effet une sorte de petit cabanon, perdu dans la forêt.

— Oui.

— Le dernier arrivé a un gage !

Et elle partit comme une fusée. L’occasion était trop belle, j’ai pas mal souffert, mais je suis arrivé avant.

— Ton gage, c’est simple, tu viens prendre un sauna avec moi.

Elle rougit un peu, surprise par la tournure de l’événement. Il faut dire en effet que malgré l’exiguïté du bus camping, je n’avais pas encore eu l’occasion d’admirer ses formes, Valérie est en effet une fille très pudique qui se débrouille toujours pour se changer avec la plus grande discrétion. Je voyais bien qu’elle avait envie de se dégonfler, mais la fierté fut la plus forte.

Le ’ camping ’ où nous avions posé notre maison roulante, était situé au bord d’un petit lac, et était bien sur équipé d’un sauna, véritable tradition dans ce pays, et d’une petite passerelle qui permettait de sauter dans les eaux glacées du lac. Le retour à ce camping fut silencieux, Valérie devait avoir l’impression de s’être fait un peu avoir. Arrivé dans le sauna, je me déshabillai naturellement, afin de ne lui laisser aucune chance de se dégonfler. Après une hésitation elle fit de même, maladroitement, essayant de dérober son corps à mes regards qui se voulaient pourtant discrets. me laissant tout de même admirer son corps magnifique, racé, ses deux seins moyens, en forme de poires, qui semblait tenir en l’air par magie, ses longues jambes qui se terminaient en un extraordinaire petit cul rond, et une superbe petite chatte aussi blonde que ses cheveux. Une fois dans le sauna, la chaleur du lieu lui permit de se détendre un peu. Quant à moi, je tentais désespérément d’orienter mes pensées sur un autre sujet, afin de maîtriser une érection qui devenait gênante. Après une ou deux minutes de silence gêné, nous tentâmes de reprendre une conversation par bribe. Quand, soudain Valérie me dit :

— Bon, je suis venue dans le sauna avec toi, à ton tour d’accepter un gage?

Impossible de refuser, elle était rouge vif, embarrassée, je ne dis rien, attendant la suite?

— Retourne-toi, je veux essayer quelque chose.

Docile, j’obtempérai.

— Vincent (son ex), m’expliqua t’elle tout en me caressant le bas du dos et le haut des cuisses, voulait toujours m’enfiler un doigt entre les fesses, ce que je refusais régulièrement. Je voudrais savoir ce qu’il y a d’excitant la dedans.

Retourné comme je l’étais, je ne la voyais plus, pourtant je devinais sa gêne à sa respiration saccadée. Elle continua un instant à me caresser les fesses, puis m’enfila brutalement son doigt, heureusement humecté par nos sueurs, dans le fondement. Je ne pus retenir une exclamation de surprise.

— Je t’ai fait mal ?

— Non, continue, va plus profond.

Elle obéit, plus doucement cependant, me faisant bander comme un âne. Arrivé au fond, elle entreprit un mouvement de va et vient, tournant son doigt en même temps.

— Marrant, ça s’assouplit, ça te plaît, ça t’excite ?

— Oui...

C’était la première fois que je subissais un tel traitement, et j’étais considérablement surpris par mon excitation.

— Essaye d’en mettre un deuxième.

Là ce fut elle qui fut surprise, si elle pensait se venger en m’humiliant, elle devait être déçue la pauvre. Elle marqua une hésitation, puis je sentis un deuxième doigt forcer mon anus, s’insinuer lentement au tréfonds de mon rectum, s’en aller, puis revenir lentement. Ma respiration se calla naturellement sur le rythme de son va et vient.

Son autre main s’insinua doucement entre mes jambes, caressant d’abord mes couilles, puis mon sexe tendu comme il ne l’avait jamais été, le caressant sur toute sa longueur. Elle ne fut pas longe à m’amener à un orgasme qui me fit trembler de partout, me frappant comme un éclair, et qui me laissa pantelant. Dès que je repris mes esprits, je sortis du sauna, suivi par Valérie, et me plongeai directement dans l’eau glacée, ce qui me fit récupérer totalement. Nous pataugeâmes une bonne demi-minute avant de retourner dans le sauna pour une deuxième séance.

— A mon tour maintenant, tu n’avais jamais accepté ce genre de caresses, moi non plus, retournes-toi.

Elle hésita une bonne minute, pendant laquelle je la regardai fermement dans les yeux afin de lui faire sentir ma résolution. Résolution dont je suppose qu’elle n’avait pas compris l’exacte nature. Lentement elle se mit à quatre pattes, m’offrant sa croupe magnifique que je caressai doucement, du bout des doigts. Son cul était agité de vibrations, il se crispait involontairement dès que je passais un doigt léger sur sa raie.

— Respire profondément, détends-toi, je serai doux, ne t’inquiète pas.

Je lui empoignai doucement les fesses, les écartant doucement, admirant pour la première fois son adorable anus rose qui surmontait une affolante chatte, rose, tendre, dans laquelle j’avais envie de croquer doucement, comme dans un fruit mûr. Maintenant son cul ouvert, je glissai la langue, lui léchant doucement la raie, évitant d’abord sa rosace, goûtant le sel de sa sueur, glissant une langue inquisitrice sur les lèvres de sa chatte. Sa respiration change doucement, elle s’accélère, un coup de langue entre ses lèvres me renseigne, ce n’est plus le sel de sa sueur que je sens. Encouragée, ma langue remonte jusqu’à l’entrée de sa grotte, que je titille doucement, lapant par petit coup ce goût incomparable, légèrement aigre, propre à l’anus. J’enfonce doucement ma langue dans sa rosace, Valérie halète, la chaleur de ce sauna est difficilement tenable, mais l’excitation qui nous saisi nous permet de résister au vertige. Je me redresse, humecte mon petit doigt dans le filet de sueur qui coule dans la raie de Valérie, puis lui masse doucement l’anus. Malgré la chaleur ambiante, ses fesses se couvrent de chair de poule lorsque d’un mouvement tournant j’introduis doucement ma première phalange dans son anus enfin violé. Elle a un frisson, pourtant elle empoigne d’elle-même ses fesses pour les écarter, m’offrant silencieusement et définitivement sa grotte sombre.

Doucement je continue l’avancée de mon doigt, introduisant ma deuxième phalange, puis mon doigt entier. Un léger gémissement échappe à Valérie, je stoppe quelques secondes tout mouvement, puis lui masse doucement l’intérieur de son rectum d’un mouvement tournant avant de me retirer. Je recommence l’opération avec mon médius, puis avec mon pouce, agrandissant doucement son sphincter. Valérie est continuellement parcourue d’une sorte de vibration, la beauté de son cul est rehaussée par la chair de poule. Pourtant nous ne pourrons pas rester indéfiniment dans cette étuve, il va falloir accélérer le mouvement. J’introduis encore deux doigts, ensemble, mon médius et mon index, afin de finaliser la dilatation, l’introduction n’est pas trop ardue, son anus commence à s’habituer à une présence étrangère, le passage des phalanges lui arrache pourtant un petit cri. Je me place derrière Valérie, elle garde les yeux fermés, bien qu’elle sache qu’elle va être sodomisée pour la première fois, elle ne veut pas voir ce que je fais, comme si elle préférait ignorer avec sa tête ce qui se passe dans son cul. J’empoigne ma bite, douloureusement tendue, et pose mon gland à l’entrée de son anus, Valérie ne bronche pas, je pousse doucement, son sphincter résiste, une sorte de baroud d’honneur. Doucement je pousse, son anus lâche d’un coup, mon gland est avalé, son entrée est saluée par un cri de Valérie, je reste immobile un instant.

— Respire, profondément, ne te bloque pas.

Je glisse un main sous son ventre, lui caressant le ventre, puis son sexe, Valérie halète à nouveau, elle vibre, je recommence doucement mon avancée, serré dans ce fourreau étroit, légèrement rugueux. Peu à peu, tout mon sexe est avalé, mes couilles buttent contre ses lèvres. J’empoigne ses hanches et débute un mouvement de va et vient, j’ai envie de hurler, tellement je suis excité, Valérie se branle frénétiquement, m’ordonnant en termes crus de continuer mon intromission, ce que je fais volontiers, agrippé à ses hanches, accélérant le mouvement, plus tout à fait maître de mes actes. L’orgasme me submerge, je me plonge une dernière fois dans son rectum, les doigts enfoncés dans ses hanches, brutalement, pour aller déposer ma jouissance tout au fond de Valérie. Je suis aveuglé par la violence de l’orgasme, et ce n’est que quelques secondes plus tard que je me rends compte que Valérie jouit aussi, elle feule, agrippée au banc du sauna.

Je retire doucement mon sexe, puis nous fonçant dans l’eau froide, pris soudaine de vertige. Ce n’est qu’une fois dans l’eau que nous nous embrassons pour la première fois.


E-mail: eponyme_fr@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live