Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 18 301 fois
  • 76 J'aime
  • 0 Commentaire

Gwendoline et son voisin Franck

Chapitre 4

"Tromper" Franck et lui dire a décuplé ses performances sexuelles

Hétéro

Je me nomme Gwendoline, je suis célibataire et j’ai bientôt 38 ans. Je mesure 1m70 pour 55 kilos. J’ai les cheveux châtains et des yeux bleus. Après avoir été durant 7 ans secrétaire dans une agence bancaire, je suis depuis cinq ans conseillère financière.


Ayant vu ma situation financière évoluer favorablement, et puis quand on est dans la banque c’est plus facile, j’ai fait l’acquisition d’un appartement dans une résidence toute neuve située à deux pas de mon lieu de travail. Peu de temps après mon déménagement, j’y ai retrouvé Franck, l’ex de l’une de mes amies de mon ancien club d’athlétisme.


A l’occasion d’une invitation chez lui, les choses ont un peu dérapé et depuis six mois, nous sommes ensemble. Enfin, ensemble chacun chez soi et encore très libres !

Après un séminaire professionnel dans les Landes où j’ai eu une « aventure » avec notre nouveau directeur régional, et comme je lui en ai parlé, Franck m’en a un peu voulu, même s’il a clairement été convenu que nous étions libres. Cependant, pensant que notre relation évoluait vers « presque » une relation de couple, je pense qu’il ne s’attendait pas à autant de prise de liberté.


Mais j’aimais l’odeur et le goût de l’homme. Leur regard sur mon corps, la façon dont ils me touchent et me prennent et surtout leurs queues dures qui confirment leurs excitations.


Franck souhaita que nous prenions quelques jours de vacances et il réserva un hôtel en bord de mer dans le sud. Le premier soir, après avoir dîné dans un petit restaurant sur le port, nous étions revenus à l’hôtel et contemplions les alentours depuis le balcon. L’arrière-saison était encore agréable et je portais encore une petite robe d’été avec un petit gilet.

Franck était derrière moi et j’étais consciente que l’épisode landais l’avait contrarié. Pourtant, ses mains vinrent toucher ma poitrine et bientôt il fit entrer carrément ses mains sous ma robe. J’en frémis légèrement en ressentant ses mains sur moi tant je sentais que depuis quelques jours il faisait la tête. Il titilla le bout de mes seins, ce qui me fit gémir doucement.


— Tu veux que je continue ? me demanda Franck.

— Oui, je veux.

— Soulève ta robe et abaisse ta culotte, ma belle.


Ce que je fis en écartant les jambes.

Ma belle chatte était déjà légèrement mouillée et il ne tarda pas à y introduire un doigt, puis deux. Je me sentis toute chose, mais j’aimais ce qu’il me faisait. Ce petit jeu dura plusieurs minutes et nous étions toujours sur le balcon, au risque d’être vus par les occupants des chambres au-dessus de nous ou sur les côtés. Ayant joint ses doigts, c’est presque d’une main entière qu’il me pénétrait. Agitant sa main avec expérience, je ne tardai pas à jouir, avalant mon orgasme, histoire de ne pas attirer l’attention sur notre balcon.


J’étais clairement mouillée et cela coulait le long de mes jambes ... Vraisemblablement, ce petit jeu avait également pas mal excité Franck, car au hasard de nos mouvements, il se colla à moi et je perçus au travers de ses vêtements que cela lui avait fait de l’effet !


D’ailleurs, il ne fit pas trop de manières pour baisser à son tour son pantalon, dévoilant son sexe en très grande forme pour le présenter sans autre forme de préparatif à l’entrée de mon sexe dont il caressa l’entrée avec son gland semblant hésiter. Je me suis reculé vivement pour le faire rentrer et lui, me tenant par les hanches, me tira vers lui avec vigueur. Il est déjà dedans lorsqu’il se met à me défoncer la chatte, me pénétrant très profondément à chaque aller-retour. Il varie bientôt les rythmes et la profondeur de pénétration, irrésistible ! Au bout de quelques minutes de ce régime, il se fige au fond de moi et éjacule une belle quantité de semence. Je sens au même moment comme une décharge électrique qui me traverse le corps. Je jouis ainsi très profondément alors que je sens le sperme me couler entre les cuisses quand il se retire.


Sans autre forme de procès, il me tira par la main pour me faire rentrer dans la chambre. Malgré ce qui venait de se passer sur le balcon, il ne tarda pas à retrouver la forme. Assise sur le bord du lit à la hauteur de son sexe, il m’invita à le sucer afin de lui redonner la vigueur nécessaire. Je le branle donc pendant que Franck me tripote les seins et que mon gilet, ma robe et mon soutien-gorge tombent par terre. Franck semble apprécier le service, car il est de nouveau au garde à vous dans une forme exceptionnelle ! Je m’empresse bientôt de le lécher du bout de la langue d’abord puis mes lèvres jouent bientôt habilement avec son sexe qui est redevenu très dur et très épais.


Il m’invite à m’appuyer sur le bord du lit en lui tournant le dos. Il se place derrière moi et après avoir effacé ma culotte de la raie de mes fesses, il entreprend bientôt de me mettre un doigt dans l’anus et sourit à l’idée de constater que cela semble rentrer tout à fait facilement !


En un instant, il est derrière moi et place son sexe devant ma chatte dont il caresse de nouveau l’entrée avec son gland. Il est dedans et se met à me pénétrer très profondément, variant les rythmes et la profondeur de pénétration, un délice ! Mais son objectif n’est pas là, il profite juste de notre rapport précédent pour lubrifier son sexe. En effet, je n’ai pas le temps de jouir qu’il se retire de mon vagin pour commencer à se rapprocher mon anus. M’ayant pour le moins excitée, je me cambre et m’offre à sa bite. Il ne tarde pas à me saisir les fesses à pleines mains, les écarte en ayant une vue imprenable sur mon anus avec en dessous mon sexe encore brillant de nos ébats précédents et il se replace derrière moi et me pénètre par derrière, en s’enfonçant lentement en moi.


Il s’empale dans mon cul, marquant un temps d’arrêt, il commence bientôt à me ramoner vivement et même s’il atteint ce que je crois être le fond à chaque coup de reins de sa part, je suis surpris du coup de reins suivant qui me procure une énorme chaleur au creux de moi-même, une forme de jouissance inhabituelle.


Je jouis comme JAMAIS, ce qui provoque chez lui le fait de me défoncer avec encore plus d’énergie et qu’au bout de quelques minutes, il éjacule cette fois au fond de mes entrailles ...

Je n’en peux plus ... je me suis fait littéralement défoncée et j’ai joui comme une folle. Et vraisemblablement lui aussi ! Cela coule le long de mes cuisses jusqu’à derrière mes genoux ainsi que sur le sol de la chambre. Après avoir repris nos esprits, nous nous dirigeons tous les deux vers la salle de bain.

Après une longue douche réparatrice, nous sommes descendus au bar de l’hôtel puis sommes allés nous coucher...

Diffuse en direct !
Regarder son live