Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 703 fois
  • 127 J'aime
  • 7 Commentaires

Hétéro, je me laisse tenter par un gay

Chapitre 1

Gay

J’étais étudiant dans un grand IUT depuis deux ans, quand peu de temps avant la fin de l’année, il m’arriva une étrange aventure. Tous les jeudis après-midi, après deux heures de sport, nous avions deux heures de cours de Technologie. Le prof était super sympa et nous laissait nous préparer tranquillement une bonne dizaine de minutes avant la fin du cours pour discuter de divers sujets.


Il faut que je vous signale que j’étais assis au fond de la classe tout à l’opposé de la porte de sortie. Nous avions été placés par le prof en début d’année et je ne fréquentais que très peu le garçon taciturne et plutôt solitaire qui était à côté de moi. Le cours se terminant un peu en avance, comme d’habitude, je plaçais mon sac sur mes genoux en attendant l’heure de la sortie. Soudain, une main vint doucement se poser sur ma cuisse. Tournant la tête vers la droite, je m’aperçus que c’était celle de mon voisin de table, il était tourné vers moi et me souriait. Ne sachant pas trop comment réagir, je décidais de ne rien faire.


Encouragé sans doute par mon manque de réaction, sa main monta doucement vers mon entrejambe et se mit à caresser doucement mon sexe au repos à travers l’étoffe. Je ne voulais pas faire d’esclandre en le repoussant durement vis-à-vis des autres, je le laissais donc faire. Forcément, le frottement du vêtement sur mon attribut commença peu à peu à porter ses fruits en me provoquant une belle érection.


Mon voisin me regardait toujours en souriant, il se mit à passer sa langue sur ses lèvres tout en continuant son massage. Tout à coup, la sonnerie tinta, ce qui l’obligea à retirer sa main pour sortir. Il s’éclipsa sans que j’eusse le temps de lui parler en sortant du cours.


Je n’étais pas homosexuel, mais je dus reconnaitre que je n’étais pas resté insensible à cette caresse. Évidemment, je n’étais plus puceau et j’avais fréquenté plusieurs filles qui m’avaient déjà fait la même chose, voire plus, mais là c’était un garçon et c’était différent. « De toute façon la semaine prochaine il n’y pensera plus », me dis-je.


Pourtant la semaine suivante, le même scénario se mit en place. La main se plaça directement sur ma queue qui eut une réaction immédiate. Quand il vit que je ne bougeais pas, mon voisin ouvrit ma braguette, il passa délicatement sa main sous mon boxer et s’empara de ma hampe qui ne demandait que ça. Sa caresse se fit plus précise au contact de ma queue. Il avait apparemment l’habitude de ce genre d’exercice, sa main passait prestement du bout de ma queue jusqu’aux couilles, tout en passant doucement le bout de son ongle sur le gland. Ce qui devait arriver arriva rapidement, je ne pus retenir de longues giclées de foutre qui finirent sur sa main et sur mon bas-ventre.


Il s’essuya sur mon boxer en prenant bien soin de garder sur ses doigts quelques gouttes de mon sperme qu’il se dépêcha de lécher en me regardant droit dans les yeux. Juste au moment de partir, il glissa dans ma poche un petit morceau de papier plié en quatre. Tout occupé à me rajuster, je ne pris pas le temps de regarder ce qu’il y avait dessus. La sonnerie retentit une minute plus tard, j’avais juste eu le temps de fermer ma braguette quand il fila précipitamment sans même dire un mot.


En rentrant chez moi par le bus, je pris le temps de déplier le papier qui était tombé dans le fond de ma poche. Il y avait juste quelques mots écrits à la va-vite : « Si tu veux aller un peu plus loin, rejoins-moi demain à 13h dans les chiottes, la porte du fond la plus à gauche ».


J’étais un peu déstabilisé par cette proposition. Que devais-je faire ? D’une part, je ne désirais pas avoir une aventure avec un garçon, d’un autre côté, j’étais curieux de savoir où il voulait en venir.


— La nuit me portera conseil, me dis-je, je verrai ça demain.


En me levant le lendemain, j’avais pris ma décision, j’irais le retrouver. La matinée passa rapidement, arriva l’heure fatidique. A l’heure H, j’étais présent dans les chiottes, je me dirigeais vers la porte indiquée quand une autre porte sur ma gauche s’ouvrit d’un coup. Mon voisin de table était là, il me tira sans ménagement par le bras et me fit entrer dans le petit réduit. Il me coinça contre le mur et commença à défaire la ceinture de mon pantalon qui tomba en boule à mes pieds.


Ayant descendu mon boxer, il prit ma queue à pleine main en s’agenouillant devant moi. Il plaça mon attribut encore au repos dans sa bouche et commença un lent va-et-vient. Sa caresse buccale me fit rapidement bander comme un âne. Ayant déjà eu droit à une fellation par plusieurs filles, je trouvais celle-ci bien plus efficace. Il savait exactement quels endroits provoquaient les meilleures sensations. Pendant qu’il me suçait, il en profita pour m’enfiler un doigt dans le cul. Le savant mélange de mouvements de sa langue, de sa main et de son doigt eut rapidement un résultat éclatant.


Attrapant ses cheveux à pleine main pour plaquer sa bouche contre ma queue, je déversais au fond de sa gorge profonde plusieurs giclées de liquide. Je n’avais jamais éjaculé si fort et il fut obligé d’ouvrir la bouche pour laisser sortir le trop-plein. En s’essuyant, il se redressa et s’adressa à moi pour la première fois :


— Rendez-vous la semaine prochaine au même endroit ? Tu auras droit à une autre surprise.


Il fila sans prendre le temps d’attendre ma réponse, mais je crois qu’il avait deviné dans mon regard que je serais bien présent au rendez-vous. J’attendis quelques minutes, appuyé contre le mur afin de reprendre mes esprits. J’avais les jambes qui tremblaient tant la jouissance avait été grande. Je n’en revenais pas de m’être laissé à ce point submerger par le plaisir. Mais finalement, j’en fus le premier surpris, je ne regrettais rien ...

(A suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live