Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 467 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

48 heures: 30

Chapitre unique

Avec plusieurs hommes

48 heures : 30...


Encore un clash...

Nous deux, toujours sur le fil...

A chaque fois, ma colère explose alors dans une transe sexuelle dont mon corps repousse toujours les limites. Cet homme m’entraîne dans sa folie et la mienne se révèle, effrayante...

Nous aurions dû passer ce week-end ensemble.

Ces 30 queues avaient permis que ma pression retombe... mais ne pouvaient me combler comme lui savait le faire.

Les mots s’avéraient inaptes à lui montrer combien cette exclusivité perverse m’entraînait bien au-delà de toutes les jouissances vécues jusque-là. J’aurais aimé qu’il me voit, quand, avant lui, dans mes expéditions de louve grise en traque des mâles les plus performants, je devenais cette furie incontenable et insatiable. Qu’il constate combien il m’avait transformée, mon corps exultant comme jamais à son contact et au moindre de ses mots. Délicieuse décharge électrique à la limite du douloureux à son "bonjour ma vieille putain"...

Nous étions des volcans toujours au bord de l’éruption. Un mauvais mot et nous nous déchirions, ébullition des émotions...


Donc, j’explosais... et à chaque colère, la dose de calmants nécessaire augmentait...


Cette fois-là, pour parvenir à me calmer, la violence de deux brutes avait été bénéfique, rendus fous par ma résistance et mes encouragements, à chercher plus loin cette douleur euthanasiant ma colère, sur une moquette me brûlant la peau... fessées que je réclamais toujours plus fortes pour être marquée, bouche forcée... devant un parterre de voyeurs médusés...


Je débarquais à Paris le samedi après midi. Comme souvent, avant de me rendre à une soirée-orgie, d’abord aller me détendre au sauna proche la gare de Lyon.

O. m’y rejoignait, nous ne nous connaissions pas encore. Écrivain, belle barbe, multitude de grosses bagues et bracelets, très élégant ... Visiblement pas à l’aise dans ce genre de lieu, tout en étant en quête de nouvelles expériences. Pas convaincant mais, me voir entreprise par trois autres beaux noirs dans le fumoir, augmenta bénéfiquement son excitation. Du jacuzzi au hammam, ces multiples mains sur mon corps... la fête démarre...(4)


J’avais promis à J. de venir tôt afin de l’aider à préparer l’appartement où il se préparait à accueillir une bonne quarantaine de coquins, couples et étalons noirs... L’aider et...

Oooh, J. , adorable comme toujours... des rires et nos gémissements mêlés sur la moquette... Je suis enfin moins tendue...

Bonheur d’assister aux arrivées successives des premiers mâles, se douchant, se parfumant, défilant en tenue d’Adam sous mes yeux explosés devant cette jeunesse musclée paradant avec un naturel déconcertant.

Encore la seule femme, de très loin leur aînée... le moment était aux câlins et aux confidences... Privilégiée...

Je virevoltais de corps en corps...

Je restais "dormir" sur place... que dis-je...

Seule femme pour un dortoir de jeunes trentenaires rigolards et surtout, pas fatigués...

L’appartement devait être libéré à 11h... mais jusqu’à 10h30, ils n’étaient qu’à moi...


Dimanche après-midi :

Hôtel, le temps de tenter une sieste, Fred est là... longtemps qu’on ne s’était pas vus et je l’avais toujours connu en trio avec le charismatique Carter... Ma nuit blanche commençant à déposer ses stigmates, Fred en solo, ce n’était pas si mal. J’avais oublié qu’il était si grand, sa façon de me soulever...


Sms de S. :

"On se fait un resto? J’ai un train très tôt demain matin et ton hôtel est proche de la gare. Je passe la nuit avec toi..."

Aaahhh, le beau S.... fin Togolais brillant, aux conversations si captivantes...

Dis moi, je ne me rappelle plus...on a baisé avant le resto ?

On a baisé après, ça j’en suis certaine... et dans la nuit si courte, tu m’as encore prise... en somnambule, je me réveillais à peine...

Le matin, parfait, tu t’es préparé avec une discrétion incroyable... pour t’éclipser tout doucement, non sans me déposer un petit baiser et me dire que c’était génial... oui, absolument... Faut-il qu’on soit à l’aise tous les deux... la vieille zombie alcoolisée et nicotinée de ses soirées débauchées et l’élégant trentenaire...


Lundi

Rendre la chambre à la dernière minute autorisée.

Brunch.

Sms E.

"On se voit ? "

"Non, j’ai mon bus de retour dans deux heures"

"Reste un peu plus."

"Je dois être au Havre à 18h."

"Et si je te trouve un train qui te permet d’arriver à l’heure chez toi?"


Pour une heure en ma compagnie dans un sauna proche de Saint Lazare, il m’envoie un billet de train 1ère classe...

Puis vient me chercher en voiture.

Grand seigneur...

Il jouit assez vite et me demande ensuite de m’occuper d’autres hommes, sous ses yeux, dans la petite demi-heure restant... j’annonce la couleur en désignant le premier.

Qui, top chrono, met sept minutes à cracher...

C’est le timing que je propose aux suivants de respecter...(4)


Fin.

Plus faim.


Alors... Comblée ?

Non...

Mais calmée....oui...

Diffuse en direct !
Regarder son live