Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 518 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Histoire de bar

Chapitre 1

Hétéro

Un soir, ne sachant que faire je suis alle dans un bar sous les arcades de la rue royale à Orleans, ce bar, dont j’ai oublie le nom, etait plutot bondé et à voir les gens qui frequentaient cet etablissement, il semblait bien coté, c’etait plutot le genre BCBG et non un troqué de quartier.

Je m’installe et en faisant un tour d’horizon rapide; je m’apercois qu’il y avait du beau linge dans cette salle comme on dit si vulguairement.....

Je remarque des couples riant aux eclats, des hommes, des femmes seules et juste en face de moi se tenait une femme seule, la quarantaine confirmée comme je les aime dans mes reves, des jambes gainees de noir a n’en plus finir avec un corps de jeune femme, des yeux noirs comme la couleur de ses cheveux. Elle portait des lunettes. Je regardais de temps en temps dans sa direction mais elle ne quittait pas des yeux son journal et ne s’arretait de lire que pour siroter une boisson transparente avec un zest de citron vert dedans. Peut etre buvait-elle un rhum blanc.

Au bout d’un moment cette personne ayant fini de lire la rubrique qui l’interessait a commencé a son tour a regarder les nouveaux arrivants depuis qu’elle s’etait plongée dans son canard. Pendant qu’elle balayait la salle du regard nos regards se sont croises et j’eus droit a un grand sourire de sa part. Etant timide je n’ai pas insisté et ai immediatement baissé les yeux.

Ma première bière étant pratiquement terminée, je m’apprétais à appeler le serveur pour en commander une seconde quand cette dame fit la meme chose. Je regardais ce qui se passait et cru comprendre qu’elle designait ma table au serveur, ce devait etre une imagination ou bien peut etre un fantasme de ma part. Quelques instants plus tard le serveur m’apportait une autre biere en me signifiant que c’était offert. Je n’avais aucun doute sur l’origine de la commande et regardais la personne en face de moi qui me fit un signe de la tete accompagne d’un large sourire. En regardant sous la table je vis qu’elle avait decroisé ses jambes et commencait a les écarter tout doucement comme dans un strip-ease. A ce moment, je n’ai plus eu de doute; ces n’etait pas un collant qu’elle portait mais des bas car au haut de ses longues jambes je pouvais deviner la blancheur de ses cuisses. Quant a savoir si elle portait une culotte ou pas je ne pouvais le voir, son entrecuisse que je devinais etait certes sombre mais ce pouvait etre sa pilosite bien fournie ou un string de la meme couleur que ses bas. J’étais trop timide pour aller a sa table et la remercier, je lui fis donc un signe de la tete pour lui faire part de ma gratitude. A près quelques minutes, je sentais qu’elle me regardait avec insistance et finis pas croiser pour la second fois son regard.

Mon histoire a vraiment quand elle m’a fait signe de la tete de me diriger vers le bar, a ce moment une bouffée de chaleur m’est montée dans tout le corps sans oublier mon entrejambe et si un mirroir avait été à ma portée j’aurai eu la confirmation que je rougissais et que je bandais comme un taureau.

Elle se leva et se dirigea vers le bar, et à mi-chemin elle se retourna vers moi en me faisant un clin d’oeil; cette fois il n’y avait plus d’équivoque je serai sa victime d’un soir.

A mon tour je me levais sans trop savoir ou aller, je ralentissais le pas et pouvais apprecier la vue de ses jambes que je devinais musclées, ses mollets qui au centre étaient rayés verticalement de la couture de ses bas pour finir pas ses chaussures a haut talon.

En remontant un peu, je pouvais voir le balancement de ses fesses qui aurait pu donner le mal de mer a un marin novice.

Elle avait maintenant dépassé le bar et se retournait une nouvelle fois pour m’inciter à la suivre, je finis par comprendre qu’elle se dirigeait vers les toilettes des femmes, je pressais le pas et me trouvais juste derriere elle quand elle ouvrit la porte d’entrée. Sans me regarder elle se dirigea vers une toilette, ouvrit la porte et la laissa ouverte - je rentrais et refermais la porte derrière moi. A ce moment je ressentais une grande excitation accompagnée d’une intrigue; que voulait-elle exactement ?

J’ai été vite rassuré de ses intentions quand elle m’a pris dans ses bras, m’a embrassé chaudement sur la bouche tout en me carressant le bas du dos, on sentait chez cette femme une envie de sexe et de tendresse à la fois.

Son prénom, je n’en suis pas sur mais quand je lui ai demandé j’ai cru comprendre qu’elle me disait Elise juste avant de me dire ’serre moi fort et carresse moi s’il te plait’. Cette personne je ne l’a connaissais et le tutoiement m’a beaucoup surpris mais qu’importe j’avais une belle femme mure excitante entre les mains et elle ne demandait qu’à etre caressée et plus peut etre. Je commencais à lui caresser les seins avec seul barrage un soutien gorge à balconnet mes ses tetons errigés m’ont vite fait oublié ce rempart qui séparait ses mamelles et mes mains. Elle semblait apprecier et m’encourageait à continuer.

Mes mains se sont séparées de ses seins pour descendre vers son entrejambe qu’elle avait n’avait cessé de frotter sur ma queue depuis que nous étions face à face. Je remontais delicatement sa jupe de cuir, carressait ses bas en remontant jusqu’à atteindre son entrejambe dépourvu de tout sous-vetement. C’était bien sa touffe que j’avais apperçu tout à l’heure sous la table.

Le fait qu’elle ne porte pas de culotte m’a exité encore plus et ma queue ne finissait de s’allonger et de grossir puis commencait à me faire mal.

Je continuais mes carresses au travers de la toison qui devenait de plus en plus humide, j’aurai voulu lui dire ’ tu mouilles petite salope’ mais je ne pouvais lui dire. Quelques rales de cette personne m’ont fait revenir à la réalité, Elise après m’avoir embrassé m’a dit ’ lèche moi la chatte’ je n’étais pas habitué à ce genre de language mais j’ai vite compris ce qu’elle voulait.

En meme temps elle m’a appuyé sur le haut de la tete pour faire accelerer son plaisir.

Je me retrouvais devant cette ’chatte’ bien fournie et des levres gonflées come je n’en avais jamais vu, le désir devait etre tres fort chez elle. Je risquais quelques coups de langues sur son clito et l’effet fut immédiat, un long soupir de sa part s’en suivit qui bien sur m’invitait à continuer. Je faisais des aller et retour depuis quelques temps quand elle me dit qu’elle allait jouir.

Je continuais ma sucion et me decidait en meme temps de carresser ses fesses, chose qu’elle semblait apprecier vu ses rales plus frequents. Je descendais ma main sur la raie de son cul et m’arretais sur son petit trou du meme nom, a ce moment je l’entendis dire OUI CONTINUE, AHHH PETIT SALAUD FAIS MOI JOUIR!!!! Fort de ses encouragements, je mettais de la salive sur mon majeur pour commencer une penetration tout en s’occupant de son minou qui etait de plus en plus mouillé. L’introduction de mon index dans son anus fut assez facile, peut-etre que des queues étaient passées a cet endroit avant mon doigt inquisiteur je ne le sais pas et ne le serai jamais, le va et viens de mon doigt dans son petit trou l’a mise dans un état second, elle mouillait de plus en plus, je sentais sa respiration s’accelerer et l’entendais me traiter de tous les noms qui ne figurent pas tous dans le dico. Peut-etre y trouvait-elle son plaisir..qui sait

Toujours est-il qu’au bout d’un moment elle a commencé à resserer les cuisses et les fesses emprisonant mon visage et mon doigt, elle s’est mise à hurler lachant en meme temps dans ma bouche un liquide d’une saveur venue d’ailleurs.

Marie avait les yeux révulsés, apparemment elle avait obtenu ce qu’elle voulait en m’emmenant dans cet endroit.

Elle redescendit sa juppe comme par pudeur, me fit un baiser sur le front en glissant deux billets de 50 euros dans la poche de ma chemise. Elle me dit à l’oreille ’tu payeras les conso’ en sortant des toilettes.

Les conso je les ai payées mais j’ai gardé les billets pour moi en espérant quils n’étaient pas pour les conso mais pour le service que je lui avais rendu.

Depuis je suis retourné dans ce bar a plusieurs reprises, mais n’ai jamais revu Elise; enfin.... je crois que c’est son prénom.


Pour d’autres aventures....faites le moi savoir par l’intermediaire du site

Bises aux femmes.

signe: Bintang

Diffuse en direct !
Regarder son live