Le site de l'histoire érotique

l'histoire de Catherine

Chapitre 1

21
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 2 298 fois

21

0

Je m’appelle Catherine, je suis une femme d’une cinquantaine d’années, mariée, deux filles. Je suis une blonde d’un mètre soixante-cinq, une poitrine de 90 C, malgré l’âge, j’ai réussi à garder ma ligne. J’ai un mari qui est responsable dans une entreprise de services. Ce qui fait que je me retrouve souvent seule à la maison. Sensuellement et sexuellement, je m’ennuie beaucoup.


Régulièrement, un salarié Marc vient s’occuper des tâches domestiques, tondre la pelouse, nettoyer la piscine ou la terrasse tous les quinze jours mais pas assez beau pour que je m’intéresse à lui.


Un jour Marc, l’homme qui s’attelle à la tâche vient accompagner d’un jeune homme de trente ans. Il s’appelle Loïc, nous faisons les présentations. Il n’est pas très grand peut être un mètre soixante-dix, il est carré des épaules, je le trouve attirant, il a un regard noir irrésistible. Par respect et habitude, j’offre un verre de soda ou d’eau pour que les salariés de mon mari se reposent un peu quand le soleil tape fort.


À ce moment-là, je tente de m’approcher de Loïc afin de faire connaissance. Il est brun, sportif, fait du rugby et est très marrant. La journée se termine et je me retrouve une fois seule en attendant mon mari. Ce soir, il rentre aux alentours de vingt heures.

Et m’indique que la semaine prochaine, il devra partir trois jours avec Marc dans un congrès autour des métiers du service. Ce sera donc Loïc qui viendra entretenir le jardin, la terrasse et la piscine.


Un peu grognon, je me dis que ce sera la bonne occasion pour mieux faire connaissance avec le jeune homme de cette après-midi.


Le lundi arrive, je vois le véhicule de société arriver devant le portail. Loïc est à l’intérieur. Mon mari indique le travail à faire. Quelques minutes après mon mari part, en me faisant un bisou furtif. Une fois de plus le manque d’attention m’attriste. Je pars me doucher et essaye de me trouver une petite tenue pour attirer l’attention du beau brun.


Je me mets une robe bleue à fleur avec des sous-vêtements blancs en dentelles. Aux alentours, de dix heures, je vois que la pelouse est pratiquement entièrement tondue. Je prépare alors une citronnade maison à l’attention de mon hôte. Il me rejoint sur la terrasse, s’assoit et comme à son habitude pratique un humour très hilarant.


Me voilà presque envahi du sentiment de l’adolescente qui tombe amoureuse. Avant qu’il ne reparte dans le jardin, je lui propose de manger avec moi pour le déjeuner. Il accepte. Je lui prépare alors une salade composée. Nous mangeons ensemble et je fais connaissance avec lui.


J’apprends qu’il est célibataire et dans le même temps, il me dit qu’il a terminé son travail et qu’il va faire un aller-retour au bureau pour récupérer le matériel de nettoyage pour la piscine et la terrasse. Je lui demande alors combien de temps mon mari lui a donné pour effectuer ces multiples tâches. Trois jours me dit-il, le temps de faire les chose correctement. J’apprécie son sérieux, et lui propose de prendre son après-midi afin de se détendre au bord de la piscine. Il accepte, au bout de deux heures, je le vois revenir.


Il est vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un short tahitien qui dessine bien ses formes. Je monte dans la salle de bains, me mets aussi en maillot. Je choisis mon plus bel ensemble blanc presque transparent. Je le rejoins sur le transat qui est à côté du sien. Nous refaisons le monde, quelques petites blagues me font rire. Je me sens comme transporter à travers les nuages.


Ironiquement parlant, je lui demande de me passer de la crème solaire sur le dos, ma peau blanche doit être protégée pour ne pas subir les méfaits du soleil d’été. Un peu hésitant au début étant donné que je suis la femme de son patron, il finit par accepter sous mon insistance.


Le contact du liquide froid sur ma peau chaude me procure un frisson dans tout le corps qui laisse paraître la chair de poule. Il a les mains douces, se balade sur la totalité de mon dos. Je le sens descendre sur mes cuisses. Je ne reste pas insensible, je sens que je mouille, tant de tendresse en si peu de temps n’était plus dans mes habitudes.


Dans un réflexe humain, je ne sais pas, j’écarte les jambes et lui demande de dégrafer le haut de mon maillot. Il effleure le côté de ma poitrine. Puis dans un élan de courage, je me retourne face à lui. Ma poitrine apparaît devant ses yeux pétillants.

Il s’approche de ma bouche et m’embrasse. Petit à petit, je sens sa main descendre sur ma poitrine, je frissonne de plaisir. Sa bouche descend le long de mon cou, pour finir sur le bord de mon téton qu’il embrasse tendrement, j’aime beaucoup ses caresses. Petit à petit, sa main descend dans le bas de mon maillot.


Il me touche le clitoris, me met un doigt puis deux dans l’antre du plaisir. Je le sens encore descendre avec sa bouche, je sens ma culotte se retirer, la chaleur de sa langue rencontre celle de mes lèvres brûlantes de désir. Il joue avec ma fente et mon bouton magique ce qui procure en moi un premier orgasme.


Je lui propose de se coucher sur le dos à mon tour de lui procurer du bonheur. Je le touche puis lui enlève son maillot. Je vois alors son sexe d’une taille correcte. Je l’avale, fait des va-et-vient, je le vois se tordre de plaisir. Je décide alors de me lever pour m’empaler sur son membre. Je le sens entrer en moi.


Il me saisit les fesses pour accélérer ou ralentir le mouvement. Puis me propose de me coucher à mon tour sur le dos pour me prendre en missionnaire. Quel plaisir!! Les va-et-vient sont de plus en plus intenses. Il me demande de me mettre à quatre pattes. Je m’exécute, il sait ce qu’il fait, il est plein d’assurances. Il me prend en levrette, je sens son membre frapper le fond de mon vagin.

bgvutau


Je le sens me toucher avec ses doigts ma fente bien écartée pour prendre de ma mouille. Il m’introduit un doigt dans le petit trou caché. Inquiète, je lui dis que le manque de pratique ne me permet pas de faire une sodomie.

Tendrement, il me dit qu’il me prépare pour ne pas me faire peur, qu’il habitue mon anus afin de connaître la grande aventure. Une fois de plus il emploie l’humour dans une situation qui n’est pas forcément très marrante.



Dans le même moment, je ressens l’orgasme revenir à grande vitesse. Je crie, je grogne de plaisir puis j’explose de jouissance sur son membre. Dans le même temps, je sens sa semence exploser en moi. Il se retire, se couche à côté de moi. Le sourire aux lèvres, je lui propose de dormir avec moi pendant la période d’absence de mon époux.


Il accepte...