Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 784 fois
  • 14 J'aime
  • 3 Commentaires

Histoire de famille, damitié et damour

Chapitre 18

Laurence offre un cadeau à Joanne

Inceste
14
5

Résumé : c’est au réveillon du jour de l’An que la famille a décidé de fêter ses un an d’amour et de plaisir, ainsi que le dépucelage de Joanne. Celle-ci doit demander à Marie, sa sur, si elle veut venir. Durant l’année, elle a avoué à la famille qu’elle a envie de coucher avec elle. Elle a pris la décision de l’avouer à sa sur pendant cette soirée.


Mercredi 25 décembre


Laurence et Joanne ont passé le réveillon du 24 décembre chacune dans leurs familles. Et ce soir, elles sont chez elles.


Depuis que Joanne a avoué à toute la famille quelle est très attirée par sa sur Marie et qu’elle a pris la décision de lui avouer le soir du 31 décembre (si elle accepte son invitation), elle n’arrête pas de penser à elle. Mais elle ne sait pas comment faire pour lui dire ou amener le sujet. Elle sait qu’avec la famille nous trouverons ensemble une solution.


Les filles sont dans la cuisine à préparer le repas du soir. Comme tous les jours, elles sont habillées en petite tenue. Joanne en caleçon et soutien-gorge, Laurence en culotte et les seins à l’air.


— Il faut absolument trouver un moyen pour que je dise à ma sur que j’ai envie d’elle. Je n’arrête pas de penser à elle. Mais pas autant que je pense à toi mon cur !

— Ne t’inquiète pas ma chérie, je le sais, lui répond Laurence avec un petit sourire tendre. Je te propose que de temps en temps, quand on baise, je joue le rôle de ta sur.

— Tu ferais ça pour moi ?

— Bien sûr ma chérie. Et puis ta sur est tellement belle que ça ne te changera pas de moi, lui dit Laurence en souriant.

— Je ne sais pas..., dit Joanne en prenant un petit air interrogatif.

— Hé hooooo !!! s’écrit Laurence en lui donnant un petit coup de poing sur l’épaule.

— Mais non, mon cur, toi et ma sur vous êtes trop belles toutes les deux, répond Joanne.


Elles se prennent dans les bras et s’embrassent. Laurence passe sa main dans son caleçon. Joanne ferme les yeux.


— Mmmm grande sur, tu mouilles beaucoup, lui dit Laurence dans le creux de l’oreille.

— C’est toi petite sur qui me fais cet effet.


Joanne ouvre les yeux.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— C’est trop excitant ! s’exclame-t-elle.

— Quand je jouerai le rôle de ta sur, on baisera dans le noir, ça sera mieux pour toi.

— Oui, car les yeux fermés, je m’imaginais encore plus que c’était elle.


Laurence a une idée, mais qu’elle ne dira pas à Joanne pour lui faire la surprise. Dans la nuit, elle va la réveiller doucement et se faire passer pour sa sur.


La soirée passe, elles mangent et se mettent devant la télé. À 23h, Joanne dit à Laurence qu’elle est fatiguée et qu’elle va se coucher.


— Je regarde la fin du film et je te rejoins, dit Laurence. Bonne nuit, mon amour, je t’aime.

— OK. Bonne nuit ma chérie. Je t’aime aussi.


Elles s’embrassent et Joanne va se coucher. Laurence va rester plus longtemps de manière que Joanne s’endorme et qu’elle puisse la sortir d’un sommeil profond. Elle regarde un second film, ce qui la pousse à 00h30. Puis enfin, elle va dans la chambre.


— Ma chérie tu dors ? dit-elle doucement.


Apparemment, Joanne dort bien, car en principe le moindre bruit la réveille si elle n’est pas dans un sommeil profond. Elle se met nue pour être prête et se penche sur Joanne.


— Ma chérie, réveille-toi, dit Laurence doucement dans le creux de l’oreille de Joanne.

— Quoi ? répond Joanne dans un demi-sommeil. Qu’est-ce que tu veux mon cur ?

— Quelqu’un qui est venu te voir.

— Il est quelle heure ?

— Presque 1h.

— Quoi, à cette heure ? s’exclame Joanne, toujours à moitié endormie.

— Oui. Je vais la chercher. Reste couchée mon amour.


Joanne râle et ne comprend pas pourquoi elle lui demande de rester au lit. Elle ne va quand même pas recevoir cette personne dans la chambre. Mais elle s’en fout, car elle est fatiguée. Laurence fait semblant de sortir de la chambre et de parler à quelqu’un.


— Viens avec moi, elle est au lit, dit Laurence à la personne imaginaire.

— Mais c’est qui ? Pourquoi tu n’allumes pas la lumière ? dit Joanne sur un ton agacé.


Laurence se penche sur Joanne et prend une petite voix.


— Grande sur, c’est moi Marie.

— Quoi ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Et à cette heure ! s’exclame Joanne toute surprise.


Joanne sent la couette se déplacer et une main lui caresser les seins par-dessus son tee-shirt.


— J’étais dans mon lit à me caresser en pensant à toi.

— Tu pensais à mo...


Laurence lui coupe la parole en l’embrassant et en passant sa main sur son caleçon. Il est mouillé. Joanne, toujours à moitié endormie, écarte ses cuisses.


— Grande sur, j’ai envie de toi.

— Moi aussi Marie.


Laurence n’en revient pas que Joanne croit vraiment que c’est sa sur et que celle-ci lui dise qu’elle a envie d’elle.


— Mais tu es déjà nue ? Lui dit Joanne en caressant le dos de Laurence.

— Oui, c’est Laurence qui m’a dit que ça serait mieux.

— Elle a eu raison.


En disant ça, Joanne passe sa main entre les cuisses de Laurence.


— Tu t’es rasé la chatte petite sur ? lui demande Joanne.

— Oui je voulais te faire plaisir, car je sais que tu aimes les chattes bien lisses.

— Quoi ? mais je ne t’ai jamais dit ça !


Joanne, un peu plus réveillée, comprend que ce n’est pas sa sur, mais Laurence, et comprend ce qui se passe. Elle est vraiment heureuse que sa chérie fasse ça pour elle. Alors elle joue le jeu et se rattrape vite.


— Ah oui, je me souviens, je te l’avais dit !


Laurence sourit et est contente que Joanne joue le jeu.


— Petite sur, c’est bon de sentir enfin ta main sur ma fente ! je veux sentir tes doigts entrer dans ma chatte.


Laurence fait entrer doucement deux doigts dans sa fente. Celle-ci mouille beaucoup. Laurence s’approche un peu pour que Joanne puisse lui lécher un téton. Celui-ci durcit sous les caresses de la langue de Joanne.


— Marie, je veux goutter ton foutre.


Laurence se place à cheval sur le visage de Joanne de manière à faire un 69. Les deux filles se lèchent mutuellement la chatte. Au bout d’un moment, elles jouissent ensemble. Laurence se retourne pour se blottir contre Joanne.


— Alors ma chérie c’était comment ? demande Laurence.

— C’était trop bien, je m’y croyais presque ! Merci ma chérie.

— Je ne pensais pas que tu y croirais si longtemps.

— En fait avec ma sur, on se dit tout, mais je ne lui ai jamais dit que je suis bi et donc que j’aime les chattes bien lisses. Mais en tout cas, le petit moment pendant lequel je croyais que c’était ma sur, c’était vraiment trop bien !

— C’est vrai qu’elle ne sait pas qu’on sort ensemble ! elle croit qu’on est coloc. Tu penses qu’elle le prendra mal si elle sait que tu es bi ?

— Non, car elle connaît des lesbiennes.

— On verra avec le reste de la famille pour trouver un moyen pour lui avouer.

— Oui, et demain faut que je lui demande si elle veut venir le 31.


Laurence se lève précipitamment et allume l’ordinateur se trouvant sur le bureau en face du lit.


— Qu’est-ce que tu fais ma chérie ? demande Joanne.

— Ça m’a donné envie de mater ta sur, lui répond Laurence.


L’ordinateur allumé, Laurence ouvre un dossier dans lequel se trouvent d’autres dossiers. Dedans se trouvent des photos que Joanne a faites. Elle cherche un dossier en particulier. Elle le trouve. C’est des photos de l’été dernier quand Joanne et sa sur sont allées à la plage. Elle ouvre deux photos de Marie en maillot de bain et zoome sur une des photos pour agrandir l’entrejambe. Sur cette photo, on peut voir la forme des lèvres de la chatte de la sur de sa chérie. Elle redimensionne la fenêtre de la photo de manière qu’elle prenne la moitié de l’écran. A côté, elle place l’autre photo, redimensionne la fenêtre pour qu’elle prenne la moitié restante de l’écran et zoome pour ne voir que le visage et la poitrine. À plusieurs reprises, elles se sont masturbées en regardant ces deux photos.


— Ta sur est vraiment magnifique ! dit Laurence.

— Oui, et tellement désirable, lui répond Joanne.


Laurence revient se placer à côté de Joanne et commence à se caresser. Joanne aussi commence à se caresser en regardant les photos. Elles se prennent la main.


— Mon amour, c’est trop bon de prendre du plaisir avec toi en regardant ta sur, dit Laurence.

— J’espère qu’on pourra le faire avec elle directement, ça sera beaucoup mieux et plus excitant, lui répond Joanne.


Au bout d’un petit moment, leur plaisir est plus fort et elles ne sont pas loin de jouir.


— Oh ouiiii petite sur ! s’exclame Joanne. Tu m’excites trop ! J’ai envie de lécher ta chatte !


Laurence la regarde.


— Tu es belle mon amour quand tu te donnes du plaisir en regardant les photos de ta sur, lui dit-elle.

— Haaaa haaaa ! J’ai trop envie de mettre ma langue dans son trou ! Ecarter mes cuisses pour lui offrir ma chatte !


Elles jouissent en même temps. Joanne se place sur Laurence pour éjaculer sur elle. Le corps de celle-ci est mouillé, ainsi que les draps du lit. Elles se prennent dans les bras l’une de l’autre et s’embrassent. Elles restent comme ça un petit moment et s’endorment dans cette position, toujours nues et dans les draps mouillés par l’éjaculation de Joanne.


Jeudi 26 décembre


Le lendemain, elles se réveillent dans les draps encore humides de la veille.


— J’adore trop ça, me réveiller dans des draps que tu as mouillés en éjaculant, dit Laurence.


Après un petit câlin, avoir déjeuné et être passées à la salle de bain, elles partent en cours, et le soir, elles vont chez Marie-Hélène et Laure. Le mari de Marie-Hélène étant absent pour son boulot, j’ai passé la nuit avec mes chéries. Laurence nous raconte le merveilleux réveil de Joanne.


— Que c’est mignon, dit Marie-Hélène. Tu devais être très excitée, Joanne !

— Ah ça oui ! je n’y ai pas cru longtemps, mais comme j’étais à moitié réveillée, pour moi ça à duré longtemps.

— Pour le soir du 31, il faudra que l’on soit habillé plus léger que d’habitude, dit Marie-Hélène. De temps en temps, vous vous ferez des petits regards et on verra sa réaction.

— Plus léger que d’habitude ? dit Laurence. Ça va être difficile, car on vit nues.

— Ouais bon, vous voyez ce que je veux dire ! lui répond Marie-Hélène en rigolant.

— Je vais envoyer un SMS à ma sur de suite pour l’inviter.


[SMS, Joanne, Marie]

> Coucou petite sur

> Comment tu vas ?

< Bien et toi ?

> Ça va aussi

> Pour le 31 tu as prévu quoi ?

< Rien je suis libre. Aucune copine ne veut faire quelque chose.

> Avec ma coloc on fait la soirée chez Laure. Ça te tente ?

< Je veux bien oui. Je porte quelque chose ?


— Elle a accepté ! s’exclame Joanne.


[SMS, Joanne, Marie]

> Tu peux porter le vin et le dessert. Viens vers 19h.

< OK alors à mercredi. Bisous

> Bisous petite sur.


— C’est trop génial ça ! s’exclame à son tour Marie-Hélène. J’espère qu’elle ne sera pas choquée par notre famille et qu’elle acceptera de coucher avec toi Joanne.

— Et aussi avec vous, lui répond Joanne. Je serais trop contente qu’elle entre dans la famille et pouvoir partager ta belle queue avec elle, Philippe.

— Elle préférera peut-être ma queue à vos chattes, dis-je avec un sourire moqueur.

— Ah non, dit Marie-Hélène, j’ai envie de goûter sa mouille ! Joanne, remontre-moi la photo de l’autre jour, de ta sur en maillot de bain.


Joanne prend son téléphone et cherche la photo.


— Je vais te l’envoyer, lui dit Joanne. Comme ça, tu pourras te caresser quand tu voudras en la regardant.

— Tu me l’envoies à moi aussi ? lui demandé-je.

— Bon, j’ai compris, je vous l’envoie à tous, ça sera plus simple, s’exclame Joanne avec un sourire.

— Qu’on ne soit pas les seules à en profiter, dit Laurence.

— J’imagine bien que vous devez la mater souvent, dis-je avec un petit clin d’il.

— On met les photos sur l’ordinateur de la chambre et on se masturbe, dit Joanne.

— Et Joanne jouit en éjaculant sur moi et les draps. Et on s’endort comme ça. J’adore le lendemain sentir les draps humides.

— Ça serait bien si des fois, tu venais éjaculer dans notre lit, lui dit Marie-Hélène.

— On aimerait bien s’endormir comme vous dans les draps mouillés par ton éjaculation, ajoute Laure.

— Mes chéries ne mouillent pas assez pour ça, leur dis-je.

— Pas de problème pour moi et ça sera avec plaisir, nous répond Joanne. Je peux même commencer ce soir.

— C’est OK pour ce soir. Restez manger avec nous alors, dis-je à Laurence et Joanne.

— Par contre Philippe, tu pourrais venir chez nous de temps en temps pour que nous puissions boire ton sperme ? Me demande Joanne.

— C’est d’accord, lui répondis-je.


À la fin du repas, nous restons dans le salon à discuter et déconner. Et bien sûr à parler de sexe. Vers 23h, comme tout le monde travaille le lendemain, nous décidons d’aller nous coucher et Laurence et Joanne de rentrer. Mais avant, Joanne doit éjaculer dans notre lit.


— Je vous laisse faire, car je dois préparer mon sac pour demain, nous dit Laure. Je te fais confiance Joanne pour bien mouiller le lit et nous laisser ta bonne odeur excitante, ajoute-t-elle avec un petit sourire.

— T’inquiète, c’est une spécialiste, lui répond Laurence avec un clin d’il.


Nous allons donc dans la chambre. Je défais le lit pendant que les filles se déshabillent, puis moi. Nous nous allongeons sur le lit, Joanne au milieu de nous. J’approche ma queue de la bouche de celle-ci pour qu’elle me suce. Laurence et Marie-Hélène sont à côté en train de se caresser en nous matant. De temps en temps, Laurence s’approche pour elle aussi me sucer. En même temps, elle masturbe sa chérie en lui mettant trois doigts dans la chatte. Comme elle s’est mise à quatre pattes, Marie-Hélène en profite pour lui lécher la chatte et l’anus. Notre excitation monte très vite et j’éjacule dans la bouche de Joanne, qui en avale une partie et donne l’autre à Laurence en l’embrassant. Celle-ci avale aussi mon sperme. En même temps, Joanne a également joui et éjaculé sur le lit. Les draps et la taie d’oreiller sont mouillés. Marie-Hélène se place entre les cuisses de Joanne pour finir de la faire jouir et pour lui lécher la chatte. Puis elle s’allonge sur les draps mouillés.


— C’est vrai que c’est agréable ! dit Marie-Hélène. Il me tarde de me coucher. Je sens que ce réveillon du jour de l’An va être bien, ajoute-t-elle en nous souriant.


-----


Merci à K-ro pour la correction de ce chapitre.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder