Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 905 fois
  • 38 J'aime
  • 0 Commentaire

histoire de femmes

Chapitre 2

SM / Fétichisme

Une semaine s’est écoulée depuis le soir ou je suis allée chez DOMINIQUE et depuis je ne l’ai revu que dans le cadre du travail , juste un "bonjour" le matin et rien de plus. Je me dis que celle qui se dit être une amante maîtresse, ne l’est en fait pas tant que cela.

  En ce matin de décembre, il fait froid et je me décide donc à mettre un string sous une jupe assez ample ainsi qu’un soutien gorge sous un pull lui aussi assez ample bien que très échancré, une paire de bas, des escarpins avec des talons assez hauts et pour finir un manteau. Me voici prête pour me rendre à mon travail. Au beau milieu de la matinée, DOMINIQUE entre dans mon bureau et, sur un ton très sec, me dit:

-Bonjour, viens avec moi aux archives, je voudrais vérifier quelque chose.

  Je me dis qu’elle a du s’apercevoir que je portais des sous vêtements et je crois avoir trouvé une bonne excuse quand je lui dis:

-Attends moi un instant, je dois aller aux toilettes

-Non viens immédiatement, une salope comme toi, doit pouvoir se retenir de pisser.

  Je la suis donc et nous nous rendons aux archives. Elle ouvre la porte, me laisse entrer la première et referme à clef derrière nous.

-Déshabilles toi, j’ai l’impression que tu n’as pas respecté certains de tes engagements.

  Je commence à ôter mes vêtements, d’abord mon pull et ensuite ma jupe. je n’ai plus sur moi que mes sous vêtements, mes bas et mes escarpins.

-C’est bien ce que je pensais, tu n’as pas respecter notre pacte, je t’avais ordonné de ne plus mettre de sous tif ni de string. je veux voir tes mamelles pointer sous tes fringues et je veux pouvoir accéder à ta chatte sans être génée par un string.

  A ce moment, elle sort un couteau de sa poche et coupe les bretelles de mon sous tif ainsi que l’élastique de mon string. Mes sous vêtements se retrouvent à terre.

-Habilles toi. Ce soir tu me rejoindras dans ma voiture, je dois te punir. Elle ramasse mes sous vêtements et les met dans sa poche.

  Je remets mes effets et redescends à mon bureau . Toute la journée , je suis excitée, je sens mon entre jambes qui s’humidifie à chaque fois que je pense à ma nouvelle vie de soumise.

  Le soir arrive, il fait nuit, je quitte mon travail et je me rends aussitôt à la voiture de DOMINIQUE qui est garée sur le parking de l’entreprise. En entrant à l’intérieur, je sens une vague de chaleur qui m’envahit. je le lui fais remarquer aussitôt.

-Quelle chaleur, c’est intenable tellement il fait chaud dans ta voiture.

-C’est vrai, mais si tu as trop chaud, tu peux te déshabiller.

-Tu as raison, je vais enlever mon manteau.

-Non tu n’as pas compris, déssapes toi complètement.

-Je ne peux pas me mettre nue ici, pas sur le parking de l’entreprise.

-Il va falloir que tu arrêtes de discuter mes ordres, tu dois faire ce que je t’ordonne et à chaque fois que tu discuteras, tu seras punie. C’est clair?

  J’ôte donc mon pull et ma jupe, je sens à nouveau l’excitation monter en moi. Dominique passe sa main entre mes cuisses et trouve mon sexe humide

-Tu vois salope ça t’excite de te foutre à poil, tu es déjà trempée.

  Nous partons pour une destination que je ne connais pas mais je m’aperçois très vite que nous allons vers le centre ville. Tout à coup elle me dit:

-Mets tes pieds sur le tableau de bord et écartes bien tes cuisse. Caresses toi la chatte et n’oublie pas ton petit trou.

  J’ai compris que je ne devais plus discuter, je commence à me caresser. Avec une main je malaxe mon clitoris et avec l’autre je chatouille ma rondelle. Le plaisir monte en moi et je commence à gémir. Je ne ressens plus aucune gène à m’exhiber ainsi devant DOMINIQUE. Nous sommes arrivées en plein centre ville, beaucoup de monde rentre de leur travail et DOMINIQUE se fait un plaisir de laisser passer les gens sur les passages cloutés. A un moment, nous sommes en double file, un camion est à ma droite et DOMINIQUE en profite pour klaxonner, l’homme qui est au volant se tourne vers la voiture et voyant le spectacle que je lui offre, il baisse sa glace et crie.

-Je peux vous accompagner? vous allez ou?

  Ma collègue baisse la glace qui se trouve de mon coté et lui crie:

-Non car la salope qui est à coté de moi est pour l’instant en apprentissage. Une autre fois peut être.

  La voiture redémarre, nous prenons maintenant la direction de la foret. Encore quelques kilomètres et nous nous engageons dans un petit chemin. Pendant tout le trajet, je n’ai pas cesser de me caresser. Tout à coup, la voiture s’arrête, DOMINIQUE se tourne vers moi:

-Tu t’es bien amusée? tu as toujours aussi chaud?

-Je n’avais jamais connu cela mais j’avoue que c’est très excitant de se caresser en sachant qu’à chaque moment quelqu’un peut nous voir et c’est vrai qu’il fait de plus en plus chaud.

-Ce n’est pas qu’il fasse plus chaud mais tu es tellement excitée que ta température a encore monté. Pour te rafraîchir, tu vas descendre de la voiture et marcher devant.

  Je ne réponds pas, je descends de la voiture et je marche. Le froid me saisit, mes tétons pointent tellement il fait froid . Je continue encore quelques mètres uniquement vêtue de mes bas et mes escarpins . DOMINIQUE est restée dans la voiture qui me suit tous feux allumés. Tout à-coup, elle baisse sa glace et me crie

- Arrêtes de marcher, tournes toi, écartes bien tes jambes et caresses toi à nouveau.

  Ma main se dirige vers mon sexe et après quelques instants à chatouiller mon clitoris je sens mon entre jambes qui s’humidifie à nouveau. DOMINIQUE descends de la voiture et vient vers moi. Elle me regarde et passe ses mains sur mon corps, la douceur de cette carresse m’excite.

-Allonges toi sur le capot et écartes bien tes jambes, tu en as bien profité mais maintenant, c’est moi qui vais m’amuser.

  Je suis affalée sur le capot, les bras et les jambes écartés. Elle me caresse les seins, me tord les tétons et descend ensuite vers mon sexe. Tout à coup, elle fait entrer trois doigts dans mon sexe trempé et commence des va et vient violents je me laisse aller, je sens que je vais jouir mais tout à coup cette caresse s’arrête.

-Tournes toi, je veux voir ton cul tu t’es déjà fait enculer?

-Non

-Quel honneur pour moi je vais te dépuceler de ce coté.

  A ce moment elle sort un gode énorme de son sac et sans aucune attention, elle me l’enfonce entre les fesses. Je hurle de douleur, j’ai l’impression d’être écartelée.

- Tu peux crier, personne ne t’entendra.

  Elle commence à faire bouger cet énorme sexe dans mon cul qui se dilate petit à petit, la douleur s’estompe pour faire place au plaisir. J’apprécie finalement de me faire défoncer le cul. Après une dizaine de minutes de ce traitement, DOMINIQUE s’arrête, elle me pousse et prend ma place sur le capot de la voiture, elle soulève sa jupe et là, je m’aperçois qu’elle ne porte pas de culotte, elle me dit:

- Viens me lécher la chatte, maintenant c’est à toi de me faire jouir.

  J’approche ma bouche de son sexe et je commence à lui lécher le clitoris, je ne suis pas une experte mais je sens que la respiration de DOMINIQUE s’accélère et au bout de quelques minutes elle attrape mes cheveux et me plaque la bouche sur son sexe. Elle crie à son tour de jouissance. Après avoir repris ses esprits, elle me repousse et me dit:

-Tu es une bonne chienne tu as réussi ton examen de passage, tu as réussi à me faire jouir. Allez en voiture, je dois rentrer.

  Nous partons en voiture, je cherche mes vêtements mais elle m’interrompt

-Restes nue, tu vas te réchauffer en te caressant.

  Tout le long du retour, je me caresse sans aucune pudeur, je suis heureuse.

  Nous arrivons sur le parking de l’entreprise ou je dois reprendre ma voiture, je vais pour m’habiller avant de descendre mais elle me dit.

-Je n’ai pas de temps à perdre, descends à poil, tu t’habilleras dans ta voiture et surtout jusqu’à notre prochaine rencontre, je t’interdis de te faire jouir.

  Je descends entièrement nue de la voiture pour monter immédiatement dans la mienne. Je m’habille, je suis heureuse mais en même temps frustrée de ne pas avoir joui. J’attends déjà avec impatience notre prochaine escapade .

Diffuse en direct !
Regarder son live