Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 134 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Histoire de feu

Chapitre 5

Divers

Je me mis tout près de ses fesses et mis mon gland contre ses lèvres intimes. J?agitais mon chibre de haut en bas à la manière d?un rouge à lèvre sur sa vulve et ensuite le laissait légèrement introduit dans sa chatte. Je me décidais à la tringler !


Virginie me tendait sa croupe bien fendue et m?implorait de sa moule humide. Je plaçais correctement mon gland dans sa vulve suintante et je pris fermement les fesses de ma belle rousse, je me contractais et lui assenais un coup de queue long et profond. J?embrochais Virginie d?un coup terrible de mon dard tendu, m?enfonçant dans son précieux coquillage avec un halètement sourd.


Virginie raidie à l?extrême cria sous la pénétration. Je clouais ma rouquine sur place, je sentais ma queue enserrée par sa fente. Elle remuait comme une diablesse et d?une détente nerveuse extraordinairement forte pour son corps frêle, elle me désarçonna. Elle cria de désappointement, Il fallait la mater ma queutarde. Je pris la cravache sur la table et lui assenais quelques coups légers sur la croupe, elle se tordis plus sous l?effet de l?étonnement que celui de la douleur. Elle allait déguster ma chienne, il fallait que je la domine mais elle ne devait absolument pas pouvoir s?échapper, elle devait subir ! Elle me représentait ses fesses et écartait un peu plus ses cuisses pour mieux m?accueillir. Plus question que ma rousse n?échappe à la marque de ma verge aussi l?attrapais-je par les épaules de façon à l?empêcher de se dégager. Elle comprit que c?était du sérieux et que sa chatte allait en profiter.


Prise au piège, défoncée, embrochée par mon par mon gourdin, elle devait me subir maintenant. Virginie se déchaîna, elle avait fière allure mon amazone, elle se mit à râler très fort, mourante semblait-il.


Je donnais des coups de reins brefs, puis profonds et plus espacés, ses belles petites fesses rondes s ?écrasant à chaque fois contre mon ventre dur, son abricot s?empalant à chaque fois sur mon épieu. Elle ne cherchait plus à fuir mon amazone !


Une de mes mains quitta son épaule et vint peloter ses seins puis descendit par-devant vers sa chagasse en folie dont le clitounet était dressé. Elle eut deux ou trois secousses très violentes qui faillirent à nouveau me désarçonner. Les coups de cravache sifflèrent dans l?air allant s?écraser sur la croupe de ma chienne dans un claquement sec, elle creusa ses reins sous la morsure du cuir et à nouveau je queutais ma femme. Ma main alla à nouveau à son épaule et je commençais à la limer profondément, lentement mais sûrement.


Je me laissais aller au rythme saccadé de son vagin qui m?aspirait et laissait ma pine ressortir toute luisante de sa mouille dans un bruit de succion. Je rentrais à nouveau en elle, la creusant à chaque coup de pillons et lui arrachant des cris. Je la fouillais, la labourait, ses halètements s ?étaient faits plus sourd et plus rapide. Je me disais que c ?était une vraie chance que les rousses existent sur terre parce que je prenais un pied d?enfer à tringler ma rouquine et que franchement niveau partie jambes en l?air c?était le top.


Elle n?allait plus tenir longtemps, je l?entendis gémir de la prendre, qu?elle n?en pouvait plus, qu?elle me voulait en elle, sentir ma queue se vider.


Je maintenais la cadence et domptais ma panthère, sa connasse était maintenant humide et forte entrouverte, mon chibre s?y branlait à l?aise et le jus de son mont de vénus coulait le long de ma verge. Je décidais de la prendre en la montant.


Ma rousse montait bien les chevaux à son manège alors elle pouvait bien supporter de se faire monter à son tour bien qu?ici ce ne soit pas pour la monter en tant que telle mais bien pour la saillir !


Je vint me mettre sur sa croupe et commençais à la pilonner par le dessus, mes mains allèrent se placer sur ses épaules. Je lui assenais de rapide et profonds coups de pine, ma rousse hurlait sous les coups de boutoir, ses halètements du début s?étaient transformés en hurlement violent de plaisir.


Je la fourrais de toute ma longueur baignant dans sa mouille, sentant la décharge venir, je m?enfonçais en elle très profondément et alors en quelques coups de gourdin puissant au travers de sa moule, je me vidais en elle en une giclée de sperme, en lui extirpant quelques derniers cris provenant d?un combat ou à la fin de l?estocade finale ma rouquine était totalement vaincue corps et âme.


Virginie s ?écroula en avant, moi sur elle, trempée de sueur, de foutres et de sperme, l?ouragan de la volupté l?emportait dans sa folie vers les cimes des jouissances. Sous l?ondée bienfaisante, elle se calma, comme la poussière retombe au sol lors d?un orage. Son corps était encore animé de quelques soubresauts spasmodiques mais elle était devenue inerte entre mes bras. Je me détachais d?elle. Elle ne se ranimait toujours pas, je la contemplais longuement. Elle avait eu son compte, pas de doute. Ses seins dressés dans l?air tressautaient un peu, son ventre houlait parfois encore, vibrant du plaisir ressenti. Enfin elle ouvrit les yeux, son regard était vague, lointain. Elle était encore engourdie dans l?euphorie tiède et voluptueuse d?une jouissance récente.


En un murmure elle dit lentement ?que c?était bon ?. Elle prononça ensuite un ?chéri ? qui me fit chaud au c?ur. Elle le disait fort bien ce mot banal ?chéri ? et on sentait en elle la joie du plaisir éprouvé. Ma femme était heureuse et apparemment comblée, moi de mon côté j?étais assez content d?avoir pu la posséder de la sorte mais surtout avant mon plaisir personnel, d?avoir pu lui en donner un maximum. Parce qu?après tout c?est ma femme pas celle d?un autre et je l?aime ! ! !


PS : A toutes les femmes rousses je voudrais vous dire que vous êtes magnifiques et surtout irremplaçables !


Bye bye et merci au créateur du site il est super!!


John

Diffuse en direct !
Regarder son live